Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/11/2012

My name is Nul, James Nul

En des temps antédéluviens, avant la création par dieu de l'homme, de la femme, du berger allemand, et des magnums double chocolat, j'avais fait quelques chroniques sur les bourdes hallucinantes des services spéciaux du monde entier.

Car parfois les dits services sont tellement spéciaux qu'on se demande QUI ils recrutent. Un personnel censé  être à la pointe du progrès, de l'entraînement physique et de la discrétion qui se comporte comme le dernier des piliers de bar après le verre de trop.

Une récente péripétie dont les médias se sont fait l'écho m'a donné l'idée de ressortir cette rubrique du placard.

Parce que vous, je ne sais pas, mais moi quand les missions des services secrets se transforment en "on a perdu la 7ème compagnie" ça me fait rire, mais rire, mais rire...

Rions donc tous ensemble.

  • Je ne vous ferai pas l'offense de vous rappeler le calamiteux épisode du Rainbow Warrior. Oh et puis si, je vous le rappelle. Les plus jeunes d'entre nous ne connaissent pas forcément l'histoire. En juillet 1985, le Rainbow Warrior,bateau appartenant à Greenpeace est amarré à Auckland en Nouvelle-Zélande. Son but est d'aller vers l’atoll de Mururoa pour protester contre les essais nucléaires français et les gêner dans la mesure du possible. Le 10 juillet 1985, deux agents les faux époux Turenge, dans un canot pneumatique piloté par trois nageurs de combat, mènent une opération contre le bateau. Pour la petite histoire, le pilote serait Gérard Royal frère de Ségolène Royal. Le navire est coulé, faisant une victime civile.  Les faux époux Turenge sont facilement arrêtés par la police néo-zélandaise d’Auckland à cause de la camionnette qu’ils ont louée pour récupérer les plongeurs chargés de placer les explosifs. Un vigile placé là en surveillance, voyant cette camionnette garée dans un coin discret, note son numéro d’immatriculation, ce qui permet à la police de réagir rapidement. Les protagonistes sont définitivement identifiés grâce à leurs empreintes digitales retrouvées sous le canot pneumatique qui avait servi à poser la bombe. À cette époque la technique pour relever des empreintes sur un objet ayant séjourné dans l'eau était très peu répandue. Cependant, une équipe d'experts internationaux, qui se trouvait sur place à cette époque, mit à disposition son tout nouveau savoir-faire,  et releva les empreintes qui, quelques mois auparavant, seraient restées inexploitables. Imbroglio international. Protestations énergiques. Honte pour la France. Ok, la technique des empreintes sous l'eau était toute nouvelle. Mais enfin quand même. Ils auraient pu penser à mettre DES GANTS quand même les agents secrets non ? Même toi et moi on y  aurait pensé. Enfin presque. Enfin éventuellement. Enfin moi, je ne suis pas certaine.

 

  • En 2008, un clampin des services secrets Britanniques oublie un rapport ultra-confidentiel sur les activités d'Al-Qaida dans un train. Le rapport a heureusement atterri par un biais inconnu sur les bureaux de la BBC - la télé publique britannique - qui l'a gentiment rendu à son destinataire initial. Quelques jours après le journal "The Independant on Sunday" rapporte qu'il détient des documents portant sur la politique du gouvernement britannique en matière de lutte contre le financement du terrorisme, le trafic de drogue et le blanchiment d'argent. Ces documents ont été découverts à bord d'un train à destination de la gare de Waterloo dans le centre de Londres et expliquent comment les systèmes bancaires et les sites internet commerciaux peuvent être manipulés pour financer des armes de destruction massive illégales en Iran. Il fournissent des détails sur les méthodes utilisées pour le financement du terrorisme, comme les fraudes sur les sites commerciaux.. Le journal affirmera lui aussi avoir restitué les documents aux services gouvernementaux.. On va dire que les agents secrets anglais étaient particulièrement distraits en 2008. J'ignore exactement ce qui s'y est passé à ce moment là - test d'un nouvelle drogue, l'amour est dans le pré ou utilisation de personnel temporaire mais à l'époque des ordinateurs, du wifi, des clouds et des clés USB, oublier des documents ECRITS dans une MALLETTE sur une BANQUETTE de train, faut y aller Maurice, quand même, non ? Mais la série noire ne s'arrêtetera pas là. En septembre de la même année un ordinateur portable utilisé par le MI5, a été dérobé lors d'un cambriolage dans une maison de Manchester.  Pire : la presse rapportait une semaine après le cambriolage que la police enquêtait sur la vente sur un site d'enchères d'un autre objet dérobé : un appareil photo qui contenait des images de suspects de terrorisme. Ben Laden sur Ebay. Ou quasiment. L'hallucination

 

  • Les services secrets américains et leur redoutable .... Efficacité sont aussi redoutablement ... Heu, on ne sait pas trop quoi dire. Il y a quelques années, selon le Financial Times, l'US Air Force  a été  infoutue de  localiser un millier de composants nucléaires. Le quotidien économique s'était procuré des éléments d'un rapport commandé par le secrétaire à la défense de l'époque, Robert Gates, à l'amiral Kirkland Donald, sur la gestion des composants nucléaires. Le rapport était plutôt cinglant et mettrait en cause la gestion de l'inventaire. On imagine les men in black en train de compter les composants nucléaires à la main vêtus d'une blouse en suçant leur crayon. Pire, le Pentagone a avoué également il y a quelques années avoir carrément EGARE non plus des composants mais DES MISSILES COMPLETS. Des missiles dont personne n'était capable de dire OU exactement ils avaient été stockés. Si un jour le pavillon de votre voisin disparait dans une explosion avec un bruit épouvantable et une fumée épaisse, merci de dire à l'armée américaine qu'on a localisé l'un d'entre eux.

 

  • En 2009 Un Néo-zélandais nommé Chris Ogle a découvert un dossier militaire américain confidentiel sur un baladeur MP3 qu'il avait acheté 9 dollars dans une boutique d'occasions aux Etats-Unis. Quand il l'a branché sur son ordinateur, il y a trouvé 60 pages de données militaires. Le dossier comportait les noms et des détails personnels sur des soldats américains, dont certains servant en Irak et en Afghanistan, ainsi que des informations sur les équipements déployés sur des bases et un compte-rendu de mission. Chris Ogle a précisé que le baladeur n'avait jamais été utilisé pour diffuser de la musique et qu'il le remettrait au département de la Défense américain si celui-ci en faisait la demande. L'histoire ne dit pas si le département de la Défense en a fait la demande. Ou si le gars a écrasé les fichiers pour caser la collection complètes des CD de Céline Dion sur son MP3.

 

  • Revenons en France. Rappellez-vous, peu après l'élection de François Hollande, quelqu'un avait trouvé malin de mettre les plans de l'Elysée de la cave au plafond sur une clé USB et de confier cette clé à un entrepreneur chargé de travaux dans le palais présidentiel. Le gusse très inspiré laisse la clé dans sa voiture... Qui se fait braquer. Evidemment la clé disparait avec le reste des affaires. L'Elysée embarrassée, affirme que la clé contenait uniquement des plans de masse, sans détail compromettant. Voui voui voui. On veut bien le croire... Ou pas.

 

  • Enfin, et donc, dernière perle de nos pioupious tricolores, des paras des forces spéciales ont atterri il y a quelques jours en pleine nuit en Bulgarie, pour une raison totalement inconnue. Les habitants du village, les prenant pour des voleurs de poules les ont pourchassé avec piques et fusils taillant quelques croupières dans leurs combinaisons. Récupérés par la police Bulgare, ils ont été discrètement remis à l'ambassade de France et rapatriés sur le territoire national. La raison de leur escapade dans la jungle Bulgare ? Inconnue au bataillon. Si ça se trouve le pilote de l'avion duquel ils ont sauté était ivre et pensait qu'il était au-dessus du Sahara en route pour aller récupérer les otages du Nord Mali. Ne rigole pas. Les explications les plus farfelues sont parfois les bonnes. La preuve ci-dessus.


James-Bond-car.JPG


Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Actualités, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : services secrets, bourdes, mi5, cia | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

J'ai eu peur en voyant ton titre, j'ai cru que tu dégommais le dernier James Bond, je m'apprêtais à sortir mes arguments :)
Personne n'est vraiment infaillible c'est clair après ya le pas d'bol ! le coup de la voiture qui se fait braquer, il y avait une chance sur combien ?!! ou alors, on savait qu'il avait les plans etc, voilà ça y est je me fais un film !

Écrit par : Carole Nipette | 06/11/2012

Répondre à ce commentaire

Bon bidonnage tout ce que tu nous balances là !!!! Huhuhuhu j'adore...

Écrit par : Nath | 07/11/2012

Répondre à ce commentaire

@Carole : comme tout le monde, je dirais...
@Nath : c'est fait pour !!

Écrit par : emanu124 | 11/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.