Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/09/2012

Ma vie sur les réseaux sociaux

J'ai commis un long billet sémantico-portnawak sur twitter hier.

Je pondrai donc un très court billet sémantico-portnawak sur facebook aujourd'hui.

Tu crois peut-être que je vais bosser TOUS les jours ? 

Non. Je suis une grosse feignasse, j'ai une idée percutante de billet une fois de temps à autres seulement, le reste du temps c'est de l'enfumage.

Il parait qu'un bug géant a fait apparaître les messages privés sur les murs de certains abonnés.

Gênant.

Très.

Enfin, moi je n'ai rien de compromettant sur Facebook, je me méfie de Zuckerberg, ce type n'est pas net.

(pas net, humour, tagada, tsouin tsouin)

Juste un truc par contre.

Si jamais Jack Dorsey, le patron de twitter mélange alcool et médocs et appuie par erreur sur le bouton "messages privés"

Et qu'ils sortent en public.

Autant te dire que je peux prendre direct un billet aller simple pour la Papouasie occidentale vu les bombes à retardement contenues dans ce dossier.

Je vais donc aller tout supprimer par sécurité.

Il parait que Jack picole énormément ces derniers temps.

Pour oublier qu'avec les copines on lui parle cunnilingus et grand nez vers 22.30/23 h sur twitter.  

Etant donné qu'il a commis l'énorme erreur d'avoir un compte (@Jack pour info)

Et que selon la théorie de certaines, un grand nez serait un bonus dans le cunnilingus, pression supplémentaire au bon endroit oblige.

(et que Jack a un TRES grand nez)

Si.

Je t'assure.

Facebook-Bug-Revealed-Mark-Zuckerberg%E2%80%99s-Private-Photos.jpg

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : facebook, bug, twitter, mark zuckerberg, jack dorsey | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/09/2012

Le jeu des (7 ou plus) familles de twitter

J'y passe ma vie ou quasiment.

Il était donc normal qu'un jour je me lance dans l'étude socio-typologique de twitter.

Etude menée au doigt levé dans le vent avec le plus grand sérieux, bien évidemment.

Et que l'institut CSA ne renierait pas (Yves-Marie, si tu me lis...)

Evidemment, je n'invente rien, évidemment, l'exercice a déjà été fait à moultes reprises.

Mais ce sera la mienne d'étude à Manu qu'elle est bien et peut-être que dans 200 ans les élèves de CE1 l'étudieront en cours de réseau social, qui aura remplacé la géographie, dont tout le monde se contrecognera puisque tu peux d'ores et déjà contacter le Kazakhstan en 1/4 de seconde, donc à qui ça sert de savoir où ça se situe.

Donc.

Petite typologie de qui et quoi je vois passer sur twitter.

LES ADOS

font des tweets à base de Justin Bieber, de kikoolol et de ta mère la pute. Sémantique assez limitée du genre "Les Onedirectioners allé tous vous fer metre" (with les fautes) ou "j'aime trop fort les slims rouges" . Sont trop mignons quand il pensent que toi aussi tu as 15 ans et demi ou que tu pourrais leur servir de mère de substitution. Sinon difficiles à suivre. Comme les ados dans la vraie vie en somme. Mais gentils. Ou casse-couilles en fonction des jours


LES NERDS

Ont un langage codé difficilement accessible au commun des mortels à base de protocole, de HTML, d'adresse IP, de boucle de redirection et d'engins mystérieux. Parfois on a l'impression qu'ils vivent dans une dimension parallèle avec Sheldon Cooper. Grâce à eux tu sais quand va sortir l'Iphone 5, tu as toutes les keynotes d'Apple en streaming et les bonnes adresses de sites qui vont bien. Se moquent des bloggeuses mode mais sont tout aussi hystériques devant un nouvel OS qu'une fashionista devant le dernier it-bag. Utiles en cas de panne chez toi, tu en trouves toujours un en ligne qui peut faire le SAV. Quand il n'est pas occupé à démolir l'hérétique d'en face qui utilise un MAC alors qu'il est PCiste (tous des moutons) et vice-versa (tous des abrutis).

 

LES POLITIQUES

Principale activité ? S'engueuler. D'un camp à l'autre bien sur, les grands sujets de société donnant lieu à un échange de noms d'oiseaux en 140 caractères qui égayent souvent, il faut bien le dire, notre petit quotidien. Mais, surtout, dans le même camp. Les différentes composantes d'un même parti s'envoyant régulièrement sur twitter des scuds à base de "espèce de néo-réactionnaire" "tu n'es qu'un vulgaire marxiste reconverti" "l'écologie n'est pas un vrai mouvement" ou tout simplement "pauvre cloche". Assez amusant parfois. Saoulant souvent. Surtout quand les arguments échangés ne dépassent justement pas le "pauvre cloche"

 

LES PIPEULES

Mon conseil ? Zappe. Aucun intérêt à 95 % du temps. A part nous faire part de leurs agendas et du fait qu'il ont rencontré un encore plus pipeule qu'eux (avec qui ils se sont fait prendre en photo). Essayent parfois d'être drôles. Ne le sont pas. Ou plus exactement leurs CM ne le sont pas. Parce qu'ami non initié, rares sont les pipeules qui tweetent eux-mêmes en fait. Ah si, les has-been twittent eux-mêmes. Car twitter constitue une excellente base de repli pour les ex-, demi- et presque- vedettes (genre anciens de Secret Story) qui déclenchent des clashes sur tout et n'importe quoi pour s'y faire de la pub. Plus une "célébrité" est provocatrice, plus elle est has-been c'est le principe des vases communiquants.

 

LES INFLUENTS

Ne te parlent pas si tu as moins de 15680 followers comme eux. Et encore. Parlent souvent avec les pipeules ci-dessus. De trucs qu'ils ont fait entre gens de bonne compagnie "l'avant première du bar à oxygène de l'hôtel Intercontinental à New-York c'était géniaaaaaal" "J'étais avec Lady Gaga backstage, c'était géniaaaaal" "J'ai discuté avec Jean-Claude Vandamme à la soirée Brossard, c'était géniaaaaal" "J'ai serré la main de François Hollande, c'était géniaaaaal" . Encore plus ennuyeux que les pipeules, parce qu'ils ne sont même pas pipeules, mais il pensent qu'ils le sont, sans l'être. Tu me suis ? Non ? C'est pas grave, j'arrive à me comprendre, c'est l'essentiel.

 

LES FILLES

Vaste communauté de 18 à .... On a dit qu'on ne parlait pas d'âge, qui échange en vrac les photos de vernis, les adresses de pâtisseries et de sites de déco, les photos d'hommes nus, de chats, et de tweets à base de "TROOOOOP CHOUUUUU" et de "tu crois qu'il en a une grosse" ? J'hésite à inclure les mères et les cuisinières dans le lot de peur de me faire lapider (je suis lâche). Mais quand même, parfois vers 22.30/23.00 les mères et les cuisinières se lâchent et commencent à me demander des photos de mecs à poil. J'ai des noms. Je les garde en cas de besoin pour faire des dossiers. Je peux les donner contre un gros chèque ceci dit. Ou contre une photo de mec à poil, ça suffira.

 

LES GARS

Vaste communauté de 18 à... Boh les mecs ont toujours 18 ans dans leur tête de toute manière, qui échange des photos de footballeurs, les adresses de bars et de sites de pièces détachées, les photos de femmes nues, de chats (oui, ça tu n'y coupes pas quelque soit le sexe), et de tweets à base de "Zlatan est trop fort" et de "tu crois qu'elle est bonne" ? J'hésite à inclure les pères et les cuisiniers dans le lot de peur de me faire lapider (je suis lâche). Mais quand même parfois, vers 22.30/23.00 les pères et les cuisiniers se lâchent et commencent à me demander des photos de mecs à poil ....

Mouahahahahah (j'ai des noms aussi) (je les garde pour mes dossiers)

 

LES POETES

Parfois au milieu d'une mer d'ennui et de tweets vides de sens arrivent LA perle en 140 caractères qui te fait faire un "O" muet d'admiration avec ta bouche et penser "PUTAIN J'AURAIS VOULU ECRIRE CE TRUC". Drôles, poétiques, sarcastiques, percutants, ils sont quelques-uns à ciseler leurs tweets et leurs pensées comme un orfèvre cisèle un petit bijou. Heureusement que ces gens existent. On devrait les canoniser et construire un temple à leur gloire. Ils sont les 5 ou 10 % qui font que twitter vaut le coup d'y rester.

 

LES TROLLS, LES STALKERS, LES HATERS

Ils font notre amusement, et notre exaspération. Ils sont là par pure méchanceté et pour piétiner tout ce qui se présente sur leur écran. Ils sont le yin de ton yang, le professeur Moriarty de Sherlock Holmes, le Nadine Morano de la politique, le méchant de service. Jouer avec est parfois assez distrayant du coup. Faire exploser un troll en vol est un exercice intellectuel assez enrichissant, voire carrément jouissif, quand tu as du temps à perdre et le moral au beau fixe. Sinon, ne pas répondre est la meilleure solution. Le gusse d'en face se fatiguera assez vite de crier tout seul dans le vide. Au pire, l'option "bloquer" existe toujours. Je préfère encore les trolls aux stalkers. Les gusses pas méchants, mais un peu (voire très) lourds, qui te bombardent de tweets dès que tu mets un pied sur twitter alors que tu n'as qu'une envie très modérée d'échanger avec eux. Tu t'en veux d'être abrupte avec eux. Donc tu les garde. Ils te  harcèlent. Jusqu'au jour où tu n'en peux plus et tu les bloque. Et là c'est le drame. 24 h de cris et de larmes. 

 

LES CHRONIQUEURS

Commentent l'actualité. Toute l'actualité. De A à Z. Pratique pour suivre les évènements en temps réel. Moins drôle quand tu en est à ton 377ème "RIP Mireille Mathieu" ou "Le Kazakhstan vient d'être libéré". Parfois les chroniqueurs pensent aussi que leur avis sur l'actualité compte vraiment. C'est à ce moment précis qu'il faut leur rappeler que ... Non, en fait. Ce que je me charge de faire avec ardeur et délectation. Ce qui me classe directement dans la catégorie ci-dessus à leurs yeux. J'en conviens. C'est moyennement civique. Mais assez jouissif. Sous-catégorie des chroniqueurs : les live-twitters qui nous font partager leurs programmes télé. Pour le meilleur (nous avons connu quelques moments épiques de télé connectée) et le pire (je ne jetterai la pierre à personne, mais quand même).


 

ET MOI

A priori, je suis un concentré de tout ce qui précède. Donc parfaitement insupportable. Mais je balance des photos de mecs à poil vers 22.30/23.00 ce qui semble plaire à un peu plus de 3000 personnes. J'ai les noms. Comme je disais plus haut, ça servira toujours en cas de besoin.

Tremble, twitter

twitter.11.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu, Web | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : twitter, catégories, réseaux sociaux | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/09/2012

Ras la parodie

Je voudrais pousser un cri strident de déchirement pleuvral

HIIIIIIIIIIIIII

Et râler. 

Ca faisait au moins deux bonnes heures que j'étais gentille, c'est trop.

J'en ai marre des parodies sur le net.

Pas un truc un peu original qui sorte sans qu'on se gaufre 32692 reprises plus ou moins drôles de l'OVNI.

Rappelle-toi des types en justaucorps avec poutre apparente qui dansaient sur le single ladies de Beyoncé, des parodies en eskimo de Bref, ou de - horreur totale - l'adaptation Rochechanesque de "Call me Maybe" qui te reste bien dans le crâne 3 semaines après.

Et aujourd'hui, c'est le défilé des imitations de Gangnam style. Un truc électro-asiatique avec une chorégraphie bondissante qui est presque un appel "oh oui, parodie-moi"

Je n'en peux plus.

Dis Monsieur Plus, on peut pas avoir des choses un peu originales au lieu de la énièmes recopie de  ?

Parce que si c'est le futur des internets, je te préviens, moi je me casse.

Ca, c'est dit.

Court mais efficace dans le message, non ?

Non ?

Bon, dans ce cas, il ne me reste qu'à faire une parodie de ce billet.

Pour faire passer le message.

...

Je voudrais pousser un cri strident de déchirement pleuvral

HIIIIIIIIIIIIII

Et râler. 

Ca faisait au moins deux bonnes heures que j'étais gentille, c'est trop.

J'en ai marre des parodies sur le net.

Pas un truc un peu original qui sorte sans qu'on se gaufre 32692 reprises plus ou moins drôles de l'OVNI.

Rappelle-toi des types en justaucorps avec poutre apparente qui dansaient sur le single ladies de Beyoncé, des parodies en eskimo de Bref, ou de - horreur totale - l'adaptation Rochechanesque de "Call me Maybe" qui te reste bien dans le crâne 3 semaines après.

Et aujourd'hui, c'est le défilé des imitations de gangnam style. Un truc électro-asiatique avec une chorégraphie bondissante qui est presque un appel "oh oui, parodie-moi"

Je n'en peux plus.

Dis Monsieur Plus, on peut pas avoir des choses un peu originales au lieu de la énièmes recopie de  ?

Parce que si c'est le futur des internets, je te préviens, moi je me casse.

Ca, c'est dit.

Court mais efficace dans le message, non ?

Non ?

Bon, dans ce cas, il ne me reste qu'à faire une parodie de ce billet.

Pour faire passer le message.

(ayé t'as compris là, ou je recommence ?)

(Bon j'admets la version chatroulette de Call Me Maybe était quand même à hurler de rire, ta tête des gars, franchement....)

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : parodies, bref, single ladies, call me maybe, gangnam style | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/09/2012

Je me mets en ménopause

Oui, c'est pas trop glamour a priori. 

Voire assez répugnant, hein. 

(Oui, oui, je te vois tirer du nez en faisant "beurk")

Et a priori pas dans la sphère de préoccupation de 95 % des gens qui trainent sur les internets

Mais tu sais bien que je m'en contrecogne, de la préoccupation des gens, je dis ce que je pense, je pense ce que je dis et je pense dire ce que je veux exprimer.

Et après tout, on parle bien de règles et de mycoses vaginales dans la publicité, je ne vois pas pourquoi on ne prononcerait pas le mot "ménopause".

C'est moche ? sale ? honteux ? pas vendeur ?

Trop bien, je vais être moche, sale, honteuse et pas vendeuse.

Ouuuuuuuh le frisson de l'interdiiiiiit


Donc j'aborde en ce moment ce que l'on appelle pudiquement "un tournant de ma vie de femme"

Autrement dit pour ceux à qui il faut mettre les point sur les i, le robinet se ferme, la fabrique d'oeufs se met en grève, je bascule dans le 3ème âge, et je vais avoir une carte de priorité dans les transports en commun.

Selon les usages communément admis, je devrais grossir de 10 kilos, avoir des bouffées de chaleur, des insomnies, être irascible, aboyer sur les fonctionnaires et regarder les jeunes et jolies d'un oeil torve et jaloux.

Selon les usages communément admis, je devrais disparaître du paysage pour enfouir la honte de la perte de ma féminité sous une Burqa de discrétion et de retenue.

Selon les usages communément admis, je devrais renoncer à séduire, à plaire, et me mettre des jupes Damart, en expérimentant des recettes de confitures pour régaler mes futurs petits-enfants...

..

Voilà, voilà, voilà.

(au passage tavu, je fais comme Hollande et son "quand je serai président de la république")

Alors je vais te rassurer immédiatement, toi, femme plus jeune qui arrivera je l'espère un jour à mon âge canonique...

Ca va bien se passer.

J'ai probablement de la chance, pour l'instant, franchement ?

Je le vis bien.

Seuls effets secondaires notables, un sommeil parfois aléatoire (mais si j'éteignais l'ordi un peu plus tôt, je dormirais certainement mieux), un peu de poil très viril qui tend à squatter ma lèvre supérieure et mon menton (avec un peu de cire, le poil trépasse)  et  une légère chute de cheveux...

Pas grand chose.

J'ai même perdu du poids, c'est te dire et on m'invite dans des soirées pour faire le 4ème à la belote alors qu'avant on me jetait des cailloux.

Et je refuse obstinément de considérer que ma féminité me fuit à grand coups de charentaises. Je sais, c'est ridicule. Quelle idée stupide de vouloir encore se sentir bien dans sa peau à un âge avancé.

Ah si quand même. Probablement à cause du bouleversement hormonal inhérent je subis un espèce de grand huit émotionnel qui me fait passer directement de l'hystérie rigolarde à l'absorption d'un tube entier d'anti-dépresseurs sans aucune modération.

Et tomber amoureuse d'absolument tous les beaux gosses que je rencontre tous âges confondus, voire éventuellement de quelques femmes, je ne suis pas sectaire.

Je crois que je pourrais tomber amoureuse d'un type brun, petit, trapu et poilu en ce moment, c'est te dire le niveau.

J'envisage de faire mon sac toutes les 3 secondes pour aller refaire ma vie en Australie en élevant des chats de race au fond du bush. 

Ou de faire "au revoir président" à mon PDG habillée d'un seul et unique string de danseuse brésilienne accompagnée d'une batucada endiablée en plein comité de direction.

Avant d'aller m'effondrer en larmes sur n'importe quelle chanson mélancolique et d'envisager me suicider de façon totalement mélodramatique et sanglante sur le perron du siège de Facebook France en hurlant "C'EST DE TA FAUTE MARK ZUCKERBERG"

C'est un peu fatiguant émotionnellement parlant mais finalement assez délicieusement excitant.

 

Et ça permet en tous cas d'écrire un billet sur le sujet.

Donc tu vois, je ne vire ni mégère, ni mémère, je mets encore des talons de 12 et je fais marrer mon petit monde.

Tant que ça dure, je ne jetterai pas des cailloux sur les jolies jeunes filles qui pourraient me faire de l'ombre.

Ah correction sur ce point quand même.

Je n'aime pas les jolies jeunes filles qui pourraient me faire de l'ombre. 

Passe-moi les cailloux, Maurice.

604604z01320cailloux20zen1.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : menopause | |  Facebook | |  Imprimer | |

19/09/2012

Laisse pas traîner ton fils

J'avais du faire un billet identique il y a quelques années, mais c'est un sujet d'énervement récurrent pour votre servitrice qui l'amène à se couvrir de plaques rouges et a crier cré cré fort à chaque récidive.

J'en ai marre qu'on me vende les fils et filles de comme les 8èmes merveilles du monde alors qu'à une forte proportion ce sont souvent des clampins sans aucun talent.

En politique, dans les affaires, et ce qui m'irrite plus que tout vu ma sensibilité exacerbée pour ce qui concerne l'artistique, dans le showbiz, pas un papa qui ne tente de nous fourguer sa progéniture soit disant considérablement douée.

En politique, ne parlons pas des Les Pen chefs de parti de père en fille (et maintenant en petite-fille) ni du calamiteux épisode de l'Epad où Sarko a tenté de nous faire croire qu'un post-ado au brushing mini-vague qui a fait péniblement DEUG en 5 ans était capable de diriger un organisme au budget d'un milliard d'euros.

Que dire de la calamiteuse gestion du fils Lagardère plus occupé à aller manger au Quick avec sa grande bécasse pour la bécoter que de gérer son groupe industriel légué par papounet.

Ou encore des filles Halliday, Depardieu et consoeurs dont le jeu ferait passer les roulements de pupilles des acteurs du muet pour un modèle de subtilité.

Ou enfin, exemple dramatique parmi d'autres, de la FILLE de Francis Cabrel qui se lance dans la chanson, produite par papa, comme c'est surprenant. Qui trouve qu'elle a énormément de talent... Voilà voilà voilà...  On va dire que pour animer une soirée au Club Med' ça serait pas mal.

Mais la goutte qui a fait récemment déborder les nerfs c'est l'interview du fils Delon (pas Anthony, le petit dernier) dans le magazine 7/7. Un dimanche soir. Alors qu'il y a 100.000 autres sujets à traiter.

Le fils Delon. Il a fait quoi à part fumer du shit et être né Delon ce petit branleur, rappelle-moi ? 

Rien.

Comme tous les héritiers X ou Y à qui les magazines consacrent des articles entiers pour faire plaisir à papa ou maman et parce que potentiellement, ça fait vendre.

Et le summum du foutage de poire est atteint lorsque tous ces gens nous assurent que leur progéniture "ont passé le casting, comme tout le monde" "qu'il a du faire ses preuves" "et que le réalisateur a trouvé que le ou la choisir pour le rôle, c'était une évidence".

Mais bien sur, on y croit. Fort.

Prends-moi pour un jambon aussi.

A force d'avoir des gens "à la naissance" plutôt "qu'au mérite" pas étonnant que notre niveau général baisse. Dans les arts ou ailleurs.

Je pensais que nous avions enterré l'ancien régime. Mais non, visiblement, la monarchie de droit divin s'est transformée en transmission de rôles de droit divin.

Attention, je ne veux pas sombrer non plus dans un poujadisme de bon aloi, ceci une irritation contre les descendants non méritants. 

Il y a évidemment des contre-exemples brillants d'enfants qui ont égalé voire dépassé leurs parents dans le même domaine ou d'autres spécialités.

Et moi-même si j'avais influence et réseaux, évidemment que je serais la première à mettre le pied à l'étrier de ma progéniture. Je pense juste avoir assez peu d'indulgence pour leur demander dans ce cas hypothétique de faire leurs preuves avant de leur confier un rôle important.

Ce qui n'est pas le cas, ils vont donc devoir faire leur chemin tous seuls.

J'espère juste qu'un clampin sans aucune capacité ne leur piquera pas leur beefsteak parce que son papa est le PDG de la boite.

Vu la nature humaine et mon pessimisme naturel, j'ai un gros doute.

fils%2Bde.jpg

18/09/2012

Ne remets jamais à demain ce que tu peux faire la semaine prochaine...

D'ailleurs, je vais écrire ce billet la semaine prochaine.

Ou dans un mois.

Ou après.

Mieux, je vais l'enterrer sous une pile de trucs en espérant qu'il disparaisse à tout jamais.

Parce que oui, sache-le-tu, je suis une procrastinatrice.

Surtout pour les choses ennuyeuses, enfin celles qui m'ennuient. 

Genre envoyer un papier administratif.

Coller un timbre sur une enveloppe peut me prendre, allez... 3 bons mois.

Parce que plus je recule, plus c'est dur. Plus c'est dur, plus je recule.

Jusqu'à ce qu'il n'y ait plus aucune alternative.

Ou que le meuri m'engueule copieusement "MAIS CA FAIT VINGT FOIS QUE JE TE DEMANDE D'ENVOYER UN PAUVRE COURRIER, C'EST DIFFICILE ?"

Oui, c'est difficile.

Pourquoi ? 

Aucune idée.

Le mécanisme de la procrastination est tellement idiot que je n'ai même pas d'explication rationnelle et satisfaisante à fournir pour le justifier.

Je laisse donc la parole au Dr Otto Ruth, psychiatre de renommée internationale spécialiste des mécanismes de défense du subconscient chez le ragondin américain mâle qui déclare en l'occurrence

"La brograstinassssion ach c'est eine grosse desirrr de se fuuutre de la flammenkusche de son voisin"

Alors qu'il serait tellement facile de se dire comme toute personne humainement constituée "allez hop, je m'en débarrasse, et après je fais ce qui me fait plaisir".

Mais non, je fais ce qui me fais plaisir et le reste, je me dis... Boh j'ai bien le temps. Jusqu'à ce que ça devienne pénible, que la culpabilité me ronge et que l'angoisse m'étreigne (avec ses petits bras)

Et crois-tu que l'angoisse me fera avancer ?

Non, l'angoisse me fera encore plus enterrer les trucs qui fâchent.

Jusqu'au drame final. 

Qui me fera courir à la perception à 23.55 h ou rendre un dossier dans la douleur avec ma hierarchie qui me menace de licenciement si je ne le fais pas immédiatement, alors que j'aurais pu le faire tranquillement ce dossier, 3 semaines auparavant.

Ma vie est donc une succession ininterrompue de drames professionnels,  administratifs et timbresques auquel je n'ai même plus la force de donner une fin.

Sachant que je combine une capacité de procrastination illimitée avec le fait que plus on me demande de faire un truc, moins je le fais, tu imagines la profondeur du problème.

J'ai rendu fous à peu près tous les gens de mon entourage professionnel et personnel. 

Moi y compris.

(Pour ton élévation culturelle, la procrastination a quand même été reconnue récemment comme une vraie maladie handicapante dans ses formes les plus extrêmes. Je suis bien contente qu'on me reconnaisse comme une vraie malade mentale, il était temps)

procrastination.jpeg

Travailler dur paye souvent, sur le long terme

Mais la paresse paye souvent tout de suite 

Comme c'est VRAI

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : procrastination | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/09/2012

Moi aussi un jour je ferai des bruits avec ma bouche

Comme le tiercé pour Omar Sharif, le comique c'est ma grande passion.

J'aime faire rire, ça me parait une politesse essentielle de détendre ses contemporains stressés.

J'aime aussi tendre mes contemporains stressés quand ils sont beaux gosses, mais ceci est une autre histoire. 

Et en plus de faire le clown, j'aime aussi rire aux pitreries des autres.

Donc un one-man-show ça ne se refuse jamais. Surtout en ces temps de morositude morose qui n'incitent guère au youpilala.

Surtout au Splendid, le mythique théâtre parisien qui a vu les débuts de la troupe du même nom, et où votre servitrice a notamment, et entre autres, eu le plaisir et l'avantage de voir "Nuit d'ivresse" avec Josiane Balasko et Thierry Lhermitte avant que ce soit un film.

Le théâtre n'a pas changé.

Qui a crié "TOI, SI" ?

Toi, là-bas au fond, tu sors. Et tu ne reviens pas.

Cette fois-ci le Splendid accueille le retour de Titoff après 5 ans d'absence sur scène.

Et c'est là que tu attends probablement mes impressions sur le spectacle.

Qu'est-ce que tu dirais si je te répondais 

1/ Je n'aime pas parler d'autre chose que de moi, donc ça m'embête

2/ Je n'ai pas envie ?

...

Tu me répondrais "pauvre folle", et tu aurais raison.

Donc, rapidement, avant de reparler de mon nombril et avant de m'ennuyer : globalement le spectacle est BIEN. Et certainement à voir si tu as envie d'une petite tranche de détente dans ce monde sans pitié.

Le fil conducteur du show mi stand-up/mi-sketch est le volume d'informations que nous recevons tous tous les jours et ses conséquences sur notre vie quotidienne.

Très sincèrement ? A mon humble avis Titoff cherche encore un peu ses marques sur la première partie du spectacle jusqu'à la première pause. 

Après le spectacle décolle vraiment avec le sketch sur la pub Kinder Bueno que je te laisse d'ailleurs découvrir en exclusivité


"Kinder Bueno" extrait du Nouveau spectacle de... par Titoff-dejaderetour

ou encore celui sur le geek vendeur d'ordinateurs.

Qui nous a bien fait rire moi et mes collègues de l'écriture des internets présents ce soir là.

Nous avons d'ailleurs eu le privilège de lui démontrer après le spectacle que sa vision était un poil faussée. Vu que nous n'étions ni blafards faute de lumière du jour, ni vêtus de tee-shirts star wars et de baskets vintages sentant le renfermé.

Je tiens du coup  à remercier notre hôte pour son accueil d'après spectacle.

Car pour avoir côtoyé un certain nombre de gens plus ou moins connus, ce genre de rencontres vire souvent au monologue du "moi moi moi, je, moi, ma vie, mon oeuvre et mon nombril"

(oui, du coup, je me la pète aussi en racontant que j'ai côtoyé des gens connus en masse).

Rien de tel avec Titoff, qui nous a certes expliqué la genèse de son spectacle mais qui a vraiment pris le temps de discuter avec nous de NOTRE vie et NOTRE oeuvre dans une conversation au naturel et  à bâtons rompus tout à fait divertissante.

Autour d'une coupette. Ce qui m'a donné l'occasion de me ridiculiser une fois de plus en avalant mon verre avec un bruit de bouche un peu incongru.

Ce qui m'a valu évidemment un tir croisé de vannes de notre hôte du jour et de mes compagnons, que je ne remercie pas au passage.

Tu constateras donc au passage le plaisir intense que je prends à cet échange

photo.JPG

(et oui, je porte des lunettes, parfois, ça arrive même aux meilleurs)

(et à part faire rire, je constate que j'ai un certain talent pour tirer la tronche, aussi)

Donc, si tu es sur Paris, va donc voir le spectacle de Titoff, c'est un monsieur drôle ET charmant. Tu passeras une bonne soirée.

En attendant, je te laisse, moi j'ai un one-woman show sur les bruits de bouche à écrire.

06:00 Publié dans Sorties, Spectacles | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : titoff, spectacle, sketch, splendid, kinder bueno, rencontre | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/09/2012

Je pfiouuute même mes soirées

Lecteur, rice occasionnel(le) si tu est dubitatif(ve) parce que tu ignores ce qu'est un pfiouuuu cherche un peu sur ce blog.

En tout état de cause, tu es gravement under-hype et potentiellement la risée de tout ton voisinage réel et virtuel.

Parfois à force d'écrire des sonneries à longueur de temps, on te prend en pitié et on te demande de venir ambiancer des évènements avec des petits fours et du champagne.

Moi, ambiancer, c'est un peu mon concept de vie.

C'est quasiment mon seul talent artistique d'ailleurs. Vu que je chante comme un castrat enroué, que je danse comme un marsouin en période de reproduction, que mes photos sont floues et de travers et que mes dessins ressemblent à ceux d'un enfant de 8 ans en phase d'opposition.

Mais quand je fais tout ensemble, visiblement ça amuse le festivalier au bord du buffet entre deux coupettes de champ'.

Donc, on m'invite, j'ambiance.

Et je visite.

Parce que mon deuxième concept de vie c'est de découvrir des lieux un peu secrets, un peu exclusifs où la plèbe n'est pas autorisée à rentrer en temps ordinaire.

J'aime bien "la plèbe" comme mot d'ailleurs. C'est délicieusement méprisant. 

En l'occurrence c'est Contrex pour le lancement de la Contrexpérience Saison 2 qui nous a permis de pénétrer à l'intérieur de la Cité Universitaire pour découvrir un superbe salon néo-renaissance digne d'abriter les plus beaux cocktails. 

Plafond.jpeg

 

salle.jpeg


Je n'avais aucune idée qu'une telle pièce puisse exister à l'intérieur d'un des bâtiments de la cité.

Et à propos de pièce, hormis architecturale, nous avons été gâtées, nous les filles.

Car Le public présent, a eu le plaisir de découvrir et de participer en exclusivité à la nouvelle expérience Contrex  basée sur l’idée « On mincirait mieux si c’était plus fun ».

Avec un DJ set exclusif de Make The Girl Dance et un spectacle son et lumière à couper le souffle,...

La marque a imaginé un concept renversant avec Marcel, agence créative, épaulée par l’équipe de vidéographistes Superbien et le réalisateur Matthieu Jorrot. 

Le public a pu découvrir un immeuble en feu sous ses yeux, avec des « beaux gosses » en détresse aux fenêtres!

DSC_8345.jpg

 

DSC_8085.jpg


Devant cette façade, des steppers sur lesquels les participants ont été invités à monter. Grâce à leurs mouvements toniques, des jets d’eau ont été actionnés et ont éteint l’incendie petit à petit pour ainsi sauver les jeunes hommes prisonniers des flammes. Et découvrir qu’ils avaient brûlé 2000 calories, dans la joie et la bonne humeur! 

Bon arroser les beaux gosses, c'était rigolo, mais nous dans le carré VIP, loin de la plèbe (uhuhuhuhuh) nous étions un peu loin pour leur jeter de l'eau.

C'est pourquoi, avec mes consoeurs, nous nous sommes postées à la sorties des artistes aquatiques pour voir du biceps d'un peu plus près.

Et de fait.... On les a vus passer sous notre nez.

 

FD1_7141.jpg

 

FD1_7146.jpg


Et même avec Sandrine Camus, on a réussi à en choper deux exemplaires à la sortie des douches à peine couverts par une micro-serviette de bain.

On leur a fait coucou.

Ils nous ont fait coucou aussi.

Bref on s'est fait coucou.

Au frais de Contrex qui n'y a vu que de... L'eau.

Mouahahahah

(et oui, toutes les occasions sont bonnes)

(j'ai le droit, je suis âgée, y'a prescription)

(c'est un excellent prétexte pour tâter du muscle d'ailleurs, les gars ne se méfient pas ils croient que c'est l'instinct maternel, tu parles)

(mandieu si un jour le meuri se met à lire ce blog je suis morte)


06:00 Publié dans Sorties | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : contrex, contrexpérience, cité universitaire, évènement | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/09/2012

You can stand under my umbrella, ella, ella hey, hey, hey

T'sé ça fait longtemps que je perds la boule.

Avec un certain nombre d'objets que je sème au vent avec mes neurones perturbés.

Quand je fumais je perdais mes briquets partout.

Et aujourd'hui, entre autres, je disperse à l'attention des pauvres âmes qui en sont dépourvues....

Mes parapluies.

J'en largue environ entre 5 et 10 par an abandonnés derrière moi dans les transports, au restaurant, ou sur les corps désarticulés des gens qui m'ont cassé les pieds et que j'ai martelé avec.

(je regarde esprits criminels en écrivant ce billet, d'où l'influence macabre).

Mais celui-ci ... Ca m'embêterait énormément de le perdre....

parapluie.jpeg

Je l'ai trouvé à l'arrache un jour de pluie-et-pas-de-parapluie-merde-mon-brushing dans un magasin d'une chaîne spécialisée en articles en tous genre et de bon goût - genre classeur fluo à l'effigie de Justin Bieber - pour jeunes filles en fleurs.

Je suis à tendance fortement anglophile - y compris du drapeau.

Tu imagines donc le coup de foudre total.

De plus, cette petite merveille de discrétion me permet donc de me faire remarquer (ce qui est après tout mon sport préféré) en grâce et en style, tout en affichant mes préférences aux yeux du monde.

Elle me donne aussi l'occasion de passer un ou deux messages personnels 

Timothy, chouchou, je me rappelle encore très bien de ton tatouage sur l'avant-bras droit et de ton insistance à m'expliquer démonstration à l'appui ce qu'était un French Kiss. 

(oh ça va, hein, y'a prescription, c'était à l'ère tertiaire)

Et sans aucun rapport, le stagiaire, toi à qui j'ai dit de façon complètement insensée "oh, ben maintenant que tu t'en vas, tu peux lire mon blog", comme tu a décroché un contrat et que tu restes, du coup, SORS D'ICI IMMEDIATEMENT.

Sinon je t'abats à l'agrafeuse et je te finis en martelant ton corps désarticulé à coups de parapluie.

Je suis prêt à le sacrifier, mon drapeau anglais,  s'il le faut.

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/09/2012

C'est la rentrée, c'est beauté

Au moment où le printemps se transformait en été, je t'avais narré une après-midi de rêve pendant laquelle Shiseido avait tenté par tous les moyens à sa disposition de me redonner figure humaine.

Et de fait, grâce à quelques produits miracles et aux mains magiques du maquilleur maison, j'ai pu sortir sans que les gens hurlent de peur.

Ces produits miracles, nous avions eu la chance et le privilège de les découvrir en avant-première avant leur sortie dans les bonnes échoppes qui les proposent au beautystas.

 Et qui sont disponibles désormais et à partir de maintenant. 

C'est pourquoi je vais te vanter leurs bienfaits.

CAR (oui car) bienfaits il y a.
Indubitablement.

Sinon, tu me connaissois, je ne t'en parlerais point.

D'abord, dans l'ordre d'application, Le teint liftant anti-âge.

J'étais déjà raide dingue du teint lissant perfecteur de la marque, fluide, léger, tenue impeccable et qui t'enlevait dix ans d'un coup de pinceau.

Que dire de plus sur le teint liftant anti-âge. ENFIN un fond de teint liftant qui tient ses promesses. Un effet coup de jeune bluffant, même après une nuit difficile, un fini poudré qui respecte le grain de peau. Bonne mine assurée, pour toutes et à tous âges (oui, même toi, jeune gaudelurette qui n'a pas besoin de lifting).

Je l'adore, je l'adopte, je ne m'en passe plus.

 

Ensuite, sur les joues, la caresse de la poudre Camélia Compact. Un trio d'une texture qui réussit l'exploit d'être à la fois fine et crémeuse, brillante et poudrée. Et qui laisse sur votre peau un sillage délicatement coloré sans aucun paquet. A moduler du plus clair au plus foncé grâce aux trois couleurs et selon vos envies et le degré plus ou moins pâle de votre carnation. Je m'en sers comme blush personnellement, mais on peut le moduler sur le visage pour jouer avec les ombres et les lumières.

 

Enfin mon produit chouchou toutes catégories. LE rouge qui m'a réconciliée avec le rouge à lèvres. La laque de rouge. Inspirée de la laque japonaise. Précise comme un rouge à lèvres en stick. Facile à poser comme un gloss. D'une tenue inégalée et d'un confort total.

J'en fais à peine une retouche dans la journée après le repas de midi. Et encore. Je suis dithyrambique sur ce produit parce qu'il a vraiment révolutionné mon moment make-up du matin. Je ne saurais plus m'en passer désormais. Il est en permanence dans mon sac, à portée de mains.

Avec mes trois produits, je suis parée pour passer l'automne en beauté et attendre l'hiver de pied ferme.

Ou de visage ferme plutôt

IMG_2188.jpg

06:00 Publié dans Beauté | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : shiseido, teint liftant, camelia compact, laque de rouge | |  Facebook | |  Imprimer | |