Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2008

C'est l'anniversaire de mai 68...

m-68affic_ortfcrs.jpgHé oui, tout ça ne nous rajeunit pas, on fête les 40 ans de mai 68.

Comment ça, me direz-vous, tu as fumé un truc Manu, on est en mars..

Oui mais, comme le rappelait très justement un reportage du soir 3 hier soir, le point de départ de la révolte étudiante a été une AG houleuse d'étudiants qui s'est fait expulser de la fac de Nanterre... le 22 mars 68.

Pour les plus jeunes, c'est déjà une page d'histoire.

Pour les ancêtres comme moi, une tranche de vie.

J'ai un souvenir confus de ce joli moi de mai, car pour faire taire les mauvaises langues je n'avais QUE 8,5 ans.

Tout ce dont je me rappelle c'est que j'ai eu un mois de vacances (les écoles étaient en grève), mes parents m'avaient "planquée" chez ma grand-mère à Levallois. Ma mamie criait "C'est la guerre" en paniquant devant la télé à chaque charge de CRS, car mes parents, en bons gauchistes, participaient à toutes les manifs possibles

J'ai gardé en mémoire quelques images de barricades flambantes et de pavés qui volaient vues en direct. J'ai plutôt un souvenir de joyeux bordel que de guerre civile. Mais, encore une fois, je n'étais pas sur terrain, mes souvenirs sont lointains et plutôt flous.

Je pense en revanche que la société française a beaucoup évolué grâce à cet évènement. Bien ou mal, peu importe. Ce qui compte, c'est que la France qui vivait dans une société conservatrice patriarcale et ronronnante a tué le père (De Gaulle) d'un seul coup d'un seul  pour aller vivre sa vie d'adulte.

Alors que le leader Minimo veuille réécrire l'histoire, ça me chafouine le poil.

Encore une fois tout n'a pas été positif dans l'époque post-mai 68. Les interprétations psy de cuisine interminables, la conception de l'éducation soixantehuitarde catastrophique des enfants qui a fait des générations de clampins, les utopies imbéciles qui ont mené plus d'une personne dans le mur. Oui, tout ça est négatif sur le long terme.

Mais mai 68 fait partie de notre histoire. Qu'on le veuille ou non. Et c'est pas le nain qui va y changer quelque chose.

Et Nico, juste un avertissement, si tu persistes, je descends dans la rue et je jette des pavés.

Ah zut, y'a plus de pavés.

Bon ben, je jette un vélib, alors...

Et vous alors, vous avez des souvenirs de mai 68 ??

NB : mon slogan favori de cette époque c'est : "Il est interdit d'interdire"...

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

11:40 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mai 68 | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

mais 68 a ouvert bcp de choses mais il y a aussi eu beaucoup de dérives et des slogans idiots. Comme celui que tu cites à la fin d'ailleurs, pour moi, il ne rime à rien, même Cohn Bendit l'a dit.
En soi mai 68 n'était pas une mauvaise chose, il y avait de bonnes idées, le problème c'est que maintenant on est dans l'extrême inverse, voilà tout le problème. Mai 68 n'a pas su " s'arrêter " ou plutôt les soixante-huitards.

Écrit par : Mézigue | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

aucun , je n'étais pas née

Écrit par : aurélie | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

Pas de souvenirs direct, j'étais né mais un peu jeune pour en garder des souvenirs, mais justement une frustration de n'avoir pas pu participer qui m'a tenue longtemps.
En tout cas, notre omniprésident adepte de la rupture ne vante pas celle-ci alors que sans elle, comme Cohn Bendit l'a souligné, il n'aurait pas la vie qu'il mène.

Écrit par : Gilles Aitte | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

Comme Aurélie, je n'étais pas née!! Mais j'aurais aimé. (PS : ça se voit que l'Homme n'est pas là pour s'occuper de moi ce soir, comment je traîne sur les blogs!)

Écrit par : PetitPagne | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

Fortement tentée de dire je n'étais pas née rires ... mais bon une sorte d'honnêteté fonciere me retient ! j'avais ton âge à peu pres Manu mais je vivais en Guadeloupe , et j'avais des parents tres conformistes ! et pas de pavé sous la main ! du sable ??? je ne me souviens même pas si on a eu des retombées directes ?

ceci dit si tu touches au vélib Bertrand ne va pas être content du tout !!!

Écrit par : Miss Kin | 22/03/2008

Répondre à ce commentaire

Pour Miss Kin : sous les pavés la plage. Un autre des slogans, que bcp répétaient sans vraiment savoir ce que ça voulait vraiment dire :)))
Hé bien moi, j'allais sur mes 13ans, j'étais dans un collège de filles parce que il n'y avait pas encore la "mixture"; On se la coulait douce, ne sachant jamais où étaisent les profs... Ce qui nous faisait rire (intérieurement) c'est que les profs de sports, aussi féminines que des catcheuses, nous expliquaient l'accouchement, elles contribuaient à liberer la femme, mais il n'aurait pas fallu qu'on bouge une oreille pendant leur discours ! :)))
On nous a demandé d'auto-noter nos devoirs, et on a supprimé les chiffres contre des lettres, comme les anglo-saxons : A-B-C...
On parlait bcp d'oto-discipline d'ailleurs, Hein Dany ?
On mettaient sur nos devoirs des A ou des B+ jamais de C (on le valait bien :) mais ça n'a pas durer longtemps :)))
On a eu des cours nouveaux, on a eu un peu l'impression de servir de cobayes...
Je rentrais depuis peu avec mes parents d'un pays où il y avait une vraie guerre, je me demandais quelle mouche piquait les français ?
Mais il ne faut pas oublier que ce fut un mouvement assez élargi, aux USA aussi ils se remettaient en question, et les théories de Marcus sur la société de "consomation" comme vous pouvez le voir, on les a bien mis en application !
Personnellement, la seule satisfaction pour moi, c'est de voir le grand Charles partir, vexé dans ses p'tites fesses !

Écrit par : mi-souris | 22/03/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.