Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2012

You can stand under my umbrella, ella, ella hey, hey, hey

T'sé ça fait longtemps que je perds la boule.

Avec un certain nombre d'objets que je sème au vent avec mes neurones perturbés.

Quand je fumais je perdais mes briquets partout.

Et aujourd'hui, entre autres, je disperse à l'attention des pauvres âmes qui en sont dépourvues....

Mes parapluies.

J'en largue environ entre 5 et 10 par an abandonnés derrière moi dans les transports, au restaurant, ou sur les corps désarticulés des gens qui m'ont cassé les pieds et que j'ai martelé avec.

(je regarde esprits criminels en écrivant ce billet, d'où l'influence macabre).

Mais celui-ci ... Ca m'embêterait énormément de le perdre....

parapluie.jpeg

Je l'ai trouvé à l'arrache un jour de pluie-et-pas-de-parapluie-merde-mon-brushing dans un magasin d'une chaîne spécialisée en articles en tous genre et de bon goût - genre classeur fluo à l'effigie de Justin Bieber - pour jeunes filles en fleurs.

Je suis à tendance fortement anglophile - y compris du drapeau.

Tu imagines donc le coup de foudre total.

De plus, cette petite merveille de discrétion me permet donc de me faire remarquer (ce qui est après tout mon sport préféré) en grâce et en style, tout en affichant mes préférences aux yeux du monde.

Elle me donne aussi l'occasion de passer un ou deux messages personnels 

Timothy, chouchou, je me rappelle encore très bien de ton tatouage sur l'avant-bras droit et de ton insistance à m'expliquer démonstration à l'appui ce qu'était un French Kiss. 

(oh ça va, hein, y'a prescription, c'était à l'ère tertiaire)

Et sans aucun rapport, le stagiaire, toi à qui j'ai dit de façon complètement insensée "oh, ben maintenant que tu t'en vas, tu peux lire mon blog", comme tu a décroché un contrat et que tu restes, du coup, SORS D'ICI IMMEDIATEMENT.

Sinon je t'abats à l'agrafeuse et je te finis en martelant ton corps désarticulé à coups de parapluie.

Je suis prêt à le sacrifier, mon drapeau anglais,  s'il le faut.

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je pers pas de parapluies, j'aime pas les parapluies. Je suis parapluiphobique. Quelque chose comme ça. Ca encombre, c'est dangereux. J'aime pas capuche. Je suis capuchophile.

Mais bizarrement, je trouve beaucoup de parapluies. Un jour je te montrerai ma collec, y'en aura peut être un à toi!

PS:bonjour le Stagiaire!

Écrit par : juju | 13/09/2012

Répondre à ce commentaire

Mais quelle folie, le coup du stagiaire ! Sinon, j'adhère totalement au parapluie anglais et... je n'ai jamais perdu un parapluie de ma vie.

Écrit par : Amy | 13/09/2012

Répondre à ce commentaire

Je hais les parapluies. Vive la douche froide, la neige, peu m'importe plutôt que de me ridiculiser à ne pas réussir à l'ouvrir/ le fermer/ le voir se retourner/m'envoler avec (chuis un peu optimiste là). Et puis quand c'est pas moi qui fait des co*****es, ce sont les gens qui l'ouvrent à l'intérieur d'une pièce. Non vraiment, c'est mal.

Écrit par : melolimparfaite | 13/09/2012

Répondre à ce commentaire

Mais c'est quoi cette entre prise qui embauche les stagiaires ? C'est so 2008.

Sinon côté parapluie j'ai abandonné après en avoir trop abandonné un peu partout, désormais j'ose, je me mouille :-D

Écrit par : Cécile - Une quadra | 14/09/2012

Répondre à ce commentaire

@Juju : oh oui, montre moi ta collec' (et ne l'encourage pas, malheureuse !!)
@Amy : oui, je ne sais pas ce qui m'a pris
@melolim : oui, mais ça évite les brushings.
@Cécile : grande folle, va...

Écrit par : emanu124 | 16/09/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.