Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2012

En mode doigts de pieds en éventail

On est quasi fin juin.

Et je suis en vacances d'été.

Curieuses vacances prises maintenant pour des tas de raisons trop barbantes à expliquer. Sans plans, sans idées préconçues et sans trop de sous.

J'ignore quasi-totalement si je vais partir ou pas. Pendant presque 30 ans j'ai organisé, retenu, planifié, comparé, choisi, des vacances.

J'en ai soupé de la prévision vacancière.

J'en ai soupé de la prévision et de l'organisation en général. Je déjà une bonne partie de ma vie pro  à organiser. 

Je n'organiserai donc plus rien du tout.

Je réclame le droit à la désorganisation totale.

La désorganisation apporte son lot de bonnes et de mauvaises surprises certes. Genre réserver le billet du siècle à - 75 % pour les USA et s'apercevoir que son passeport est périmé à J-24 heures.

Mais, avec le recul, pas plus et pas moins que l'organisation, en fait

Que ceux d'entre toi (je supprime le vous de la langue française par décret du gouvernement) qui n'ont pas préparé un séjour méticuleusement, étape par étape, pour qu'il soit parfait et qui ont vu leurs rêves réduits en cendres par une gastro fulgurante lié à la consommation d'un plat local, délicieux certes, mais bourré d'amibes, me jettent la première pierre.

Au moins, avec la désorganisation, tu n'as pas de déception liée à l'anticipation du séjour. Tu vois sur place. Tu n'attends rien d'extraordinaire.

Parfois ce n'est pas extraordinaire, bon, ok.

Parfois c'est la divine surprise et tu as le double combo de "ah j'ai trouvé le truc à la dernière minute" et "c'était génialissime et pas cher"

De quoi frimer en société pendant plusieurs années dans les diners en ville.

Désorganisation ou pas, voyage ou pas, je vais me mettre en mode formule été.

Y compris sur ce blog. Qui sera lui aussi totalement désorganisé. Tu auras la surprise d'avoir un billet... Ou pas. Et éventuellement qu'il soit extraordinaire... Ou pas.

Ce sera à l'inspiration du moment. 

J'ai aussi du billet de gentils sponsors qui m'invitent à des soirées en retard. Ne crie pas. Les invitations avec des gens qui t'accueillent gentiment, des petits fours, des découvertes, des copines  et du cocooning c'est bien tu sais... En plus ça fait baver d'envie les copines IRL. C'est tout bénef.

Et si tu es sage je te ferai du billet sesque, tiens. Je sais que tu aimes ça. Tu es coquin mon lectorat. L'été c'est le bon moment pour les galipettes. 

J'enfile donc mon boubou sénégalais et, mauvais temps ou pas, je décide qu'il fait beau et chaud.

Je déclare officiellement ouvert la saison balnéaire.

On se boit un cocktail au bord de la piscine ?

DSC09623b.jpg

 Et cette photo est de moi. Incroyable, non ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : vacances, organisation | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Le boubou c'est le bien !
Oui c'est tout ;-) (com' balnéaire donc)

Écrit par : Poulette Dodue | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Personnellement, les soirées les moins organisées ont toujours été mes meilleures, alors bonne désorganisation :)

Écrit par : Léo et Bambou | 22/06/2012

Répondre à ce commentaire

Vacances ou pas je suis sure que tu seras toujours très inspirée...
bonnes vac'

Écrit par : bubble | 24/06/2012

Répondre à ce commentaire

Bonnes vacances ! et très jolie la photo !
si tu veux venir du côté de mon bureau, la porte est grande ouverte :)

Écrit par : Carole Nipette | 25/06/2012

Répondre à ce commentaire

Si tu ne sais pas quoi faire puisque je vois que tu progresses en photo, viens aux Rencontres Internationales de la Photo à partir du 2 juillet à Arles !

Écrit par : L'Arlésienne | 26/06/2012

Répondre à ce commentaire

@Poulette dodue : le boubou c'est la vie
@Léo et Bambou : je te remercie
@Bubble : franchement en ce moment ? Pas vraiment
@Carole : c'est trop gentil, mais je vais éventuellement partir
@L'arlésienne : oh mon dieu non, j'aurais trop honte

Écrit par : emanu124 | 26/06/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.