Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/08/2010

Infos, Un Faux

 

Aujourd'hui, au bureau, sans autre info que twitter, j'ai réussi à suivre  en quasi-simultané la malheureuse prise d'otages aux Philippines - détails gores compris.


J'ai immédiatement fait un parallèle avec un évènement dont on fêtera bientôt le triste anniversaire, et qui s'est produit alors que j'étais également sur mon lieu de travail : le 11 septembre 2001.

A cette époque qui ne me parait pas si lointaine, internet n'était pas encore reconnu comme une source d'info fiable, et il n'y avait pas de twitter, ni de facebook.


L'information des attentats est montée crescendo, par rumeurs successives, par des gens qui avaient entendu des nouvelles à la radio, dans leur voiture et qui en appellaient d'autres.


Je me rappelle même qu'au départ, on entendait dans les couloirs qu'un hélicoptère s'était écrasé sur l'empire state building.


Les informations se sont faites de plus en plus claires, et de plus en plus alarmantes jusqu'à ce que nous nous regroupions autour de radios disponibles pour avoir une idée enfin (plus ou moins) précise de la situation. Avant de rentrer et de voir, à la télé en boucle, les avions s'écraser sur les tours.

Tout ce processus a pris ... quelques heures.

Quelques heures qui nous ont permis d'absorber le choc.

 

Aujourd'hui l'information nous arrive en temps réel, sans besoin de se brancher sur les médias traditionnels.

Cette info ultra-rapide permanente, brute, reçue sans filtre, sans explication, sans contexte nous envahit en permanence et nous interpelle, sans qu'on ait forcément le temps du recul et de l'analyse.

 

Car il y a non seulement la quantité d'infos que l'on peut recevoir, mais également sa qualité. Les médias, audio-visuels souffrant assez souvent de ce que j'appelle  le  "syndrome du golfe".

 

Oui, depuis la guerre du golfe en 1993 qui a marqué l'avènement du genre,  à chaque évènement potentiellement marquant, on dépêche sur place des envoyés spéciaux qui pendant des heures font le pied de grue en meublant bon gré mal gré. Pour faire du scoop et retenir l'audience, donc plutôt mal gré d'ailleurs.

 

Ce qui donne à peu près ceci "alors, Emile-Albert, vous qui êtes sur place, quoi de nouveau ?" "En fait Lucienne-Ginette, à l'heure où je vous parle, il pourrait se passer des trucs et on envisage même qu'il s'en passe, mais en fait, on ne sait pas trop si ce seront des trucs ou des machins. Je vous tiens informée, bien évidemment"

Du coup, entre quantité astronomique et, de façon inversement proportionnelle, piètre qualité ... Difficile d'y retrouver ses petits et de se forger une opinion objective.

 

Pour ma part, j'essaie de faire le filtre et de ne pas me fier à une source unique d'informations. Une image, un chiffre, un tronçon d'info, sorti du contexte, on peut lui faire dire tout et son contraire.

 

Si on a le temps, croiser l'info de la presse traditionnelle, on-line mais aussi des journaux étrangers, voire spécialisés.

 

Et surtout, surtout, de faire comme notre bon maître du zapping FHDR... De regarder derrière l'image !

 

2005_5_reporters1.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:01 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : information, scoop, 11 septembre, médias, télé | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Et oui trop d'infos ne sont que du "vent" pour nous mettre en haleine !!
Il faut faire de l'audience... C'est pour ça que je me coupe de l'info un max !,,,

Écrit par : Minijupe | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Et oui trop d'infos ne sont que du "vent" pour nous mettre en haleine !!
Il faut faire de l'audience... C'est pour ça que je me coupe de l'info un max !,,,

Écrit par : Minijupe | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

moi je l'ai vu en direct sur le net le 11 Septembre
J'installais internet chez ma maman préférée et unique et chez mon père unique et préféré
nous avons grillé les 20 heures aol mensuels en deux jours
mes parents ont compris d'un coup la nécessité du web et aussi sa puissance de l'instantané!
depuis ils nous inondent de photos par mail! c'est plus doux

Écrit par : unouveaucompte | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

moi je trouve que depuis un bon moment déjà, en réalité il n'y a plus d'information, mais du scoop, uniquement du scoop - et une fois qu'on t'a informée du scoop, eh bien on passe à autre chose, tu ne peux pas suivre un évènement depuis le début jusqu'à son terme et avoir une vision globale. Et ça me met en colère car effectivement, ce qu'on privilégie c'est l'audience, donc il faut du sensationnel, point final. D'ailleurs il n'y a plus non plus de neutralité ni même de véritable contrôle de l'information.

Écrit par : bbflo | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Sans même retourner jusqu'au 11 septembre, je trouve que depuis 3-4 ans, cela s'est vraiment accéléré avec l'avènement de Twitter et des réseaux sociaux. Et 3-4 ans, c'est hier, quoi!
La profusion d'information est telle que les média traditionnels sont, je trouve, "légèrement" dépassés.
Ex: France 2 découvrait les flash-mob la semaine dernière :-D

Écrit par : ennA | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Trop de sensationnel, on en oublie la vraie information !

Écrit par : Bloody Mary | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je me souviens du 11 septembre au boulot: j'avais reçu un mail d'une copine quelques minutes après le premier avion qui s'est écrasé contre la tour... on s'est tous mis à chercher frénétiquement sur internet....on pensait vraiment que c'était un (mauvais) film d'action ou un canular....

Écrit par : Oum | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Le 11 septembre je l'ai suivi à la webcam du bureau :-(
et le lendemain j'avais un RV d'une demi-journée chez une grosse boîte américaine dans une salle de réunion aveugle en haut d'une tour de la Défense.
Autant te dire que l'ambiance était tendue... et on a tous respiré en sortant

Écrit par : Phileas | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

on se souvient tous du 11 sept comme si c'etait hier, je me souviens de yahoo planté pour cause de trop gros traffic et la soirée scotchée devant la télé, ne voulant accepter l'inacceptable...
tout est ds le sensass, plus rien n'est traité de fod, meme dans la presse ecrite.... on est a l'info zapping.
dommage

Écrit par : evy | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

+ 1

Écrit par : Stéphanie | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne me souviens pas ce que je faisais le 11 septembre, probablement, vu l'année, que je préparais mon mariage... Je me rappelle avoir juste pensé, tiens, ceux qui cherchent un prétexte à un embrasement du moyen-orient, sont servi sur un plateau en or massif...
Trop d'info, brut, sans autre décodage, c'est compliqué. A nous de nous prendre en main, quand c'est possible.

Écrit par : Océane | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Le 11 septembre, quelques minutes après le 1er crash, mon frère m'appelle pour me dire qu'il y a eu justement ce crash. Je me souviens lui avoir répondu "Séb, là j'ai pas le temps pour des avions qui s'écrasent aux Amériques, je bosse." Depuis, je me suis excusée d'avoir été un peu expéditive ce jour-là, il m'appelle déjà rarement et c'est en général pour me dire des trucs sérieux, alors c'est un peu une bonne source d'info mon grand frère.

Écrit par : Angie | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

@Minijupe : non, j'aime bien l'info. Mais il faut faire le tri !!
@Unnouveaucompte : aaah le bon temps des forfaits internet limités !!
@Bbflo : hé oui, beaucoup de sensationnel au détriment du fond..
@ennA : mouahahahhaa la loose France2
@BloodyMary : c'est tout à fait exact !
@Oum : c'est vrai qu'au départ, on pensait à un mauvais gag
@Phileas : urgh, j'imagine le stress. Moi je travaille dans une tour et chaque fois qu'un avion s'approchait un peu trop près à notre goût, on psychotait.
@Evy : l'info zapping et sensationnaliste, oui. Majoritairement.
@Stéphanie : walla.
@Océane : c'est exact. Mais pas toujours facile.
@Angie : faut toujours écouter les grands frêres..

Écrit par : emanu124 | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

C'est drôle, le 11 septembre, je l'ai appris par e-mail (donc par internet), de gens de notre bureau de New-York, lequel a été aussitôt évacué. On a tenté de les appeler toute la journée en vain. Puis on a été évacué à notre tour. Paranoïa aiguë de toutes les sociétés américaines de Paris... Pas un très bon souvenir tout ca...

Écrit par : doudette | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

J'y pense toujours à cette "nouvelle organisation de l'info", d'autant plus que nous tous, nous en sommes "acteurs". Aujourd'hui, sur un écran d'ordi, nous pouvons tout avoir, twitter, les mails infos des grands médias, la tv, une incroyable masse d'information, que nous diffusons à notre tour ...
La boucherie provoquée par la police philippine est assez impressionnante tout de même !

Écrit par : M1 | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

@Doudette : c'est marrant comme pour certains évènements on se rappelle précisément où on se trouvait.. Et pas d'autres. La mémoire sélective..
@M1 : la boucherie Philippine oui, les inondations au Pakistan beaucoup plus.. Mais on ne voit rien dans les médias.. C'est la différence.

Écrit par : emanu124 | 24/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je me souviens très bien du 11 septembre 2001, l'info a vite circulé au boulot et ça a bien pété l'ambiance. Perso je suis un amoureux de la ville de NY, j'ai passé une sale soirée ensuite.

Écrit par : El Camino | 25/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je crois que dans un certain nombre de pays, tout le monde a passé une sale soirée..

Écrit par : emanu124 | 25/08/2010

je suis d'accord avec enna, cela va à une vitesse, moi je suis dépassée aussi !!!!

Écrit par : sounie | 25/08/2010

Répondre à ce commentaire

Je me rappelle très bien du moment où j'ai entendu parler des crashs. A l'annonce du premier je pensais que ce ne pouvait pas être un simple accident, et à l'annonce du 2ème j'étais sûr que c'était un attentat. Deux phrases espacées de plusieurs minutes. C'était troublant mais ça n'impactait pas ma vie à quelques milliers de km de là alors je n'ai pas fais une fixette voyeuriste dessus. De toute façon pour connaitre la réalité de tels évènements il faut du temps, du travail et des sources fiables.
Géniale ton illustration du "derrière l'image", c'est tout à fait ça: l'écart entre la présentation contrôlée et la réalité toute nue! :-D

Écrit par : Galstar | 25/08/2010

Répondre à ce commentaire

@Sounie : très, trop... Je ne sais pas. Ce qui est certain c'est qu'avant c'étaient les médias qui filtraient l'info, maintenant c'est à chaque individu de le faire. Et pour certains, c'est loin d'être évident.
@Galstar : j'ai surtout trouvé rigolote la photo du "petit" journaliste perché sur sa mallette

Écrit par : emanu124 | 26/08/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.