Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2008

CUBA LIBRE ??

Fidel Castro a annoncé son départ de la Présidence de Cuba.

Tant mieux, mille fois tant mieux pour les Cubains. Quoiqu'il ne soit pas totalement certain que ceci change grand chose pour eux dans l'immédiat.

Pour avoir été sur place, je vous assure que même en tant que touriste "sécurisé" on se rend très bien compte des galères de la vie quotidienne : pas ou peu de transports collectifs et pas le droit de posseder une voiture sauf si on ramène des devises, donc des heures passées à se déplacer. Rien dans les magasins, des coupures d'électricité, une atmosphère d'espionnage  permanent et pesant, des logements délabrés, une tristesse et une lassitude palpable, la débrouille, la misère...

Le soleil et les palmiers ne changent rien à l'affaire.

Fidel est (ou était) un dangereux dictateur de la pire espèce. Que des gens prennent encore sa défense (notamment la mère Miterrand, complètement aux fraises) est hallucinant. Ceci dit, hallucinant, mais pas si étonnant. L'homme avait visiblement un côté fascinant. Selon un journaliste interviewé il y peu sur I télé, Serge Raffy (qui a écrit  un bouquin très intéressant sur le personnage de Castro), il est (était) très cultivé et très intelligent et charismatique. Il adorait discuter avec ses visiteurs, notamment les français, car il a été nourri par l'histoire de la Révolution française. Son éducation chez les Jésuites lui avait donné le sens et le goût de la réthorique. Tout ceci faisait que la plupart du temps, ses invités repartaient sous le charme. Une anecdote le démontre : il avait réussi à faire chanter en public l'internationale à une délégation du MEDEF en voyage d'affaires ! C'est fortiche quand même...

J'ai dit plus haut "était" volontairement, car je ne suis pas loin de penser que Castro est déjà mort et qu'on prépare l'annonce définitive de son décès "en douceur". Toujours selon Serge Raffy, personne ni dans le gouvernement, ni dans l'opposition intérieure ou extérieure, ni même à la Direction des USA, n'a intérêt à un bain de sang. Sur ce point, les divers protagonistes sont au moins d'accord.

Ce qui change à Cuba, c'est que pas à pas, par de minuscules avancées, l'étau qui enserre le pays se relâche un peu. Raul Castro est peut-être un peu plus libéral que son frère, mais il est néanmoins à la tête de l'armée. Ce qui ne laisse pas présager une démocratisation massive et immédiate. Il faudra certainement attendre son successeur (il a quand même 76 ans) pour que les choses bougent vraiment.

Je l'espère, pour ces gens qui attendent depuis 50 ans simplement de vivre un peu mieux.  

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

15:20 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Cuba ; Fidel Castro | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Emanu est en ligne ? Rien à voir avec ton article, qui est très bien, donc no-comment, mais oui, les "dames de la cote" je les ai revues en louant le DVD à la médiathèque de la ville. Il y avait aussi une saga qui s'appellait "le chef de famille" mais elle n'est jamais sortie en DVD, domage, je l'avais bcp aimé aussi. Il y avait Fanny Ardent et Edwig Feuillère.
Ne me parles pas de Jos........ !!!!!! :(

Écrit par : mi-souris | 24/02/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.