Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/11/2011

L'horreur

Comme beaucoup de mes consoeurs j'ai eu à subir les pulsions d'imbéciles qui pensent que la femme est un self-service disponible 24/24.

Exhibos qui te collent leur zboub sous le nez, mains aux fesses, tentatives de tripotage non consenties, voire tentatives plus poussées (jamais abouties, car repoussées, je te rassure)

Jeune, je subissais sans trop rien dire. C'était quasi-normal à l'époque. On constatait, point.

Et j'ai commencé à répliquer. 

J'ai distribué un certain nombre de baffes retentissantes suite à des mains aux fesses dans le métro ou dans la rue, en me prenant parfois un boomerang en retour du type furieux.

Shooté dans les parties des exhibitionnistes.

Hurlé sur des types qui tentaient de se coller à moi.

Fais des scandales face à des propositions graveleuses qui ne me convenaient pas.

(parce que la proposition graveleuse qui convient c'est plutôt pas mal)

 

Je me souviens avoir carrément retourné les doigts d'un type qui l'avait plaquée contre mes fesses alors que le wagon était transformé en boite de sardines un jour de grève. Il ne pouvait pas se dégager, vu la foule, je l'ai vu passer du rouge, au vert, au blanc, au violet avant d'arriver à se dégager à la station suivante et de filer sans demander son reste.

Ou d'avoir bourré de coups et frappé avec ma baguette de pain (véridique) un type qui m'avait suivie dans mon immeuble et tenté de me coincer dans l'ascenseur.

Ou encore d'avoir hurlé en plein wagon, quitte à passer pour une dingue "TU VEUX PAS QUE J'ENLEVE MON SLIP, CA IRA PLUS VITE, CONNARD" à un type qui pensait que le frotti-frotta était la dernière danse à la mode.

 

C'est pénible, c'est humiliant, c'est même traumatisant, mais à ce stade après quelques heures/jours/mois difficiles, personnellement, j'ai survécu. Et mon âge canonique me préserve un peu plus qu'avant des imbéciles aux mains balladeuses.

 

Je ne sais pas en revanche comment j'aurais récupéré après une agression plus grave. Beaucoup plus difficilement, voire pas du tout, je suppose.

 

C'est pourquoi je ne peux même pas imaginer le calvaire qu'a subi cette journaliste Caroline Sinz, tripotée, malaxée, touchée, voire pire par des dizaines de mains et d'autres partie de l'anatomie d'une bande de débiles profonds.

Ne va pas m'expliquer que c'est culturel et que ces gens vivent un siècle derrière nous. 

Il n'y a aucune excuse à leur comportement, culture ou pas.

Ces gestes me donnent juste envie de châtrer leurs auteurs à l'épluche-légumes. Rouillé.

 

Sans aucun procès, ni aucune compréhension. Et d'appliquer la loi du Talion la plus primaire.

 

Oeil pour oeil, couille pour couille.

 

Bien sur, le cas de cette journaliste qui, elle a les moyens de parler et de faire parler de son cas, ne doit pas masquer les cas de millions de femmes qui subissent ces mêmes violences et se taisent en France et partout dans le monde.

Il n'est qu'un des exemples d'une bestialité brutale et imbécile.

 

Et ne me dites pas "elle n'aurait pas du y aller, elle devait s'y attendre". 

Parce que là, je sors tout de suite l'épluche-légumes. J'en ai toute une collection d'abimés très intéressante. 

Je vous préviens.

47184_Eplucheur_econome.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : viol, agression, attouchements caroline sinz | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

J ai été agressée une fois dans la rue, j ai hurlé dans l indifférence la plus totale des gens qui passaient ...
Chaque agression est un traumatisme qu on encaisse ou pas ou Plus difficilement.
Et personne n a de jugement à poser sur une personne qui a vécu cette horreur.

Écrit par : Lily2b | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

je n'ai jamais eu à subir ce genre de choses. Rien. Sauf un maître de stage un peu trop collant avec des propos et des regards déplacés. rien de grave dirons nous, par rapport à ce que tu décris.

Des mamans hier devant l'école (je ne fréquente pas les mamans de l'école) qui en parlait. Bein oui, la dame est au milieu de ces mecs sans même un foulards sur la tete. "dans ces pays, quand meme" (ma bonne Lucette, j'ai envie d'ajouter).

j'étais furax.

Écrit par : Juju | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

Difficile de faire de l'humour avec un sujet aussi grave. Bravo, c'est réussi!
Pour celles qui serait inquiètes pour moi (si si si y en a! j'les vois lever la main au fond) moi j'ai pas eu de problèmes à ce jour. Faut dire que le 1,90m pour 120 kilos joue. Si! Je vous assure, ça joue....

Écrit par : Yann le Troll | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

Merci...
Je n'ai personnellement que très rarement eu à subir ces manifestations déplacées (le fait de vivre à la cambrousse dans un trou paumé devant y être pour quelque chose aussi). Mais le moindre regard déplacé me fait déjà me sentir mal à l'aise. Une fois, j'ai réagi en tirant une baffe en pleine rue à un con qui me collait. Mais sans réfléchir. J'ai eu très peur quelques mètres après, je dois dire. Peur qu'il me suive, et pire... Imaginer ce que cette femme a subi... quelle horreur, quoi, et effectivement, aucune excuse à ses agresseurs.

Écrit par : Arsinoe la Crapaude | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

Dire que Caroline Sinz n'aurait pas du y aller, c'est dire que celles qui sont en jupe méritent de se faire agresser, c'est dire qu'on ne doit pas sortir seule le soir et qu'on doit rester sous la protection des hommes, c'est se mettre en position de victime potentielle à chaque fois qu'on bouge.
Et ça, plutôt crever ! J'emmerde les connards que ça dérangent que je m'habille comme je veux, et la fois où je me suis faite agresser, j'ai jeté le type à terre, et j'ai hurlé, jusqu'à ce qu'il parte en courant ! Et si ça reproduit je referai la même

Écrit par : TruUffe | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce genre de post.
J'ai été agressée cette été (une main sous la jupe dont les doigts essayaient de s'introduire entre mes fesses) et j'ai hurlé sur mon agresseur en le frappant. Il a riposté d'une gifle hyper violente en prenant les gens à témoin et les passants m'ont retenue en me disant de me calmer et en lui enjoignant de partir vite.
Parce qu'une personne agressée qui riposte est une personne qui fait du scandale. Le bruit doit déranger j'imagine. Bon, mon attitude n'a pas été des plus glorieuses, j'ai arrêté de crier, impuissante, et je ne suis même pas allée porter plainte. Je suis juste allée au Monoprix m'acheter des kleenex.
Caroline Sinz a raison de raconter son histoire et raison de porter plainte.

Écrit par : kiko | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

@Lily2B : c'est ça qui est difficile, l'indifférence (voir la moquerie dans certains cas) en plus de l'agression. Je n'ose penser à ce que doit subir une victime de viol dans un commissariat.
@Juju : et bé y'a encore du boulot. Même (voire surtout) auprès des femmes
@Yann : 1,90 et 120 kilos ? Même pas peur.
@Arsinoé : je t'avoue que j'ai toujours un oeil sur mes arrières maintenant. L'expérience passée (dont celles ci-dessus) aidant.
@TruUffe : je suis clairement assez d'accord avec ça
@Kiko : c'est la première défense des agresseurs : ils essayent systématiquement de te faire passer pour une folle hystérique. Peu importe, il faut persister et lui hurler dessus jusqu'à ce qu'il s'enfuie.

Écrit par : emanu124 | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

je confirme, 1m80 à 14 ans, carrure de nageuse, ça protège pas mal, mais pas assez des fois...

je HAIS ces connards adeptes du frotti-frotta dans le métro bondé.

Merci d'en avoir parlé.

BM

Écrit par : Beautymist | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

Clap clap... dans le métro je deviens hargneuse aussi et n'hésite pas à faire mal s'il le faut... tu peux pas savoir ce que je flippe d'avoir une fille à cause de tout ça (non pas que les garçons ne se font pas agresser... mais la constatation est sans appel...) et je ne devrais pas avoir flipper, non je ne devrais pas...

Écrit par : Carole Nipette | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

merci pour celles qui.. cet article est digne et intelligent, jamais eu à subir mais au moindre truc irrespectueux je deviens hystérique et je me fiche bien de passer pour une dingue... assister à une agression sans intervenir je n'imagine même ps comment on peut vivre avec cela, on peut donner l'alerte,crier, tél à des secours, il y a toujours un geste qui sauve !

Écrit par : mimosa | 29/11/2011

Répondre à ce commentaire

@BM : je t'en prie...
@Carole : non parce que sinon on ne vit plus..
@Mimosa : oui, il y a toujours quelque chose à faire...

Écrit par : emanu124 | 30/11/2011

Répondre à ce commentaire

Au quotidien je "lutte" et ne lâche pas quand j'entends des propos des gars (je bosse avec des jeunes du bâtiments ) sur les femmes ! Ils ne voient pas le mal,leurs mots et malheureusement pour certains j'en ai peur, leur actes sont condamnables.
Un billet qui met les points sur les i.

Écrit par : Poulette Dodue | 30/11/2011

Répondre à ce commentaire

Gniarf !!!! Ca faisait longtemps que j'avais pas mis le peton ici et je vois que c'est toujours aussi bien torché !!!
Poilant, l'économe rouillé !!!
Allez, à tchao bye

Écrit par : proserpine | 01/12/2011

Répondre à ce commentaire

@Poulette : c'est tout ce que j'espère
@Proserpine : à la prochaaaaaainnne

Écrit par : emanu124 | 01/12/2011

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.