Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

Back in the USSR


Attention aujourd'hui, on lâche le fauve.

Je vous aurais prévenus.

J'ai modifié le titre que Daydreamer avait initialement donné à ce billet. Elle va trépigner mais c'est mon blog, je fais ce que je veux.


Courage, demain c'est fini et on passe à autre chose. En attendant, vérifiez vos vaccins et votre trousse de secours.


Love in an elevator*

(* titre emprunté à un obscur groupe américain dont le chanteur n'est pas roux)


Au siècle dernier, figure-toi que j'ai participé à un voyage "scolaire/linguistique" (surtout linguistique, en fait) en Union Soviétique.

Si. Ça s'appelait encore comme ça. URSS.

De quoi je peux bien me souvenir aussi longtemps après? (déjà, je me bats contre mes neurones ET mes enfants, alors autant m'entretenir et retarder alzheimer...).


Leningrad (Que s'appellorio St Petersbourg, ou une connerie du genre, maintenant), ça caillait (10°C en septembre... un peu comme en ce moment en Francie du Sud, quoi...), y'avait de beaux mecs en uniformes partout (je pense que les plus canons étaient réquisitionnés pour servir de vitrine à l'armée, spapossib' autrement) et on a appris qu'on pouvait manger des glaces en hiver.

De l'Ermitage, j'ai retenu: un tableau de Vierge à l'Enfant par Léo de V. et une robe de Catherine II ayant un tour de taille à faire chialer les catwalkeuses de 12 ans. Et aussi que les maisons et les immeubles alentour étaient bas because il ne fallait pas qu'ils dépassent le palais.


Kiev: je suis vraiment passée à Kiev? T'es sûre? ... ben, j'ai dû dormir, alors...


Moscou: ah! la cafète de l'hôtel avec ses jus de fruits bizarres mais bons, avec des prunes entières qui se décomposaient dedans, ses cornichons géants (au petit déj') et la musique (Sunny, yesterday my life was filled with rain... Sunny...); Vladimir Ilitch, momifié; le métro et ses stations sublimes, gigantesques, propres, avec des voyageurs qui t'offrent des fleurs (genre "vous êtes Françaises? Tenez!"), ou qui te suivent pour t'écouter parler français; les flics en civil, dans la rue: impers beiges et faux borsa noirs; le Goum, ZE magasin, et son arrivage aléatoire de glaces (1 parfum à la fois, hein...); le bortsch et le kvass; le cirque et son crocodile; la bérioska de l'hôtel (j'avoue avoir acheté une chapka en lapin: je croyais qu'on les rasait... genre...); la boite de nuit de l'hôtel, remplie de jeunes d'autres pays de l'Est revenant des camps de pionniers ou autres colonies de vacances.


C'est marrant, j'ai oublié les prénoms des nanas qui partageaient ma piaule, mais je n'ai jamais oublié Anja, la Yougoslave, Florian, le Hongrois et Călin (que Fr@mboize prononcera comme Louboutin... #privatejoke), le Roumain.


Pour des raisons plus ou moins évidentes (Mur qui tombe, guerres...), j'ai souvent pensé à eux ces dernières XX années. J'aurais même pu garder le contact si mon copain de l'époque n'était pas tombé sur la lettre de l'un d'eux, dans laquelle, personne n'étant parfait, il avait malencontreusement utilisé le verbe "baiser" en lieu et place d' "embrasser"... le tout suivi de "en ascenseur"... Forcément, la lettre et l'enveloppe avec les coordonnées ont disparu...


Le truc le plus bizarre, dans tout ça, c'est cette femme que je croise de temps en temps -elle habite la rue "d'à côté"- et que j'ai reconnue du premier coup d'oeil, il y a trois ou quatre ans, maintenant... Son alors-futur-maintenant-ex mari nous l'avait présentée, à mes copines de chambrée et à moi, au milieu du lobby: on aurait dit un trophée de chasse. Cette fille, Russe, était à peine plus âgée que la plus âgée d'entre nous et lui était déjà grand-père (ou pas loin). Chaque fois que je la croise ou que je passe devant chez elle, je revois la scène. Je me souviens même de son prénom et de la ville où il était "allé la chercher".


Et je me souviens des autres, dans la foulée...


Trésors Russes.jpg
(je t'ai ressorti mes trésors... huhuhu... certains m'ont été offerts en boite de nuit :))


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook | |  Imprimer | |

29/06/2010

Attention .. Scoop Culinaire du siècle..


Quand Papilles, la cappi di tutti cappi de la cuisine on-line,  a dit qu'elle acceptait de partager une recette secrète dans sa famille depuis des générations, je n'en ai pas cru mes oreilles.

Et quand EN PLUS elle a bien voulu que je la publie je me suis roulée à ses pieds en bavant..

Voici donc en exclusivité extraterrestre pour vous ET vous seuls, LA recette ultime avec laquelle vous allez devenir LA star des dîners en villes et que tous vos amis vous envieront..


Voici un grand classique que nous nous transmettons de générations en générations, les spaghettis, sauce tomate. J'en parlais ici.


Il vous faut :

  • 1 paquet de spaghettis
  • 1/2 tube de sauce tomate Panzani (j'y tiens, celle ci et pas une autre, je pense que Panzani devrait nommer Papy Papilles, Melle Papilles et moi-même membres bienfaiteurs de la marque).


390124129_545b68606b.jpg?v=0


Faites cuire vos spaghettis en les plongeant dans l'eau bouillante salée pour 10 minutes. Egouttez-les. Ajoutes le 1/2 tube de sauce tomate, mélangez et régalez-vous !


390124132_636f28567b.jpg?v=0




Moi je dis ... MOUAHAHHAAHHAHAHAHAHA... C'est grandiose.

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : recette, spaghettis, sauce tomate | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/06/2010

Migraine Ophtalmique...


Aujourd'hui c'est la sublimesque Frieda l'Ecuyère queen of the modoblogosphère qui s'y colle.

Nous n'avons pas toujours les mêmes goûts en terme de fasheune. Mais il y a au moins un point sur lequel nous sommes parfaitement en harmonie.. Voyez plutôt.


Que ne ferais-je pour tâcher de remplacer l'irremplaçable Manu ?



Eh bien, inspirée par un twitt de la belle, je suis allée jusqu'à prendre quelques photos, au péril de ma vue, d'un échantillonnage estampillé été 2010 plus que représentatif de ce dont est capable Desigual (cela étant, je confesse que d'une saison à l'autre, je fais pas le distinguo).



Et maintenant, tous chez l'ophtalmo.

Mais MOUHAHAAAAAAAA, quoi.



Frieda Desigual.jpeg



06:00 Publié dans Les guests à Manu, Mode | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : desigual | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/06/2010

Photoshope moi si tu peux...


Suite à un stage Photoshop particulièrement douloureux pour mes nerfs (Maiiiiis je compreeeeends riiiiiien BORDEL !!) et donc mon orgueil. Fr@mboize m'a avoué qu'elle aussi avait sué sang et eau pour essayer de maîtriser le bouzin.


Ce qui fait de nous des compagnes indissolublement liées à la vie et à la mort par une formation à côté de laquelle les stages para-commando de la légion étrangère ne sont rien moins que de la gnognotte.


Depuis on a échangé nos sang, j'ai "Fr@mboize" tatoué dans le bas du dos, et on se tape des bières tous les samedis soirs en treillis avec les gars du 25ème RIMA.


J'ai aussi les cheveux en brosse et je demande qu'on m'appelle Marcel.


Mais ceci est une autre histoire..


Quant à Fr@mboize après avoir subi le bizutage d'usage par ses (nue et enduite de miel attachée dans une fourmilière) et traversé toutes les pièges et épreuves de la formation Photoshop, pour la récompenser ses compagnons lui ont offert CECI.


Framboize 1.jpg

Framboize 2.jpg


Moui.

Ecartez les enfants et les personnes sensibles quand même... On ne sait jamais..

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : photoshop, chapeau melon et bottes de cuir, wonderwoman | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/06/2010

Demandeeez le prograaamme..


Oui parce que quand vous lirez ces lignes, je serais peut-être déjà dans un avion direction... Un pays mystérieux ou m'attend une bloggeuse mystérieuse.. Qui a bien voulu m'accueillir (quelle erreur).


Je vous abandonne donc une semaine avant de revenir pour quelques jours vous raconter mes aventures exotiques puis de disparaître à nouveau jusqu'au 18 juillet.


La bloggeuse mystérieuse étant dotée d'une connexion et d'un ordi, il est possible que je fasse quelques interventions imprévisibles, avec fanfare et bandonéons..


En attendant, je vous laisse entre de bonnes mains, jugez plutôt..


Demain dimanche : Framboize fait sa kakoue

Lundi : Frieda vous collera la migraine

Mardi : Papilles vous dévoilera enfin LA recette secrète ultime, dans sa famille depuis des générations.

Mercredi : on détache Daydreamer à vos risques et périls

Jeudi : c'est moi par la magie de la programmation

Vendredi : Oum nous fait la fête du slip

Samedi : c'est shabbat, on se repose. Je reviens le soir de toutes manières (enfin normalement).


Merci beaucoup à celles qui m'ont envoyé des notes non énumérées ci-dessus. Je les garde pour mon deuxième départ. Vous pouvez d'ailleurs m'en envoyer encore ce sera avec plaisir..


Le tout sera orchestré avec talent et folaye par Gazelle qui sera le MC de ce blog pendant toute cette semaine.

Si elle en fait trop n'hésitez pas à me le dire, je reviendrais lui botter les fesses.


En attendant, je boucle ma valise, je vous kissekisse, veillez sur Cannelle et le meuri, et surtout surtout, pour Daydreamer, ne lui donnez pas à manger après minuit et ne l'arrosez pas.

Sinon je ne répond pas des conséquences.

gremlins.jpg



06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook | |  Imprimer | |

25/06/2010

Vers l'infini et bien bien bien au-delà..


Il y a un petit moment que je n'avais pas vu un dessin animé. Surtout un Pixar. Les enfants prenant de l'âge et se désintéressant du genre, les occasions se font rares A part les mésaventures de l'ogre Shrek dont les ados (et leur mère) raffolent, le dernier film de la firme à la lampe vu au cinéma devait être "les indestructibles."

Les "Wall-E" et autres "La-haut" ne m'avaient pas suffisamment motivée pour me décider à me payer une toile.


Mais quand le club 300 Allo Ciné a lancé une invitation pour voir en avant-première le très prometteur Toy Story 3, j'ai dit oui immédiatement.

Plus de dix ans après le deuxième volet, les aventures de Woody le cow boy et Buzz l'astronaute s'étaient fait attendre très - trop - longtemps.


Et la chronologie du film respecte celle de la vraie vie : Andy le propriétaire des jouets a grandi : il a 17 ans et est sur le point de partir à l'Université. Sa mère vide sa chambre avant son départ : Buzz l'Eclair et les autres jouets vont être donnés à une école maternelle. Woody est le seul qu'Andy décide de garder avec lui. Mais la vie à l'école maternelle n'est pas du tout aussi idyllique qu'elle semblait l'être au départ et Woody ne se décide pas à abandonner ses anciens compagnons. Que vont-ils tous devenir ??


En deux mots, j'ai ADORE. Ce sont des films comme celui-ci qui vous rendent vos yeux d'enfants. Les personnages sont toujours aussi savoureux, le rythme soutenu, et l'humour ravageur. On y retrouve une grande partie des anciens personnages et quelques nouveaux héros absolument hilarants comme une Barbie et un Ken plus vrais que nature.

Trouvailles, rire et émotion sont au rendez-vous. Comme beaucoup de films Pixar, il se regarde à plusieurs niveaux : adultes et enfants y trouveront leur compte.


Je vous recommande particulièrement un défilé de mode ahurissant de Ken  et un Buzz l'Eclair en mode espagnol.

Mais je n'en dis pas plus pour ne pas dévoiler les nombreuses surprises du film.


Allez-y en famille, ce sera une très bonne occasion, y compris si vous voulez passer, enfin, un petit moment avec vos ados. N'hésitez pas, je vous le recommande CHAUDEMENT. Y compris en 3D. Elle est très soft et ne vous donnera pas mal au crâne. Un grand Pixar s'il en fut.


Juste avant Toy Story, nous avons eu droit à un magnifique court : "Night & Day". Un mélange d'animation traditionnelle et de 3D. Inracontable et superbe !


Ainsi qu'à la bande annonce de la suite du cultissime Tron, premier long-métrage incluant des images de synthèse et film fondateur de la culture geek. Pour mémoire le film avait fait un flop monumental à sa sortie en 1982 mais avait réussi à impressionner quelques curieux fondus dont je peux me vanter d'avoir fait partie. Il est bien sur devenu mythique après coup. Cette suite a l'air, ma foi, tout à fait regardable.. A surveiller donc. Sortie en décembre 2010.


Toy Story 3 sort lui le 14 juillet.


L'affiche


19415330.jpg


La bande annonce

Et merci au Club 300 Allo Ciné et à Maylis pour cette excellente soirée !!

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : toy story 3, pixar, tron, allo ciné | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/06/2010

Maternitude Proximoche


Aujourd'hui je me sentais inspirée pour hurler sur quelque chose..

Ca m'arrive assez rarement en fait, environ toutes les deux/trois heures.


Comme évoqué dans un récent billet, j'ai failli faire un arrêt cardiaque devant un reportage de 66 minutes sur le maternage proximal.


Je ne connaissais pas ce mouvement, n'ayant pas lu le livre d'Elisabeth Badinter qui le vilipendait.

J'ai mon propre mouvement, le féminisme punk, je ne vois pas pourquoi j'irais m'embêter avec les idées des autres.


Donc si vous l'ignorez encore, et comme je l'ai découvert à la télé, le maternage proximal consiste à avoir un contact soutenu et rapproché avec son enfant à tout moment et le plus longtemps possible. Incluant l'allaitement tardif. Et une réponse constante à toutes ses demandes. En lui posant peu d'interdits.


C'est là que j'ai faillir choir de mon trépied en criant "yuuurk"


Oui je regarde la télé assise sur un trépied telle la pythie de Delphes, c'est style.


Et que j'ai crié, non pas "Aline", mais "Gné ???"


Passe encore l'allaitement tardif, quoique, n'en déplaise à Olympe qui me traite de crypto-badinterienne au passage, il faudrait encore m'en prouver le bénéfice réel passé un certain âge. Et que je trouve qu'allaiter un gamin de 3 / 4 ans c'est... un peu limite..


Je rappelle quand même que l'allaitement tardif était et est surtout un moyen de nourrir les enfants dans les périodes ou pays où l'alimentation est difficile.


Et que dès qu'un gamin a des dents c'est a priori pour mâcher.

Mais bon, chacun fait ce qu'il veut.


Trimballer son enfant 24/24 et lui passer toutes ses conneries, c'est le pire qu'on puisse faire.


Le meilleur service que vous puissiez rendre à votre descendance c'est de lui lâcher les baskets et de lui dire non... C'est à dire lui apprendre l'autonomie et la frustration. Ce dont il aura besoin plus tard pour se débrouiller dans la vie. A priori c'est le boulot principal des parents. Avec dispenser un minimum d'affection et de culture.


Ce n'est pas tant contre la mère poule au foyer que je m'élève. Il ne me viendrait MEME pas à l'idée de critiquer celles (ou ceux, il y en a) qui font ce choix.


C'est contre cet espèce de concept illusoire et aliénant de la mère parfaite que je m'insurge. Celle qui prépare les tartes aux pommes, qui suit les méthodes psycho-éducatives de pointe, qui amène ses bambins à l'éveil musico-culinaire ou les encourage au basket en tricotant des barboteuses ou en confectionnant les maillots de l'équipe,  qui est présidente des parents d'élèves, qui leur fait répéter leurs gammes en jouant du saxophone et en préparant un repas pour douze personnes.


Bree Van de Kamp.


Je fuis ces mères parfaites à la limite de la psychopathie. Qui surinvestissent sur leurs enfants et gèrent leur progéniture comme une PME. Je les évite comme la peste. Quand j'allais chercher mes fils à l'école, je me planquais dans un coin pour ne pas leur parler. Le simple fait d'entendre "je l'amène à une session d'éveil culturel" "j'ai fait des cartes personnalisées pour son anniversaire" "j'ai demandé à la maîtresse quelle méthode musicale elle utilisait" me faisait pousser des piques dans le dos.


Je suis une mère imparfaite. Et j'assume totalement. Mes fils m'ont vu bourrée une bouteille à la main en train de crier "encooooreeuuuuuh". Sans parler, entre autres, du fait que je ne leur ai jamais raconté une histoire le soir (je mettais des cassettes)  et que je leur ai mis quelques roustes maison.


Je suis un être immonde à mettre au ban de l'humanité ? Ok, on en reparlera dans 15 ans quand les maternés proximaux feront des crises d'angoisse à chaque séparation, seront suivis par un psy, prendront des substances, porteront une crête multicolore et un tee-shirt "motherfucker"..


En attendant j'ai compris depuis longtemps que mes gosses auront quoi que je fasse, toujours quelque chose à me reprocher. Partant de ce constat, je suis décomplexée de l'éducation. Surtout que je pense que leur mère très imparfaite, mes fils l'aiment plutôt pas mal. Ca les fait marrer.


Je laisse le mot de la fin à mon fils cadet, 17 ans,  qui visionnait avec moi le reportage sur le maternage proximal.


"complètement con".


00058.jpg

 

23/06/2010

T'sais pour cet été....???

Si tu veux être fasheune...


Tenue été.JPG


Tu fais péter

Le bibi en paille

Les lunettes qui vont bien

Le top en dentelle anglaise

Le short boyfriend jean

La tropézienne épurée.


Et hop.. !


Et tu peux même remplacer la dentelle anglaise..

Tenue été 2.JPG

Par un joli marcel blanc..

Et c'est vu et approuvé par Cannelle, le chat le plus uber-fasheune de l'univers..

Tenue été Cannelle.JPG


Je vous avais bien prévenus hier que j'avais les neurones intellectueux cramés pour la semaine, non ?


Bon alors.

06:00 Publié dans Mode | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : mode, été, chapeau, dentelle anglaise, marcel, tropéziennes | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/06/2010

Maicresse, j'ai un mot d'excuse...


Etant donné qu'hier j'ai commis une note vaguement intelligente et à peu près bien rédigée, j'ai cramé mon capital neurone pour environ une semaine.


J'ai donc été consulter une spécialiste du neurone de blonde, en l'occurrence une blogueuse mode, que dis-je, une, LA bloggeuse mode qui a constaté les dégâts et m'a fait un certificat médical de non-inspiration.


Si si, lisez ce qui suit


Moi, je, personnellement, dispense aujourd'hui la Grande Manu de toute écrivation qui demanderait un effort intellectueux.

Signé : la Toute Puissante

 


Et pour authentifier cet écrit elle a apposé son sceau

culotte bloggeuse mode.jpg


(c'est pas mon slippe, c'est le sien d'abord)...


Sinon ?

Ben sinon rien, si, si vous avez bien lu.

J'ai un mot d'excuses.


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (28) | Tags : mot d'excuse | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/06/2010

Pourquoi finalement j'aime le foot...


Oui, je sais, moi-même j'ai peine à y croire.


Mais au bout de quelques décennies de souffrances récurrentes tous les deux ans (coupe du monde et d'europe en alternance), de ras-le-bol, d'écoeurement, de saturation, de hurlements sur tous les proches qui osaient prononcer le mot "football"..

Aujourd'hui..


Je suis le moindre mouvement d'orteil de l'Equipe de France.. Pire, je saoule mon entourage avec les rebondissements des bleus en Afrique du Sud


Parce que, franchement, le feuilleton des bleus au mondial, c'est mieux que Dallas (ou que Gallas dans le cas présent.. Muahahhahaha).


Rappelons la chronologie de cette dramaturgie quasi... Shakespearienne..


  • Février 2010 La France se qualifie pour le mondial au terme de matches laborieux et en battant l'équipe d'Irlande... d'une main. La paluche d'Henry déclenche un tonnerre médiatique. Domenech, fidèle à lui-même, trouve que tout est normal et jubile. La France passe pour un pays de tricheurs aux yeux du monde. Les Irlandais nous détestent.


  • Mai 2010 : suite à une enquête judiciaire sur les milieux de la nuit, une jeune péripatéticienne révèle qu'elle a eu des relations tarifées et tarifaires alors qu'elle était encore mineure avec plusieurs membres de l'équipe de France dont le fringant Ribery. Qui rend sa femme cocue au yeux du monde entier et révèle qu'il en a dans le pantalon à défaut d'en avoir dans le crâne. A ce moment, la France passe pour un pays de tricheurs ET de queutards en prime. On s'aperçoit également que la France est dotée de journalistes sportifs masculins au machisme parfaitement bourrin, car ils trouvent tout ceci "parfaitement normal". La situation permet aux internautes de sortir cette phrase historique "Après la tête de Zidane, la main d'Henry, la bite de Ribery, les joueurs vont peut-être enfin jouer avec leurs pieds".


  • Mai-Juin : les matches de préparation s'alignent avec des résultats trèèèèès mitigés. Mais le groupe est soit-disant "soudé", Domenech fait du Domenech, et tout va bien dans le meilleur des mondes. Même quand les modestes Chinois collent une pâtée (impériale uhuhuhuh) à l'équipe de France. Les français sont donc arrivés à pieds par la Chine. Les amateurs apprécieront. Mais qu'importe,  la France est toujours censée se qualifier rapidement dans un groupe "facile". Les fans y croient encore.


  • Début juin, l'équipe de France arrive en Afrique du Sud. Elle y est logée dans l'hôtel le plus cher de toutes les sélections. D'où première polémique avec Rama Yade en guest-star. Hôtel où elle se bunkerise au grand désarroi de la presse et des supporters. Isolation mais pas tout à fait totale : on fait quand même venir les épouses des joueurs à grands frais. Ceci dit, ça devait coûter moins cher que de faire venir un charter de putes.


  • 11 juin 2010 : premier match. L'équipe de France n'arrive même pas à passer un pauvre but à la modeste équipe d'Uruguay dont les meilleurs joueurs doivent toucher un paquet de caramels quand ils jouent bien et un coup de pied au cul dans le cas inverse. La situation est inquiétante, mais rien n'est perdu. Du moins selon les cadres de l'équipe. Le groupe est toujours soudé entend-on. Mais quelques voix discordantes commencent à se faire entendre


  • Jeudi dernier, la France se prend une tôle face au Mexique. Avec une équipe totalement inadaptée dixit les spécialistes. Fait sans précédent. Domenech est stone en direct et déclare "j'ai pas de mots". Et quand on lui demande ce qu'il compte faire, il répond "je ne sais pas". Les Mexicains font une fiesta d'anthologie. Les Irlandais se bourrent de pizzas grâce à Pizza Hut qui avait promis de la pizza gratuite pour chaque but encaissé par la France. Et jubilent. C'est la cata intersidérale. La presse peut placer le jeu de mot "Les Sombres Héros du Mondial". et se venger d'avoir été snobée : elle assassine Domenech et les joueurs.  Le  Rédac' Chef de l'Equipe annonce en direct dans le Grand Journal qu'il a une bombe pour le lendemain.

 

  • Samedi matin l'Equipe fait sa une avec les mots d'Anelka suite à une altercation avec Domenech à la mi-temps du match "va te faire enculer, sale fils de pute". Et le monde entier découvre avec consternation que l'Equipe de France c'est les sopranos en vrai.  Tout le monde s'en mêle. La Fédération, dont les cadres tremblent sur leur base. Roselyne Bachelot envoyée spéciale sur place et qui semble complètement abasourdie par la situation, ministre des sports ou pas, et même notre Présipathe (contraction de Président et psychopathe) qui dégaine son habituel "je ne laisserais pas faire, je n'ai pas été élu pour ça, on va les passer au karcher". C'est le bordel intégral.  Du coup, Anelka est viré. Tout sort en vrac : les clans, les inimitiés, les intérêts sportifs et financiers (Nike contre Adidas), et les complots. On apprend, entre autres et dans le désordre  que Zidane aurait essayé de piloter l'équipe de France en sous-main ; que Domenech aurait du coup pété les plombs et fait n'importe quoi ; que Gourcuff et Ribery en seraient venus aux mains dans l'avion du retour pour cause de jalousie du second : qu'il y aurait des "traitres" dans l'équipe. On se demande si bientôt Dark Vador ne va pas surgir en affirmant qu'il est le père du gardien de but. L'ambiance est surréaliste.

 

113525-56084_29010.jpg


  • Dimanche matin Domenech et Ribery viennent s'expliquer chez TF1. Ils font leur mea culpa en direct à base de Domenechisme et  de "On a soulagement de savoir c'était qui et kiya pas respecté le groupe" de Ribery (véridique). Larousse et Robert s'en retournent encore dans leurs tombes. Ribery verse une larmichette en direct. Ce n'est plus la coupe du monde, c'est les feux de l'amour. Juste après on apprend que les joueurs sont solidaires d'Anelka et refusent de reprendre la préparation. Evra et Robert Duverne, un préparateur se foutent sur la gueule au début de l'entraînement, séparés par Domenech en personne, devant les caméras. Complètement écoeuré par la situation, le directeur délégué de l'équipe de France Robert Valentin, jette l'éponge et sa démission avec. La cacophonie est totale. Les médias comparent les bleus à Loft Story. La France est totalement ridicule au yeux du monde entier, s'il restait encore quelques personnes pour croire à notre dignité. Si ça continue le Kazakhstan va lever une souscription nationale pour nous venir en aide.


Je m'attends désormais à tout. Y compris à voir les joueurs à poil contre l'Afrique du Sud. Ou qu'ils renoncent carrément à jouer. Voire qu'ils se fassent remplacer par l'équipe de foot féminine qui ne ferait pas tellement pire au point où on en est.


Je peux vous dire que depuis le temps que je suis - ou plutôt que  j'évitais de suivre - les péripéties des coupes du monde je n'ai jamais au grand jamais vu un tel ... bordel. Réjouissant. Très réjouissant. Ne serait-ce que d'admirer les mines consternées des divers protagonistes.


Cependant, ne nous voilons pas la face. Toutes ces péripéties ne sont que le reflet d'intérêts financiers bien - trop - importants pour que le football reste un simple loisir.


Elles tombent également fort à propos pour notre gouvernement et son mini-moi en chef pour servir d'écran de fumée à d'autres problèmes autrement plus importants. Et pour faire passer des réformes injustes sans provoquer la vindicte populaire. Au cas où certains d'entre vous ne l'auraient pas remarqué, la réforme des retraites a été annoncée pile-poil au moment de la coupe du monde.

 

Car Domenech et Sarkozy ont un gros point commun : depuis plusieurs années, ils nous prennent pour des jambons.


06:10 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (64) | Tags : coupe du monde, football, domenech, zidane, ribery, gourcuff, anelka, evra, sarkozy | |  Facebook | |  Imprimer | |