Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2009

Amis de la psychothérapie, bonsoir

Ce week-end j'avais fait une vague note de clampine - histoire de meubler - en évoquant l'angoisse permanente qui est ma meilleure amie.

A ma grande surprise des personnes diverses et variées m'ont encourager à développer.

Certes cette note n'entre pas dans mon registre habituel, mais je n'aime pas être mise dans une case. Si je suis très à l'aise avec un registre tagada pouet pouet, j'aime aussi parfois aborder des rivages plus difficiles, qui peuvent en dérouter certains.

Donc aujourd'hui, voici le côté obscur de Manu.

D'aussi loin que je puisse me souvenir, elle a toujours été là.. Ma meilleure copine, ma soeur, mon double : l'angoisse..

Il faut dire qu'avoir dans ses gênes des générations de gens persécutés, chassés de leur pays, pogromés et transformés en savon, ça n'aide pas... On a toujours le réflexe atavique de regarder rapidement autour de soi pour voir si un uniforme hostile n'entre pas dans votre champ de vision.

Même gamine, mon cerveau a toujours été en ébullition permanente avec des "et si.." : et si le pont sous lequel je passe s'écroule, et si mes parents ne m'aimaient plus, et si je n'étais pas belle, et si je n'étais pas intelligente, et si j'allais mourir...

Sans jamais avoir de réponses, évidemment, les "si" défilaient trop vite dans ma tête l'un chassant l'autre..

Les si se sont multipliés avec la crise existentielle de l'adolescence et avec elle sont arrivées les premières manifestations physiques : claustrophobie montante et manifestations d'une tétanie naissante.

Et plus j'avançais en âge, plus les signes augmentaient en nombre et en intensité. Jusqu'à faire ma première vraie crise d'angoisse après la naissance de mon fils aîné.

Car oui, depuis que mes fils sont nés, elle est là quasiment en permanence, tapie au creux de mon estomac. Sournoise, torturante, ... la bête..

Elle s'empare de mon estomac, le serre dans ses griffes, le retourne puis remonte dans ma gorge en une boule qui m'empêche de respirer pour redescendre dans mes membres qu'elle tord à sa guise.

Parfois, comme un dompteur de cirque, j'arrive à la maîtriser, je crie "COUCHEE" et elle retourne se tapir dans mes entrailles.

D'autres fois, moins souvent d'ailleurs, c'est elle qui gagne. Elle me met KO et me transforme en pauvre petite chose pathétique et paumée. Je n'ai pas d'autre choix alors que d'appeler à mon secours les merveilleuses inventions de l'industrie pharmaceutique. Je vous rassure, les pilules qui font rire restent quand même très occasionnelles.

Mais j'en ai toujours à portée de main au cas où. Car cette saleté m'a quand même cueillie par surprise au moment où je ne m'y attendais pas du tout.

Par exemple : vous êtes dans un repas de famille, tout va bien, et hop au moment du dessert, vous vous tétanisez sous les yeux de tata Micheline horrifiée pendant que votre meuri (qui commence à avoir l'habitude) appelle SOS médecin sur son portable.. SOS médecin qui arrive d'ailleurs pour vous faire une piqûre de valium salvatrice et ventiler tata Micheline qui a fait un début d'arrêt cardiaque.

Ambiance..

Mais ce n'est que le côté spectaculaire. L'angoisse quotidienne, si elle se voit moins est tout aussi redoutable..

Cependant, je disais en tête de note qu'elle était aussi mon amie. Pourquoi ?

C'est paradoxal, mais mon angoisse ... J'y tiens. D'abord elle fait partie intégrante de ma personnalité. Vous imaginez vous une Manu zen et sereine au lieu du zébulon énervé qui s'agite sous votre nez jour après jour ?

Certainement pas, et moi non plus.

Et puis l'angoisse est ... Créative. Oui, absolument. Les angoissés ont 3000 idées à la seconde car leur cerveau n'est JAMAIS au repos. Et quand je dis JAMAIS c'est jamais. Par exemple, il m'est arrivé de me réveiller en pleine nuit en me disant "et si....".

Et oui, le fameux "et si..."

C'est pourquoi, la plupart des grands artistes ont souvent une composante anxyolisante non négligeable..

Sans vouloir avoir du tout la prétention de me hausser à ce niveau,  je peux quand même affirmer que quand mon entourage cherche une idée créative, vers qui se tourne-t-il  ? A votre avis ?

Autre bonus : l'angoissé est un radar. Hypersensible, il "sent" à l'avance les catastrophes qui risquent de s'abattre sur ses chaussures. Ce qui est quand même hypra-pratique pour parer les coups.

Dernier avantage, non négligeable, l'angoissé est un genre de couteau suisse de la vie. Tellement stressé par ce qui RISQUE de lui arriver qu'il a toujours un plan B en cas de cata, et un plan C pour doubler le plan B, etcetera jusqu'au plan Z.

Vivez avec un ou une angoissé et vous aurez toujours une solution à tout. Avec crise de tétanie à l'appui, mais solution quand même.

On m'a déjà conseillé une psychothérapie pour juguler cet état d'anxiété. Peut-être. Mais je doute qu'un psy m'aprenne autre chose que je ne sache déjà.

Peut-être un jour, quand je ne pourrais plus maîtriser le fauve, au lieu de me bourrer de cachets, oui, je chercherais une solution alternative.

En attendant je vis avec, plutôt pas mal d'ailleurs..

angoisse.JPG
Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : angoisse | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Très bel article.
Sous tes dehors de rigolote, tu nous montres une autre facette. Mais celle-là je m'en doutais un peu.
Cela ne doit pas être facile, tout de même

Écrit par : Angélita | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je crois que j'étais déjà une petite fille angoissée et ma foi j'arrive à vivre avec je sais (à peu près) gérer les crises.
(t'as essayé le pétard bien sûr? ;-))

Écrit par : Pivoine la fleur 2.0 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Oui, je comprends.
J'avais aussi pensé pour moi que cette ascendance faite de craintes, de persécutions et de fuites récurrentes y était peut-être pour quelque chose... Trouver des cieux meilleurs sans y croire vraiment.
Mes questions sont "pourquoi" et "si". Ma crise, c'est le rejet, l'enfermement et la panique consécutive à la solitude. Ma solution ? Je n'en ai pas encore... En revanche, les plans de survie, les réactions en cas d'urgence, je maîtrise.

@ Pivoine : moi ça ne marche pas, c'est même pire je crois (je ne veux pas perdre le contrôle donc je me tends encore plus sous l'effet des clopes rigolotes ; et pareil pour l'alcool...).

Écrit par : Chouyo | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Angélita : franchement ? Boh, il y a nettement pire..
@Pivoine : évidemment. Ca détend, c'est clair.. Mais bon à terme ressembler à Doc Gynéco, ça me tente moyen.
@Chouyo : voilà... Pareil.. Sauf pour l'alcool et les cigarettes qui font rire..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Sans être personnellement concernée par cette lourde histoire de la persécution collective, je la comprends (pour des raisons qu'il serait trop long de développer ici). Je m'y intéresse également sur un plan intellectuel.
L'angoisse est créative, je confirme. Elle est cousine de l'intuition. Mais c'est aussi une valise très lourde à porter.
Tu as eu raison de faire ce billet, Manu.

Écrit par : Madame Kévin | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

on a tous je pense plus ou moins une zone d'ombre... j'espère que ça ne te gâche pas trop la vie quand même... être stressé et faire les crises dont tu parles est quand même bien différent... moi suis souvent dans la première catégorie... pas toujours facile mais bon l'hyperactivité me gagne souvent et ne sais pas vraiment me reposer...ni physiquement ni mentalement... j'essaye de me calmer parfois...bof on m'a souvent conseillé la sophro... faudrait que j'y arrive un jour !
bises

Écrit par : Virginie B | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

(moi, je disais juste: pas pendant le week end de pentecôte (que déjà, le week end, on est molles du genou, mais trois jours, ça assomme...))

et t'es pas hypocondriaque, en prime? Non, parce-que, sinon, je t'aurais envoyé mon paternel (qui devait repartir en Espagne, mais qui reste ici avec son gel bactéricide et sa collection de masques... que d'ailleurs, il a dit qu'il fallait que j'en achète, puisqu'il allait y avoir 30000 morts en France cet hiver...)... C'est le genre qui m'appelle à deux heures du mat' pour me demander le rythme cardiaque habituel d'Attila (oui, la nuit, il ne dort pas, il vérifie que mes gosses respirent et il leur prend le pouls...)... J'adore.

Écrit par : Daydreamer | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je n'aime pas qu'on mette des gens dans les cases alors j'aime ta façon d'en parler de cette angoisse...
j'étais intéressée parce que touchée de près, mon meilleur ami fait des crises d'angoisse depuis 2 mois, il est un peu perdu... et quelqu'un de ma famille mais elle a trouvé un remède miracle, je t'en parlerais si tu veux...
mais pourquoi ce déclenchement depuis tes enfants? je ne suis pas psy mais ce côté de la chose m'intéresse...
en tout cas moi je trouve ça couillu que tu en parles ici et ça ne casse pas du tout le mythe de Manu, au contraire!

pour terminer en humour : un jour je discutais avec un garçon bourré de problèmes existentiels, j'essayais de lui dire que ça irais mieux etc, que tout n'était pas plombé et sa réponse m'a scié "je suis ashkénaze, comment veux tu que j'aille mieux?!!"

Écrit par : Carole | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Madame Kevin : aaaah. Merci de ton soutien.. Je n'en attendais pas moins..
@Virginie : l'hyperactivité, ça ne doit pas être évident à gérer non plus. Pas de souci pour moi de ce côté là. En tant que grande flemmarde je suis plutôt en hypo-activité.. :D
@Daydreamer : évidemment, ça va de soi que je suis hypocondriaque. A la moindre douleur au doigt de pied, j'ai un cancer de la jambe, mais comme je ne vais pas voir le médecin, de peur qu'il m'annonce que j'ai un cancer de la jambe, j'ai un cancer généralisé 24 heures après..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

je te conseille quand meme de chercher à distinguer ce qui relève des peurs et ce qui est angoisse

Écrit par : olympe | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Carole : mais VOYONS enfin.. On ne peut pas renier ses origines. Enfants = TRIPLE ANGOISSE. Quant à la réponse de ton pote... MOUAHAHAHHHAHAH... J'adore.. J'ajouterais, "je suis ashkenaze, et j'ai une mère juive, comment veux-tu que j'ailles mieux"... :D
@Olympe : la peur a une source précise et rationnelle. L'angoisse c'est l'inverse. Pas de source définie et irrationnelle. Tu vois, je fais la différence... :D

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Très bien cet article...
Très vrai!
Sans les crises de tétanie, j'ai le même problème, cette angoisse, ce stress qui ne te lâche jamais.
comme toi, c'est une des choses dont je ne souhaite pas me départir. La zenitude m'ennuie, et être à 100 à l'heure tout le temps, c'est fatigant, mais ça fait se sentir vivant.

Écrit par : LMO | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Parfois ça me ferait peut-être du bien d'angoisser un peu ...

Ca m'arrive bien sûr pour pour des trucs idiots comme devoir téléphoner à quelqu'un que je ne connais pas mais jamais de réelle crises d'angoisse.

J'ai une connaissance qui faisait des crises d'angoisse et en avait des insomnies ... dur !

Écrit par : Miss Brownie | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Angoissée depuis toujours , spamosphile depuis 15 ans, bonjour!

Dès fois que je dis que sans les angoisses, il me manquerait qque chose, pas toi? :o

Écrit par : Gazelle | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je trouve cela courageux d'en parler, même sur le ton de l'humour...
Cela étant les cachets ne permettent que de cacher (...) ce qui te rends ainsi et c'est très dur d'y faire face...il faut une sacrée dose de courage ou de masochisme lol pour aller voir un psy et ce remettre dans les rails :-)
Car le pire ce n'est pas tant la petite crise d'angoisse qui ce gère mais sa grande soeur la crise de panique...Elle n'obéit pas quand tu dit couchée :-)

Écrit par : sublime | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Cette note est super, je m'y retrouve et m'accepte mieux en fait

tu es sage manu

Écrit par : lili est insolente | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@LMO : voilà. Exactement. Peut-être faut-il juste que nous apprenions que se sentir vivant ne veut pas forcément dire vivre à 100 à l'heure..
@MissBrownie : je crois que tu as BEAUCOUP de chance..
@Gazelle : bienvenue au club ! C'est exactement ce que je dis dans la note..
@Sublime : ouaip, j'en ai fait 2/3 là il faut faire allo docteur rapidement, je te confirme..
@Lili insolente : absolument pas. Ne me prend surtout pas comme exemple. Tu cours à la catastrophe..
@Chonchon : le problème c'est que je n'ai pas du tout ENVIE de baisser mes antennes. Si la tétanie est le prix à payer, alors je paierais..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Bravo pour cette note, et je me reconnais à 100 % ! Tout est dit, le mal de ventre, les "et si...", les cachetons à portée de mains, le cerveau qui a 3000 idées à la seconde...
Par contre, en vieillissant, je progresse et je ne fais plus de crises de tétanie. J'ai vu une psy pendant six mois, elle m'a gonflée pendant six mois, mais elle m'a dit un truc : "Baissez vos antennes". Exactement ce que tu dis que tu parles de noter hypersensibilité à ce qui se passe autour de nous. Quand l'angoisse monte, je me dis "Baisse tes antennes...", je me fous dans ma bulle, je prends du recul... et petit à petit, j'arrive à être plus zen qu'autrefois.
Bon courage, chère consoeur !

Écrit par : Chonchon | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je crois que je n'ai jamais fait de crise d'angoisse, mais je suis une angoissée qui s'ignore (enfin je crois, auto-analyse bonjour!). Mais c'est plutôt du genre "personne ne m'aimeuuuhhh", tout le monde veut ma peau (de vache). Par contre je vis avec un flippé de 1ère aussi, et pfff c'est du boulot de gérer les flippes d'un homme et ses propres tortures mentales. Certains jours, il ne vaut mieux pas nous croiser...

Écrit par : firemaman | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

oh lala avec tes loulous tu as dû et dois souffrir !!!!!

Je crois qu'on n'y peut rien à cette angoisse juste comme tu le dis si bien on doit apprendre à vivre avec.

Dis donc la star n'a pas confiance en elle???

Un petit massage détente????

Ah non, je ne suis pas ton assistante c'est vrai!!! ;o))

Je t'embrasse et bravo pour ce billet-révélation qui touche beaucoup

Écrit par : Sandra | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Curieux,cette amie m'a aussi rejointe après la naissance de mes fils (et j'ai mis ça sur le dos de l'Amour) et par miracle elle est partie. Je suis plutôt zen maintenant. Je suis tombée un jour sur cette phrase de Camus "L'angoisse est l'état perpétuel de l'homme lucide". Je ne me souviens plus si c'est dans "la chute" ou le mythe de Sisyphe ça résume bien les choses et c'est beau non ? Bon après-midi

Écrit par : ranjiva | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Firemaman : euhla... !! Alors tous les deux, vous êtes pas mal non plus..
@Sandra : si si j'ai CONFIANCE en moi. J'ai juste peur.. de quoi au fait ? Ah oui, d'avoir peur.. C'est ça l'angoisse... :D

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Chouette d'en savoir plus sur toi ainsi... très touchant billet. Angoisse est aussi avec moi très très souvent. Je suis capable d'imaginer le pire en 12 secondes et de me mettre à pleurer comme si cela allait arriver immédiatement. Elle a toujours été là, mais se cache de plus en plus, bizarrement alors qu'avec l'arrivée des enfants, elle a de quoi se multiplier ... la maturité j'imagine...

Écrit par : e-zabel | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@ranjiva : merci pour ton passage ! Et pour ta si jolie citation.. tellement vraie.. !
@e-zabel : fais gaffe, c'est sournois ces bestioles. On croit les avoir vaincues, et elle te choppent par derrière et par surprise..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Difficile de rajouter quelque chose, à part merci de nous livrer, à la lumière de la bienveillance, cette partie "sombre" :-)

Écrit par : Pom | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ah ben tu vois il fallait que tu en parles pour que mon homme en fasse une aujourd'hui (y avait longtemps) ;-)
Il arrête tout, se bloque et m'appelle au boulot... (c'est moi son anti-angoisse :-D)

Écrit par : Pivoine la fleur 2.0 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Pom : oui, j'ai daigné... :D
@Pivoine : quand je te disais que les angoissés ont un radar !! J'espère que l'homme va mieux...

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ecoute, je en te connais pas, mais merci pour cette note, je me reconnais dans certaine choses, et la façon dont je gères certaines angoisses n'a pas toujours été tip top, mais te lire me remets certaines choses en perspectives, et donne une autre saveur si je puis dire.
Chaque cas est particulier, mais se poser autant de questionnement est aussi le reflet d'une personnalité aux aguets, attentives aux autres et finalement si tu en retires d'abord les bons côtés, j'allais dire que ça dure :)

Écrit par : Océane | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

10 ans que je fais des attaques de panique. Par période.
Mais, maintenant, j'arrive à les gérer, avec la respiration. Ce qui ne m'empêche absolument pas d'angoisser avant de faire quoi que ce soit.
Et si je mourais, là, de suite ?
Merci pour ce billet et les comms qui sont rassurants.

Écrit par : Virginie et son paillasson | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Nouvelle venue ici je découvre une autre facette. C'est courageux et utile d' en parler. Merci :)

Écrit par : madoo | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Mais peut etre que si on etait jamais angoissé on ne ferai pas ce que l'on veut en fait dans la vie ! Ca peut aussi etre une bonne chose ! Enfin je dis ca mais je suis une perpétuelle angoissée aussi lol

Écrit par : farfadette | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Océane : oui, mais pas trop, que ça dure, pas trop, quand même... :D
@Virginie : arrêtes, tu m'angoisses ... :D
@Madoo : mais je t'en prie.. Et des facettes, j'en ai plein, crois-moi..
@Farfadette : bon ben voilà, finalement, on est pleins d'angoissées..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

le côté sos medecin et pilules, ça doit être pénible, le côté "cerveau jamais au repos avec plan Z", ça me connait, et t'as raison ça n'a pas que des inconvénients !

Écrit par : kitty241 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

Tiens, tes ancêtres sont aussi des savonettes ???

Je suis également hyper-anxieuse .
J' ai fait des thérapies cognitives, de la sophro, bu des tisanes, bouffer un tas de bonbons ... Spasmophilie !
Tu as déjà fait un test pour voir si tu étais spasmophile Manu ?

Écrit par : frannso | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Kitty : il y a toujours des bons côtés à tout..
@Frannso : évidemment que je suis spasmophile.. c'te question. J'ai pas besoin de test. Je bouffe du magnésium en permanence..

Écrit par : emanu124 | 03/06/2009

Répondre à ce commentaire

C'est bien parfois de montrer aussi l'autre facette. Bravo Manu, d'avoir eu les couilles (on peut dire couilles ici, je crois hein?)d'écrire cette note.

Je ne voudrais pas être indiscrète, mais est ce qu'il t'arrive de calmer ses angoisses avec du lexomil et si oui, à quelle dose?

Écrit par : miss julie | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

Le magnésium tout seul ne sert à rien ...
Vitamine D et Dr Rubinstein !
Si tu veux, je te maile ses coordonnées .

Écrit par : frannso | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

@MissJulie : tu peux dire couilles sur ce blog effectivement. Bite et chatte aussi d'ailleurs... :D Quant aux pilules qui font rire c'est très occasionnel. Je ne prend pas de Lexomil mais du Xanax pour ma part et un cachet vraiment une fois de temps à autres quand je sens que la bonne volonté ne suffit plus.
@Frannso : fais péter les coordonnées du guru de l'angoisse. Ca peut servir. Merci à toi !!

Écrit par : emanu124 | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

Je suis aussi une grande anxieuse, et je me reconnais dans ton portrait. Oui, les anxieux sont souvent des comiques des imaginatifs et des artistes, car ils essaient par leur créativité de se calmer. J'ai lu "petit ou grand anxieux" d'Alain Braconnier, je te le conseille fortement, c'est un livre intelligent, pas du tout niais. Il explique très bien ce qu'est l'angoisse et que ce n'est pas une fatalité ni une honte : )

Écrit par : Papillote | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

Merci de nous avoir fait partager cet autre aspect de ta personnalité Manu :-)

Écrit par : ennA | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Papillote : merci beaucoup pour le conseil de lecture ! Je vais voir si je peux me procurer ce bouquin !
@ennA : je t'en prie. Tout le plaisir était pour moi. Ca m'évite de payer une psychothérapie en plus !

Écrit par : emanu124 | 04/06/2009

Répondre à ce commentaire

Ahhhh... Oui ! être tétanisée : quel pied... Plus tu y pense et plus ça monte en puissance... Vite ! le sac en papier pour faire redescendre le palpitant à moins de 6000 pulsations/mn et tout le tremblement (héhé) C'est une bestiole qui ne prévient pas parce qu'elle déboule du tréfond de notre cerveau. Elle est toujours déclenchée par une émotion que nous ne pouvons pas vraiment identifier. C'est comme les rêves. C'est une soupape de sûreté, sinon on deviendrait méchegue et tu as bien raison de dire qu'elle peut-être salvatrice.

Écrit par : proserpine | 05/06/2009

Répondre à ce commentaire

Un peu la flemme de lire les 42 précédents, so sorry si je suis redondante, mais : a moins de le vivre super bien, si j'étais toi, je serais curieuse de creuser un peu pour savoir d'où ça vient. Parce que ça m'étonnerait très fort que ça soit génétique. Un truc transmis inconsciemment, des choses que tu as oubliées, et si une psychothérapie n'apporte que rarement la clé du truc et hop, ça disparait, c'est quand même vachementintéressant de regarder les petits tiroirs dans ta tête. Même si on les connait, voir les choses sous un autre angle permet de mieux saisir la façon dont on s'est construit et de lâcher petit à petit les boulets qu'on se traine, même inconsciemment. Et aussi, c'est souvent très intéressant de faire un travail sur soi.

Écrit par : Miss Rainette | 05/06/2009

Répondre à ce commentaire

@Proserpine : oui, hein, quel pied la tétanie.. Ca permet aussi de se rendre intéressante à peu de frais.. Avantage NON négligeable !
@MissRainette : aucun commentaire n'est redondant. Tous les avis sont intéressant. La psychothérapie, certes, je n'ai rien contre. MAIS je me regarde déjà tellement le nombril au quotidien que le faire encore plus serait atteindre un niveau insoutenable pour mon entourage. De plus, de toutes les personnes que j'ai rencontrées ayant tenté l'expérience, aucune ne m'a vraiment affirmer aller MIEUX après une psychothérapie ou une analyse.. Or si je tente cette aventure c'est pour, justement, aller MIEUX. Si c'est juste pour comprendre ce qui m'arrive.. Heu.. comment dire.. En fait ça ne m'intéresse pas vraiment..Mais, bon je suis idiote et bornée...

Écrit par : emanu124 | 05/06/2009

Répondre à ce commentaire

C'est un vaste débat...je comprends tout à fait que ça puisse rebuter.
Mon expérience à moi est différente. Je l'ai fait à trois reprises, parce que j'arrivais pas toute seule à aller mieux. J'ai aimé comprendre les ressorts, parce qu'au quotidien quand la mélancolie, le coup de blues se pointe, ou bien que l'on me fait mal, je sais aujourd'hui à quoi ça tient, et du coup, j'ai moins de coups de "moins bien" et surtout ça passe plus vite. Je maîtrise mieux les tenants...Mais je suis bien consciente que tout est question de tempérament ou d'envie :-)

Écrit par : Miss Rainette | 05/06/2009

Répondre à ce commentaire

@MissRainette : walla ! Absolument. Je pense en fait qu'une psychothérapie est absolument nécessaire pour des gens qui ne vont VRAIMENT pas bien : dépression ou anxiété extrême voire dérangement mental au sens large. Mais en fait pour une angoissée qui s'assume est-ce vraiment utile ?

Écrit par : emanu124 | 05/06/2009

Répondre à ce commentaire

Merci pour ta réponse. Je comprends.
et je rajouterai que je te rejoins dans ta réponse à miss Rainette.

Écrit par : miss julie | 08/06/2009

Répondre à ce commentaire

@MissJulie : oui, je suis pour soigner ceux qui vont mal mais contre la psychothérapie à toutes les sauces ..

Écrit par : emanu124 | 08/06/2009

Répondre à ce commentaire

Pareil, je suis angoissée en permanence et j'imagine les pires situations. De toutes les manières quand je pense à quelque chose, c'est tjs au pire.
Ca m'a tout de même beaucoup été transmis par ma mère qui est aussi une grande angoissée. Mais moi je vire parano en plus. Lorsque je marche dans la rue, le type derrière moi c'est forcément guy george.
Le problème de mes angoisses, c'est que je sais qu'elles vont se multiplier si un jour j'ai des enfants.

Écrit par : Pimousse | 08/06/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.