Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2011

Vent contraire

J'ai été conformiste.

J'ai rêvé de fêtes traditionnelles fêtées traditionnellement, d'appartenir à un clan, de porter les mêmes vêtements que tout le monde, d'aller aux mêmes endroits aux mêmes moments, de me couler dans la douce béatitude de la monopensée.

J'avais même un poil honte des mes parents qui faisaient souvent à mes yeux n'importe quoi, surtout en terme de... N'importe quoi. Je rêvais d'ascendants avec des bibliothèques remplies de La Pléiade, un chien et des napperons au crochet, comme chez ma meilleure copine de l'époque.

Et puis, la vie, l'amour, les vaches, les gens, les amis, les amours, les emmerdes...

Aujourd'hui les exercices et les fêtes imposés m'ennuient, les relations convenues me fatiguent, je déteste porter les mêmes vêtements que tout le monde, même si je sais que H&M a fabriqué mon tee-shirt en 12598 exemplaires je déteste le voir sur quelqu'un d'autre, je refuse d'aller où tout le monde va quand tout le monde y va, voir les blockbusters, lire le prix Goncourt, aimer les chanteurs guimauves et kiffer la vibe avec mon mec.

Je n'aime plus que les relations non conventionnelles, les endroits secrets, les plages désertes, les fêtes improvisées et je commence à développer une forte attirance pour les trucs que tout le monde déteste.

Plus j'avance, plus je recule devant les cases, plus je nage à contre-courant.

A tel point que j'ai toujours une suspicion envers les oeuvres dites "populaires".

Parfois à tort, d'ailleurs, élitisme de mauvais aloi.

Le visionnage de certains films ou la lecture de best sellers à l'insu de mon plein gré initial m'ont souvent prouvé que j'avais tort.

Bien sur ma vie n'est pas si rockenrollienne, et j'ai même un quotidien normativé avec mariage, enfants, boulot, Iphone à tous les étages et chat qui ronronne sur le canapé.

Mais sous le pavé, la plage et ses grains de sable dans la machine.

Etre contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre pourrait être ma raison de vivre.

Ca me va plutôt bien. 

Il y a juste un truc qui me dérange.

Oh un détail, presque rien.

Je commence à ressembler à ma mère. Et c'est une perspective plutôt effrayante.

Je crois que je vais aller contre.

 

images?q=tbn:ANd9GcQCwgwn-q5rcJsYrU1vNRz21ihZ1umLAQiFfRzyCvf8kcB9A4XheQ

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : vie, contre, quotidien, norme, conformisme | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Vu comme ta mère a l'airrock'n'roll ça n'est pas forcément si grave :-)

Écrit par : phileas | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Un peu pareil, toujours à me méfier des trucs populaires en terme de culture, et du coup passée à côté de choses démentes. Genre Nirvana à leurs débuts... Depuis, j'essaie d'aiguiser mon esprit critique encore un peu plus, et de ne plus être dans le rejet systématique !
Et moi, c'est encore pire que toi... j'ai l'impression que je deviens... comme mon père !!! Rhââââââ !!!!!!!

Écrit par : Arsinoe la Crapaude | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Oui donc t'es devenue snob quoi ! :D

Écrit par : electromenagere | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Qu'est ce qui te dérange dans ce billet ? cf: ton tweet d'hier

Écrit par : Libelul | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Ouh là, mais évacue le problème tout de suite !
Pour la plupart d'entre nous, on ne connaît pas ta mère.
Du coup, on ne se rend compte de rien.

Allez hop, ça, c'est fait

Écrit par : L'Arlésienne | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Tu ne ressembles pas encore à ta mère, tu n'aimes pas (encore) te réfugier au fin fond de la Creuse!
(je fais ce que je peux pour que tu ne ressembles pas à ta mère!)

Écrit par : Shaya | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

:) et belle conclusion !
Je suis entre le deux, rien de conventionnel dans mon enfance, ma jeunesse, ma vie amoureuse, ma façon de penser etc... mais je ne me priverais pas d'un truc que j'aime bien sous prétexte que tout le monde aime ! ça m'est égal de faire partie de la majorité quand j'adhère de tout coeur...

Écrit par : Carole Nipette | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Tu vis chez moi dans ma tête toi ou quoi?!

Écrit par : Mentalo | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Y copmpris jusqu'à la conclusion je veux dire. pourtant, ce que ma mère est d'un rasant...

Écrit par : Mentalo | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

@Phileas : ça se voit que tu ne la connais pas bien. Elle m'épuise !
@Arsinoé : gros gros problème en vue...
@Electroménagère : j'ai TOUJOURS été snob
@Libelul : euh, j'ai pas compris...
@L'arlésienne : comme tu dis !!
@Shaya : l'Allier en l'occurrence, mais certes
@Carole : j'ai du mal avec ça, faire partie de la majorité. Je suis habituée aux minorités
@Mentalo : non la mienne est plutôt marrante deux minutes. Après tu commences à hurler.

Écrit par : emanu124 | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

J'aime bien les gens qui se démarquent. Pas pour rien que le jour ou je suis tombée sur ton blog, j'ai tt de suite accroché et que j'y passe toujours. ;-)

Écrit par : miss Julie | 06/10/2011

Répondre à ce commentaire

Je suis flatterie. Ca me touche beaucoup...

Écrit par : emanu124 | 06/10/2011

J'aime bien la personne dont tu brosses ici le portrait ;-) ...
J'adore les grains de sable dans la machine !!

Écrit par : Miss Cupcake | 07/10/2011

Répondre à ce commentaire

Ben c'est moi le grain

Écrit par : Emanu124 | 07/10/2011

Voilà qui est effrayant de lucidité. Mouhahahah !

Écrit par : Jimidi | 08/10/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.