Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/03/2008

J'ADORE L'EUROVISION

Oui, je vous avais prévenus, j'ai des goûts bizarres...

Donc j'adore l'Eurovision, ses chanteurs improbables qui chantent des trucs écrits par des extraterrestres, dans des décors kitschissimes, et dans des costumes dont on ne s'imaginait même pas qu'ils pouvaient exister. Le top du top ce sont les chorégraphies, dont certaines feraient passer Kamel Ouali pour Maurice Béjart, c'est vous dire le niveau !

J'adore entendre les résultats pays par pays donnés par des bimbos siliconées jusqu'aux cheveux dans un anglais approximatif : "Slovénia, sixe pwointes...".

J'ai raccroché à cet ovni télévisuel il y a deux ans. Un samedi soir de cocooning en zappant déséspérement pour trouver un truc regardable, je tombe sur le concours Eurovision sur France 3. Et là, choc total... J'ai cru que j'avais avalé un machin hallucinogène à l'insu de mon plein gré. Au milieu de chanteurs issus d'une faille spatio-temporelle débouchant directement dans les années 70, arrive le groupe finlandais Lordi, déguisés en créatures du genre orque du Seigneur des Anneaux et qui nous déballe un hard-métal chauffé à blanc avec effets de fumée, ailes de vampires dépliables et feux d'artifice. Je suis restée face au téléviseur, la lèvre pendante et le bras en l'air. Ont suivi entre autre une chanteuse ukrainienne poitrinée à moitié nue et à l'organe vocal hystérique, un groupe de country allemand habillés en cow-boy, ou encore d'un play-boy russe susurrant un air sirupeux alors qu'une de ses danseuses s'extirpait à grand peine du piano d'où elle était sensée sortir (ne me demandez pas pourquoi, je l'ignore). Au milieu de tout ça, la française sélectionnée avec sa pauvre robe achetée en solde s'époumonait de façon catastrophique façon chanteuse réaliste sous acide.

L'hallu totale je vous dis.

Le meilleur moment fut celui des résultats, où de façon totalement inattendue, le groupe Finlandais Lordi, accumula les points avec une régularité de métronome, ce au plus grand désarroi de Michel Drucker et de son comparse, commentateurs de l'édition. Ils se décomposaient litéralement au fur et à mesure que le score des Finlandais augmentait alors que celui de la française stagnait à deux ou trois points maximum. A chaque annonce de résultat on entendait Drucker dire "mais ce n'est pas possible"... Et si, Lordi a bien remporté cette édition et notre vaillante représentante est arrivée ... avant-dernière. Ce dans une confusion totale.. A la maison nous étions pliés en deux de rire.

Ce fut, selon moi, la meilleure émission comique de l'année. Un grand moment de bonheur.

L'année dernière, quoique moins savoureuse nous a quand même offert quelques pépites comme ce drag-queen ukrainien chantant une polka électronique en costume à paillette. Je crois que ce titre a fait une belle carrière en boîte par la suite. La gagnante était par contre une chanteuse serbe totalement inintéressante. Les réprésentants français étaient les Fatals Picards, qui sont encore arrivés avant-derniers et que franchement, j'ai trouvé quelconques.

 Cette année la France a décidé de frapper un grand coup. Ce qui a inspiré cette note est l'annonce dans la presse du chanteur qui représentera notre beau pays. Il s'agit de Sébastien Tellier, nouveau chouchou des inrockuptibles et des milieux branchouilles, qui ressemble physiquement à un Sébastien Chabal en costume et vocalement, apparemment (je n'ai pas entendu ses créations) à un mélange entre Christophe et Philippe Katerine.

Et alors, je dis non. NON NON NON et NON. Il ne s'agirait pas que l'Eurovision devienne un truc pointu, où tout les groupes branchés viendraient se produire.

Laissez nous nos Crooners moldo-valaques, nos sous-Elvis Chypriotes, nos Madonnas (période like a virgin) Islandaises, nos divas Turques surmaquillées comme des drag-queens. Laissez-nous les décors kitsch, les présentatrices bimbos, les chorégraphies improbables, les mises en scènes délirantes, les musiciens d'accompagnement qui ont 70 ans et des moumoutes. 

OUI C'EST CA QU'ON AIME,... 

Et pour la bonne bouche et pour ceux qui n'auraient pas vu ce grand moment, le groupe Lordi, dans l'édition Eurovision 2006.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

19:35 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : eurovision | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

J'avais repris goût à cette débauche kitsch quand les commentaires étaient assurés par Fogiel et Dave. Ils étaient juste pétés comme il faut et déconnaient à plein régime. C'était excellent. Trop trash, ils se snt fait lourder… J'aime pas Fogiel, mais là il m'a plu !

Écrit par : Gilles Aitte | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

verka cerdouchka ( bon je ne sais pas comment ça s'écrit avec notre alphabet) c'est une star en russie. ça fait des années qu'elle chante. j'adore ses chansons tjs rythmés et ses textes vraiment sympa, pas prise de tête, rigolo et tout. j'aurai bien aimé qu'elle gagne, je ne savais pas qu'elel participait donc je ne l'ai pas vu, mais évidement, j'ai la chanson.

Écrit par : aurélie | 07/03/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.