Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2010

Roman noir....

Il y a avait quelqu'un dans mon bureau.


Cette légère odeur de cigarette blonde. Je pouvais la répérer à plusieurs mètres depuis que j'avais arrêté de fumer 10 ans plus  tôt.

 

Le jour où, à cause de la flamme de mon briquet, mon équipier s'était pris la balle d'un 45 tenu par un latino camé en cavale en plein front.

Effectivement, ma porte était déverrouillée, je tournais la poignée d'un coup sec, donnait un coup d'épaule dans la porte et dégageais mon flingue de son étui en me précipitant à l'intérieur.

Elle ne cria même pas. A peine si sa main gantée se crispa un peu sur sa cigarette.

Sa bouche esquissa une moue dédaigneuse.

Puis, en en quart de seconde elle changea d'expression. Comme si un masque se plaquait sur son visage. Le masque d'une petite fille perdue et suppliante.

Sauf que la petite fille perdue et suppliante faisait un 95 C que sa petite robe noire trop sage peinait à maîtriser et que ses longues jambes auraient fait pâlir les danseuses de tout les cabarets de la ville. Sans parler de sa crinière blonde disciplinée dans un chignon sage.

Bien trop sage pour être honnête.

"Mr Smith" ?

"Smythe, chérie, Smythe, c'est écrit sur la porte"

"On m'a recommandé vos services" "il parait que vous êtes le meilleur dans votre domaine".

"Qui vous a donné mon nom ?"

"Peu importe" "J'ai besoin de vous, c'est urgent" "Ma colocataire a disparu depuis plus d'une semaine, elle est partie sans rien emporter" "Pas un mot, pas un appel. Je suis morte d'inquiétude"

Elle battit des cils en essayant de faire couler une larme. Elle était aussi morte d'inquiétude qu'un cobra au moment de mordre dans sa proie.

Elle me tendit une enveloppe. "Je crois que c'est votre tarif".

Je comptais les billets. Effectivement. Les affaires n'étaient pas florissantes, mon dernier client était insolvable et j'avais des charges à payer.

Mais j'aurais du écouter l'araignée qui venait de se poser sur ma nuque et commençait à me gratter la moelle épinière avec ses pattes.

Au lieu de ça, j'ai jeté à nouveau un coup d'oeil à l'enveloppe.

Et je me suis entendu dire "Je vous écoute"

....

 

veronica-lake-this-gun-for-hire.jpg

 

Hommage au roman noir. Un genre trop sous-estimé et malheureusement moins en vogue aujourd'hui. Dommage.

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : roman noir, policier | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

C'ets comme pour tout : y'a roman noir et roman noir ... tu notes qu'a 7 heures du mat' je peux pas faire mieux.

Écrit par : electromenagere | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

on aura droit à la suite ? ;-p

Écrit par : eddie | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

Argh, je suis accro là. La suite??? S'teuplait?

Écrit par : Yann | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

il en reste quand même quelques très bon dans le roman noir... Ellroy pour n'en citer qu'un...

mais ça pourrait devenir une rubrique récurrente ça.. un roman à épisode une fois de temps en temps...

ou bien un billet "à la manière de..." (dans ce cas j'attends avec impatience à la manière de marc lévy et Houllebeurk...)

Écrit par : Phileas | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

@Electroménagère : moui... Essaie encore !!
@Eddie : a priori c'est pas prévu..
@Yann : eueeuuuuh... mais non, y'a pas de suite, c'était juste pour le fun !!
@Phileas : Marc Lévy ? Jamais. Quant à Houellebecq, pas lu..

Écrit par : emanu124 | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

"Les affaires n'étaient pas florissantes", l'orthographe non plus !!... D'accord, je sors...

Écrit par : Minijupe | 14/11/2010

Répondre à ce commentaire

C'est rectifié. Merci.

Écrit par : emanu124 | 14/11/2010

Je plussoie Eddie et Yann : la suite ! la suite ! la suite !

Écrit par : Céline | 16/11/2010

Répondre à ce commentaire

Ce n'est juste pas trop prévu...

Écrit par : emanu124 | 16/11/2010

Les commentaires sont fermés.