Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/10/2010

Hadopi pi pi....

Je l'avoue carrément, ce qui suit a été totalement pompé sur un article du journal "A Nous Paris", un gratuit distribué dans le métro.

En ces temps de maladie provoquée par le virus Marcel, (voir billet d'hier) j'ai le bulbe ramolli et la créativité en berne... Un petit plagiat ne nuit pas.

En bonus j'ai vraiment trouvé l'article clair, bien fait et très explicite, il m'a aidé à comprendre le désastre annoncé de la mise en place d'Hadopi.

Evidemment, dans ma grande générosité, il fut bien que vous en profitasse également

Après des mois et des mois de gestion abracadabrante, l'action d'Hadopi (la Haute Autorité pour le... la... en fait on s'en contrecogne)  se concrétise enfin par l'envoi de mails préventifs via les FAI fin septembre. Un long blabla qui ni précise ni pour le téléchargement de quelles oeuvres l'abonné risque de se faire épingler, ni comment sécuriser sa connexion s'il n'y est pour rien.

 

Tout ceci dans un flou artistique total sur l'expéditeur puisque le mail provient de cpd.hadopi@hadopi.com, alors que le site hadopi.com n'existe pas !! 

 

Par contre, en ce qui concerne les abonnés qui téléchargent à l'insu de leur plein gré, la haute autorité est moins pressée de leur proposer des solutions pour sécuriser leur réseau que de leur envoyer des mails vengeurs.  Puisqu'elle ne devrait proposer des outils concrets que dans six à huit mois.  En attendant, demerdenziziche.

 

En plus de brasser plus d'air qu'un champ d'éolienne, et d'être la risée d'à peu près tout le monde, Hadopi est regardé d'un air soupçonneux par les services secrets anglais et américains. Qui craignent que du coup les internautes ne cryptent d'avantage leurs données et, par conséquent, ne compliquent considérablement la tâche des cyber-spécialistes du contre-terrorisme.

 

Craintes vérifiées d'ailleurs, puisque le site start.vpn.com, un comparateur leader de VPN (Réseau Privé Virtuel en français : solution pour dribbler Hadopi) a vu ses abonnements augmenter de 300 % en quelques mois.

 

Au milieu de ce flou artistique total qui est au web ce que le triple lutz double boucle piqué est au patinage artistique, Free (mon FAI, que j'embrasse sur le front par ailleurs) a décidé de se faire de la pub en déclarant qu'il refusait de faciliter la tâche d'Hadopi. En lui faisant par exemple parvenir les adresses IP des internautes contrevenants sur papier, et non par voie informatique. Et en refusant de relayer les mails d'Hadopi, sous prétexte de défaut de convention technique.

 

Malgré les moulinets du gouvernement en général, et de Frédéric Mitterrand en particulier, Free ne risque rien, puisqu'il a bel et bien fourni les adresses IP demandées. En revanche les abonnés risquent de trinquer, puisqu'ils ne recevront pas la première sommation par mail, mais directement la deuxième par recommandé.

 

Quant aux autres FAI, il tentent de surfer sur la vague. SFR prétend ne pas avoir fourni les adresses IP, tout en l'ayant fait. Et Numéricable joue les fayots de service en déposant plainte contre Free auprès de l'Hadopi.

Bref on est pas sortis des ronces.

Un beau gâchis amateuro-administratif à la française comme on les aime tant.

En ce qui concerne le téléchargement illégal, je suis partagée. Bien sur ce n'est pas agréable pour un auteur de voir son oeuvre proposée au plus grand nombre sans contrepartie. Mais la loi ne vise pas tant à protéger les auteurs que les majors du cinéma ou du disque (dont les patrons au passage, sont souvent des copains de Sarko).

Et le téléchargement illégal n'empêche pas les gens d'aller au cinéma voir un film SI le film est de qualité.

Ce n'est pas le téléchargement illégal qui vide les salles ou fait que les gens n'achètent plus de musique. C'est principalement la piètre qualité globale d'une production uniformisée, sans audace, sans créativité et sans imagination qui fait que les gens s'en détournent.

Parce que franchement payer 10 euros pour voir certains navets actuels, je comprends que les mômes n'en aient aucune envie.

Des solutions ? Je n'en ai pas, je ne sais que râler.

Je vais vous dire comme HADOPI, tiens... Demerdenziziche.

 

hadopi-par-vidberg1.gif

Dessin de Vidberg, bien sur..

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : hadopi, fai, téléchargement, mails, avertissement | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je partage ton avis, mais est-ce bien légal ?

Écrit par : des pas perdus | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Encore une fois, deux grands esprits se rencontrent. Puisque j'en ai parlé lundi. On se copie l'une l'autre.
Dis-moi ce n'est pas du téléchargement illégal de se piquer les idées comme ça alors qu'on ne s'est même pas parlées :D ?

Écrit par : Angélita | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Et ça a encore coûté combien tout ce merdier ?
Nan parce qu'ils parlent de restriction budgétaire, mais là... j'ai un doute sur le rapport rentrées / dépenses.

Écrit par : Me myself and I | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Le téléchargement illégal ne tue pas la création.

Je vais au ciné entre 2 et 3 fois par semaine et je peux témoigner que les salles de cinéma ne se vident pas. Le prix honteux de la séance n'est même pas un obstacle puisque de plus en plus de gens ont comme moi un abonnement illimité (où alors ce sont des faux gens qui font la queue juste pour m'emm*rder?)
Et les places de concerts à 60 euros se vendent comme des petits pains. Même pour Cali...

Et il existe des solutions:
- une offre de téléchargement légale à prix juste (et pas au prix du cd à la fnac)
- la licence globale: augmenter les abonnements adsl de ceux qui souhaitent télécharger pour reverser une part aux artistes.
Mais quelque soit la solution, Universal y a trop à perdre...

Écrit par : MaO | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

@Des pas perdus : faut demander à Hadopi
@Angélita :kewaaaaa ? J'aurais téléchargé illégallement ton article ? Que nenni, je peux t'en assurer. Comme tu dis, deux grands esprits, et l'actualité font que...
@Me myself & I : cher, selon toute vraisemblance
@MaO : je suis d'accord sur la fréquentation des salles, le téléchargement ne l'a jamais empêché. Quant à la musique si elle était de meilleure qualité peut-être que les gens l'achèteraient un peu plus.. Quant on entend René la Taupe... Et oui, Hadopi, c'est juste pour Universal

Écrit par : emanu124 | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Hadopi est une loi d'une hypocrisie rare et en effet certains ont été râlé en haut...
je constate aussi que les salles sont pleines et que les bons films trouvent leur public et après clair que le prix d'entrée est vraiment trop cher. Quand à la musique c'est le support CD qui ne va plus, ça prend trop de place à force! je n'hésite pas à acheter un album sur itunes mais franchement il y a peu d'artistes dont j'ai envie d'acheter tout l'album!
je crois de toute façon que les pros du net ont déjà trouvé tous les moyens pour détourner Hadopi!

Écrit par : Carole | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Je partage aussi cet avis, mais attendons que les 1ers avertis saisissent les tribunaux et que les juges déclarent déclarent des vices de procédure :)
Attendons de voir certains journaux (le canard enchainé sans vouloir le citer) mettrent en Une la lettre Hadopi qui aura été envoyé au fils (ou à eux même) d'un haut fonctionnaire ou d'un ministre ou de Madame Albanel en personne...

De toute façon on peut le lire dans les journaux "Hadopi même pas mise en place déjà obsolète"

Écrit par : Anne Charlotte | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

100% ok avec toi.
ce qui tue les ventes, c'est pas le téléchargement, loin de là!

Écrit par : LMO | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

de toute façon qui utilise encore le P2P "ouvert" ?
il y a plein d'autres possibilités sans même parler du VPN ou du cryptage que l'Hadopi ne prend même pas la peine de surveiller...
Et comme pour les hackers, les "vrais" auront toujours un coup d'avance sur une autorité aussi lourde à déplacer.
Ce qui ne résout pas le problème certes...

Écrit par : Phileas | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Toute cette loi n'est qu'illusion.... Il y aura toujours des moyens de contournement pour les plus astucieux, alors que pour les humbles petits internautes, et bien on casquera parce qu'on aura pissé dans nos culottes en recevant un mail d'un hébergeur qu'on ne connaitra pas alors on dira "Non, m'sieur dopi, promis, je le ferai plus, ne me tapez pas, ne me mettez pas en prison, il parait qu'on se fait violer par des matons en manque"...
Bref....

Écrit par : amélie | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Avec la maladie tu te plonges dans tout ça, t'es maso ou quoi ? Il est bon ce Vidberg.

Écrit par : Aude Nectar | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Chère Manu,

Je me limiterai à un loooooong commentaire sur le dernier paragraphe sur le téléchargement illégal, sans rentrer dans la polémique technique hadopi. Désolé, chère Manu, si ce commentaire est plus déplaisant que les autres - c'est tellement plus facile sur internet d'être populiste et démago, moi aussi bien sûr je préférerais le ciné, les restos et les vacances gratuites - mais on ne lit dans ce dernier paragraphe qu'un concentré d'idées fausses flagrantes ou de préjugés plutôt stupides sur les majors du cinéma et du disque ou les prétendus copains de Sarko, qui me fond bondir. C'est décevant de lire ça ici.

Les entreprises du cinéma - je ne parlerai que de ce que je connais - emploient des salariés et investissent pour fabriquer des films pour le public. Ce sont elles aussi qui rémunèrent les auteurs. Non, elles ne roulent pas sur l'or, non les salariés du cinéma ne sont pas des millionnaires, non ce ne sont pas des copains de Sarko.
Un film se rentabilise difficilement, et uniquement en additionnant les revenus des entrées en salles, les ventes de dvd, les ventes des droits de diffusion télé. Or, le piratage, s'il n'a effectivement qu'un impact faible sur les entrées au ciné, a laminé les ventes de DVD et la valeur des droits télés, puisque logiquement les gens n'achètent plus de dvd, ne payent pas de vod, et que les audiences télés des films ont fortement chuté. La conséquence logique, c'est que les grandes chaînes diffusent de moins en moins de films. On en vend moins et beaucoup moins cher. Enfin, la VoD ne décolle pas, en dépit de plus de 5 000 films déjà disponibles, et pour cause : qui serait trop con pour payer quand il peut avoir la même chose gratuitement ? Résultat, l'économie entière est fragilisée et énormément de films perdent de l'argent. Il n'y aura bientôt plus beaucoup de pigeons pour accepter de financer des films, si c'est pour perdre de l'argent. On finira juste par ne financer que des films "sans risque" (iron man 17 et camping 6).
Les entreprises du cinéma vont mal, croyez-le, pour la simple raison qu'on leur vole le fruit de leur travail et qu'on les spolie de leurs revenus. Même des majors du cinéma comme Warner licencient ! Et il faudrait qu'elles applaudissent ? Comment réagiriez-vous si vous vous retrouviez au bord du dépôt de bilan parce qu'on se sert frauduleusement de votre travail ? Pensez-vous que vous vous contenteriez d'un - je vous cite - "ça n'est pas très agréable" ? Je vous invite à aller regarder les résultats publiées par les entreprises du secteur, ou à discuter avec des salariés de ce secteur dont les emplois sont menacés...

Les entreprises du ciné sont-elles opposées au téléchargement ? Evidemment non, pourvu qu'il soit légal et donc évidemment rémunérateur ! Le tout est d'autant plus paradoxal qu'on pourrait très bien avoir accès à des films sur internet à des prix beaucoup plus accessibles si le piratage était combattu, donc si le public venait à utiliser des services légaux plus largement (itunes, canalplay, orange, etc.) que ce soit demain par abonnement, en illimité, à l'acte, ou même des films diffusés gratuitement et financé par la publicité, exactement comme les chaînes de télé qui "achètent" les droits pour les diffuser gracieusement et se rémunérer grâce à l'audience.
Bref, non, le piratage n'est pas neutre et sans conséquence, et oui, la loi vise aussi à protéger l'industrie et les emplois du cinéma (notamment contre les fournisseurs d'accès qui se gavent avec vos 30 euros par mois sans en lâcher un centime pour les contenus auxquels vous aspirez), pour qu'il continue à y avoir des films demain, qu'on les "consomme" sur internet, au ciné, sur son téléphone ou à la télé.

Quand aux "majors du cinéma", si elles n'étaient pas là, il n'y aurait tout simplement pas de films. Rien à adorer, à critiquer ou à télécharger !

Honnêtement, je ne jette pas la pierre aux gens qui ont des années profité du téléchargement ou du streaming. C'est humain ! Mais en revanche je trouve écoeurant qu'on conteste aujourd'hui aux auteurs autant qu'aux "majors du cinéma" le droit de faire à nouveau respecter leur propriété, en opposant des supposés méchants "amis de Sarko" à des adorables et sympathiques internautes martyrisés.

Pfioouu, ca ressemble à un petit coup de gueule, non ? ;-))
Amicalement,
Christophe

(Un dernier préjugé dont il faut tordre le coup : le prix d'une place de ciné, bien qu'un film coute des millions à fabriquer, était de 6.14€ en moyenne en France en 2009. Pouvez-vous me citer des sorties ou des produits culturels qui coutent moins cher ? Un resto, un concert, un album, un jeu vidéo, un livre de poche ? Je n'en trouve pas.)

Écrit par : Christophe | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Je vais me permettre d'intervenir dans le débat (comme ça vous pourrez me détester tous les deux ^^).

Personnellement je n'ai rien contre le fait que les majors du cinéma, auteurs etc... cherchent à récupérer les fruits de leur travail. Mais je pense vraiment que la réponse est inadaptée au problème.
Un certain nombres de personnes se feront probablement choper par Hadopi mais les techniques pour ne pas être repéré se multiplient sur la toile et se diffusent. Au final je crois (peut être à tort, l'avenir nous le dira) le téléchargement illégal se poursuivra et qu'on perd du temps avec une solution qui est mauvaise au lieu d'en trouver une bonne.

Personnellement je suis adepte à la VOD (quand bien Orange ne me propose pas de voir "le nom de la rose", que le DVD est impossible à trouver dans ma ville, et qu'il ne me reste qu'à le commander par internet en payant les frais de port en prime, et là j'avoue ça m'agace un poil) et je pense que les deux solutions indiquées par Mao plus haut aurait plus de portée qu'Hadopi.
Après je ne sais pas si financièrement ça serait tenable pour les industries concernées.

Mais ça serait probablement mieux accepté par les internautes que cette sensation de répression alors que depuis des années ils ont accès parfois à des oeuvres qu'ils n'auraient jamais trouvé autrement.

(Mais vous avez quitté les singes?)

Écrit par : shaya | 13/10/2010

@Carole : évidemment, même un môme de 13 ans sait changer un IP... C'est donc assez risible.
@Anne Charlotte : j'adorerais qu'Hadopi envoie un mail à un des fils Sarko.
@LMO : pas que, non. Il ne faut pas TOUT mettre sur le dos des téléchargeurs fous.
@Philéas : le jeu du gendarme et du voleur. Le voleur ayant en général une bonne longueur d'avance technique sur le gendarme. Effectivement
@Aude : boh c'est juste du copitage comme je l'ai dit en préambule...
@Christophe : mais j'adooooooore les commentaires longs, contradictoires et argumentés. Tant qu'à débattre autant le faire avec des gens intelligents. J'admire ta démonstration qui donne un point de vue tout à fait respectable. Ceci dit, je camperais sur ma position populiste et démagogique quand même. Je pense que les industries de la musique et du cinéma font assez peu d'efforts de créativité et manquent d'audace et d'imagination en se contentant d'appliquer des recettes dont leurs dirigeants pensent qu'elles devraient marcher. Et de tirer sur la corde jusqu'à l'usure complète.... de l'intérêt du public. Je pense bien sur aux employés de ces sociétés qui se retrouvent sans emploi, mais je pense aussi à certains artistes doués que l'on jette comme des Kleenex parce que leur premier disque ou film n'a pas suffisamment marché sans leur laisser une deuxième chance, ou rarement. Ou à tout ceux à qui ont ne donne même pas cette première chance parce qu'atypiques ou trop décalés. Alors qu'on nous saoûle avec René la Taupe. Je pense donc qu'à un certain niveau, les majors récoltent ce qu'elles sèment. Et que dans "industrie du spectacle" il y a "industrie" mais aussi "spectacle. Il ne faudrait pas trop l'oublier. Et comme Shaya je pense que de toutes manières Hadopi est un truc batard, mal fichu et totalement inapproprié.
@Shaya : oui. Ouatelllssssse....

Écrit par : emanu124 | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Je ne connais pas suffisament le sujet pour m'étendre. Simplement je note qu'en tant que mère de deux grands enfants, ils écoutent de la musique en permanence mais n'achètent absolument JAMAIS le moindre CD.
Lorsque j'étais jeune, nous écoutions tous autant de musique, mais nous achetions les disques.
Il doit bien y avoir un manque à gagner quelque part, et forcément cela finira par rejaillir sur l'industrie du "disque" (c'est déjà le cas).
Quant à savoir si Hadopi est la solution, alors là... mais je m'attends à recevoir un mail d'un jour à l'autre...

Écrit par : bbflo | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

A la base, Hadopi est une riposte au téléchargement illégal à l'époque de Napster ! Et avec le streaming, µTorrent, les vpn, les newsgroup et le tout dernier OneSwarm ... je me demande qui va se faire prendre?
Pour les services secrets britanniques et américains, je me pose des questions sur leur raisonnement, parce que les terroristes ont déjà des protocoles de cryptages plus élaborés que ceux qui veulent télécharger Gossip Girl illégalement ...

Écrit par : M1 | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Arrrrrg, c’est une basse manœuvre de commencer par balancer un compliment ! Je ne me laisse pas désarçonner, et je vais quand même tenter de convaincre l’odieuse démago et la jeune naïve ;-)))

(Mini préalable : je ne peux pas répondre sur la musique, les artistes kleenex, etc, je me contente donc de parler de ciné. Comment comparer l'économie d'un film qui coûte 10 millions à fabriquer et l'enregistrement d’un album qui en coûte 50000 euros ?)

Je reprends : « Manque d'efforts de créativité, d'audace et d'imagination » : franchement, je trouve que c’est injuste. Quel secteur a multiplié autant de révolutions en 10 ans ? la construction de multiplexes, le son digital spatial 5.1 (STS, dolby digital), l’invention des dvd, les blue-ray, les cartes d’abonnements, la révolution des cartes illimitées au ciné (!! Vous en connaissez, vous, d'autres "hypermarchés" avec l’achat illimité de produits ?), les films en numérique et récemment en relief ? et itunes, canalplay, free ou tf1vision, qui en un clic de souris ou de télécommande de sa télé, permettent de voir un film sans sortir de chez soi ? Et que dire d’une industrie capable de proposer aussi bien « Inception » que « Des hommes et des dieux » ? Honnêtement, vous trouvez que ca ressemble à une industrie qui se contente « d’appliquer des recettes » ?

Attaquons-nous au point de vue de Shaya, licence globale et sites pratiques et pas chers.

- De mon point de vue, la licence globale est encore plus injuste (sans rentrer dans l'usine à gaz côté reversements aux auteurs) : imposée à tous les internautes, elle reviendrait à faire payer les téléchargements de ceux qui téléchargent des centaines de films par ceux qui regarderaient peu de films, ou bien à faire payer ceux qui ne téléchargent que de la musique pour ceux qui téléchargent des films. Qui acceptera de payer 8 ou 10 euros/mois de plus alors qu'il consomme peu ou pas du tout ? Mais à l'inverse, rien n'interdit avec l'encadrement d'hadopi de proposer aux téléchargeurs des offres volontaires d'abonnements, d'illimité, etc. (comme spotify par exemple).

- En revanche, on ne peut qu'être d'accord sur l’attente de sites pratiques et pas chers, avec tous les titres ! C’est justement le sens de la loi « création et internet » et d’hadopi ! Mais pour que ce soit "pas cher", il faut du volume en face. Et c'est impossible tant qu'une offre illégale gratuite concurrence frauduleusement l'offre légale payante. im-po-ssi-ble. Si on veut que les prix de itunes, orange, canalplay, etc baissent vraiment, il faut une concurrence entre eux, et non pas entre du payant et du gratuit. Ca n'est qu’en luttant contre le piratage illégal que les offres légales (itunes, orange,etc) pourront vraiment se développer, et que les majors et les ayants-droit accepteront de fournir tous leurs films.

- aurait-on pu trouver mieux qu’hadopi ? Peut-être. Mais quand on regarde ce qui se fait dans le monde, c’est toujours mieux que rien. Et plutôt indolore : des mails ! Dans certains états des Etats-Unis, vous vous prenez des recommandés d’avocats mandatés par les ayants-droit qui vous sommes de payer 3000 dollars pour éteindre les poursuites ! Je ne pense pas que le législateur français ait eu en tête d'éradiquer le téléchargement illégal avec hadopi, mais de le réduire à une proportion plus décente (de hackers, geeks,...) tout en conduisant le grand public vers des offres légales. Enfin, je trouve assez réducteur de ne voir dans la loi "création et internet" que les "mails" hadopi. La loi prévoit par exemple des aides à la mise en place d'offres légales ou à la création d'outils pratiques (allociné vient par exemple de lancer cinestore grâce à la loi création et internet, un moteur de recherche de téléchargements légaux). Bref, si l'on dépasse les caricatures ou les mensonges partisans que l'on lit sur le net sur hadopi, on réalise de mon point de vue que ça n'est franchement pas le pire des systèmes...

Écrit par : Christophe | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

C'est vilain de me traiter de jeune naïve ;-))))
Pas grave je persiste!

- Concernant la licence globale (au dela du probleme de reverser les droits oui) je ne parle pas de faire payer tout le monde pour les téléchargements mais de proposer une option à ceux qui le voudraient! Je doute par ailleurs que la majorité de ceux qui téléchargent le fassent à gros volumes donc on pourrait instaurer un quota par mois.

- Je pense que les sites auraient tort de penser se développer uniquement sur le volume du catalogue qu'ils proposent!
Personnellement je ne leur reproche pas leurs prix que je trouve plus que correct.
Et j'avoue qu'il y a un gros effort de fait pour proposer les films récents qui ont eu du succès. Justement j'ai envie de dire. Ces films là sont facilement téléchargeables gratuitement. Par contre proposer des films plus confidentiels ou plus anciens, ça pourrait leur donner un public peu touché actuellement. Et puis l'un des intérêts majeurs d'internet c'est de découvrir des oeuvres auxquelles on aurait pas eu accès autrement!

- Je ne suis pas convaincu par le volet répressif d'Hadopi (je ne parle pas du reste parce qu'après tout, tout ce qui peut encouragé la création est le bienvenu) et je ne le serais sans doute jamais!
Comme vous le dites les mails ce n'est pas "méchant" ... certes ... justement j'ai envie de dire!
Mais au delà ce qui me gène c'est que ceux qui vont prendre sont ceux qui sont peu au fait d'internet, des techniques pour se planquer et qui téléchargent peu, les autres par contre s'en sortiront à bons comptes.

Écrit par : shaya | 13/10/2010

@Bbflo : mouahaahahhah... Le mail, le mail, le mail..
@M1 : Kewaaaaa ? Les terroristes regardent Gossip Girl et on ne me dit rien ?
@Christophe : vous êtes à la limite du trollage, très cher... Mais comme j'adore votre argumentaire (flatte, flatte, flatte) du coup, ça ne me dérange pas. Je ne vous répondrais qu'une chose : Barry Lyndon ? Apocalypse Now ? Taxi Driver ? Je n'ai pas vu d'équivalent depuis hum... quelques années. Je ne suis pas certaine qu'on donne aujourd'hui les moyens à un réalisateur d'aller au bout d'une oeuvre difficile et ambitieuse dont on est pas certain qu'elle rencontre un public.
@Shaya : j'entame les formalités pour t'adopter

Écrit par : emanu124 | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

Hum hum... "Barry Lyndon ? Apocalypse Now ? Taxi Driver ?" Mais dites moi, Chère Manu, seriez-vous restée coincée en 1970 ? ;-))) A mon avis, à l'époque, on trouvait sûrement autant de gens pour regretter les chefs-d'oeuvres avant-gardistes des années 60, comme les bijoux de Billy Wilder (The Apartment ou Certains l'aiment chaud) ou les films ambitieux de la nouvelle vague. Dans les années 60, on regrettait probablement les chefs-d'oeuvres des années 50 d'Hitchcock ou de David Lean, tandis que dans les années 50, on pleurait sûrement sur l'âge d'or de Casablanca, de John Ford ou de Charlie Chaplin...
Bref, il me semble que c'est une vision un peu passéiste, non, ce "c'était mieux avant" ? ;-)))

(ca, c'est un vrai commentaire de troll, n'est-ce pas ? J'arrête, promis. Je salue au passage l'esprit de tolérance qui règne ici, merci. Bonne soirée !)
Christophe

Écrit par : Christophe | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

@Christophe : mais non jeune Padawan, je ne suis pas coincée dans les 70's ce sont juste les premiers films qui me sont venus à l'esprit. Il y a AUSSI eu des choses très bien après. Et alors le "c'était mieux avant" très peu pour moi. Je me demande encore comment j'ai pu vivre sans mon Iphone et internet. En revanche je trouve la période un peu morne en terme de création artistique.

Écrit par : emanu124 | 13/10/2010

Répondre à ce commentaire

D'accord, fille adoptive de la Grande Manu ca claque comme pedigree ;-)

Écrit par : Shaya | 14/10/2010

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.