Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2011

Ni mère poule, ni mère indigne, et probablement pas mère du tout

J'ai du être mère environ deux fois deux heures dans ma vie.

Le temps de subir les effets combinés de l'instinct de survie et des hormones qui m'ont poussée à me reproduire.

Après... Je dois bien dire que je cherche encore.

La grossesse ? Trois mois à vomir, trois mois à vous entendre demander "t'as pas un peu grossi, toi ?", trois mois à ressembler à la mère de Dumbo l'éléphant et à avoir tous les pervers de la ville qui vous matent les boobs.

J'aurais aimé à ce moment là que l'homme ait été conçu sur le même modèle que l'hippocampe : une fois le bazar fécondé, on le refile au père et hop.

La petite enfance ? Clairement pas mon truc. Il fallait le faire, je l'ai fait parce que j'ai un minimum de sens de responsabilités.

Est-ce que ça m'a plu ? La réponse est non : la sortie au bac à sable était d'un ennui mortel, ne parlons pas des ballades en vélo en forêt que je faisais sous prozac, j'ai très peu aidé aux devoirs, je n'ai jamais su faire des gâteaux, je mettais des cassettes d'histoires le soir au lieu d'en raconter, j'évitais les réunions de parents d'élèves comme la peste.
Quant à jouer avec mes fils autant me demander de me faire une auto-acupuncture.

L'adolescence ? Un peu mieux, au moins on peut avoir des discussions assez intéressantes avec sa progéniture entre deux pulsions meurtrières.

Je peux donc dire que j'ai assuré le minimum syndical mais que l'élevage du nain n'est ni ma spécialité, ni ce que je préfère faire dans la vie.

Je ne suis donc pas, clairement, une mère poule, mais pas une mère indigne au sens "je laisse mes fils dans la voiture pendant que je vais dans une discothèque".
Je ne me range pas non plus dans la catégorie "mère copine". Mes fils ont pris quelques roustes maison quand ils ont franchi le toléromètre à conneries.

Ni absente, ni très présente, ni copine, ni vraiment mère, mon éducation a grosso modo consisté à ce que mes fils ne me chient pas dans les bottes. Et à les jeter à l'eau. En leur disant "tu coules ? Et bien nage maintenant".

Avec deux/trois câlins, je ne suis pas - totalement - un monstre non plus.

Résultat ? Ils sont beaux et intelligents.

Pas exceptionnellement doués, ni PDG de leur boîte à 18 ans mais assez normaux pour être heureux et autonomes  dans la vie, ce qui finalement est tout ce qu'on peut leur souhaiter.

Il se contentent en tous cas d'avoir une dame qui ne répond pas totalement aux critères établis pour la maternité mais qui au moins ne leur siphonne pas leur oxygène.

Et en prime dépanne leur PC.

Quant à leur génitrice, elle est finalement contente de ne rentrer dans aucune case de la maternitude.

Déjà qu'il lui en manque plein dans le cerveau...

 

3654657410_d4318d7a37_b.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : mères, enfants, éducation | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

J'ai une amie qui ressemble a ce schéma, elle était peut-être même encore plus indifférente. Aujourd'hui son fils est grand, équilibré, il aime et respecte sa maman. Je crois qu'il faut faire les choses avec son coeur, une maman pas épanouie qui se force a être une mère "parfaite" n'est pas équilibrant pour des enfants. Être en accord avec soi-même et ses convictions c'est un exemple comme un autre qui est parfois salutaire pour ces petits d'homme en devenir. Moi je dis chapeau !

Écrit par : Laure | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Si tes fils sont heureux de vivre et bien dans leur peau tu as été une bonne mère pour eux! (bon être totalement heureux et bien dans sa peau ça n'existe pas mais plus ou moins c'est déjà ça)
dis donc finalement ça tombe bien que tu sois fille unique, t'imagines t'aurais des nièces et de neveux? ;-)
sinon ma question : pourquoi as tu voulu être mère si t'étais gavée d'avance?

Écrit par : Carole Nipette | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Tiens ça me rappelle quelqu'un, bizarre...
Bon y a des trucs que t'as pas fait mais que j'ai des trucs que t'as fait que j'ai pas fait, genre les gâteaux et les devoirs je m'y colle mais c'est parce que ça ne me déplait pas dans l'absolue, par contre le bac à sable/parc j'ai essayé une fois et plus jamais c'est absolument au-dessus de mes forces, son père faisait ça très bien par contre...
Et bon là à 8 ans je me dit que dans l'ensemble on s'en est pas trop mal sorti pour l'instant, prochain point après l'adolescence :-D
Après avoir passé des mois à culpabiliser etc j'ai pris une grande décision, ne faire que ce que je me sentais capable de faire avec un minimum de plaisir, et ça va tout de suite mieux, pour tout le monde

Écrit par : Cécile - Une quadra | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

@Laure : je crois qu'effectivement la seule leçon de tout ceci c'est qu'il faut faire les choses comme on le sent.
@Carole : parce qu'il y a mille et une façon d'être mère et pas seulement les schémas traditionnels, je suppose. Après, je n'en sais rien du tout en fait. L'instinct probablement, comme je le dis dans le billet.
@Cécile : voilà.

Écrit par : emanu124 | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

La recette semble avoir bien fonctionné ! Chacun trouve la sienne a priori...

Écrit par : Lili | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Est-ce que ce n'est pas ça, finalement, être une mère ?
Comment penses-tu que les autres vivent leur maternité..?
Je crois, à ce que j'en lis et entends chez Maman travaille, que les femmes qui se sentent comme toi ne sont pas si rares...

Écrit par : Marlene (Maman travaille) | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Dans mes bras mon double cosmique ! Et je confirme, cela fait de grandes belles choses autonomes, intelligentes, complices et très proches de leur maman !

Écrit par : Sandrine | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Quoi qu'on fasse, on reste leur mère.J'ai enfin cesser de culpabiliser

Écrit par : christiane | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Non mais les mères qui aiment faire les gâteaux et tout le toutim, c'est pas un légende ? On est toutes les mêmes, on fait comme on peu. Et si nos gamins sont heureux, c'est mission accomplie.

Écrit par : Bérengère | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

si plus de mères pouvaient être comme toi ! ça soulagerait l'humanité... en effet, entre les mères poules invasives, parfois atteintes du syndrome de la vierge Marie ("je suis la mère du fils de Dieu"), et les peaux de vache, bien souvent par frustration (plus nombreuses qu'on ne le dit), on n'a pas toujours eu la chance de tomber sur un être humain seulement responsable et raisonnable. Merci pour ton témoignage (comme d'hab' tu dis légèrement des choses essentielles)

Écrit par : lucia mel | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

être mère c'est avoir une mission en fin de compte. et tu l'as semble t-il réussie non? Peu importe les moyens et le nombre de morts collatéraux, le but c'est d'accomplir la mission!

Moi j'ai aimé la toute petite enfance, les moments calins, même la nuit (bon pas trop longtemps quand même). Là, à 20 mois, ça parle pas encore, ça fait que des conneries et je les troquerais bien contre les petits chiots pendant encore un an.

on a encore ce modèle de mère poule-parfaite qui fait que dès qu'on laisse ses gamins hurlant dans une chaise haute pendant qu'on commente chez Manu, on a peur de voir la dass arriver... jvous jure...

Écrit par : juju | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Finalement on est toutes mère (et père) à notre façon, et c'est très bien comme ça. je n'ai jamais cru en l'instinct maternelle (truc sexiste en diable et culpabilisant quand tu ne le ressens pas !!) On fait juste de notre mieux !

Écrit par : Océane | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je crois surtout que chaque femme est différente et si certaines ne sont pas dans leur élément au parc, dans leur cuisine ou à faire des gateaux avec une petite crevette de 4kg dans les bras c'est tout à fait respectable. Il ne faut pas pour autant rejeter cette façon d'être mère, j'ai choisi d'être mère au foyer, pour tout cela justement, je ne dis pas que je ne m'arracherai pas les cheveux de temps en temps et que j'ai hâte souvent que l'heure du coucher arrive mais pour rien au monde je ne ferai autre chose!
Et je pousserai même le vice un peu plus loin en devenant assistante maternelle dans quelques temps!
Aucune mère n'est un idéal de perfection et chacune l'est à sa façon, en fonction d'elle et de ses enfants et des étapes de la vie à franchir.

Écrit par : Hélo | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Ça a l'air d'avoir plutôt bien réussi, c'est le principal ! Et puis c'est quoi une mère parfaire de toute façon ?

Écrit par : Julhya | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Que j'aime qu'on dise les choses, ça change des lieux communs très chiants et gnan gnan. Et c'est tellement plus proche de la vérité !

Écrit par : bbflo | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'aime bien ton post car, je ne suis pas sure qu'avant Internet - oui bon peut etre me trompe je - on aurait osé dire ce que tu dis sans passer pour un monstre absolue. ou on aurait pour le moins choqué.
entre autres bénéfices Internet, a je crois, favorisé une vraie libération de parole à ce sujet là.

Écrit par : valerie | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

roh la la,elle ne veux pas reprouire les clichés ancestraux et rentrer dans les cases...
Espèce de factieuse va ! c'est avec des gens comme toi qu'on a des révolution !
Tu n'as pas honte
(oui je sais, tu n'as pas honte...)

Écrit par : Phileas | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Alors moi, ce que je préfère, dans la maternité, c'est la conception.
Du coup, j'en suis restée à cette étape-là.
Je crois que c'est vraiment le top, enfin, j'en suis sûre quand je regarde autour de moi ceux qui ont des enfants.

Et j'ai choisi un amoureux qui sait tout faire (mettre et débarrasser la table, faire la vaisselle, lancer les machines, faire des calins en pyjam le dimanche matin, réparer les ordis, etc, etc, etc...)

Elle est pas belle, la vie ?

Écrit par : L'Arlésienne | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Je ne pense pas non plus rentrer dans des cases....tiens c'est comme pour mon blog, et je ne suis certaienemt pas une mère indigne même si je sors boire un verre avec des copines...au contraire! Chaque femme est mère à sa façon et selon son caractère. Il n'y a heureusement pas un seul mode d'emploi sur l'éducation des enfants. De toute façon on fait souvent comme on peut , et pas comme on veut. Moi j'aime bien ce post qui doit en bousculer certains et surtout certaines! Mais une chose est sûre et c'est bine là le principal, tu aimes tes fils et ça se sent ...Je me souviens d'un joli billet où tu faisais la groupie lors d'un concert... ;-)

Écrit par : Sandra | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai découvert ton blog sur Marjoliemaman et ai trouvé ta note géniale car on la sent vraie et touchante. A l'ère où le maternage règne en maître, je trouve très courageux de montrer quelle autre maman on peut être, avec ses contradictions, ses bonheurs et ses trucs rasoirs. Comme toi, je n'aime pas aller au parc, c'est crade comme tout. Je me force pour faire plaisir à mon fils s'il fait beau et quand c'est possible, on y va en force avec d'autres mamans et copains / copines...

Écrit par : Frédérique Rocks | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

@Lili : exactement c'est toute la morale de l'histoire...
@Marlène : OH MON DIEU. On serait plusieurs ?? Ca remet toute ma conception du monde en question...
@Sandrine : voui. On est connectées !!
@Christiane : quelle culpabilité ? Je ne sais pas ce que ça veut dire ...
@Bérengère : certainement !
@Lucie Amel : ou essentiellement des choses légères ?
@Juju : tu laisses hurler tes gosses pour venir chez moi ? Tu n'as pas honte ?
@Océane : et faire de notre mieux c'est déjà pas mal, non ?
@Hélo : absolument. Je n'ai rien contre les mères au foyer ou très présentes. Ce n'est juste pas mon truc.
@Julhya : ça n'existe pas
@Bbflo : si tu le dis !! Yihaaa
@Valérie : je le disais déjà avant internet. Et je passais pour un monstre. Mais je n'en ai jamais rien eu à faire
@Philéas : honte ? Ca veut dire quoi ?
@L'arlésienne : si. Très. Profites-en bien !!
@Sandra :c'était pas moi, c'était mon double maléfique

Écrit par : emanu124 | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

@Frédérique : en groupe c'est mieux... Ou pas (parce que les discussions de mères... Pffffff si tu vois ce que je veux dire)

Écrit par : emanu124 | 14/03/2011

Répondre à ce commentaire

Tu nous aurais dit le contraire, je ne t'aurais pas cru.

De toute façon, je crois qu'il n'y a rien de "classique" chez toi et perso, ça me plait plutôt bien!! :-)

Et puis les mecs, les mères poules , ça les gonfle généralement...

Écrit par : miss Julie | 15/03/2011

Répondre à ce commentaire

Il n'y a pas qu'une façon d'être mère et heureusement car sinon je n'aurais jamais pu !
Je n'ai réussi à lire aucun bouquin, on a eu le malheur de m'offrir Laurence Pernoud, je ne l'ai même pas ouvert. Je déteste tous ces trucs théoriques qui t'expliquent comment s'occuper de ton bébé et ont le don de te faire flipper si par malheur tu ne suis pas à lettre les conseils qu'on te donne !
J'ai choisi de tout faire à l'instinct, et c'est seulement comme ça que je me sens bien dans mon nouveau rôle.

On ne peut pas toutes être des mères poules, ça ne veut pas dire qu'on aime pas nos gosses pour autant !

Écrit par : annouchka | 15/03/2011

Répondre à ce commentaire

@MissJulie : je m'incline devant ta sollicitude !
@Annouchka : je suis d'accord. Je n'ai jamais ouvert un bouquin de ce genre non plus..

Écrit par : emanu124 | 15/03/2011

Répondre à ce commentaire

Pour quelle(s) raison(s) se justifier ???

Écrit par : Galuchat | 17/03/2011

Répondre à ce commentaire

Aucune raison de se justifier, c'est la société et les "normatifs" qui sont en plein tort. Il n'y a aucune règle, ni norme, surtout en ce domaine. J'approuve ce post sur toute la ligne.

Écrit par : jicky | 19/09/2012

Répondre à ce commentaire

Je débarque un an après la guerre... Oui... Mais ton article vient d'être linké sur Facebook, alors je découvre

ET wouaw !

Quelle bouffée d'air frais
:p
Ça change de toutes ces super-mamans qui prône l’allaitement jusque 10 ans, bébé savamment coincé dans son écharpe ...

Je me sens un peu plus... "Normale"
:p

Écrit par : Encollowen | 13/06/2013

Répondre à ce commentaire

moi aussi, j'arrive après la bataille, bien qu'au final, ce sujet sera toujours d'actualité....
merci de mettre des mots (et plutôt bien trouvés, et bien tournés) sur ce qu'on peut ressentir...
car quand on se retrouve entourée de filles qui ont l'air de croire que maintenant que j'ai rejoint leur club, chouette, elles vont pouvoir reprendre contact avec moi, échanger sur leur maternité, m'abreuver de tous les détails, conseils, photos, ... sur leur progéniture, ...
et oublient qu'avant cette étape de ma vie, j'aimais surtout le sport, l'art, la musique, les voyages, la bouffe, les soirées, les voitures...

et bien.... on se sent très seule dans les discussions prolongées sur les marques de crème pour les fesses, les façons de cuisiner pour son bébé, et les "mais, si tu vas voir on peut continuer à faire plein de trucs avec des enfants" (c'est ça, c'est juste plus compliqué, plus chiant, plus organisé, bref... ), les " ça te dirais de faire un cour de "danse avec bébé"?" euh...non, je tiens à garder pour moi le peu de vie sociale qu'il me reste....

Il a fallu que je vois un psy, pour être capable de me dire, que oui, j'avais le droit de ne pas trouver ça très épanouissant et très passionnant, et que non, je n'étais pas anormale, (et de trouver la force d'en parler)!!!

Écrit par : claire | 19/03/2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.