Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/06/2012

J'avais presque oublié....


J'avais presque oublié le chemin vers la porte d'Auteuil, le tourbillon de la foule dans les allées, le frémissement d'impatience en attendant de pénétrer sur le central ; la taille du stade, si petite par rapport à celui qu'on croit voir à la télévision ;  le bruit sourd et unique de la balle jaune qui rebondit sur la terre ocre ; le frémissement collectif du public devant un beau point ;  les cris des arbitres de chaise ; la course des petits ramasseurs ; les râles des joueurs et des joueuses ; la vitesse incroyable des échanges écrasée par la retransmission.

IMG_1863.jpg

J'avais presque oublié combien on oublie le temps même quand un match dure plusieurs heures ; les fous rires au mauvais moment quand le stade est totalement silencieux ; les répliques cinglantes des titis parisiens criées des places les moins chères au sommet du court ;

IMG_1880.jpg

les mines effarées des occupants des loges en les entendant ;

Les panamas ;

IMG_1870.jpg

 

Les hoooooo, haaaaaaa, hiiiiiinnnnn sur des échanges ping-pong ; les coups de soleil ; les coups de froid ; les coups de chauds ; les coups de mou ; les coups droits ; les revers ; les revers de médaille ; les infortunes ; les retournements de situation ; les volées croisées ; les passing-shots ; les services.

IMG_1868.jpg

DSC09779.JPG

Le plaisir d'y être tout simplement.

IMG_1879.jpg

Oui, j'avais presque oublié, jusqu'à la semaine dernière quand un petit message m'a demandé "si par hasard je voulais aller à Roland Garros dimanche".

Et qu'il était évidemment hors de question que je rate une occasion pareille.

J'ai retrouvé MON stade (oui, il est à moi pour ceux qui l'ignorent)

DSC09769.JPG

après de nombreuses années d'interruption, mise à part une incursion exceptionnelle sur tous les plans il y a 6 ou 7 ans où j'avais pu enfin réaliser un de mes rêves : passer une après-midi dans une des loges du bord du court.

Bien sur le stade a un peu changé par rapport aux années 70-80, époque où je l'ai assidument fréquenté, plus grand, plus commercial, plus de monde. Les sponsors ont remplacé les bacs de fleurs dans les allées.

Les chaises ont remplacé les gradins en béton.

IMG_1865.jpg

Les billets numérotés, le placement libre.

Finie l'époque où on arrivait le plus tôt possible quand on avait une place non numérotée avec coussin, glacière et thermos. Et où on se relayait avec ses voisins pour ne pas la perdre. Finies les rencontres avec les joueurs dans les allées, sans gardes du corps ou presque. Fini le premier week-end où on passait d'un cours annexe à l'autre pour voir le plus de matches possibles. Les matches commençant un jour plus tôt qu'avant, le second dimanche, tout est déjà concentré sur les 3 courts principaux.

Fini les joueurs showmen qui transformaient le court en pièce de théâtre. Les colères, les coups de gueules, les crises de nerfs, les cris, les prises de becs avec l'arbitre, le public qui prend partie.

Bien sur les choses ne peuvent pas rester éternellement figées. C'est normal.

Bien sur aussi, je n'ai pas reconnu grand chose de Roland, j'étais un peu perdue, j'ai cherché les endroits familiers, sans les retrouver vraiment, mais en me dirigeant vers la sortie, quand même j'ai retrouvé mon coin de central, celui qui sera pour toujours, éternellement et secrètement à moi, le coin de mur recouvert de lierre, l'escalier hier en pierre, aujourd'hui reconstruit en béton, la rampe en métal, l'endroit précis où il y a environ 35 ans, j'ai frôlé un Borg concentré qui partait jouer. 

DSC09798.JPG

Et qui a volé mon coeur de midinette. 

Le reste n'a aucune importance.

 

Et que Virginie et Odile soient bénies entre toutes les femmes comme dirait l'autre

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Sport | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : tennis, roland garros | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je dois reconnaitre même si je n'aime pas le tennis j'aimais bien Mc Enroe, le râleur de service et Nastase le clown de service. Les autres bof, ils jouaient trop au tennis ;-) Je me souviens d'un double Nastase/Connors contre je sais plus qui qui m'avait fait bien rire, où les 2 faisaient les zouaves devant des adversaires d'abord déstabilisés puis qui ont tenté de s'y mettre. Mais bon les 2 clowns avaient gagné malgré tout.

Sinon quand j'entends RG, le poc-poc de la balle, je me retrouve à 18 ans avec le stress de la révision du bac et l'endormissement en moins de 15 mn si y a pas d'action non tennistique sur le court. Le bruit de métronome de la balle m'endort.

Et je peux te dire que dimanche soir mademoiselle n'a pas aimé du tout car le type qui mange des Knder bueno l'a empêché de regarder son épisode hebdomadaire de Zorro en ne finissant pas le boulot à temps et ça c'est inacceptable.

Écrit par : Cécile - Une quadra | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Hé bien tu nous racontes si bien "ton Roland" que ça donne envie d'y être. crois moi s'était pas gagné au départ ! Le tennis c'est pas du tout mon truc, bon je ne l'ai vu qu'à la TV (a part les match entre potes sur le cours municipale !). Les règles sont un peu opaque pour moi (je n'ai pas vraiment fais d'effort pour comprendre). Ton billet donc, m'a mis l'eau à la bouche.

Écrit par : Poulette Dodue | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Joli ton texte, ça donne presque envie d'y retourner. Mais je suis aussi assez nostalgique de la période des showmen, tout est devenu carré, les joueurs sont concentrés à mort et tapent comme des brutes. Ceci dit j'y retournerais bien quand même ;)

Écrit par : Denis | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Pour voir des showmen et du spectacle, rien de tel que le tournoi des légendes! C'est un vrai show et les anciens prennent le temps de discuter avec toi (Arnaud Boetsch, souvenir inoubliable il y a deux ans!)
Gros bisous

Écrit par : Lily La Fée (Lily2282 on Twitter) | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Très beau billet, merci

Écrit par : Melclalex | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

@Cécile : comme je la comprends !!
@Poulette : si j'ai pu te faire découvrir quelque chose, tant mieux
@Denis : ça vaut toujours le coup, malgré tout
@Lily : oui, c'est clair, il faudra que j'aille y faire un tour un jour
@Melclalex : je t'en prie

Écrit par : emanu124 | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

génial merci pour ce billet qui m'a remémoré de bien jolis souvenirs de la fin des 80's début 90's.
Moi aussi j'étais assidue du tournoi "Benny Berthet" du dimanche précédent où j'ai pu entre autres admirer (= baver devant) mon idole André A. assise au 2è rang (même chauve je l'aimais, que dis-je, je l'aime toujours !!!)
alors OK, Roland est à toi, mais un peu aussi à moi, d'ac ?

Écrit par : Thémis | 05/06/2012

Répondre à ce commentaire

Sympa, ce point de vue un peu décalé sur Roland Garros.
Merci pour la visite, Manu !

Écrit par : Miss Cupcake | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

tiens tiens.... LE SUEDOIS is back!!!!!!!

Écrit par : marie jo | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

JMJFD ! Borg.
La Genèse, c'était Borg.
Tout s'éclaire.

Écrit par : RoZ | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

@Themis : non. Roland est à moi. Point
@MissCupcake : : je t'en prie
@Marie Jo : anneffé.
@RoZ : lui. Et d'autres. On peut dire que la genèse a été une conjonction de suédois. Une sorte de big bang scandinave si tu veux

Écrit par : emanu124 | 06/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.