Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2011

Motherfucker

Bien qu'exubérante,non conformiste et ressemblant à en genre de Brigitte Fontaine matinée de Gengis Khan ma mère est quand même dotée d'un solide bon sens, de pieds bien ancrés dans le sol, et d'un mari pragmatique  qui l'ont aidé à naviguer dans la vie.

 

Ca me rappelle vaguement quelqu'un. (au hasard) (mon dieu ça y est je ressemble à ma mère, je veux mourir)

Ce qui n'est pas le cas de tout le monde.

Je me suis toujours demandée comment on pouvait se reconstruire après avoir subi un parent vraiment toxique.

Physiquement ou moralement d'ailleurs.

Cette question est revenue une fois de plus à la sortie du film d'Eva Ionesco sur sa mère "my little princess"

Je n'ai pas vu ce film qui raconte la relation destructrice de la réalisatrice avec sa mère Irina.

Celle-ci, photographe fantasque et excentrique avait pris pour modèle sa fille enfant, puis à peine pubère pour la faire poser dans des photos erotico-morbido-kitsch...

Eva Ionesco devint jeune adolescente, une des égéries du milieu branché parisien dans les années 70, fréquentant le palace ou les bains, à l'âge ou d'autres vont au collège.

J'ai un souvenir très précis de ces photos que gamine/ado, je voyais dans les magazines photos que lisait ma mère (qui pratiquait alors cette activité) et que je considérais comme une sorte de jeu de déguisement.

Mais qui me laissaient quand même une impression .... bizarre.

 

 

ELOGE.jpg

 

 

 

eva_ionesco.jpg

 

Je vous épargne pour des raisons compréhensibles les photos d'Eva Ionesco nue ou dans des situations scabreuses, bien qu'artistiquement elles soient parfois très belles.

Les temps ont d'ailleurs bien changé car je ne me souviens pas qu'à l'époque, à part quelques controverses artistiques,  des voix se soient particulièrement élevées, alors qu'aujourd'hui ils provoqueraient certainement, et à raison, une levée de boucliers.

Comment Eva Ionesco a-t-elle pu se reconstruire après avoir été utilisée à ce point ? 

Je ne sais pas si on peut parler de pédophilie dans ce cas précis, mais de maltraitance, certainement.

Irina Ionesco continue aujourd'hui sa carrière. Eva, après une jeunesse extrême et des expériences borderline s'est visiblement assagie 

Elle a fait une honnête carrière d'actrice de second plan et, avec son premier film en tant que réalisatrice, raconte, apparemment sans esprit de vengeance, son enfance hors normes.

Mais si elle s'en tire sans trop de casse, que serait-il advenu d'individus plus instables, plus fragiles ? 
Je ne peux qu'être admirative envers ceux que leurs parents ont abimés. Et qui s'en sortent quand même. Et pleine de sollicitude pour ceux qui ne s'en sortent pas.
Une mère toxique n'est pas le meilleur moyen de démarrer dans la vie.
Loin de là.

1304798560.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:04 Publié dans Actualités, Cinéma | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : enfance, ado, photo, eva & irina ionesco, my little princess | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

J'ai lu, dans Elle, son interview croisée avec celle d'Isabelle Hupert qui joue dans le film. J'en ai eu froid dans le dos... C'est bien beau de se planquer sous le terme d'art alors que c'est de la pédopornographie... Ca m'énerve, ce genre de trucs... et l'autre, elle est tranquille, pas inquiétée ni rien, la justice a débouté sa fille dans les actions qu'elle avait attentées... Franchement, j'te jure, y'a vraiment 2 poids 2 mesures, des fois...

Écrit par : Arsinoe | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

L'entourage compte. Sa capacité à déjà admettre qu'en tant que gosse, vous ne vivez pas une vie "normale et souhaitable". Sa capacité à vous mettre à l'abri, aussi. Après, il suffit de croiser quelques autre personnes bienveillantes et ça marche, avec les petites fêlures et les grandes blessures, mais ça marche... à peu près.
Mais déjà, rien que les regard des autres, ça change tout.
http://blog.monolecte.fr/post/2010/10/09/La-fille-de-l-ogresse

Écrit par : Le Monolecte | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

Effectivement, je te rejoins, c'est pour le moins dérangeant ...

Écrit par : Miss Cupcake | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

Je mesure chaque jour la chance que j'ai d'avoir la mère que j'ai (je songe à la cloner !).

Écrit par : Poulette Dodue | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

les 70's, ça me rappelle surtout les photos de David Hamilton... les nymphettes à poil pullulaient... tout le monde trouvait ça normal! Ça a servi d'excuses à d'autres...

Écrit par : Aïgor | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

@Arsinoé : c'est vrai qu'on en a condamné pour moins que ça !
@Monolecte : certes, mais parfois ce n'est pas suffisant
@MissCupcake : très dérangeant, même
@Poulette dodue : vas-y ! Clone
@Aïgor : c'est vrai qu'Hamilton aussi, rétrospectivement, c'est très très limite

Écrit par : emanu124 | 30/06/2011

Répondre à ce commentaire

Sans oublier de préciser que sa mère vend aujourd'hui les photos qu'Eva n'a pu récupérer en justice, à des réseaux pédophiles en Asie. Preuve que c'était pas complètement innocent.

Écrit par : Fanny | 01/07/2011

Répondre à ce commentaire

Ah j'ignorais ce détail navrant... C'est vraiment horrible

Écrit par : emanu124 | 01/07/2011

J'ai très envie de voir le film et je pense que je serai dans un état d'énervement après... ça ne doit pas être évident de se reconstruire, il faut parfois couper les ponts très vite avec le parent et réussir à pardonner je crois...
Il y a des gens qui ont des enfants qu'ils considèrent comme une marchandise, une chose, un supplément pour satisfaire certains fantasmes ou folie des grandeurs, tout sauf un enfant...

Écrit par : Carole Nipette | 03/07/2011

Répondre à ce commentaire

J'ai très envie de voir le film et je pense que je serai dans un état d'énervement après... ça ne doit pas être évident de se reconstruire, il faut parfois couper les ponts très vite avec le parent et réussir à pardonner je crois...
Il y a des gens qui ont des enfants qu'ils considèrent comme une marchandise, une chose, un supplément pour satisfaire certains fantasmes ou folie des grandeurs, tout sauf un enfant...

Écrit par : Carole Nipette | 03/07/2011

Répondre à ce commentaire

Selon les 1er échos le film est très ennuyeux, même si les actrices restent excellentes

Écrit par : Emanu124 | 03/07/2011

Je vais aller plus loin : je pense qu'un tel rraumatisme est extrêmement profond, qu'on perd son innocence, qu'on ne redevient jamais la même, même si on peut revivre, effectivement.
Irina Ionesco n'a jamais eu mauvaise conscience, ne s'est jamais excusée, je ne sais même pas si elle a conscience d'avoir fait qqchose de mal. Ca fait froid dans le dos..

Écrit par : Une fille à Paris | 08/07/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.