Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/05/2008

Je déteste... les voisins...

Outre l'enfantenbasagephobie, dont j'ai déjà parlé dans une note précédente, je souffre d'un autre mal étrange : la voisinophobie...

J'ai la vie style "friends" où l'on se pointe sans préavis chez n'importe quel voisin m'horripile, les réunions d'immeubles me stressent, j'ai les fêtes de quartier en horreur et je refuse de parler aux gens qui partagent mon palier.

Vous vous dites, elle est fêlée, elle vit en appartement, elle n'a qu'a s'isoler dans une maison.

Erreur : c'est pire ! Vous vous levez le matin pour tomber sur votre voisin en tricot de corps en train de passer la tondeuse. Et EN PLUS vous êtes obligée de lui dire bonjour. Dans les lotissements, on a l'impression que les gens passent leur temps les uns chez les autres à faire des fêtes de quartier ou de barbecues communautaires. Beurk...

Au moins en appartement, vous pouvez vous boucler chez vous sans voir personne. 

Vous vous dites, dans ce cas, elle n'a qu'à s'isoler à la campagne.

Pas possible non plus, je déteste la campagne. 

Donc aucune échappatoire ? Si, j'en ai trouvé une : faire la gueule à tout mon immeuble. Je ne dis bonjour à personne, je referme la porte de l'ascenseur sur la personne qui arrive en courant et j'appelle la police chaque fois que quelqu'un monte le volume de la télé.

A ce régime, très rapidement, je vous assure, plus personne ne me parle et j'ai une paix royale.

Comble du désastre, un crétin à cru malin d'inventer la fête des voisins le 27 mai.  Parce qu'il devient de bon ton de BIEN s'entendre avec ses voisins.

Et là je dis NON, le voisin ne passera pas par moi. Chez moi, c'est chez moi, faut pas venir me casser les c... dans mon antre.

Y viennent avec le plus grand plaisir les gens que JE choisis  mais pas n'importe qui sous prétexte de sympathiser ou de m'emprunter du sel.

L'origine de ce mal mystérieux : aucune idée. Et franchement, RAF (Rien A Foutre).

Mais, sachez-le, j'ai été punie de ce mépris total pour mes congénères.

Mon meuri Alain, a décidé pour un raison qui me dépasse totalement, de s'occuper du conseil syndical de l'immeuble.. Du coup tous les pinpins appellent chez moi pour diverses raisons plus ou moins intéressantes (il y a une tâche dans le hall, Mme Martin a mis une plante sur l'appui de sa fenêtre, leur sonnette ne marche pas, la bobine de leur voisin de gauche ne leur plait pas..)

Bof, pas grave, ça me donne une occasion en or de leur raccrocher au nez... 

voisins.jpg

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

20:09 Publié dans Humour | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : voisins | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Et bien moi, j'adoooorrrre mes voisins!
même que je vais peut être faire une note sur le sujet juste pour t'embêter ! na!
Tiens au fait, j'ai encore bien pensé à toi hier soir devant ma télé. ça me rassure que quelqu'un partage le même désarroi que moi !!

Écrit par : Chris | 22/05/2008

Répondre à ce commentaire

Allez ne me dis pas que tu ne dis pas bonjour à tes voisins.
Même si certains m'e*, je dis bonjour.

Écrit par : angelita | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Comme je te rejoins ! Un pavillon ? Jamais. Supporter les odeurs de barbecue tous les we et se taper la tonte de la pelouse (la sienne et celle des autres), quelle horreur (en passant, c'est dingue quand même de voir que les gens s'endettent pour des pavillons avec la motivation majeure de poser un barbecue dix we dans l'année et de manger une viande pourrie aux résidus de combustion de charbon).
Si j'ai choisi la ville, c'est bien pour ne pas avoir à vivre sous le regard des autres. Ce n'est pas parce qu'on vit au même endroit qu'on a des affinités. La proximité géographique n'a jamais créé de proximité affective par essence. J'aime choisir les gens que je fréquente.
Tiens, ça me rappelle une anecdote : au mariage d'un ancien copain, la mère n'avait rien trouvé de mieux que de nous mettre à une table de gens qui vivaient dans la même ville que nous. Une fois qu'on s'est dit de quel quartier on était, on n'avait plus rien à se dire et on s'est emmerdé comme rarement dans un mariage (ce qui atteint des sommets...)

Écrit par : Jérôme | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis d'accord avec toi mais je reste quand même polie, quoique je sais éviter d'un détour de tête, d'un coup d'oeil de côté une mémé qui commence de loin à s'approcher de mes enfants, merveilleux prétextes pour les voisins ch... de s'incruster! Le pire c'est les voisins qui te disent de but en blanc: "alors ça y est c'est fini les vacances?" de quoi je me mêle, je t'en pose moi des questions? Tout le monde dans la rue connaît les prénoms de mes loulous alors que je ne connais même pas la tête de mes voisins... je finis par me dire que je parle trop fort, mais tant pis si j'ai envie de gueuler dans mon jardin je ne me gêne pas ! T'as raison Manu, pour vivre heureux vivons caché, et comme disez Sartre: "l'enfer c'est les autres!"

Écrit par : acgs | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis à 500% idem pareille d'accord avec toi !!!!!!!!!!!!!!!!
J'ai de la chance de ne pas avoir un meuri Alain... (ni un maaaiiiirri R'né)...
C'est pour ça que ça les fait fantasmer et se poser mille questions, aux voisins : une femme seule ? Mais qui voit-elle ? Que fait-elle ? Ou va-t-elle ? Qui reçoit-elle ? Comment vit-elle ? Et j'en passse...

Écrit par : mi-souris | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Cette fête je m'en fiche, vu comme la voisine me casse les pieds et les oreilles je ne risque pas de l'inviter non mais oh!

Écrit par : pivoine | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

ah non je suis pas d'accord!! l'appart c'est PIRE qu'une maison.

Dans un appart, les gens qui font du bruit dessous et au dessus.

Tu les croises dans les couloirs.

Le bruit il remonte.

Et souvent c'est mal isolé.

Les voisins aussi c'est le mal.

Écrit par : gazelle | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je suis comme toi ! Je hais le fait de dire bonjour à chaque fois que je tombe nez à nez avec ma voisine (qui bronze en maillot de bain en plus) et j'habite dans un lotissement...
L'image tu l'as eu sur holywood geek non ?

Écrit par : Touwity | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je dis toujours bonjour, mais aucun ne me réponds, alors je le répète encore plus fort, pour être certaine qu'ils ont bien entendu et qu'ils sont juste malpolis!

La seule qui me parle est ma voisine d'en face, une espèce de cinglée qui sonne à ma porte au nouvel an pour me dire qu'elle est "ravie que je fasse une soirée et que je m'amuse et que je ne m'inquiète pas car même si elle sera seule chez elle dans le noir (????) elle ne viendra pas me dire de baisser la musique".

Sinon la nuit je suis réveillée par les cris d'une femme qu'on égorge (à moins que ca soit autre chose...)

Non vraiment les apparts c'est FABULEUX !

Écrit par : Ptipimous | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Chaque année, je la zappe cette fête!
Pas envie d'inviter mes voisins chez moi, même si au bout de presque 5 ans, on sent qu'ils ont envie de tous faire amis avec nous. Y en a même un qui nous a donné sa procuration pour l'assemblée des copropriétaires o_O

Le résultat du concours, c'est à quelle heure?

Écrit par : MissBrownie | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

tout pareil !! je cherche un pretexte pour la fête des voisins, t'as rien en stock ??

Écrit par : kitty241 | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Je déteste les voisins qui ne disent pas bonjour lol A ceux là, je suis capable de leur faire une crasse (si si j'ai déjà raconté ça un jour).
Sinon les autres, on se croise avec le sourire mais on ne tombe pas non plus dans les bras les uns des autres chaque fois qu'on se voit (manquerait plus que ça non mais ho !)

Écrit par : Madison | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Vade retro les voisins !! :)
J'habite en maison, à notre arrivée, on a fait un apéro entre voisins (4 maisons), on étaient tous totalement beurrés, et on s'est juré de rester conviviaux mais sans plus, et s'est parfait comme ça.

Écrit par : christèle | 23/05/2008

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.