Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/03/2008

C'est le week-end....

C'est le week-end, on se change les idées, je ne parlerais donc que de choses superficielles et légères...

Pour vous raconter ma vie, je voulais me culturer un peu aujourd'hui, en allant enfin visiter le musée des arts premiers quai Branly, mon employeur m'ayant accordé un répit payé.. Seulement en me penchant sur mon relevé bancaire, un tantinet négligé depuis quelques temps, j'y ai constaté un trou, que dis-je, un précipice, une fosse, un abysse, un canyon, un cratère, bref un joli découvert derrière lequel je pouvais voir en filigrane la tête  menaçante de mon banquier qui m'assénait, d'un ton plein de reproche, "Madame, à votre âge, vous pourriez avoir une attitude un peu plus responsable, en évitant d'acheter des palettes de maquillage de luxe qui coûtent un bras" (cf. article sur la palette "camélias" de Chanel).

Donc, point de promenade, je reste à la maison. Car dès qu'on me lâche dans Paris, c'est la débandade financière assurée... J'ai une fâcheuse tendance à aller traîner dans quelques endroits de prédilection qui ne sont pas précisément, donnés, donnés... Du style Ladurée ou Hermé pour les macarons, Mariage frères pour le thé, la grande Epicerie du bon Marché, le bon Marché, les bars des grands hôtels pour boire un petit thé dans le luxe, (pas super plus chers qu'un grand café parisien et tellement plus cosy...), les petites boutiques de vêtements qui vont bien.... Je me suis ainsi carrément fait avoir dans les grandes largeurs une ou deux fois, en allant "juste jeter un coup d'oeil" chez Vuitton. Rassurez-vous, j'ai juste craqué pour une babiole... Mais vu le prix de la babiole, mon banquier a fait un infarctus.

Pour les non-parisiens, un endroit que je vous recommande chaudement est un de ceux cités ci-dessus : la grande épicerie du bon marché. Un "délicatessen" géant. Un bonheur des yeux pour les gourmands. Des rayons poissons, fromages et fruits à tomber (on dirait que les fruits ont été passés au polissoir un par un) des produits de tous les pays, des huiles d'olive tellement appétissantes qu'on aurait envie de boire au goulot, des trucs japonais improbables, un vrai bonheur, je vous dit... C'est très cher, mais magnifique. J'ai envoyé tous mes copains non-parisiens, tous sont revenus enchantés par ce véritable "musée" de la gourmandise.

 06.jpg

Donc au programme du jour, maison, gratouillage de chat, ordi, télé...

A propos de télé, je vient de voir un sondage sur le site "l'internaute" : "Comment expliquez-vous la longévité de l'émission "Thalassa" (au programme depuis l'armistice de 14/18 sur la 3).

Moi je sais, m'sieu, moi je sais...

Thalassa est la seule émission analgésique de la télé : elle endort tout sur son passage.  

Mieux que Derrick, mieux que les feux de l'amour, Thalassa vous envoie dans les bras de morphée directement.  Plus besoin de somnifères, George Pernoud est là, c'est pourquoi l'émission a autant de fidèles. Tous les insomniaques attendent le vendredi soir avec impatience. Moi, dès le générique, j'ai la tête sur les genoux et deux minutes après, je dors profondément. J'ai d'ailleurs prévu de me faire une collection de cassettes pour mes nuits de sommeil difficile. Essayez, vous verrez, c'est radical.

Autre ovni télévisuel : l'éjectée de Nouvelle Star, l'improbable chanteuse néo-réalisto-braillarde :  Cindy Sanders. Son passage ayant fortement marqué les esprits (dont le mien j'avouerais), elle est devenue culte. Adoptée comme mascotte par Yann Barthès, le chroniqueur du grand journal sur Canal+, elle passe en boucle sur le web et est invitée partout, accompagnée par son mari-manager, qui ressemble à un castor avec un brushing années 80. Je l'ai encore vue dans Toutaz sur France 4 (excellente émission que je vous recommande chaudement), où elle faisait son show en parlant d'elle à la troisième personne, et en assénant des vérités incontournables du style :  "Céline Dion c’est Céline Dion, Cindy c’est Cindy  », mais aussi «  Si la Nouvelle Star me prend pas, on entendra de toute façon parler de Cindy Sander » ou encore «  Je sais trop bien chanter. J'ai trop de gestuelle. J'ai trop mon style  », «  Je trouve ça malsain de mettre des bâtons dans les roues dans les jambes à quelqu'un», « Je dégage un truc qui n'est pas connu à la télé, et j'arrive à facilement m'approprier le public. Facilement  »…

C'est grand, c'est beau.

Le plus triste dans cette affaire, c'est qu'elle ne s'aperçoit pas vraiment qu'on se moque d'elle et que très probablement dans 3 mois elle sera oubliée. Elle retournera a ses galas minables en se faisant encore plus d'illusions sur sa possible "carrière" vu ce qui lui est arrivé...

La télé d'aujourd'hui est l'équivalent des jeux du cirque à Rome.. Les spectateurs y viennent pour voir les gladiateurs souffrir, et ils en veulent pour leur argent...

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:47 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : loisirs ; télé ; thalassa ; cindy sanders | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

ma soeur m'a raconté le cas de cindy sanders ( en plus ma soeur s'appelle cindy) mais, est ce vraiment son nom cindy sanders, je pense que c'est un nom d'emprunt! bref, ça semble d'être vraiment un cas de la société française

Écrit par : aurélie | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

dommage le musée du quai branly est vraiment sympa à visiter !

Écrit par : kitty241 | 21/03/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.