Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2012

Un grand pas pour l'humanité... A la radio.

Certains évènements sont tellement marquants que tu te souviens précisément de ce que tu faisais et où tu étais quand ils se sont déroulés.

Pour les plus jeunes, le 11 septembre 2001 en fait partie.

Pour les plus antidéluviens comme votre servitrice, on se souviendra toujours du moment où Neil Armstrong a posé le pied sur la lune.

La fin des sixties, époque bénie de foisonnement artistique, de liberté, de contestation (et de grand n'importe quoi aussi)

Une sorte de Renaissance du 20ème siècle, tellement effervescente que les décennies suivantes ont eu du mal à s'en remettre.

Qui avait aussi ses côtés sombres : la guerre, le vietnam, la course aux armements et à la suprématie mondiale...

... Dont, n'ayons aucune illusion vaguement hippyesque à ce sujet, la conquête spatiale faisait partie.

N'empêche, suprématie ou pas, ces silhouettes tremblotantes de bibendums Michelin qui prononçaient des phrases incompréhensibles (à l'époque, qui parlait anglais en France ?) en sautillant à la surface de l'astre qui illumine nos nuits de terriens, c'était.... Magique.

Remets-toi une seconde, lecteur prépubère et internetien, qui communique avec le reste du monde en un quart de seconde, dans la perspective d'une période où on ECRIVAIT des lettres pour communiquer et où TOUT LE MONDE n'avait même pas encore la télé.

Alors entendre des gusses parler de la lune, tu imagines. C'est comme si aujourd'hui on découvrait comment communiquer par télépathie ou si Nadine Morano adhérait au Front de Gauche.

Ces hommes avaient un courage tellement incroyable de partir vers un inconnu quasi-total en étant même pas certains de pouvoir revenir qu'il étaient les vrais héros de l'humanité de l'époque.

Des héros modestes et discrets pour la plupart, comme on a pu le constater par la suite.

Ce fut le cas de Neil Armstrong, qui tenait plus que tout à sa tranquillité. Comme la mer où il avait aluni. Et à son anonymat.

Pour ma part, je ne l'ai vu réellement sautiller que quelques temps après ses premiers pas sur l'astre de la nuit Neil Armstrong.

Le jour où l'homme a marché sur la lune, j'avais 10 ans, c'était l'été, j'étais à la campagne, sans télévision.

Nous n'en avions déjà pas en ville, alors au fin fond de la France, tu parles...

J'ai donc ECOUTE les premiers pas de l'homme à la radio. 

Avec les chroniqueurs de l'époque qui te faisaient vivre et visualiser avec talent les images que tu ne voyais pas en direct sur fond de "psschhh a That's one small step for man, pschoooo one giant leap for mankind".

Je crois me souvenir que c'était en pleine nuit (après vérification c'était à 3h56 heure française précisément). Que je m'étais assoupie, puis réveillée juste avant ce moment unique. Qu'elle était chaude cette nuit, claire et étoilée, que nous regardions tous vers le ciel en écoutant les voix venues de la lune. En tous cas, je me rappelle d'une émotion intense. D'un moment suspendu où on oubliait tout

C'est probablement mon premier souvenir de "communion" internationale. Un des plus marquants aussi visiblement, puisque plus de 40 ans après je peux presque encore "sentir" l'ambiance précise de cette nuit là. A défaut de me rappeler précisément de chaque détail.

Je pense que regarder vers le ciel avec quelques autres 530 millions d'êtres humains, oui, parfois, rend ta vie un peu (un tout petit peu) plus belle. Quoiqu'il puisse se passer après.

Rien que pour cela, Neil Armstrong, pour ceux qui croient en un après, si tu nous regardes, merci. Et pour ceux qui n'y croient pas, merci aussi.


Vidéo restaurée des premiers pas sur la Lune par sciencesetavenir

(et plus de 40 ans après ces images m'émeuvent encore)

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Actualités, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : premiers pas sur la lune, neil armstrong | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Mon père me racontait cette nuit là quand j'étais enfant... Même si je suis d'une autre génération (née en 76) je suis émue par les images.
Le vivre devait être un peu fou !

Écrit par : Poulette Dodue | 27/08/2012

Répondre à ce commentaire

Merci je l'ai vécu un peu comme toi ce jour là, me reste les sensations de l'ambiance, l'attente dans le silence puis une sorte de frénésie. Nous avions la télé et presque la moitié du village était venue à la maison pour regarder "les fous" Tout le monde dans la jardin sur la pelouse, la télé poussée contre la fenêtre ouverte, puis on a vu... et nous les gosses on était allé chercher une paire de jumelles pour tenter de les voir "en vrai".
Sans savoir que le 1er homme à avoir posé le pied sur la lune était mort ce samedi soir nous étions sur la plage, après avoir mangé au restau, à regarder la lune et les étoiles et miss m'avait demandé une fois de plus de raconter quand "ils" sont allés marcher la-haut, je revivais ce moment et au retour pof je lis la nouvelle, coïncidences...

Écrit par : Cécile - Une quadra | 27/08/2012

Répondre à ce commentaire

Billet très émouvant, tu as parfaitement su recréer l'émotion de ce moment. Un moonhug pour la peine. :-)

Écrit par : Galstar | 27/08/2012

Répondre à ce commentaire

Je n'étais pas née, mais je peux tout à fait imaginer l'émotion que les gens ont du ressentir, en vivant cette chose incroyable en direct... et en plus ce n'était pas un évènement tragique, justement comme le 11 septembre !

Écrit par : Amy | 28/08/2012

Répondre à ce commentaire

@Poulette dodue : très magique, surtout
@Cécile : le destin...
@Galstar : trop joli le moonhug
@Amy : bien au contraire... Un moment heureux

Écrit par : emanu124 | 28/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.