Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2010

Viens voir les comédiens, voir les musiciens, voir les magiciens qui arrivent...


Une soirée au théâtre ça ne se refuse pas.

Donc quand Plastie m'a couiné dans le tuyau "radines ta chetron" (Plastie cause très mal la France et elle a de mauvaises fréquentations), malgré un état de fatigue avancé lié à une semaine professionnelle chargée et à une vie de patachon en parallèle, je n'ai pu que lui dire "banco"..


J'ai décidé que je dormirai plus tard.


Au travail par exemple.


Et j'ai couru sur mes talons jusqu'au théâtre du Palais-Royal ou j'ai retrouvé la susdite.

Avec un sandwich Uniqlo..

Si si je vous assure. Uniqlo fait des sandwiches, la preuve.

IMG_0098.JPG

(et hop demain, queue de 12 km devant le magasin pour rien)


La soirée a débuté par la visite du théâtre en compagnie d'une quinzaine de bloggeurs et webzineurs invités, guidés par le Directeur et le Régisseur du théâtre.

IMG_0105.JPG
IMG_0106.JPG

Le Foyer

IMG_0121.JPG

 

IMG_0119.JPG
La Salle

Un peu d'histoire sur le théâtre du Palais Royal en quelques lignes.

Et ne râlez pas ça vous culturera bande de mouflons.

C’est en 1780, que Philippe III d’Orléans, père du futur roi Louis-Philippe, entreprend de transformer entièrement son domaine en créant à l’intérieur du jardin trois nouvelles rues qui vont recevoir comme noms, les titres de ses trois fils : de Valois, de Beaujolais et de Montpensier.
Avec l’architecte Victor Louis, qui vient de terminer l’admirable grand théâtre de Bordeaux, il élabore les plans de ces rues bordées de maisons identiques, soutenues par des arcades. Très vite, viennent s’installer les commerces les plus hétéroclites : bijoutiers, coiffeurs, confiseurs, tailleurs, couteliers, drapiers, fleuristes, libraires, parfumeurs, modistes. Le Palais-Royal était alors une zone franche où la police de rentrait pas. Donc aussi un lieu de débauche où se croisait joueurs, voleurs, prostituées et escrocs en tous genres. C'est la Montansier, courtisane, puis femme d'affaires qui va donner son essor au théâtre. Elle sait trouver les auteurs et les interprêtes qui enchantent le public en mal de plaisir et de légèreté, notamment sous la révolution. Elle lui propose des opéras-comiques et des comédies aux titres évocateurs. Le 13 juillet 1820, à 90 ans, cette grande figure du théâtre français qui a connu Louis XV, Louis XVI, la Révolution, l’Empire, la Restauration, les Cent-Jours, Louis XVIII, fait construire quatre théâtres, et en a dirigé vingt, disparaît oubliée de tous. Le théâtre fermera aussitôt. Il ré-ouvrira 11 ans plus tard sous l'impulsion de Dormeuil, qui lui donnera pendant 30 ans ses lettres de noblesse. A la fin du XIXème siècle le théâtre entamera une grande histoire d'amour avec Feydeau qui y créera 6 de ses pièces jouées et rejouées à de nombreuses reprises.

Depuis la comédie est restée la vocation du Palais-Royal. C'est d'ailleurs ici que s'est jouée pendant 7 ans d'affilée la mythique "Cages aux Folles"avec Poiret et Serrault..

IMG_0132.JPG

Et à propos de Feydeau, c'est justement deux pièces courtes de l'auteur que nous avons pu voir. Et tant mieux : j'adore Feydeau. C'est pour moi un maître de la comédie qui, sous des aspects extérieurs légers voire bouffons, critique et ridiculise les travers d'une société bourgeoise française de la fin du XIXème siècle. Ses pièces sont des petits bijoux d'horlogerie comique qui ne souffre aucune approximation. Et oblige les comédiens à donner le meilleur d'eux-mêmes. Au risque de choquer certains puristes, je le compare volontiers à un Molière de la belle époque.

 

On purge bébé
Monsieur Follavoine cherche à décrocher le marché des pots de chambre incassables à destination de l'armée française. Pour tenter de conclure l'affaire, il invite à dîner Chouilloux, fonctionnaire influant du ministère des armées, son épouse et l'amant de celle-ci. Mais ce jour-là, le fils Follavoine est constipé et ne veut pas prendre sa purge... et rien ne se passe comme prévu.

Léonie est en avance

Léonie est sur le point d'accoucher avec un mois d'avance. Les mauvaises langues se délient, Les règlements de compte et les mesquineries entre beaux-parents et gendre vont bon train, l’arrivée d’une sage-femme tyrannique finit de chambouler toute hiérarchie dans la maison, et ce qui devait être un moment de joie va tourner à la catastrophe.

J'ai beaucoup aimé la mise en scène dynamique, le comique échevelé venant du ridicule des situations décrites par Feydeau, l'énergie des acteurs, les costumes graphiques en noir et blanc. Avec une mention spéciale à Christiana Réali (vraiment très jolie au naturel) qui n'hésite pas à s'enlaidir pour la bonne cause !

Seul petit bémol : un décors aux couleurs volontairement psychédéliques qui va moyennement avec les costumes et finit par vous donner le mal de mer.

IMG_0112.JPG
Les comédiens en réglage juste avant le spectacle.

Personnellement j'ai préféré la première pièce, que j'ai trouvée plus enlevée, à la deuxième. Mais le niveau global reste très bon.


Après la pièce, conclusion parfaite d'une parfaite soirée, nous sommes montés sur scène au milieu des décors et des accessoires pour une petite  conversation avec le metteur en scène, Gildas Bourdet


IMG_0125.JPG

L'interview de Gildas Bourdet filmée par InandOut Blog


Avant de visiter les coulisses
IMG_0129.JPG
IMG_0130.JPG
Le petit boudoir derrière la scène avec des accessoires du spectacle.

pour  rejoindre toute la troupe au bar du théâtre pour une conversation-coupette de champagne avec les acteurs. Avec en bonus, la présence du réalisateur Jean-Pierre Jeunet, venu voir jouer son acteur fétiche : Dominique Pinon.

IMG_0133.JPG


Malheureusement, il était tard, et, sous peine de ne plus avoir de métro, j'ai été forcée de m'éclipser rapidement sans avoir eu vraiment le temps de harceler les pipeules présents comme j'ai l'habitude de le faire dans ce genre de situation.

Ils ne se doutent donc pas de l'horrible sort auquel ils ont échappé.

Quant à moi je suis rentrée en titubant (champagne + rien dans le ventre + fatigue) avant de m'écrouler pour quelques heures dans mon lit et de passer mon vendredi dans un état catatonique en faisant semblant d'être concernée par mes dossiers au bureau.

Mais je ne regrette rien, car j'ai vraiment passé une excellente soirée. Que je vous recommande. ON PURGE BEBE - LEONIE EST EN AVANCE Cristiania REALI, Dominique PINON, Pierre CASSIGNARD de 27,75 à 39 Euros la place avec les offres spéciales sur le site du théâtre..

 

Merci à Plastie, à l'agence en 3 mots et à Sarah pour cette jolie soirée !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Bel article, très complet...

Écrit par : La Femme coupée en deux | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ah bon chuis pas une femme du monde alors ? Bon tant pis ! (très chouette ton article !)

Écrit par : Plastie & Cie | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

@La femme coupée en deux : merci ! Ca fait toujours plaisir..
@Plastie : ta réputation est foutue maintenant..

Écrit par : emanu124 | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

J'adore les théâtres et l'atmosphère qui s'en dégage... c'est une des choses qui me manque depuis que j'ai quitté la capitale... aaaah Paris..... merci pour ton article bien sympa, j'y étais...

Écrit par : maman@home | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Fédeau c'est chouette, mais je ne crois pas que ces deux pièces soient les plus intéressantes de son oeuvre. En tout cas, une soirée théâtre, c'est bien trop rare !

Écrit par : Chouyo | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ah ben ça c'est du très très bon reporting 20/20 !!!!!!

Écrit par : Sandra | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

@maman@home : je t'en prie.. C'est vrai qu'un des avantages de Paris est la variété des spectacles proposé. Le revers de la médaille c'est qu'il faut parfois trier et chercher pour séparer le bon du mauvais, voire du très mauvais.
@Chouyo : je suis d'accord. Ce ne sont pas les meilleures pièces. Je préfère nettement "Le
dindon" ou encore "L'hôtel du libre échange". Mais elles restent tout à fait distrayantes !
@Sandra : mais merci beaucoup !!

Écrit par : emanu124 | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Oui enfin au moins tu peux trier ... en province on est loin d'avoir QUE les bons trucs aussi...

Écrit par : maman@home | 10/02/2010

Vachement bien comme soirée ! Ah Paris... vous avez du bol, quand même. Au niveau culturel, c'est quand même autre chose.

Écrit par : Chonchon | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Mais ya tout a paris gnnnn !

Écrit par : Farfadette | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

ça me manque, le théâtre... soit tu as des chouettes pièces à des tarifs de malade (et encore, si t'es abonné-e) soit tu as des pièces modernes bien "prise-de-tête"... (si t'as pas pu choper les people, t'as pas eu de ragots non plus?)

Écrit par : Daydreamer | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

J'adore ce genre d'endroit mythique et intemporel!...
Y a un sacré bail que je ne suis pas allée au théâtre moi dis donc...
Un plaisir rare quand on vit en Province hélas...;-)

Écrit par : Evilysangel | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

@Evilysangel : j'ai bien conscience de ma chance !!

Écrit par : emanu124 | 10/02/2010

@Chonchon : c'est clair. Même par rapport à des villes de province très dynamiques sur ce plan..
@Farfadette : et oui. Il faut bien avoir quelques avantages à vivre dans une ville bruyante, polluée, chère et remplie de gens malaimables.
@Daydreamer : nan. Pas de ragots pour cette fois.. La prochaine fois je m'arrangerais mieux.

Écrit par : emanu124 | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Cette évocation est très agréable !!!!

Bonsoir Emanu !!!!! très grandes bises pour vous et pour Cannelle.

Écrit par : Michel | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ravie de vous faire plaisir, Michel...

Écrit par : emanu124 | 10/02/2010

J'avais vu quelques extraits, et en effet, ça m'avait l'air vraiment très bien !

Écrit par : Kahlan | 10/02/2010

Répondre à ce commentaire

Ca vaut le coup effectivement...

Écrit par : emanu124 | 11/02/2010

Les commentaires sont fermés.