Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2012

Mais OU VA LE MONDE ?

Des guerres,

des morts,

de la pollution partout,

La vache folle,

La crise,

des drames,

la fin des temps programmée pour décembre 2012,

le jaune couleur de l'été, 

Christophe Maé qui fait une tournée 

Mais surtout surtout

ERIC NORTHMANN GENTIL DANS LA SAISON 4 DE TRUE BLOOD ? Qui pleure comme une fillette en pleurnichant sur les genoux de sa chérie ? 

ET EN YOGGING ?

Mais OU VA LE MONDE ??

Nous on VEUT PAS d'ERIC NORTHMANN gentil. Ca n'EXISTE PAS.

On le veut MECHANT, MOULE DANS DU CUIR, ATTACHANT ses fiancées avec des menottes dans la cave et leur murmurant "YOU'RE MINE" d'une voix de basse de bon aloi.

Point.

Les filles aiment les bad boys.

(mais sois tranquille, elle finissent par se caser avec le gentil en général, on est pas masos, non plus)

36-be_mine_.png

 Le regard de toutou et le yogging sans manches, je dis non, non, non et encore NON

06:00 Publié dans Actualités, Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : true blood, eric northmann, bad boy, fin du monde | |  Facebook | |  Imprimer | |

30/05/2012

Page de pub

Mon fils, Emanu125, organise des soirées avec des potes, en plus de sa concentration phénoménale sur des études qui n'en finissent pas et me coutent un rein.

A tel point que mes vacances fin juin je vais peut-être les passer à la maison, faute de cash, vu que son frère a aussi eu la bonne idée d'entamer des études qui coûtent l'autre rein.

Je crois d'ailleurs que pour la première fois je vais proposer un échange standard promotion contre voyage si jamais un gentil voyagiste voulait bien me sponsoriser.

Même pas honte. Autant que mes scribouillages idiots servent à quelque chose pour une fois.

J'y reviendrai une prochaine fois.

Mais donc, ce petit con qui m'empêche d'acquérir des choses essentielles du style Kelly Hermès organise des soirées.

Il m'a demandé de lui faire de la pub.

Je suis faible. J'ai cédé.

Si tu es libre, sur Paris et que tu as envie de passer une bonne soirée à boire des cocktails alcoolisés en écoutant  de la musique de danse de djeuns à base de pouet pouet tut tut, pour le prix très modique de 6 euros, rendez-vous le

15 juin à partir de 23.30 h à La Rotonde - 6/8 Place de la Bataille de Stalingrad 75019

Voici le thème de la dite soirée (je recopie, moi je ne comprends rien à ce qu'ils racontent)

"Mélanger sonorités acoustiques et électroniques, tel est le pari un peu fou du collectif La Culotte. Dans les faits, ce sont trois DJs et autant de musiciens (percussionniste, saxophoniste, chanteuse…) qui se relaieront en duo pour fusionner leurs univers lors de performances musicales aussi délirantes qu'inspirées.

Nü-disco, house, minimal, la Culotte et La Rotonde vous proposent le temps d’une soirée de pénétrer au cœur d'une bulle musicale électronique et détonante.

L'occasion aussi pour La Culotte de vous présenter le premier numéro de sa revue associée, Artefact. - et pour cause : micro-expo, installation / projections vidéos et preview du 'zine au programme!

Un seul mot d'ordre : revêtir ses habits de lumière et déhancher son corps possédé jusqu'à l'aube !"

Pour plus d'informations et tous les détails,  c'est sur la page Facebook de l'évènement

https://www.facebook.com/events/316679145075481/...

Sinon tu me demandes.

Vu que je n'y comprend rien, je ne pourrais pas te renseigner, mais au moins on y comprendra rien ensemble.

Et puis arrête de poser des question et vas-y, c'est bien, épicétout.

FLYER_laculotte-1-1337109195.jpg


06:00 Publié dans Sorties | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : soirée, la culotte | |  Facebook | |  Imprimer | |

29/05/2012

Un film qui ne tient pas ses prométheus

Dans notre société postmoderne et consommatrice il est assez peu envisageable désormais de diffuser un produit culturel sans une promotion appuyée.

Enfin, culturel, quand tu parles d'un disque de Christophe Maé ou d'un bouquin de Lévy, c'est beaucoup dire.

C'est le jeu ma pauvre Lucette, et, après tout, on peut s'en accomoder plus ou moins.

Mais parfois tu t'en accomodes moins.

C'est le cas quand, par exemple, les acteurs d'un film qui va visiblement être le nanard intersidéral de l'année sont invités dans absolument tous les talk-shows possibles et imaginables sauf le journal du hard. Et encore.

Et que tu entends 675 fois de suite raconter le pitch du chef-d'oeuvre suivi de "ce film est tellement drôle" "l'équipe de tournage est une seconde famille" "les scénaristes ont fait un travail formidable" "c'est le meilleur tournage de toute ma carrière".

C'est un tantinet usant, voire casse-bonbons, voire insupportable. A priori, en ce qui me concerne, ce rouleau compresseur à toutes les chances de me dissuader à jamais d'aller voir ou écouter le chef-d'oeuvre impérissable qu'on tente de me fourguer.


Mais parfois une promotion moins frontale et plus subtile porte à tes oreilles le doux bruit d'un chef-d'oeuvre à venir qui te ferait quitter ton fauteuil et ta télé pour retourner exceptionnellement partager ton pop-corn avec de jeunes zazous encapuchés dans une salle de cinéma. Qui saluerait la chose d'un "oueche, trop de la bombe l'actrice, c'est quoi son nom ?"


Et fait que tu l'attends, ce chef-d'oeuvre, avec l'impatience du lapin qui attend une carotte.

Comme les trois quarts des fans de sci-fi, de cinéma et toute la geekosphère en folie qui se passe en boucle la bande annonce.


Surtout que ce chef-d'oeuvre est réalisé par l'homme qui a commis un de tes films de chevet : Blade Runner. 

Rien que pour celà, il figure dans ton panthéon personnel à côté de Fred Astaire, de Barry White et de la personne qui a inventé le financier au thé vert.


Ce préambule gigantesque pour te dire que oui, j'attendais Prométhéus de Ridley Scott, avec une impatience non dissimulée et que j'étais prête à casser ma tirelire pour aller le voir le plus tôt possible.

Voire à proposer des gâteries buccales au distributeur contre une avant-première (sans aucun succès d'ailleurs, mon égo en a drôlement pris un coup).

En plus d'être censé être un chef-d'oeuvre métaphysico-visuel, le film se voulait un prequel et une clé explicative à la saga Alien. Et tu sais qu'une des passion des geeks c'est de chercher le pourquoi du comment de trucs totalement fictionnels et absolument inutiles comme le pourcentage de gênes humains dans l'ADN de Mr Spock.


Il y avait juste une petite voix à l'arrière de mon cortex qui me sussurrait "méfiance, Josiane, prends l'avis de gens autorisés qui ont vu le film avant de te précipiter".


Ce que j'ai fait hier donc, auprès de gens ayant EUX eu la chance d'être invités à une avant-première. On ne leur demandera pas quelles faveurs ils ont dispensé pour en arriver là d'ailleurs.

Et que le couperet est tombé sec et impitoyable

"visuellement, ça tient le choc. Traitement de l'histoire, zéro. Grosse désillusion".

Mesure ma déception, camarade. J'en aurais presque pleuré de désespoir en jetant de dépit ma collection d'objets Star Wars.


Ce sera donc une bonne leçon pour ne plus écouter les sirènes du marketing quand il s'agit de production artistique s'il m'en fallait encore une.

Et de m'en remettre plutôt à mon instinct ou aux avis de mes proches. Enfin ceux qui ont les mêmes goûts que moi. C'est à dire a priori personne.


Et j'attendrais probablement un DVD (ou un streaming, hein, coucou Hadopi) pour visionner Michael Fassbender en androïde.


Je ne vais pas mettre 10 euros, plus le pop corn ET faire la queue pendant des siècles pour voir un truc mitigé, non ?

Je suis bloggeuse, merde, quoi.

prometheus_ridley_scott.jpg

Et par ici l'avis de Céline Crespin qui, elle, l'a déjà vu. Comme je l'ai dit plus haut, on ne lui demandera pas ce qu'elle a fait pour être invitée à l'avant-première, hein...

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : prometheus, blade runner, ridley scott, critique, déception, star wars | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/05/2012

Corpus delicti

Je te veux. Je ne t'aime pas.

Je te veux.


Ce désir est si fort qu'il carbonise chacune de mes cellules, pourrit mes neurones, crame ma patience, creuse des plis sous mes yeux, tort mon ventre, assèche ma bouche, pervertit mon sommeil, contrôle mes rêves.


Tu es là quand je dors, quand je mange, quand je regarde d'autres hommes, tu me manques quand tu n'es pas là, tu me manques quand tu es là, tu me manques quand tu me parles, parce que tu ne me parles pas vraiment, tu me manques tout le temps


Tu es le manque.


Je ne peux même plus te regarder, pas dans les yeux, certainement pas. Trop risqué.


Je perds le fil quand tu je te regarde. Je perds le contrôle quand je t'entend : les basses de ta voix me vrillent les nerfs comme une fraise de dentiste perce une molaire. Ta voix liquéfie ma moelle épinière et vrille ma colone vertebrale, chacun de tes mots rentre sous ma peau comme un parasite qui coloniserait mon ADN.  


Je pourrais m'ouvrir les paumes à coup d'ongles, et agrandir les plaies  au cutter pour t'extraire en même temps que ce sang chaud et visqueux qui en coulerait pour que tu sortes de mon sang et que je finisse anémique de toi et de tout. Vide. Mais en paix.


Tes mains me bouleversent, ta nuque me bouleverse, je pourrais regarder des heures la courbe de tes épaules et celle de tes reins et la naissance de tes fesses qui dépassent parfois de ton pantalon.


Ton pantalon, vaste problème. Il me cache sans me cacher ce que je ne veux pas voir. Ce que je voudrais voir, et puis non, si. Non.


Je ne veux plus rien imaginer, ça me brule, ça me bouffe, ça me torture, ça me détruit lentement. Je pourrais te prendre salement, sans même te déshabiller, violemment, sans préliminaires.

Les préliminaires c'est pour les jeunes filles qui pensent que la chair est romantique, que la tendresse est un pansement, que l'amour est un lit de roses.


Je ne suis plus une jeune fille et la chair n'est pas romantique. La chair est la chair, la chair est sale, visqueuse, organique, vicieuse, addictive.  


Le désir est brutal. forcément brutal.

Le désir c'est avant l'amour, je n'ai pas besoin de t'aimer, j'ai besoin de te posséder.

L'amour c'est binaire, il est fait pour les gens simples qui cherchent le bonheur.

Je ne suis pas simple. Je ne cherche pas le bonheur.

Je cherche à t'avoir. Je ne t'aurais pas. Je préfère crever que de te laisser deviner que je te veux. Jamais tu ne sauras. Jamais.

L'orgueil est aussi brutal que le désir. 

 

Le désir restera donc violent et intact.

Peu importe


Le désir inassouvi est bien plus jouissif que la possession.

 

06:00 Publié dans Sexe & Co | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : désir, couple, possession | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/05/2012

Tassimotons tous ensemble

Avant la vie était simple.

Je buvais du café carafe le matin et je me réveillais en écoutant le gloups gloups gloups de l'eau qui coule à travers le filtre.

Et puis un jour mon prince viendu.

On m'a mis entre les mains une machine Tassimo.

Et depuis rien n'est plus pareil.

Je suis devenue junkie. Il me faut ma dose ... ette.

Et mes matins commencent par le pschiiiiitttttt de la machine et un café voluptuoso mousseux de MA machine.

Qui va le devenir encore plus. Car désormais je vais pouvoir la personnaliser totalement.

Tassimo lance le nouveau site www.macreationpartassimo.fr, plateforme sur laquelle les Tassimo Lovers peuvent créer un sticker pour personnaliser leur machine

Comme ceci


lljrkK0QdQ2e73fp8I0BpWDdCGueIfYN.png

Ou ceci

5370M6PiDnS95OerrraIuAOexX9n3Cvf.png

Ou encore ceci.


hF3LT6zlRfC3u68W72Izt1TjmfB5BJy4.png

Avec ton animal de compagnie préféré

C'est pas chic ?

C'est même carrément glamour.

Un cadeau original et totalement unique à s'offrir ou à offrir pour un possesseur de Tassimo en prévisions des futures fêtes des mères, pères, mariages, communions, bar mitzvah et anniversaires de mariage où on ne sait jamais quoi apporter.

Tu n'as pas de Tassimo ? 

Dommaaaaage.

(Psssstttt, on peut corriger ça)

 

Oui, je peux corriger ça, parce que je suis la fée café.

Tu vas pouvoir gagner sous tes applaudissements

UNE MACHINE TASSIMO AVEC SON STICKER PERSONNALISABLE.

Je sais, c'est dingue, mais rien ne m'arrête.

Valeur environ 100 euros + 20 euros le sticker 

Pour cela tu me laisse un commentaire sur ce billant me disant simplement avec quelle photo tu personnaliserais ton sticker et pourquoi.

Je choisirai le commentaire le plus mieux bien en mon âme et conscience. Inutile d'en faire des pages, quelques lignes suffiront.

Tu as jusqu'à VENDREDI SOIR PROCHAIN.

J'annoncerai l'heureux(se) impétrant(e) dimanche prochain sur ce blog.

Ne me remercie pas, appelle-moi dieu, c'est tout.

La modestie est une de mes qualités principales.

Au boulot. 

 

 

12:49 Publié dans Concours | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : tassimo, sticker, personnalisation | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/05/2012

Réécrituritude

Il arrive qu'un gentil lecteur bien intentionné te laisse un commentaire sur un très ancien billet.

 

 

Du style "ton billet c'est vraiment de la merde"

Et de fait il ou elle (car bien sur c'est unisexe et sans lien, c'est plus courageux ) n'a pas vraiment tort.

Je l'ai relu et c'est bel et bien de la merde.

Mais l'idée était marrante, je me suis dis que je pouvais tenter de le rhabiller un peu, ce billet.

Vu qu'à l'époque j'avais genre 2 lecteurs par jour et que maintenant j'en ai 5, j'en ferais profiter les 3 qui viennent en plus aujourd'hui

Donc...

Petit guide de survie en milieu hostile .... Rempli de Miss Perfections ...

Nous les filles normales à la cuisse pas toujours ferme et au brushing parfois approximatif nous avons a affronter chaque jour un terrible ennemi sournois et ripoliné :  la créature de plus d'un mètre soixante-dix avec des grandes jambes, des seins bombesques, un sourire émail diamant, pas de cellulite, des cheveux lisses qui tiennent tous seuls même sous la pluie ET le dernier it-bag sur liste d'attente

La fille que tu hais, et que tu rêves d'achever à coup de talons aiguilles.

Toutes ces qualités (sac compris) sur LA MEME personne, c'est profondément injuste. Et si EN PLUS elle est rigolote ou intelligente, c'est vraiment les bornes des limites qui sont atteintes.

Variante de miss perfection physique : miss perfection professionnelle. Celle qui a un super poste, bosse dix heures par jour, mais arrive à conduire ses enfants au poney et au piano, organiser un anniversaire surprise, qui sait transformer des rideaux en jeté de canapé en deux coups de ciseaux, dont le soufflé au grand marnier est célèbre dans toutes la ville et qui est présidente de l'association caritative France-Kazakhstan à ses heures perdues...

Une seule solution pour ne pas sombrer totalement face à ces menaces sournoises qui te détruisent l'égo et te sapent le moral : LA DEMOLITION SUBTILE ET PROGRESSIVE PAR LA VANNE ET LE PARPAING...

Aucune hésitation, vas-y à fond, pas de pitié... Sois de mauvaise foi, peu importe la méthode, seul compte le résultat : la destabilisation de l'adversaire.

Comment ? 

D'abord, trouve son point faible 

Elle en a forcément un : complexe de grands pieds, léger zézaiement, manque de culture générale, une recette de cuisine jamais réussie, enfant qui redouble, fesse plate, surnom d'enfance du genre "pépette" ou "bouboule" ...

ET APPUIE DESSUS. A FOND.

Tu sèches ? Quelques exemples :

A la fashion-victim : Tu as le Marc Jacobs ! Qu'est-ce qu'il est beau. Mais c'est pas celui de l'an dernier ça ? Si, c'est celui de l'an dernier, le nouveau je l'ai vu sur Gwyneth Paltrow, il est plus grand. Le tien j'ai vu Loana avec, c'est trop chic, non ?

A la grande bringue tout en jambes : qu'est-ce que tu es svelte ! Tu fais combien sans talons ? 1,75/1,80.  Avec des talons, tu dépasses ton mari, donc... Ah tu n'as pas de mari, ...désolée...

Variante pour la grande bringue : ah oui, évidemment quand on est grande, les pieds sont en proportion. Tu fais combien 44 ? 45 ? Boh, dans des bottes, ça ne se voit pas.

A la sportive musclée au ventre plat : waouh, dix heures de sport par semaine ! Je t'admire, c'est vraiment impressionnant . A propos, tu as vu Madonna, elle fait combien d'heures par semaine ? Pareil ? Ah oui. Remarque, les bras de déménageurs, remarque ça lui va bien, dans un sens.

A la cordon-bleue championne des fourneaux : tu nous a donc fait ton super-soufflé au grand-marnier ? Ah. Encore ?

A la super-maman : ils sont magnifiques tes enfants. Les dents en accordéon de la grande ça se remet très bien maintenant au bout de 5/6 d'orthodontie à 150 euros la séance. Et le petit, là, il louche pas un peu ? Parce que le strabisme ça peut être le signe d'une maladie congénitale du genre retard mental. Tu as demandé à ton mari s'il y avait des cas de crétinisme dans sa famille ?

A la super-business woman : magnifique, ta progression ! Directeur des Ventes à 28 ans, c'est inhabituel. Mais tu as raison, un bon réseau c'est essentiel. Ton oncle qui travaille dans la boite aussi d'ailleurs.

A la fée du logis : quelle beauté ta maison, et ce jardin, une merveille ! C'est vrai que maintenant... avec la crise de l'immobilier... 200 m2 sur deux niveaux, pas évident à vendre.  tu risques de ne plus du tout faire la même plus-value qu'il y a quelques années..

A la jet-setteuse invitée partout : ouaaaaah, une semaine à Ibiza tous frais payés avec accès VIP aux clubs ? Quelle chance tu as. Tu ne dors jamais mais tu as une super forme pour 40 ans. Ah tu en as 25. Mais non tu ne fais pas du tout fatiguée, c'est juste les poches sous tes yeux dans la lumière qui m'ont induite en erreur.

A la pauvre petite fille riche : c'est vraiment génial de ne pas se soucier de la dépense. Je t'envie, vraiment. Moi tu vois, je suis sans arrêt à découvert, mais mon banquier m'aime bien quand même, il m'appelle choupette. Mes copines aussi d'ailleurs, même si je suis toujours ric rac pour leur payer un verre ou un cadeau. Elles ne m'en veulent jamais. Au moins je suis certaine qu'elles m'aiment pour moi. Ben pourquoi tu pleures ?  

Etc, etc...

Tu vois ? C'est pas compliqué. Et tu te remontes le moral à peu de frais en trois secondes.

On est pas bien, là ?

bree-van-der-kamp2_23270694.jpg

Parle à ma main, Bree Van de Kamp

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : miss perfection, vanne, parpaing, destabilisation | |  Facebook | |  Imprimer | |

23/05/2012

Crétin au volant, mort au tournant

Le sport élève peut-être le niveau musculaire, mais il n'est pas spécialement réputé pour élever le niveau intellectualo-métaphorico-psycho-social.

Même pour certaines (rares) disciplines que j'affectionne dont le tennis ou plus récemment le rugby, je dois bien admettre que pour un non aficionado voir deux gusses se renvoyer une baballe avec une poèle à frire ou trente musclors se coller des pains sur un carré de gazon a quelque chose d'assez irrationnel.

Ne parlons pas de la boxe dont il faudra un jour qu'on m'explique en quoi le fait de se coller des bourre-pifs avec des gants de toilette en cuir peut être qualifié de "noble art".

A part si le fait d'avoir la machoire explosée et le nez en chou-fleur est un acte noble.

Passons.

En revanche, au top des sports les plus inutilement dispenseurs de dommages collatéraux, il y en a un qui est en passe de décrocher la médaille d'or toutes catégories confondues.

Voire dépasser le foot malgré ses supporters bourrins, ses bagarres de fins de matches et ses tribunes qui s'écroulent sur les supporters.

Parce que que des athlètes mettent leur vie en danger à s'injecter des produits douteux pour courir plus vite, après tout, c'est plus ou moins leur problème.

Mais que quasi-systématiquement, les rallyes fauchent deux ou trois personnes ça devient vraiment d'une ineptie totale. Comme encore le week-end dernier dans le Var ou une sortie de route a fait 2 morts et 19 blessés.

Evidemment tout le monde se renvoie la responsabilité : les coureurs accusent l'organisation de manque d'organisation qui accuse les spectateurs de prendre trop de risques en s'approchant de la route qui accusent les coureurs de manquer de contrôle sur leur véhicule.

Et tout ça pour quoi ? Vendre trois bagnoles et un déodorant.

Est-ce que ça en vaut la peine ? Bien sur on va te faire un chantage économique "milliers d'emplois gnagnagna, activité de toute une région gnagnagna, etc.., etc.."

En attendant, les gens meurent. Visiblement ça n'a pas l'air de déranger trop de monde. Un gosse fauché, que veux-tu....  Surtout quand c'est en Afrique ou en Amérique du Sud et que le Dakar joue au quilles avec les mômes, c'est pas bien grave, après tout, c'est des pauvres, on s'en fout.

J'interdirais volontiers les rallye pour ma part. Faire vrombir des caisses super-puissantes, couvertes de pubs qui consomment vraisemblablement des tonnes de kérosène et polluent à 300 kms à la ronde au nez et à la barbe de gens dans le besoin, voire qui n'ont rien à manger me parait d'une indécence fulgurante.

Au moins en F1 les gens qui aiment le vroom vroom on peut les enfermer dans un circuit pour regarder les gens qui font vroom vroom. Ils restent entre eux et les vaches seront bien gardées.

Je n'en vois pas bien l'utilité non plus, mais bon.

Si ça leur fait plaisir, après tout.

Moi je passe bien ma vie sur internet, vu de l'extérieur c'est tout aussi idiot.

2076170369_514ac507aa.jpg

M'en fous je préfère les deux-chevaux t'façon

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : sport, rallye, accident | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/05/2012

Le journalisme du rien

Avant c'était mieux.

Quand Le Liechtenstein déclarait la guerre au Luxembourg on envoyait un gusse en treillis et rangers qui hurlait  dans son micro entre deux sifflements d'obus

"NOUS SOMMES SOUS UN FEU NOURRI DE L'ARTILLERIE LUXEMBOURGEOISE EDMOND-JULES, JE NE SAIS PAS SI JE VAIS POUVOIR MAINTENIR LA LIAISON LONGTEMPS"

Puis est arrivée la guerre de le golfe.

Version 1. Début 91.

C'est à ce stade que le traitement de l'info en France a commencé à changer. Vu que nos reporters hexagonaux était tenus loin de la ligne de front par les GI's et qu'il fallait bien meubler, nous avons commencé à avoir des heures de direct d'un intérêt totalement fulgurant du style

"Alors Edmond-Jules, et chez vous, que se passe-t-il ?

Et bien Paul-Kevin, ici il y a du soleil, et je crois même avoir vu une sauterelle se cacher sous un buisson. Sinon ? J'embrasse ma fiancée (et toi aussi) (on se voit toujours au retour ? J'aime beaucoup tes petites fesses moulée dans ton nouveau jean. Bisous).

Je m'en souviens parfaitement, j'étais en congés maladie pile poil à ce moment, j'ai du subir des heures de direct inepte au lieu des feux de l'amour pour comater, fiévreuse, sur le canapé.

Couplée avec l'arrivée des chaines d'info continue, on a donc eu droit depuis cette époque à une montée en puissance d'une info en boucle pour remplir des heures de direct.

La journée d'un reporter planté devant un endroit aussi animé que le cerveau d'une Miss Univers regardant un reportage sur l'existentialisme théorique ne servant rigoureusement à ... rien.

Sur un plan informatif bien sur.

A part vraisemblablement à caser de précieuses pages de pub, nourricières de la chaîne, qui lui permettra d'envoyer encore et encore de charmants reporters plantés devant le moindre non-évènement qui pourrait avoir un retentissement médiatique, meubler pendant des heures. Jusqu'à la nausée.


Que les chaines d'info continue pratiquent l'exercice, ok, c'est leur fond de commerce et il faut bien "tenir" des heures de direct. Mais les chaînes généralistes ? Remplir la moitié ou 75 % d'un journal avec des "Je vous confirme Alexandre-Albert qu'ici il ne se passe strictement rien" je n'en vois vraiment pas l'utilité.


Les exemples récents ne manquent pas : le siège de l'appartement de Merah à Toulouse avec le plan fixe du cul du camion de la police pendant des heures et trois détonations au loin ; les heures de planque à guetter la fumée blanche dans l'attente de la désignation de Benoit XVI ; les gros plans interminables sur la façade de la clinique de la Muette pendant la ponte présidentielle (avec supputations abracadabrantesques sur le nom de Sarkozette junior).


Et cerises sur les gateaux : le gros flop de I télé (ou BFM j'ai un doute ?) filmant pendant des heures la porte de la maison de DSK à New-York, et diffusant la pub pile-poil au moment où il sortait ; et le spectaculaire exercice de commentaire de porte fermée que nous a offert David Doukhan devant celle de François Hollande au soir de l'élection présidentielle.


Ceci dit, ce stand-up improvisé a contribué à faire de ce brillant jeune homme le spécialiste intercontinental de la porte et la star de twitter pour un soir.

Je ne suis pas certaine que ce soit son but dans la vie, mais il aura gagné son quart d'heure de célébrité.


En attendant, c'est la patience du téléspectateur qui vacille et la crédibilité de l'information qui en prend un coup.

On a presque envie de se rabattre sur les reportages de France 3 régions sur l'élevage de la moule de bouchot en Charente-Maritime, ça repose.

Voire de faire un truc totalement dingue, et qui risque de changer ta vie à jamais.

Ouvrir un bouquin.

4dfb5f1af1cb5.jpg

JE TE JURE QUE C'EST PAS UN MONTAGE...

(ENORME... Mouahahhhaahhaah)


Je remercie au passage tous les gens qui m'ont donné des exemples de directs interminables et ineptes pour illustrer ce billet

06:02 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : actualités, information, chaines d'info, reportages, télé | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/05/2012

Out of Africa

Le Sénégal me manquera

Montages.jpg

Il est assez peu probable que j'y retourne.

Peu importe, il est quelque part gravé dans ma tête.

Et visiter une école en Afrique, ça modifie ta façon de voir les choses, définitivement.

P1180016.JPG

Ce sont finalement ceux qui ont le moins qui t'apportent le plus.

Le reste n'est que littérature.

P1180823.JPG

 

Les photos du montage sont de moi, les deux dernières de Dom

06:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sénégal, voyage | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/05/2012

Les vacances, ça se fête avec du chocolat

Je vais te laisser deux semaines.

Et disons-le carrément au risque de provoquer une vague de suicides de fans désespérés, je ne vais RIEN, mais strictement RIEN ECRIRE sur ce blog.

C'est ainsi. Ma muse a besoin de recharger les batteries et d'aller voir ailleurs si j'y suis.

Je fais ce que je veux avec mes cheveux

Mais pour fêter le début de MES vacances dignement je te propose un petit concours gourmand qui va te faire saliver au dedans de ta bouche.

 

Milka lance Crispello, une nouvelle bouchée ultra gourmande et délicieusement onctueuse.


Une fine gaufrette croustillante, au cœur onctueux et enrobée de tendre chocolat au lait Milka. 

Une bouchée qui se décline en 2 saveurs : vanille ou chocolat, dans un sachet qui contient 14 bouchées pour tes petits creux, tes pauses café ou tes goûters gourmands, tu as le choix à tout moment de la journée!

PACK CRISPELLO CHOCO.jpg

PACK CRISPELLO VANILLE.jpg

PRALINE CRISPELLO CHOCO.jpg

PRALINE CRISPELLO VANILLE.jpg

Alors ? Ca bavouille pas, là, un peu ?

Bien sur que si.

J'ai un truc pour que tu arrêtes. Parce que là mon écran d'ordi est tout embué et ça me gêne pour écrire.

Tu vas pouvoir gagner un sachet de Crispello vanille et un sachet de Crispello chocolat + un goodie Milka papéterie surprise (paquet de crayons ou post-it)

Contre un commentaire. Un simple commentaire que je tirerai au sort

Il y a 2 fois 2 paquets + goodie à gagner.

MAIS vu que je m'en vais lundi, on va faire très vite.

Tu as jusqu'à dimanche 16 h, on va dire. Les deux gagnants seront annoncés en édit sur ce billet dimanche soir vers 20h et devront m'envoyer leur adresse postale le plus rapidement possible.

Alors, tu la veux ma praline ?

CRISPELLO CHOCO NU.jpg

Hmmmmm oui (donc tu commentes)


EDIT : ET LES DEUX GAGNANTES SONT.... SCOLASTIK ET CHRISTELLE ... MESDEMOISELLES ENVOYEZ MOI VOS ADRESSES POSTALES TRÈS TRÈS VITE... BRAVO ET MERCI A TOUS POUR VOS TRÈS NOMBREUSES PARTICIPATIONS !!

06:00 Publié dans Concours | Lien permanent | Commentaires (40) | Tags : milka, crispello, chocolat, vanille | |  Facebook | |  Imprimer | |