Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2011

Mets ton tee-shirt rose imprimé panthère et cours sur le terrain

Samedi 8 janvier.

 

14.30 : je monte dans le RER B. La SNCF m'offre un entraînement gratuit au match de rugby auquel je pars assister : dans le wagon on est plus serrés que dans une mêlée All-Blacks/Australie. Je respire dans un sac plastique pour juguler la crise de panique qui monte à l'idée de quitter le périphérique.

 

14.45 : arrivée devant la gare RER qui dessert le Stade de France avec 79999 autres clampins. Je me fraye un chemin en abattant au pic à glace un vendeur de merguez, deux ou trois enfants et un supporter de Toulouse. Et un supporter du stade français pour rétablir la parité (et me calmer les nerfs).

 

14.50 : je demande à un type tout en rose si c'est bien le chemin du stade. Non j'ai eu un doute entre ça et la gay pride. Le type me regarde d'un air bizarre. Vu qu'il fait 1,98 et 110 kg je n'insiste pas.

 

14.50 : la plèbe fait la queue devant les accès au stade. Je les abandonne enfin pour me diriger vers l'entrée des loges. Il était temps. J'étais en train de me couvrir d'eczéma. Du coup je les nargue à coup de "alors on rigole moins les clampins, là" du haut de mon balcon.

 

15.00 : je rentre dans la loge Caisse d'Epargne. Le maître d'hotel m'accueille avec une pluie de pétales de roses et les honneurs dus à mon rang. 

 

15.30 : en attendant le match, j'attaque un peu le buffet et quelques coupettes. Mes compagnons m'empêchent d'aller danser avec les poms poms girls qui font le spectacle sur la pelouse. Pour me venger j'agite une coupe de champagne au nez des prolétaires du gradin du dessous. Qui me font rapidement un signe d'amitié en passant leur pouce au travers de leur cou. Un usage rugbystique, je pense.

 

16.00 : la parade des gladiateurs arrive et fait le tour du stade. Je crie "à poil". Le staff de la caisse d'épargne me regarde d'un drôle d'air. L'un d'entre eux chuchote à l'oreille d'un autre. Je ne comprends pas tout. Juste quelques mots "interdiction bancaire, signalement, banque de France.."

 

16.15 : les joueurs arrivent, le match commence. Je signale à mes voisins que le maillot du stade français est un fashion fail manifeste. On ne porte plus un imprimé panthère sur du rose fluo depuis mars 87. 

 

Maillot stade français.jpg

16.25 : je bombarde mon voisin de questions pour tenter de comprendre ce qui se passe sur la pelouse devant moi. Pour l'instant à part à part des gros gabarits qui courent dans tous les sens et se collent des bourre-pifs, je ne capte pas grand chose.


16.35  : premier essai du stade français. Je manifeste bruyamment car je suis parisienne en criant "les Toulousains, ils ont tous des petites bites". La tribune Nord s'arrête de vuvuzéler pour déployer une banderole "on aura ta peau".

 

16.45 : les pénalités s'enchainent mais j'ai du mal à voir si le ballon passe entre les poteaux. Je suggère que les poteaux se mettent à clignoter quand le ballon passe. Mon voisin avale un comprimé de prozac.

 

17.00 : mi-temps. Je retourne dans la loge pour un petit en cas. En regrettant, de qu'aucun joueur ne soit sorti sur une civière avec une jambe à angle droit. Nous les filles on aime les sports virils. Et les trucs un peu gores aussi.

 

17.15 : le match reprend. Je fais la hola et j'engueule tous ceux qui s'en abstiennent. Il n'y a pas de raison que je sois la seule ridicule.

 

17.30 : Toulouse se prend une pile. Les supporters du stade français chantent "et ils sont où, et ils sont où, et ils sont où les Toulousains". Je les accompagne. La tribune Nord ressort la banderole "on aura ta peau" et en ajoute une deuxième "on a ton adresse"

 

17.45 : mon voisin essaie de m'expliquer pour la quinzième fois le principe de la mêlée tournante. Ses mains tremblent, il commence à perdre ses cheveux et à bégayer. 


17.50 : une odeur de ganja nous passe sous le nez. J'essaie d'en repérer l'origine, histoire de me faire un quatre heures. Le propriétaire est un supporter de Toulouse. J'y renonce.

 

18.00 : le match s'achève et nous avons le droit en prime à un superbe feu d'artifice dans le stade. Je fais ho ha Cantona. Mon voisin, sous perfusion de propofol, m'explique qu'on est pas au foot.

 

18.10 : Nous dégustons la galette spéciale Stade de France. Mes compagnons me collent la couronne sur la tête en me disant "bon allez au-revoir, hein". Et me poussent dehors une bannière du stade français à la main. Dans l'espoir probablement que je m'étrangle avec ou que je passe au milieu d'un groupe de supporters de Toulouse, tous rugbymen amateurs.

 

IMG_0399-1.JPG

 

18.30 : Je redescends de mon piédestal et m'achemine vers le RER avec les 79999 personnes que j'ai traitées de clampins quelques heures auparavant.


18.45 : Mes compagnons sont vengés je suis bel et bien coinçée en sandwich dans un wagon de RER bondé entre deux supporters de Toulouse de 1,90 et 120 kilos, ma bannière du stade français à la main. Ils me regardent d'un air menaçant. Mais on leur a vraisemblablement appris qu'il ne fallait pas frapper une femme de petite taille.


19.00 : Je suis dans le métro. Hors du contexte, se balader avec une bannière rose à la main est une source inépuisable de rigolade pour vos voisins, je peux vous l'assurer.


19.30 : Je rentre à la maison et j'annonce au meuri "j'adoooooore le rugby". Il fait un choc anaphylactique. On appelle le Samu.


Depuis je suis inscrite au club des supporters du stade français. Et j'ai pris mes places pour le tournoi des 5 nations. 

En revanche, je viens de recevoir une lettre de la caisse d'épargne. Ils bloquent mon compte et réclament ma carte bleue.

Je ne sais pas bien pourquoi.

 

Plus sérieusement, je ne pensais pas apprécier autant un match de rugby et un stade de France rempli, c'est drôlement impressionnant. Je n'ai vraiment pas vu le temps passer !!

 

2011-01-09.jpg

 

Merci à l'équipe de la Caisse d'Epargne de m'avoir permis de passer un moment aussi agréable !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : match, rugby, caisse d'epargne, stade de france, paris, toulouse, top 14 | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Ah Manu, je t'emmène avec moi dans les gradins la prochaine fois. C'est là qu'elle est l'ambiance...
Un beau match certes mais ils sont où les Toulousains qui n'ont rien montré, comme assez souvent

Écrit par : Angélita | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Si y'a quelqu'un qui t'a refilé des places pour le tournoi des 5 nations, c'est que tu t'es faite avoir, ça fait 10 ans qu'il y en a 6 des nations :))

Écrit par : mariel75 | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

C'est vrai qu'il y a une grande différence entre sport à la télé et en live. bon et toi qui les aime virils et poilus forcément tu n'as pu qu'aimer...
Tiens d'ailleurs il y a le cirque des gorilles du Kenya qui passe, je peux t'avoir des invit' si tu veux :-)

Écrit par : Phileas | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Que ceux qui t'ont empêchée de rejoindre les pom pom girls se dénoncent. On a loupé la Cindy Sander de la choré...

Écrit par : Ginie et son paillasson | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

C'est Audigier le "styliste" du maillot du Stade Français ?

Écrit par : Manou | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Ils sont sympas pour ton premier match d'avoir perdu (POUR UNE FOIS) les toulousains... (gnagnagna)

Écrit par : shalima | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

ah non Manu tu ne peux pas supporter une équipe qui met du léopard rose. Non-non-non-non.

le RER :) c'est toujours une expérience inoubliable à vivre en sortie de match, hein?

Écrit par : Gabrielle | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Content que ça t'ait plu ! La prochaine fois, tu pourras aller toucher les gladiateurs... ou pas. ;)

PS : le tournoi des 5 Nations n'existe plus, on parle des 6 Nations maintenant ;-)

Écrit par : Eric | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

@Angélita : j'en suis tout à fait convaincue, après avoir vécu cette première "live"
@Mariel : ça prouve que je n'y connais vraiment rien !!! Mais oui, c'est vrai...
@Phileas : non non, te voir me suffira amplement
@Ginie : je crois qu'on tient un truc là. Papillon de lumière en choré ?
@Manou : non, mais le styliste est sérieusement entamé je trouve
@Shalima : je ne dirais qu'un truc : 31-3.
@Gabrielle : inoubliable est le terme. J'ai encore les côtes froissées
@Eric : c'est vrai ? La prochaine fois on peut toucher ? Promis ?

Écrit par : emanu124 | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je peux pas promettre pour toucher malheureusement, mais j'essayerai ! Au pire, faudra essayer de convaincre le maitre d'hotel ;-)

Écrit par : Eric | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis contente que tu ais passé un bon moment au stade! :)
Et si j'arrive à grimpouiller à Paris pour le tournoi des 6 nations, je t'embarque avec moi? ;-)

Écrit par : shaya | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Tu es sûre que tu n'es pas secrètement la journaliste dont je t'ai parlé :p ?

Écrit par : Lalex | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

ça donne envie! mon père y va de temps en temps et essaie de me convaincre parfois, la prochaine fois je dis oui!

Écrit par : Carole Nipette | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai ri mais j'ai ri !!!!! excellent billet ! Merci pour cette minute de soleil.

Écrit par : doudette | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

@Eric : mais qu'est-ce qu'il vient faire là le maître d'hôtel. Ah j'ai compris. L'odeur de ganja venait de chez toi en fait.
@Shaya : faut voir, ça pourrait se faire
@Lalex : je t'assure que non
@Carole : ah oui. Dans un stade, ça change tout...
@Doudette : je t'en prie madame

Écrit par : emanu124 | 10/01/2011

Répondre à ce commentaire

Moi j'étais de match de rugby vendredi soir (Brive-Clermont Ferrand) et vu que le stade est à ras de chez moi, j'y vais très souvent (parfois même toute seule) et j'ADORE LE RUGBY et l'ambiance de stade !

Écrit par : bbflo | 11/01/2011

Répondre à ce commentaire

@Bbflo : ah oui, quand même !!

Écrit par : emanu124 | 11/01/2011

Les commentaires sont fermés.