Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/06/2011

Enervons-nous un peu, c'est bon pour la santé

Internet c'est formidable. Vous découvrez parfois des mondes insoupçonnés, étranges, voire parallèles.

Ce fut le cas il y a deux jours chez Olympe.

Un de ses billets relatait l'expérience d'une famille canadienne qui éleve ses enfants de façon asexuée, dans le but de les affranchir des conventions liées au "genre". Les parents laissent par exempe leurs enfants choisir les vêtements qui leur plaisent, les garçons se font des nattes et peuvent porter des jupes roses si ça leur dit.

Elle rapporte aussi que la plupart des gens traitent ces parents de foldingos.

Pour une fois, je vais me joindre à la foule et ne pas nager à contre-courant : ces gens sont des crétins et cette expérience est grotesque voire dangereuse.

Je dirais même qu'on devrait leur enlever leurs gosses.

Leur lubie idiote ne fait pas avancer les relations homme-femme, loin de là et bien au contraire.

Ces parents devraient plutôt apprendre à leurs fils à manier le balai et le fer à repasser et à respecter leurs homologues féminines, ce serait bien plus utile et enrichissant.

Quant au père, on se demande pourquoi lui aussi ne porte pas une guépière et des bas résilles pendant que la mère se met des slips kangourous, tant qu'on y est.

Un enfant a aussi besoin de se construire de façon sexuée, n'en déplaise à certains puristes, même si après il en fait ce qu'il en veut : hétéro, bi, gay peut importe.

En plus, pour moi le féminisme c'est s'assumer pleinement en tant que femme et non disparaître derrière une uniformité ennuyeuse.

Je revendique totalement le girl power et l'égalité de traitement avec mes collègues masculin, mais en tant que greluche perchée sur des talons de 12 et maquillée comme une voiture volée.

Ce qui ne veut pas dire que je sois polarisée sur un seul modèle féminin. Loin de moi cette idée. Si une fille se préfère en combi de travail et doc Martens, très bien, du moment qu'elle se sent à l'aise.

Mais pour ma part, j'aime que les hommes soient hommes, que nous soyons différents et complémentaires, que la psychologie masculine reste un territoire parfois obscur et inconnu. 

L'égalité ce n'est pas l'apparence, l'égalité c'est la place dans la société et la façon dont les gens sont traités.

Et ce n'est pas en laissant mettre des jupes roses et des nattes à des petits garçons qu'on va résoudre les problèmes d'inégalité.

Mais en nous battant pied à pied et jour après jour, même si rien n'est gagné et que plusieurs affaires récentes rappellent que nous sommes encore très loin du respect du aux femmes et de l'égalité entre les sexes.

Pour ça, je fais confiance à mes jeunes consoeurs, elles se débrouillent plutôt pas mal.

Même perchées sur talons de douze.

louboutins.jpg

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:03 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (53) | Tags : feminisme, sexe, différence | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Oui, d'autant plus que comme tu dis, il y a pas mal de pédo-psys qui mettent le doigt sur la nécessité de "sexuer" les enfants, que trop d' égalité peut parfois déboussoler.
J'ai une copine qui a très bien réussi à faire jouer ses garçons à l'aspirateur, et ça les empêche pas d'aimer se battre :)

Écrit par : Nekkonezumi | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Je te rejoins tout à fait sur ta définition du féminisme, et je me bats pour que ma fille ne se sente jamais déconsidérée par rapport aux garçons (sûrement plus que sa mère d'ailleurs, mais c'est une autre histoire)
Et c'est vrai que la prise de conscience doit se faire des deux côtés. Le combat sera long mais il ne faut pas lâcher
(putain j'en fait des efforts pour devenir une blonde moi... je travaille la prochaine GGP en avance mouhahaha)
bon sinon en tant qu'employeur, j'embauche une expertise, pas un sexe, donc le salaire est fonction du poste. Point barre

Écrit par : Phileas | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Je me pose souvent la question tiens. Mon fils (4 ans) l'autre jour était chez une copine, et il est rentré maquillé et avec du vernis à ongles. Ça m'a un peu fait bizarre quand même. Je lui ai dit que c'était rigolo pour s'amuser mais que c'était un jeu. Il ne voulait pas enlever le vernis mais je l'ai obligé (en plus je suis sûre que c'est ultra toxique pour des petits comme ça)... mais je me suis demandée si j'avais la bonne réaction. Comme quand dans les magasins je l'empêche de choisir des trucs de "filles". Mais il a quand même eu une poussette et un poupon et une dînette aussi quand il était petit. Parce que ça ne me semble pas des jouets purement "fille". Un homme, en restant homme, a le droit de promener son enfant et de faire la popote hein !! ;-)
Je pense qu'il faut trouver le juste milieu. Mais il faut aussi leur éviter le ridicule. Je sais pas trop comment est traité à l'école un garçon avec des nattes et une jupe rose...

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Nekkonezumi : les miens aussi manient très bien l'aspi et le fer à repasser. Et ils sont très féministes. Je peux mourir tranquille.
@Phileas : toi, effectivement, tu vises une entrée à la prochaine GGP !!
@Ali : comme disent les bouddhistes, la vérité est toujours dans la voie du milieu.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Tant qu'on croyait à l'existence de races, il était impossible de lutter contre le racisme.
Car l'existence de une ou plusieurs catégories oblige à la hiérarchisation, à la comparaison.

je ne crois pas à l'existence des sexes (c'est là que je fais coincer en général ;) ) et je pense que c'est cette existence construite de toutes pièces culturellement qui fonde le sexisme.
Pour approfondir ; il suffit de se demander ce qu'est un homme, une femme , pour comprendre que la définition ne va pas de soi.

alors oui ces gamins vont manger severe dans un monde qu'on a voulu sexué. la methode me semble trop dangereuse.
mais je la comprends parce que tant qu'on aura pas aboli les différences, le sexisme perdurera.
abolir les différences ne veut pas dire que les femmes ne seront plus en talon et les hommes en costard. juste que si une femme veut être en costard et un homme en talon, il ne devrait avoir aucune espèce de pb avec cela. parce que l'habillement est encore une fois culturellement construit et n'a rien à voir avec ce qu'on a entre les jambes.



nota : ali pourquoi empêcher tes enfants de jouer avec des jouets de filles ? quel pb y aurait il ?

enfin je suis désolée de lire que "trop d'égalité" peut déboussoler. personne n'oserait formuler ceci entre les noirs et les blancs, les juifs et les goys parce que ca serait, à raison, un scandale.
je ne comprends donc pas qu'on puisse considérer que les femmes sont trop égales aux hommes.

Écrit par : valerie | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Non je ne suis pas d'accord. Je n'ai pas parlé d'empêcher les garçons de jouer avec des jouets de filles. Au contraire. Mais pour moi, fondamentalement et hormonalement un homme et une femme sont différents, même si certains comportements sont effectivement construits par des conventions sociales. Et je m'en réjouis. Ce qui ne veut pas dire que je ne vais pas coller un coup de boule au premier gusse qui voudrait me prouver que je suis inférieure en quoi que ce soit. Egaux, complémentaires et différents, telle est ma devise.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

@ Valérie : Je n'ai jamais empêché mes garçons de jouer avec des jouets de fille. J'ai d'ailleurs moi même acheté poussette, poupée et dînette. Mais je vais pas non plus les inonder de barbies et Polypockets sous prétexte qu'il ne faut pas différencier les sexes... alors qu'ils vont d'eux même vers des jouets de garçons (voiture, dinosaures, etc...) je voulais parler des vêtements dans les magasins...
Je ne veux pas qu'ils s'habiller en fille. Les vêtements servent à différencier les sexes et c'est très bien comme ça. Perso je ne tiens pas à voir des mecs en talons aiguilles et en jupe.
L'enfant doit d'abord se construire dans son sexe... qu'est-ce que ça doit être perturbant pour ces gosses de ne pas savoir s'ils sont fille ou garçon... merde, le sexe c'est quand même une identité non ?
Je suis très contente que mes garçons soient des petits garçons. Et je vais les aider à devenir des hommes qui respectent les femmes et je ne pense pas que c'est en leur faisant des nattes et en leur mettant du vernis à ongles que je vais y parvenir...

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Je trouve effectivement cette expérience passionnante. Comme je l'ai dit dans mon billet je doute qu'ils puissent tenir très longtemps et on peut effectivement remarquer sur la photo qu'ils restent très classiques et ne s'appliquent pas a eux mêmes leurs principes.
Mais l'essentiel des différences de sexes sont sociales et non biologiques ( comme les Louboutins) et faire l'effort de résister a la pression sociale permet aussi aux enfants de ne pas se laisser enfermer dans des stéréotypes. Et ça je trouve que ce serait vraiment bien.

Écrit par : Olympe | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Non, comme je le disais à Valérie ci-dessus, nier le biologique dans la différence des sexes n'est à mon avis pas une solution. La différence des sexes est fondamentalement biologique. Ce sont certains comportements qui sont socialement imprégnés et qu'on peut modifier. Une femme a ses règles, un homme a des couilles et ça personne n'y changera rien.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

en partant du principe que ton hypothèse est juste.
on n'a pas parlé ici de couper les couilles du gamin. les parents ont simplement dissocié des comportements culturels (faire des tresses, porter des robes) du fait d'avoir des couilles.
on ne joue pas ici sur le biologique mais sur le culturel.
est ce qu'un porteur de couilles peut mettre des talons ? pourquoi pas.
pourquoi yaurait il des choses fondamentalement génantes ?

Écrit par : valerie | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Non, un couillu peut porter des talons aiguilles s'il en a envie, ce n'est pas le problème. Plus tard. Pas si ses parents lui proposent de le faire.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Et a contrario, offrir un ballon de foot à un garçon n'en fait pas obligatoirement un macho, si on lui colle un fer à repasser dans l'autre main

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

toi ce qui te bloque c'est que ca soit imposé dés l'enfance ok.

mais alors en ce cas - je suis chiante hein - est ce qu'il n'est pas autant imposé à l'enfant de mettre une robe si on est une fille, un bermuda si on est un garcon ? tu penses que, même si ca a ses inconvénients, c'est plus facile de se conformer à ca dans notre société ?

Écrit par : valerie | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Non ça n'est pas imposé. La preuve, dans certains pays les mecs portent des jupes. Ce qui me gêne ce n'est pas tant le vêtement, c'est qu'on tente de gommer les différences qui existent irrémédiablement qu'elle soient dans un pantalon ou sous une jupe.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Lui mettre une jupe reviendrait à l'imposer aussi non ?

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Mon commentaire n°2 n’apparaît pas... où se cache t'il ?

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Ah mais si si, il est apparu !!

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Ah si. Ouf.

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Je suis d'accord avec toi Manu et rien que de lire ce mot "expérience" à droite à gauche, ça me met en rogne. Se servir de ses enfants pour faire une "expérience"???!!!! je sais bien que la majorité des parents s'estiment "propriétaires" de leurs enfants mais j'ai toujours eu du mal à ce que les adultes imposent des choses à des enfants qui n'ont rien demandé (sauf les règles de base politesse, respect etc...) que ce soit en religion ou autre... On peut éduquer en laissant le choix pour plus tard...
et oui les hommes et les femmes sont différents sinon il n'y aurait que des êtres humains sans sexe.... et on ferait pousser les bébés dans les choux...!
Pour ce qui est de l'égalité c'est une autre histoire mais ça ne passe pas à mon avis par une coupe de cheveux...

Écrit par : Carole Nipette | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Moi aussi cette expérience m'a laissé perplexe surtout lorsque j'ai lu que l'un des enfants ne voulait pas aller à l'école, ça laisse augurer une bonne intégration dans la société tout ça et quelques années d'analyse chez un psy plus tard....
Je crois, et Olympe l'écrit dans son dernier billet sur le vieux con macho, qu'il faut faire attention : égalité veut bien dire égalité et pas identité : on ne revendique pas la même identité mais bien la même égalité !

Écrit par : Sophiebib | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

L'expérience (qui tient de l'expérimentation pour moi) est en effet troublante. Il faudrait voir comment ces enfants l'aurons "resentie" une fois adulte.
Gommer le genres en brouillant les codes ne me parait pas des plus judicieux...
Bien entendu je ne cantonne pas chaque sexe dans des cases, ni enfant ( un gars joue aux voitures et aux Pokémons et une fille au Polypocketts et barbie..) ni adulte (une femme est secrétaire, coiffeuse et un mâââle est maçon ou PDG), mais il me semble que pour se construire des repères sont une base solide. Le genre en fait pour moi partie.
Je te rejoins donc Manue !
Sinon dans un registre plus léger, je fus vendeuse en lingerie et je peux te dire que tomber nez à pectoraux sur un mââle qui essayait en loucedé une guêpière ça s'oublie pas !

Écrit par : Poulette Dodue | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

bien d'accord avec toi, et comme le souligne olympe, comment vont réagir les enfants quand ils seront fatalement confrontés au monde extérieur ?

Écrit par : broisha | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Moi ce qui me gène vraiment dans cette expérience, ce n'est pas qu'on essaie de nier les différences, c'est surtout le fait que les enfants servent de cobayes! Et qui en subira les conséquences (moqueries des camarardes, rejet...): les enfants!
Alors qu'un homme veuille mettre des talons et qu'une femme devienne maçon pas de soucis! Mais au lieu de faire ce genre d'expérience, ces parents feraient mieux d'expliquer les différences "biologiques" qui existent entre homme et femme, et qu'ils leur apprenent le respect et surtout l'acceptation des différences pour qu'un jour ces enfants puissent faire leur propre choix et l'assumer sans avoir peur d'être montrés du doigt!
(ceci bien sûr dans un monde un peu idéalisé)

Écrit par : Madame S | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Rien à ajouter (commentaire hautement constructif si il en est, mais je voulais juste dire que j'approuve chacun de tes mots)

Écrit par : Dom | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

ok on est différent, tu reconnaitras quand même que le fait d'avoir ses règles n'explique pas le vernis à ongles
mais le principal n'est pas là, le principal est dans le fait qu'on attendra des filles qu'elles soient douces et gentilles et des garçons qu'ils soient forts.
ceci dit je n'aurais pas fait ce genre d'expérience avec mes enfants. par contre très attentive à ce qu'on leur enseigne à la maison ou à l'école et à l'exemple qu'on leur donne

Écrit par : olympe | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

A lire l'article sur l'expérience, ça fout un peu mal à l'aise...

Écrit par : Formation à distance | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Carole : non, porter une jupe rose non plus ne changera pas les choses, du moins je le crois
@SophieBib : exactement, c'est ce que je dis : je revendique l'égalité, pas la même identité
@Poulette dodue : ouahahahahaha j'aurais aimé être là !!
@Broisha : il vont se faire tacler à la première sortie. Et en garder des traces toute leur vie
@Madame S : moi aussi ce qui me gêne c'est que des enfants soient cobayes. Si un adulte veut se mettre une jupe rose et des nattes, en revanche aucun souci.
@Dom : même "crétin" ??
@Olympe : avoir ses règles déclenche un certain nombre de comportements qui ne sont en rien liés aux conventions sociales. Qu'on le veuille ou non. Avoir des couilles aussi. La testostérone fera qu'un garçon aura toujours un comportement plus agressif qu'une fille, globalement. Qu'on le veuille ou non. C'est physiologique. Et le vernis à ongle, c'est très bien. Ce qui l'est moins c'est que les femmes se tapent 80 % des tâches ménagères en plus de leur travail. Ou qu'elles se fassent taper dessus. C'est dans ce sens qu'il faut aller, même si on se met du vernis à ongles et des talons de 12.

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Surtout crétin.

Écrit par : Dom | 03/06/2011

Et pour faire accoucher leurs garçons, en toute logique d'égalité, ils font comment?

Jamais on ne sera égaux. Et je le renvendique. Mais équivalents, complémentaires, oui. Et surtout, que mon mec reste un mec, même quand il fait la vaisselle, par pitié.

Écrit par : Mentalo | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Quelques petits commentaires.
il me semble intéressant de définir ce qu'est un homme ou une femme. pour reprendre l'exemple des règles, plein de ge,s (pas pubères, ménopausées, sans uterus ou autres) n'en ont pas et sont bien dans la case "femmes".

plus un groupe est social et évolué, moins les hormones jouent. on tend de moins en moins à différencier nature et culture car c'est trop complexe sur une espece aussi complexe que l'humain. et par exemple, aucune etude n'a pu démonterr que les criminels étaient plus porteurs de testo ou que les xxy (taux de testo plus fort) etaient plus agressifs.

"Et pour faire accoucher leurs garçons, en toute logique d'égalité, ils font comment?

Jamais on ne sera égaux. Et je le renvendique. Mais équivalents, complémentaires, oui. Et surtout, que mon mec reste un mec, même quand il fait la vaisselle, par pitié."
je ne comprends pas ton commentaire.
je n'accoucherai jamais. ca me rend homme ? (pkoi pas hein je m'en fous). en quoi le fait d'accoucher ou pas, te rend il inegal face à l'homme. car si on n'est pas égal, on est inégal....
et que veut dire "rester homme" ? tu as peur que ses testicules tombent ?

Écrit par : valerie | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Je rejoins Mentalo... son commentaire est très clair pour moi. Mon mec fait la vaisselle, passe l'aspirateur, s'occupe des gosses, fait à bouffer... mais ça reste un mec. Avec un physique de mec, des habits de mecs... et au grand jamais je ne voudrais qu'il ressemble à une gonzesse !! j'ai besoin qu'il soit physiquement un homme pour avoir envie de lui.
Quand à cette histoire d'accouchement, c'est pour dire que quoiqu'on fasse on ne sera JAMAIS égales aux hommes. C'est comme ça, c'est la nature. C'est moi qui serait obligée de passer 3 mois au lit et de me faire charcuter pour mettre des petits humains au monde. Lui jamais. Il sera obligé de me supporter remarque, c'est peut-être pire... ;-)
Et oui le fait de porter la vie nous rend inégales. Parce que ça n'est pas du tout anodin, que ce soit sur le plan physique ou psychologique. Et même si tu n'accouches pas, tu n'as pas, que tu le veuilles ou non, le même système hormonal qu'un homme. la nature nous a fait différents, pourquoi ne pas l'accepter ?

Écrit par : Ali | 03/06/2011

@Mentalo, Valérie, Ali : bon je fais chauffer le thés et les petits gâteaux ? Non ?

Écrit par : emanu124 | 03/06/2011

Répondre à ce commentaire

Bonne idée !

Écrit par : Ali | 03/06/2011

Hummm c'est quand même pervers leur vision de l'éducation..

Puré quand je dit qu'il faudrait un test psy avant d'avoir le droit de faire des mômes ;-)
@ Mentalo ils ont surement songez à la césar...ok je sors ;-)

Écrit par : Corinne | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

L'expérience de ne pas révéler le sexe de l'enfant dans une société sexiste est, certes, contestable, mais il y a quelque chose d'illogique dans ton argumentation.

Cela ne te dérange pas qu'un garçon joue à la poupée, et autres jeux dits "de filles", voire tu l'encouragerais dans un soucis d'égalité. Par contre, que des parents acceptent que leur fils porte une jupe rose c'est "grotesque et dangereux". Tu fais le parallèle avec un homme en bas résilles (grotesque et dangereux, lui aussi?).

Or il n'a pas été démontré que les jupes ou les bas résilles avaient un quelconque effet sur le sexe anatomique. Ces vêtements sont culturellement associés au sexe féminin, de la même manière que les activités liées à l'éducation des enfants ou au ménage. Il me semble même que l'aspect vestimentaire et esthétique est ce qu'il y a de plus arbitraire.

Je crois donc que tu te fais une opinion sur base de ton désir, culturellement construit pour te sentir désirable en jupe et talons aiguilles et désirer des hommes en pantalons et talons plats (mais tu les aurais aimé en perruque et talons hauts si tu étais née au 17e siècle, par exemple). Sinon, pourquoi insisterais-tu sur un détail comme tes talons de 12cm ?

Quant à la "complémentarité", en quoi consiste-t-elle exactement s'il ne s'agit pas d'une répartition des tâches ? Est-elle nécessaire selon toi pour fonder une relation ? Les relations entre personnes de même sexe, celles ayant une même expression de genre (femme féminine et "travesti", par exemple), sont-elles moins valables selon tes critères ?
Ce sont de réelles questions ; pour ma part, m'étant toujours senti "entier", je n'ai jamais compris le besoin de complémentarité que ressentent beaucoup de personnes. ;-)

Écrit par : Tiresias | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Corinne : curieuse, pour le moins.
@Tiresias : entier tu veux dire, avec des couilles ? Parce que sans, non ? Tu veux dire que mes talons de douze sont un substitut de pénis ? Ah tiens, le talon phallique, ça peut être un concept.

Écrit par : emanu124 | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

Euh???? O_o
J'ai été si peu clair que ça? Je ne comprend pas ta réaction...

"entier tu veux dire, avec des couilles ? Parce que sans, non ?"

Non, rien à voir... Je veux juste dire - par rapport à cette idée de complémentarité - que je ne me considère pas comme une "moitié" qui aurait besoin de son autre moitié pour se sentir "complété".

D'où les questions sur ce que tu entends exactement par complémentarité, et ce que cela implique pour ceux qui n'entrent pas dans le schéma "homme-mâle-masculin + femme-femelle-féminine".

"Tu veux dire que mes talons de douze sont un substitut de pénis ? Ah tiens, le talon phallique, ça peut être un concept."

Non.

Je veux dire que c'est un détail, selon moi, non relevant sur lequel tu insistes beaucoup alors que le sujet de départ est l'éducation non genrée des enfants. Tu dis aussi aimer que les hommes soient des hommes et une de tes lectrices enchaîne "Perso je ne tiens pas à voir des mecs en talons aiguilles et en jupe".

En gros, vous parlez du domaine du désir et de la séduction, non ?

Parce que si votre argument pour interdire à un petit garçon de porter une robe repose sur vos désirs de femmes adultes, ça ne tient pas vraiment la route.

Écrit par : Tiresias | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

Un dernier commentaire donc.
Je ne comprends pas, ali, le rapport entre le fait d'accoucher et d'être égal ou pas. est ce que le fait d'accoucher te rend égale ou inégale face aux hommes ?
Tu prends donc une différence biologique - l'accouchement - que tu appliques sur un concept social - l'égalité. Je crains que cela tienne autant la route que les inégalités concues, par exemple autour de la couleur de peau.

enfin, je constate que cette expérience rame beaucoup aux angoisses de chacun. je ne vois pas en quoi ne pas connaitre le sexe d'un enfant de 4 mois va faire que votre mec, va d'un coup, faire la vaisselle en bas résilles.

ce que nous suggérons, c'est que peut être si un enfant désire s'habiller en rose et ce quel que soit son sexe il en ait la possibilité.
or, à partir du moment ou il sera identifié comme garcon cela deviendra tres difficile pour lui.
c'est ce qu'explique la mère de cette famille. son fils ainé aime le rose et les robes... doit elle lui expliquer que pour éviter de se faire traiter de pédale et de taré, il doit les éviter ?

Écrit par : valerie | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Tiresias : le second degré ? Non ? Dedans il y a second et degré. Et oui personnellement j'aime assez me compléter avec la gent masculine. Surtout le samedi soir après quelques verres. Après si tu lis bien mon texte j'ai clairement indiqué que je n'imposais mes orientations à personne. Et si tu as envie de porter des talons de 12, aucun problème, très bien, on pourra aller faire du shopping ensemble. Ceci dit il m'arrive aussi d'être à plat. Donc je m'interroge. La ballerine c'est un substitut phallique aussi, ou pas ? Parce que si oui, je vais éventuellement m'orienter vers la basket. La basket c'est rond et creux, ça évoque un vagin. Donc ce sera mieux. Ah et certaines personnes m'ont aussi affirmé que j'avais des couilles. Mais ça, je pense que c'est une légende urbaine.
@Valérie : et faire la vaisselle en guépière ? Non ? C'est bien la guépière (et les vrais transgenres sont certes une réalité, et un problème délicat. Je n'y ai pas été confrontée, et j'avoue humblement que je ne sais pas très bien comment il faudrait réagir sur le sujet)

Écrit par : emanu124 | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

A priori je ne noie pas le poisson, je le mange. Et sinon vous portez des jupes ?

Écrit par : emanu124 | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

C'est surtout une tentative de noyer le poisson.

Que tu n'imposes pas ta façon de vivre aux autres personnes adultes, c'est la moindre des choses, et ce n'est toujours pas le sujet qui est l'éducation des enfants.

En résumé, ce qui ressort de la discussion c'est que votre argument pour interdire à un garçon de porter une jupe (s'il le souhaite bien sur) c'est (1) votre non attirance pour les hommes en bas résilles et (2) la complémentarité entre hommes et femmes.

Pour le (1), n'est-ce pas un peu faible comme argument ? N'est-ce pas projeter vos désirs de femmes adultes sur un enfant ?
Et (2) qu'entendez-vous, concrètement, par complémentarité ?

Au passage, je constate que les discussions tournent davantage autour des garçons que des filles. Pourquoi un garçon à cheveux longs en jupe serait-il plus choquant qu'une fille à cheveux courts en pantalon?

Enfin, je me permettrai de réagir là dessus : "les vrais transgenres sont certes une réalité, et un problème délicat." Il n'y a pas, d'un côté, les "transgenres" et de l'autre le reste du monde ; certaines personnes sont en phase avec le genre qui leur a été assigné, d'autres moins voire pas du tout, selon un continuum. Certains passent à l'acte (présentation dans l'autre genre et/ou hormones et/ou chirurgie), d'autres pas ou partiellement. C'est surtout un problème lorsque considéré comme tel. Et justement, je me demande si interdire à un enfant un vêtement, une activité, un jouet en raison de son sexe ne va pas l'inciter à considérer celui-ci comme un problème.

Écrit par : Tiresias | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

Si je répond à la question, vous répondez aux miennes? :-)

Écrit par : Tiresias | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

Je ne sais pas. Après tout, je suis une femme qui se contente de se conformer aux conventions en vigueur en se trémoussant sur des talons de 12. Je ne sais pas si je suis capable de répondre à des questions profondes

Écrit par : emanu124 | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

C'est surement une famille sponsorisée par The Kooples...

Écrit par : M1 | 04/06/2011

Répondre à ce commentaire

tiens, au fait, Taz ne rentre plus dans son kilt (il a mis du bide, ça doit être la bière)... je me demande si mon mari saurait déplacer le bouton pression...

ah, et juste pour le fun, mes fils aînés n'aiment pas qu'on leur coupe les cheveux et préfèrent les garder "longs" (genre surfeur des 70's)... et moi, je me prends des remarques à la con de mes parents et des parents des potes de mes fils en mode "tu vas en faire des tapettes" (sic) "il vont te ramener des gendres au lieu de belles-filles" ... alors je veux bien que les autres jouent à faire des tresses à leurs garçons, moi, je m'occupe des miens ;-)))

Écrit par : Aïgor | 05/06/2011

Répondre à ce commentaire

@M1 : mouahahahahh "Paulette et George en couple avec des enfants depuis 10 ans. George aime mettre des guépières" je vois très bien
@Aïgor : ouais ben moi aussi, mon fils m'a dit un jour "arrête de me couper les chweus" il voulait ressembler à un guitariste rock. Résultat aujourd'hui il a la coupe de Justin Bieber. Mais faut pas lui dire, il pique une crise

Écrit par : emanu124 | 05/06/2011

Répondre à ce commentaire

les comm' de Tiresias sont très pertinents. Je trouve.

mais le fait d'expérimenter sur ces enfants, ça craint. moi, par peur de faire des erreurs, j'ai pas eu d'enfants. à tort ou à raison.

dans cette "expérimentation", je pense qu'il faut distinguer le privé (jeux à la maison) et le public (habillement qu'on porte tous les jours à l'extérieur).

perso, ma mère m'a élevée un peu comme un garçon... je dis bien un peu... j'avais accès aux poupées (ça m'intéressais pas) et aux tites voitures (chouette !).

entre 3 et 5 ans, je mettais un maillot de bain (slip) de garçon, car c'était moins cher (et que j'avais pas de poitrine à cacher). je m'en souviens, ça m'avait marquée. et pas trop plu, car c'était s'exhiber en public en slip bleu marine, donc pas très fille. mais l'argument économique ("c'est moins cher") a prévalu. et j'ai survécu, hein !

aujourd'hui, je suis hétéro, féministe et girl power.

vous en déduisez quoi ?

BM

Écrit par : Beautymist | 06/06/2011

Répondre à ce commentaire

en temps que transsexuel j'aurais aimé que mais parent fasse cela car j'estime que déjà au plus jeune age je savait que j'étais un garçon malgré ma biologie féminine une fois qu'on a un étiquette il très dure après de changer la mentalité des gens et on en souffre toute une vie....

Écrit par : anonyme | 06/06/2011

Répondre à ce commentaire

salut
la discussion devenait vraiment intéressante
"Je ne sais pas si je suis capable de répondre à des questions profondes"
dommage de ne pas essayer de confronter vos arguments un peu plus longtemps
au final vous vous rendez compte qu'ils ne tiennent pas la route et ne font pas le poids (vos arguments), ou c'est que les questions précises et sensées de tiresias (1) et (2) ne valent juste pas la peine qu'on y réponde? ou bien toutes ces questions de genre de pouvoir et de schéma social, c’était pour rigoler hein! c’était pas pour lancer un débat...
amicalement,
choupette

Écrit par : choupette | 06/06/2011

Répondre à ce commentaire

@BM : rien a priori
@Anonyme : ah oui, mais on entre ici dans un autre cas de figure... Je ne connais pas le sujet, je ne m'exprimerai pas dessus
@Choupette : (second degré) (encore) (avait-on vraiment envie de se lancer dans un débat où chacun camperait sur ses positions à la fin ?)

Écrit par : emanu124 | 06/06/2011

Répondre à ce commentaire

Ca me fait penser à un très joli film, passé un peu inaperçu : Ma vie en rose. Un petit garçon qui pense au plus profond de lui qu'il est une fille et se comporte en conséquence. Désarroi des adultes, détermination de l'enfant. Un film plein de tact et de tolérance. Mais c'est vrai que dans ce cas de figure, on est plus proche de la transsexualité, évoquée par Anonyme.
Les "expériences" sur des enfants, je n'aime pas, par définition. Je pense qu'il faut laisser les enfants choisir eux-mêmes et leur proposer un maximum de choses, tout en leur expliquant petit à petit, les "conventions" de la société, pourquoi il est utile de les connaître, pourquoi elles se sont formées, pourquoi il est bon de lutter contre les préjugés... Les enfants jouent et se cherchent à travers leurs jeux. Nous devons les accompagner, et répondre à leurs questions. Pas les formater. D'un côté ou d'un autre.

Écrit par : Chonchon | 09/06/2011

Répondre à ce commentaire

Suis très en retard, mais il se trouve qu'on a évoqué à peu près le même sujet au même moment. Je venais de voir le film Tomboy, sur cette petite fille qui fait croire à un nouvel entourage, de manière fort crédible, qu'elle est un garçon. Comme Chonchon, j'avais repensé à Ma vie en rose. Mais je ne crois pas que les deux films évoquent forcément la transexualité, il y a tant de nuances... On peut adopter certains codes considérés comme ceux de l'autre sexe sans pour autant rêver d'en changer (de sexe). C'est toujours plus facile pour les filles, les fameux "garçons manqués" même si Tomboy en montre les limites. Comme toi Manu, je trouve cette "expérience" biaisée et extrémiste, ce n'est pas ça qui fera bouger les mentalités...

Écrit par : frieda l'écuyère | 11/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Chonchon :et c'est bien là toute la difficulté !
@Frieda : je ne pense pas non plus..

Écrit par : emanu124 | 11/06/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.