Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/12/2011

La beauté me paralyse

L'avancée en âge a aussi des avantages.

Par exemple, on s'affranchit parfois des conventions, on prête de moins en moins d'attention à ce que les gens peuvent penser de vous et on gagne en assurance.

Notamment pour affirmer ses convictions.

Il y a un seul moment où cette belle force de caractère vole en éclat dans mon cas.

Mettez-moi devant un exemple de beauté physique, artistique ou matériel et je deviens un monticule de gelée tremblotante totalement incapable d'articuler deux syllabes intelligibles de suite.

Et qui se tortille comme une ado qui vient de voir Robert Pattinson torse nu dans twilight pour la première fois.

 

La beauté me paralyse, me rend stupide voire débile.

 

Je peux pleurer devant un tableau, valser comme un derviche tourneur sous acide sur une chanson, rester la bouche ouverte comme une souris hypnotisée par un cobra devant un paysage (avec le filet de bave qui coule sur le côté). 

Quant à mon attitude devant un beau gosse, même s'il a un QI proche de la moule, je vous laisse imaginer.

Ce qui est paradoxal c'est que l'intelligence me fait l'effet inverse. Je vais essayer d'entrer en compétition avec Einstein en personne si l'occasion se présente. Le défier sur le plan intellectuel est un puissant aphrodisiaque et je n'aurais de cesse de trouver le terrain mental sur lequel je vais pouvoir lui coller une pile.

 

Même s'il est spécialiste d'un domaine où je ne connais absolument rien comme la reproduction des lépidoptères ou la vitesse de pointe des neutrinos.

 

En revanche si le prix Nobel a un physique de top model, je vais le regarder par dessous en battant des cils comme une cagole décerébrée moyenne.

Heureusement pour moi, c'est rarement le cas. Je peux donc continuer à aiguiser mon intellect en toute sérénité, grosso modo.

Oui, je sais c'est cliché. Ce n'est pas parce que tu as un physique de bombe que tu as un QI de trou noir, bien au contraire.

La preuve, regarde moi.. Mouahahahahah (nan je déconne).

 

Ce qui est curieux c'est qu'à mon stade logiquement, ça devrait être tout à fait l'inverse. Je devrais baver devant les phares de la pensée moderne et arrêter de faire l'imbécile devant une oeuvre d'art.

La faute à un déséquilibre probable entre un cerveau rationnel tout à fait rationnel et un cerveau émotionnel resté au stade pré-pubère. Petits cris et gloussements stupides inclus.

Je me ridiculise régul!èrement aux yeux de mes proches ou d'inconnus par un comportement infantile totalement hors de propos, pour peu qu'on me mette un chat mignon sur les genoux.

Mais, comme je le disais en préambule, je prête de moins de moins d'attention à ce que les gens peuvent bien en penser, donc, peu me chaut comme dirait Perceval le Gallois.

En revanche, j'aimerais quand même pour ma dignité personnelle arrêter de me comporter comme une imbécile devant la première belle gueule que je croise.

Quoique, à bien y réflêchir, ça ne m'a pas si mal réussi jusqu'à présent. 

Mais ceci mes petit choux, est une autre histoire..

beaute-06b.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : beauté, intelligence, robert pattinson, comportement, cerveau | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je te comprends... De mon côté, la beauté me fascine, j'aime admirer un bel homme ou un belle femme et j'oublie de parler du coup...

Écrit par : Marjoliemaman | 12/12/2011

Répondre à ce commentaire

Tu restes sans voix devant moi, donc, je suppose... Mouahahaahhah

Écrit par : emanu124 | 12/12/2011

La beauté m effraie, j ai souvent peur face aux gens de ne pas dire ce qu il faudrait, de passer pour une idiote...
Je suis assez peu sûre de moi donc ça n aide pas.
Par contre je peu passer des heures à admirer la mer, un paysage, une expo ... et finir les larmes aux yeux mais je m en fiche.

Écrit par : Lily2B | 12/12/2011

Répondre à ce commentaire

C'est le principal. Que tu t'en fiches.

Écrit par : emanu124 | 13/12/2011

Les commentaires sont fermés.