Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/11/2012

Days of the future past

Pas de rétroviseur.

Pas de regard en arrière.

Ni célébrations, ni anniversaires, ni fêtes, ni commémorations.

Pas de poids, pas de bagage, pas de mémoire, pas de nostalgie.

A quoi bon ?

Le passé est juste une entrave qui scie les chevilles, les fait saigner et empêche d'avancer.

Le passé n'est pas intéressant. 

Il est fini, mort, stérile, vide.

Il est déformé, enjolivé par une tendresse sournoise qui fait trouver beaux des souvenirs laids.

Qui fait regretter des gens jeunes et impatients qui ne le sont plus.

Il faut avancer pas de regarder des bibelots poussérieux qui dorment sur une étagère.

Ni remords, ni regrets, inutile.

Un "si seulement" ne changera rien.

Manquer quelque chose, et c'est déjà trop tard. 

Alors gratter les peaux mortes, enlever les croûtes.

Même si ça pique, même si ça fait mal, même si ça brûle.

Sans besoin de consolation, ni de pitié.

Surtout pas de pitié

Casser les habitudes.

Effacer les noms, Dissoudre les visages, oublier. 

Avancer.

J'avancer toujours pas après pas, souffle après souffle, au risque de se perdre.

Ne rien écouter, ne jamais rien écouter.

Ni sur le passé, ni sur le futur, le futur n'est qu'une théorie.

Les théories sont ennuyeuses. 

Je préfère la réalité. Et le présent. 

 

images?q=tbn:ANd9GcQGAXZNgx6admBiYDgxwgH8ked965YWCOIdZJPhpI55Dxs2zoUxaV12f7u45A

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : passé, futur | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/11/2012

Le point super-héros

Je passe vite fait en courant sur mes talons de 12, hein, histoire de te donner des nouvelles.

Non pas des miennes.

Remarque je vais bien, merci d'avoir demandé.

Je torture les stagiaires et j'écris des trucs.

Donc la vie est belle.

Je te donne des nouvelles des super-héros.

Parce qu'on aime ça, les super-héros.

Si tu as rigolé sur la mort de Marion Cotillard dans Batman et reluqué Fassbender dans X-Men Le Commencement, ceci est donc pour toi, petit oiseau des îles.

Face au succès des Avengers, qui sont des personnages Marvel, Warner Bros pense à adapter leur pendant chez l'autre grande "maison" concurrente de bande dessinée, DC Comics : la Ligue des Justiciers.

Qui rassemble des personnages comme Superman, Batman, Green Lantern ou Wonder Woman.

Et justement le prochain Batman pourrait être ...

set51_11.jpg

Lui 

Joseph Gordon-Levitt

Attention, si tu n'as pas The Dark Knight Rises, ne va pas plus loin dans la lecture.

En effet, à la fin du film, on découvrait que Joseph incarnait un personnage dénommé Robin qui trouvait la Batcave et s'appretait à prendre la relève de Batman parti faire des gosses à Catwoman.

Joseph G.L. est l'acteur qui monte et après le succès du dernier opus de la trilogie Nolandienne, on pense donc fortement à lui pour reprendre le BatFlambeau.

Joseph, mon choupi on t'aime énormément parce que tu as autre chose qu'un petit oiseau dans le ciboulot.

Et à propos de petit oiseau... Mais non, rien, je m'égare.


Sinon, fan des X-Men accroche-toi à ton string, voici le casting du prochain opus, tu vas être hystérique :

James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Nicholas Hoult,  Ian McKellan et Patrick Stewart 

Le film s'intitulera X-Men: Days of Future Past.

Ian McKellen et Patrick Stewart étaient dans les 3 premiers X-Men respectivement dans les rôles de Magnéto et du Professeur Xavier plus âgés.

 

0002y66w


Les 4 autres acteurs jouaient dans X-Men Le Commencement qui racontait la jeunesse et la genèse des X-Men.

Michael Fassbender James Mc Avoy et incarnaient respectivement Magnéto et le Professeur Xavier jeunes.

batman,x-men,joseph gordon levitt,michael fassbender,james mc avoy,ian mc kellern,patrick stewart,jennifer lawrence,nicholas hoult


Ce film sera justement la suite de X-Men Le Commencement.

On devrait donc avoir des allers-retours entre les personnages âgés et plus jeunes

Pour ma part, je frétille à l'idée de retrouver Fassbender dans son yogging qui tue. Si tu n'as pas vu le film ça donne ceci

tumblr_lytw3atYWf1rovpxqo1_400.jpg

Ne me remercie pas d'avoir illuminé ton mercredi. 

Et oui, tu peux aller prendre une douche froide maintenant

26/11/2012

La politique expliquée aux blondes - 14 - C'est qui le chef de le L'UMP ?

A aujourd'hui amie blonde je te sens plongée dans un abîme de perplexitude et d'anxiogénie.

On y comprend plus rien à l'UMP. C'est comme qui dirait un bordel monstre et on est presque au stade de suicides collectifs massifs tellement les gens sont désespérés.

Ou se marrent. En fonction des sensibilités ou de l'heure de la journée.

Non, je t'en prie, toi ne fais aucun geste désespéré, je vais tenter de t'expliquer de quoi il en retourne

Chronologiquement parlant, hein, pour ménager tes petits neurones surchargés.

Je ne voudrais pas être responsable d'une embolie cérébrale.

Mai 2012 

La France Forte flotte. L'ex petit président perd l'élection et prend des longues vacances au Maroc avec Carla. Du coup son parti n'a plus de chef. Enfin si. Y'en avait un. Qui s'y voyait déjà en haut de l'affiche. Jean-François. Un grand type dégarni qui danse en short avec des milliardaires Libanais un peu douteux. Et qui joue de l'harmonium pendant les fêtes de sa ville de Meaux. Un gars sérieux, quoi. 

Juin 2012 et un peu après

Jean-François dit qu'il veut rester chef de le L'UMP. Mais le problème c'est que les autres veulent être chef aussi. Parce que chef de le l'UMP ça veut dire que tu peux éventuellement être président dans 5 ans. Et Président c'est un peu chouette. Tu as des huissiers qui t'apportent des jus d'orange, un avion privé de président avec un four à pizzas et tu tapes la converse avec Obama. Mais donc, il faut d'abord être chef de le L'UMP.

C'est pour ça que François, l'ancien premier ministre du petit président, dit gros-sourcils, veut être chef aussi Après 5 ans passés à se faire taper dessus, il estime qu'il a le droit de taper sur les autres. En plus il aime moyen Jean-François alors ça l'ennuie de le voir devenir chef. Le L'UMP décide alors de faire dans la modernité des States et d'organiser des élections internes pour décider qui sera Le le chef de le parti. Je ne te refais pas la chronologie de qui déclare quand il veut être chef, ça va t'embrouiller.

Juin à novembre 2012 : 

Les candidats qui veulent être chef font campagne en tenant des discours dans toute la France. Des discours à base de "avec moi tout va mieux" et de "je suis le meilleur de l'univers" . Mais aussi de pains au chocolat volés par des méchants salafistes en burka qui veulent faire sauter nos boulangeries. C'est Jean-François qui veut absolument défendre le pain au chocolat made in France. François lui, il se contente de tomber de scooter, de froncer les sourcils, de prendre des anti-dépresseurs et de dire "je suis bon comme chef, si si". (ou à peu près). Les sondages donnent François gagnant. Le pain au chocolat ne semble pas faire recette.

DIMANCHE 18 NOVEMBRE

C'est le jour de le vote. Au fil de la journée, les premières remontées des bureaux de vote montrent que le pain au chocolat fait finalement de bons scores. Ala fin de la journée on comprend que le compte des voix risque d'être long parce que le score est serré comme le front de Marion Cotillard quand elle essaie de jouer une scène de mort très compliquée. Alors qu'on devait avoir le résultat à 21 heures, à 23 heures, on attend toujours. Alors Jean-François s'énerve et, comme Napoléon, se pose la couronne sur la tête tout seul. En disant qu'il a 1000 voix d'avances.

De rage, François jette ses anti-dépresseurs en les piétinants et annonce aux tévés que pas du tout, c'est lui qui a été élu avec 224 voix d'avance. 

Les noms d'oiseaux fusent entre les deux camps qui s'accusent mutuellement d'avoir triché. Pour les uns, c'est le camp adverse qui a mal organisé les élections exprès . Pour les autres, l'ennemi a bourré les urnes en faisant voter les absents, les morts, voire les chats.

Bref à 5 heures du matin, au grand désespoir des envoyés spéciaux qui font le pied de grue devant le siège de l'UMP et sont à la limite du nervous breakdown, on en est toujours au même stade.


LUNDI 19 NOVEMBRE

La France qui se lève tôt apprend avec stupre et putréfaction que le bordel de la soirée précédente n'est toujours pas terminé. Et que l'UMP a une commission électorale qui répond au doux nom de COCOE qui va recompter les votes.

D'où un nombre incalculable de blagues vaseuses dans les médias et sur les réseaux sociaux à base de noix de coco et autres fruits exotiques. 

Les deux camps se renvoient toujours "tu as triché" "non c'est toi le tricheur pas joli" "non c'est toi" à la figure, via les lieutenants des deux chefs.

Pendant ce temps la COCOE recompte. Et finit par annoncer le soir que c'est Jean-François, son orchestre et ses pains au chocolat qui ont gagné avec .... 98 voix d'avance.

A ce stade, il a certes gagné le droit d'être chef, mais la France entière rigole sous cape. Et sur cape aussi d'ailleurs. 

François boude dans son coin. Et reprend un anti-dépresseur.

MARDI 20 NOVEMBRE

Jean-François, les gens qui aiment les pains au chocolat et la France forte jubilent. Et commencent à se répartir les bureaux (tiens toi tu vas t'installer dans le bureau à gauche du couloir, celui qui est repeint en vert) pour régner sur le L'UMP et l'univers. 

Vu qu'il y a quand même des gens pro-François qui menacent quitter le parti, Jean-François fait l'effort de dire que François peut lui tenir sa traîne dans les cérémonies officielles pour faire genre je suis ton meilleur ami.

Et reviens Léon j'ai les mêmes à la maison.

Mais François boude toujours dans son coin. Et refuse. En machouillant ses anti-dépresseurs.

 

MERCREDI 21 NOVEMBRE

Retournage total de situation. Les copains de François ont tout recompté et clament que la COCOE a oublié 1000 votes. Dans des coins paumés dont tout le monde se contrecogne en temps ordinaire genre Wallis et Futuna.

La COCOE refuse de revenir sur sa décision. D'ailleurs ses membres sont tous morts d'épuisement. Ou alcooliques. Ou drogués à ce stade.

Le clan de François propose qu'Alain, figure historique de le L'UMP, autrement dit "le meilleur d'entre nous" essaye de trouver une solution pour réconcilier tout le monde. Sinon, certains d'entre eux menacent de partir en trépignant très fort avec leurs petits pieds. C'est "parlementaires au bord de la crise de nerf". 

La France aussi est au bord de la crise de nerfs. Tout le monde en a marre de ce bordel. Les licornes se suicident en masse et des Femen extrémistes menacent de pendre Nadine Morano par le brushing pour qu'on en finisse.

La tension est à son comble quand François  annonce sur le plateau du 20 heures de TF1 qu'il renonce à être chef, mais pas à se venger (faut ce qu'il faut) il envisage donc d'aller devant la justice parce que le monde est cro cro méchant. Sur le plateau de France 2, Jean-François sort les pec's, se frappe la poitrine et défie son rival de saisir la Commission Nationale des Recours de le l'UMP.

Ou CONAR. Si. je t'assure. Tu ne rêves pas.

Entre temps les gens se demandent si on peut vraiment faire confiance à un partir qui nomme ses commissions COCOE et CONAR.

 

JEUDI 22 NOVEMBRE

 

La guerre des tranchées continue. "C'est lui", "c'est moi" "non c'est lui" "non c'est toi" qui a triché . Et ça contine encore et encore.

Résultats et contre résultats s'envolent de chaque côté.

Alain qui a accepté de tenter de régler ce souk, en a marre et tape du poing sur la table "ON FAIT COMME JE DIS OU CA VA CHIER ET VOUS AVEZ JUSQU'A 20 HEURES".

Pendant ce temps la COCOE admet qu'elle s'est plantée. Mais ne veut rien savoir, son président affirmant "c'est comme ça épicétout". Formidable argument politique. 

La presse craque. Olivier Mazerolle pète un câble en direct sur BFM et avale tous les anti-dépresseurs à sa portée, dont certainement ceux de François. Les réseaux sociaux sont hilares. Les centristes ouvrent des bouteilles de Veuve Clicquot et font des champagnes showers. Marine Le Pen danse la gigue en sabots suédois. Ils vont récupérer watmilles adhérents.

Tonton Alain garde néanmoins le cap et dit qu'il espère résoudre la situation. En râlant. Et propose de faire une commission pour dénouer le problème.

Le nom de la commission ? On ose même plus y penser. 

 

VENDREDI 23 NOVEMBRE

Tonton Alain s'énerve à nouveau. Il en a marre qu'on le prenne pour une buse.

Avant que sa commission ne se mette au travail lundi, il demande une réunion de calumet de la paix avec les deux rivaux dimanche soir. Jean-François veut, puis veut plus, puis reveut, puis ne reveut plus.

Bref, comme les jours précédents, on ne sait plus trop. Ca énerve visiblement Jean-François qu'Alain prenne des décisions. Après tout c'est lui le chef, dit-il. Tout l'énerve cet homme en fait, même les pains au chocolat.


SAMEDI 24 NOVEMBRE

C'est calme. Jean-François fait du shopping. François du vélo. Leurs copains s'engueulent copieusement. Un samedi normal, je te dis.


DIMANCHE 25 NOVEMBRE

Retour vers le futur. Ou au point de départ. 

Alors que la CONAR a commencé ses travaux dont tout le monde se contretamponne totalement, les membres de cette commission proches de François claquent la porte. Parce que les proches de Jean-François sont cro cro méchants et trichent.

Les autres ont continué jusqu'à 19h. Pourquoi ? On ne sait plus trop.

La réunion de calumet de la paix convoquée par Alain entre les deux ennemis capote. Alain claque la porte en gueulant  "ALLEZ TOUS VOUS FAIRE ENC...." (enfin je suppose).

Jean-François déclare "c'est moi le chef épicétout" .

François déclare "SI C'EST COMME CA JE FAIS UN PROCES".

Et on repart pour un tour.

Et pendant ce temps là Nicolas ricane dans ses talonnettes.

Et attend qu'on le rappelle.

 

C'est tout pour le moment.

A suivre.

 

2345657_ump3.jpg


 

(j'ai achevé ce billet hier soir en début de soirée, s'il y a des développements postérieurs, évidemment ils ne sont pas intégrés)

 Inspiré des chronologies du Monde et de l'Express.

 

MISE A JOUR DU LUNDI 26 NOVEMBRE

Dans la nuit de dimanche à lundi François a fini par s'endormir, ses lieutenants lui ayant remplacé ses anti-dépresseurs par des somnifères. Jean-François lui ne dort pas. Il se bourre de pains aux chocolat pour tenir. Du coup il appelle son ancien chef, Nicolas les talonnettes, de retour d'Asie. On ne sait pas trop ce qu'il se sont dit mais Jean-François est encore plus remonté que d'habitude et court sur tous les plateaux télé pour crier "C'EST MOI LE CHEF".

François lui déjeune avec Nicolas qui applique à ce stade le vieil adage "ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier". Un pied dans chaque camp, juste au cas où.

Alain est tellement à cran qu'il poste des vidéos comiques sur les réseaux sociaux, puis les retire, contre tout bon sens et tenue qui sied à son rang.

Les supporters de François veulent revoter et lancent une pétition. Ils proclament que plein de gens veulent faire comme eux.

En milieu d'après-midi la désormais célèbre CONAR décrète que c'est Jean-François qui est le chef. Et que comme Jésus il a mystérieusement multiplié les pains. Ou plutôt les voix. Il en a dix fois plus d'avance qu'avant.

Jean-François kiffe la vaïbe et prononce son 3ème discours de "j'ai gagné" en une semaine.

François appelle son avocat en grommelant "ta mère suce des b... en enfer, motherfucker" (François a trop regardé l'Exorciste) (d'où les sourcils). 

Aux dernières nouvelles Nicolas les talonnettes, de retour d'Asie, après dit à tout le monde qu'il soutenait tout le monde histoire de mettre le souk  a décidé de continuer à dynamiter son ex-parti. En déclarant qu'il pense qu'il vaut mieux voter à nouveau. 

A ce stade Nadine qui soutenait Jean-François mais kiffe Nicolas est hystérique façon Castafiore sous amphétamines. Olivier Mazerolle se fait hara-kiri sur le plateau de BFM. Alain  sort tout nu dans les rues de Bordeaux en courant. Jean-François se roule par terre en hurlant. François commence l'héroïne

Et nous on sent bien qu'on est pas encore couchés. Ni sortis des ronces.

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : crise, ump, fillon, copé, juppé, sarkozy | |  Facebook | |  Imprimer | |

23/11/2012

Trop de live tweet tue le live tweet

Ca faisait environ un bon quart d'heure que je n'avais pas râlé contre quelque chose.

Une éternité. Je me dois donc de réparer cet incident, mon public me réclame.

On va donc le faire vite, court, efficacement.

Et sans détours.

Parfois, je dis bien parfois, certains live tweets sont vraiment pénibles.

Voire font carrément chier. 

Que tu ne t'intéresses pas à certains sujets, c'est normal, je conçois que certains râlent quand la politique envahit leur timeline par exemple.

Je suis la première à ronchonner contre le foot dont je me contrecogne avec une perçeuse à percussion.

Mais je conçois que ce petit jeu binaire de baballe aux piepieds puisse amuser nos amis les hommes.

Laissons-leur ce petit plaisir, sinon ils s'énervent, la testostérone ne s'évacue pas et après ils déclarent la guerre à la Belgique. 

Après tout, en cas de match international où Zlatan met des patates à la terre entière, on peut muter ou aller voir ailleurs si on y est, n'est-ce-pas ?

Non, je te parle du moment où une marque fait venir des gens à un évènement ou à une conférence et qu'elle leur suggère plus ou moins subtilement de twitter.

Et comme disait notre ami Brice, un tweet sur une marque ça va. C'est quand y'en a plusieurs que ça devient un problème.

Voire contre-productif pour la marque en question.

Car au bout du 25ème twitt sur "oh c'est chouette on boit du champage Capetille et fils et on s'amuse, avec le champagne qu'il est bon" que se passe-t-il ami Directeur de Communication ?

Moi-même et un certain nombre de mes confrères vont dérouler la gamme d'humeur qui va du léger agacement à l'énervement prononcé en passant par le grognement rauque et appuyer sur la fonction "mute".

Voire, nous allons éventuellement sortir la machine à scuds et t'en envoyer quelques-uns bien sentis.

Ce qui n'est va totalement a contrario du but recherché, j'imagine.

L'effet de tir de barrage avec salves massives sur twitter n'a pas forcément le même effet qu'une grande vague de pub bien placée dans les médias traditionnels, car ce n'est pas un média traditionnel.

Il faudrait éventuellement que tu t'en rendes compte.

Alors comme rien ne vaut un bon exemple, je vais t'en donner un. Hier une marque avec une couleur d'agrumes organisait une conférence sur ses nouveautés et avait invité visiblement un certain nombre de gens en leur donnant un hastag bien senti.

1/ Je n'ai strictement rien à cirer de la nouvelle boite à image de la marque. Ou de ses nouveaux abonnements qui vont te connecter à ta télé qui sera elle-même connectée à ton téléphone qui va te coûter deux reins.

2/ lire 25 fois de suite "Maurice Boutboul, Directeur de la nouvelle boite à image de la marque dit qu'elle est bien" j'en ai doublement rien à cirer CAR CE N'EST PAS INTERESSANT.

Si je veux connaître la vie, l'oeuvre et la pensée de Maurice Boutboul, j'irai me renseigner toute seule comme une grande fille.

Résultat ? Comme dit plus haut, ne pouvant de là où j'étais muter le hastag, j'ai balancé un scud sur la marque à l'agrume à mes presque 3500 abonnés (hé oui, moi aussi, je me la pète au max) avant de partir de twitter tellement l'impression d'être envahie était forte.

Je fais une nette distinction sur le fait que des gens AIENT une opinion sur un sujet en cours même si le sujet ne m'intéresse pas, même si ce n'est pas la mienne, même si je ne suis pas d'accord.

Et qu'il répètent mécaniquement les déclarations de Maurice Boutboul.

Ah et pour parer à l'objection "oui mais toi quand tu es dans les soirées de l'ambassadeur, tu twittes aussi".

Certes, j'en convient parfaitement.

Mais ayant pris au moins conscience de la lassitude que ceci peut provoquer chez les gens de l'autre côté de mon smartphone, j'essaye de limiter mes interventions, ou de les rendre un minimum drôles et intelligentes (pour l'intelligence c'est pas gagné, par contre). Ou alors de faire quelques jolis Instagrams. Ca marche aussi et c'est moins intrusif (enfin je trouve).

Après le ou la DirCo de la marque à l'agrume tu fais comme tu veux, c'est pas à moi de t'apprendre ton taf, hein.

Quoique...

Avec un peu d'imagination...

respect.jpg

 

 

 

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : twitter, live tweet | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/11/2012

Series en série le retour du fils de la revanche du vengeur masqué

C'est l'automne, les marrons, les premiers frimas, la couette et la raclette.

Autant dire le bon moment pour ne pas sortir et regarder des trucs sur des écrans.

Remarque je ne vois pas bien la différence avec l'été je fais strictement pareil.

Oui, je mange de la raclette en été, c'est ça le staïle.

Et j'évite de sortir de toutes manières les gens à l'extérieur sont en 3D et ils veulent me toucher, ça me fait peur.

Donc je regarde des séries. Que je peux te conseiller après.

Enfin si ça t'intéresse.

Juste, on ne les trouve pas forcément encore sur la tévé grand écran de le TF1.

Même si elles ont parfois une ou deux saisons dans les Etats-Unis de les Amériques.

Après pour être politiquement correct, un bon fournisseur de VOD, éventuellement.

Sinon, tu pries le dieu des internets en faisant des ablutions et une petite danse de la pluie.

Donc.

Série number ouane : Revenge

Le genre : dramatico-thriller

2 saisons, 31 épisodes, format 50 minutes.

Acteur principaux  : Emily VanCamp, Madeleine Stowe, Joshua Bowman 

L'histoire

Une jeune et mystérieuse jeune femme, Emily Thorne  arrive dans la haute société des Hamptons. Belle et riche, elle y a passé une partie de son enfance. Pourquoi revient-elle précisément ? Pour se venger. De qui ? De ses voisins, les Grayson, un couple de riches industriels, qui, par un complot machiavélique ont ruiné la vie de son père, le conduisant à la mort, dévastant son enfance et son adolescence. Elle est prête à tout, même à séduire le fils de ses ennemis pour parvenir à ses fins. Mais est-elle vraiment certaine de pouvoir enfouir totalement ses sentiments pour son ami d'enfance enfin retrouvé et d'éviter les écueils qui vont venir se mettre en travers de ce plan qu'elle pensait parfait ?


Le avis de le Manu

Un petit air Dallassien en plus thriller et plus moderne. L'histoire bien huilée te prend et tu as envie de savoir ce qui va se passer dans cet engrenage machiavélique et pourquoi l'héroïne veut se venger : l'énigme étant révélée au fur et à mesure. Même si au milieu de la première saison ça part un peu en cacahuète. Les personnages sont beaux, jeunes, bien habillés (ou deshabillés, ça arrive aussi) (oui y'a de l'abdo à mater) parfois très très méchants et il y a donc, tu l'auras compris, du suspense insoutenable qu'il est insoutenable. Bref, de la série qui vide bien la tête et te donne envie de louer une beach house dans les Hamptons pour tes prochaines vacances.

Je n'ai pas encore vu la saison 2. Je ne peux donc te dire si elle évite l'écueil des saisons 2 de séries intéressantes après un démarrage retentissant : l'ennui et le tournage en rond.

Mais avec la saison 1 tu as déjà de quoi t'occuper quelques soirées.

 

110911_revenge_cast.jpg

Les personnages principaux .... Euh... Dans tous leurs états


Série numbere tou :

Suits

Le genre : comédie judiciaire

3 saisons, 21 épisodes, format 40 minutes.

Acteurs principaux : Patrick J. Adams, Gabriel Macht, Gina Torres

L'histoire :

A la suite d'un imbroglio, un avocat brillant et cynique engage un petit génie du droit. Le seul problème ? Le petit génie n'a aucun diplôme. Son mentor va donc passer outre et faire croire que son protégé sort d'Harvard comme toutes les autre jeunes recrues du cabinet dont il fait partie, dirigé par une jeune et jolie patronne à la main de fer dans un gant de velours. Ensemble ils vont résoudre des cas tous plus compliqués les uns que les autres. Leur secret va-t-il être découvert et ruiner leur association et leur carrière ? Ils vont tout faire pour qu'il ne soit jamais percé. Surtout par un autre avocat du cabinet, éternel rival, éternel second qui ne rêve que de prendre sa revanche.

Le avis de le Manu

Distrayant, énergique, revigorant. Vivement conseillé à la fois par le stagiaire et le fils, je me suis dit au départ que c'était une série pour djeuns. Mais pas du tout, elle peut se regarder de 7 à 77 ans. Les scénarios sont bien huilés et certainement très bien conseillés au niveau des mécanismes juridiques. Elle joue sur l'opposition duo bad guy/good guy. D'un côté le mentor, avocat expérimenté, cynique et parfois retors, sorte de Gordon Gekko du barreau. De l'autre le jeune apprenti au coeur pur et parfois naïf mais à l'intelligence brillante. La série parfaite pour se vider le neurone les lendemains de fiesta ou un jour de migraine.

Je suis en cours de finir la saison 1, donc même motif, même punition que pour Revenge, je ne sais pas si les deux saisons suivantes sont à la hauteur. Mais la première est vraiment vraiment bien fichue pour le moment.

 

suits-season2.jpg

Série number tree :

The Newsroom

Le genre : Comédie Dramatique

Saison 1 terminée, 10 épisodes, format 50 minutes

Acteurs principaux Jeff Daniels, Emily Mortimer, John Gallagher Jr. 

L'histoire

Le présentateur de la chaine d'info continue ACN, Will Mc Avoy, perd les pédales en public et insulte une jeune étudiante. Après un break, il revient présenter l'édition du soir sur sa chaîne pour découvrir que son rédacteur lui a adjoint une nouvelle productrice qui n'est autre.... Que son ex-compagne. Ensemble, ils vont essayer de surmonter leurs différents et avec l'aide d'une équipe de jeunes journalistes, tenter de faire une édition de journal plus fouillée et plus intègre. Dans le colimateur de Will Mc Avoy, les ultras-conservateurs du tea party qu'il ne manque pas une occasion d'épingler. Ce qui n'est pas toujours du goût de la propriétaire de la chaîne.

Le avis de le Manu

La série a pour vocation de relater l'ambiance trépidante qui règne dans une rédaction de JT télévisé. Ambiance assez réaliste selon certaines sources autorisées. Sa force ? Baser les aventures des protagonistes autour de faits réels comme la marée noire dans le golfe du Mexique. Autour de la grande histoire se greffent les histoires de coeur des uns et des autres, histoires plutôt compliquées bien évidemment. Cette série tu l'aimes ou tu ne l'aimes pas. Un peu verbeuse au départ, il faut persister et elle prend vraiment son envol au bout de 2/3 épisodes. J'ai aimé l'idée, les personnages, l'intrigue et l'ambiance et surtout le decryptage de l'actualité américaine qui donne un éclairage différent de ce que l'on peut parfois voir ou entendre dans nos médias français et je regarderai volontiers la saison 2.  



Série number foure : Arrow

Le genre : drame fantastique et action

Saison 1 en cours, 22 épisodes prévus, format 40 minutes.

Acteurs principaux : Stephen Amell, Katie Cassidy, Colin Donnell 

L'histoire

Après avoir passé 5 ans sur une île déserte en mode survie, suite à un naufrage, un jeune héritier que sa famille croyait mort revient vers la civilisation. Son séjour sur l'île a fait d'un jeune homme futile et superficiel un guerrier invicible et un archer d'élite déterminé à exaucer le voeu de son père, qui s'est sacrifié dans le naufrage pour lui sauver la vie : racheter les erreurs de sa famille dont la fortune n'a pas été bâtie honnetement. Et éliminer les criminels et les hommes d'affaires véreux de sa ville natale.

Le avis de le Manu

On m'avait plusieurs fois conseillé cette série en me disant "tu vas voir, le blondinet qui joue le rôle principal, c'est tout à fait ton genre". Et de fait. Au bout de 2 épisodes, je suis  amoureuse. Pas uniquement à cause du physique intelligent du héros qu'on plaquerait bien contre une paroi pour lui faire subir des choses très dégoutantes... Action, suspense, super-héros virevoltant et torturé (la mort du père toussa), intrigue familiale inspirée d'Hamlet (la maman pas très nette qui a épousé un collaborateur du feu papa), méchants très méchants, gentil très gentils,  la série a tout pour être un succès. Le héros est inspiré du Green Arrow de DC Comics, faisant partie de la justice league, pour les amateurs. Si tu aimes les avengers et autres superherosseries, c'est pour toi. Et même si ce n'est pas trop ton truc, c'est pour toi aussi. Heureusement que j'ai pas mal de choses à faire en ce moment parce que sinon, je ferai nuit blanche de visionnage. Il y a 6 ou 7 épisodes trouvables à date, si tu cherches un peu dans les internets.

 

arrow-stephen-amell-2.jpg

 arrow-stephen-amell-3.jpg

 

tumblr_mdt16wOZ2S1rntn24o1_500.jpg

Faut que je te fasse un dessin ou tu as compris là ? 

06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : arrow, suits, revenge | |  Facebook | |  Imprimer | |

19/11/2012

Close the loop, baby

Soyons réalistes, la production cinématographique est malheureusement de plus en plus formatée.

Beaucoup de "Batman 14" "Harry Potter 23" et autres resucées parfois regardables mais pas très originales.

Entre le blockbuster bourrin avec explosions à tous les étages, le film à l'eau de rose pour midinettes, la comedie plus ou moins lourde et le film dit "d'auteur" à  intérêt variable, il n'est pas évident de trouver un scénario qui vous fasse dresser l'oreille et la pupille en vous disant "tiens, tiens, pourquoi pas..."

Alors quand on soupçonne un film d'être un peu différent, il est clair qu'on a envie d'aller le voir.

C'est le cas du film Looper.

Situé à mi-chemin entre le film indépendant et la grosse  production, Looper  rassemble quand même quelques acteurs chevronnés et a la mérite de proposer une histoire inventive.

Il est basé sur un des thèmes majeurs de la science fiction : le paradoxe du voyage dans le temps.

Autrement dit : un homme remonte le temps et tue accidentellement son père. Oui mais s'il tue son père il ne peut pas avoir existé. Oui mais s'il n'a pas existé, il ne peut pas avoir tué son père, etc...

L'issue de cette boucle sans fin étant la théorie des univers parallèles. Mais revenons à nos moutons, l'histoire de Looper, donc :

Dans le futur, on a découvert la machine à remonter le temps, qui est immédiatement interdite. Mais la Mafia l'utilise illégallement  pour faire disparaître tous ceux qu'elle souhaite éliminer. Elle expédie ses victimes dans le passé, 30 ans auparavant, où des tueurs d’un genre nouveau, les "Loopers", les éliminent. Il arrive parfois que la mafia souhaite se débarrasser d'un Looper. Elle l'expédie alors dans le passé se faire exécuter.... Par lui-même. Son jeune "lui" sait alors que son service est fini et qu'il lui reste 30 ans à vivre. On appelle ceci "fermer la boucle". Depuis quelques temps de plus en plus de Loopers ferment la boucle. Un mystérieux parrain du futur les fait exécuter les uns après les autres. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, un jeune looper sans scrupules et sans états d'âme, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 30 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Ce que j'ai annoncé en préambule t'indique évidemment que j'ai aimé le film. Scénario intelligent, histoire bien construite, rebondissements bien pensés malgré quelques incohérences sur les allers-retours temporels (je n'en dit pas plus pour ne pas spoiler), acteurs impeccables, actions bien menée, effets spéciaux à la hauteur, ambiance qui rappelle parfois le mythique Blade Runner : ma bonne surprise de cet automne avec Argo, sans aucun doute. 

Mention spéciale à Emily Blunt, une actrice que j'apprécie de plus en plus avec son physique bien loin des bimbos habituelles et son jeu impeccable (encore une actrice anglaise, évidemment). 

Bruce Willis fait du Bruce Willis avec ses 3 expressions habituelles, mais colle parfaitement au personnage du vieux Looper experimenté et abimé par la vie.

Quand à Joseph Gordon-Levitt c'est une vraie découverte. Je l'avais qualifié d'acteur "transparent" dans le dernier Batman, je révise de plus en plus mon jugement. Ce garçon sait absolument tout faire et a une panoplie d'activités absolument hallucinantes. En plus d'être acteur, il a produit le film et en outre écrit, peint, chante (du Brel en français dans le texte, s'il vous plait), danse, joue de la guitare, est actif sur les réseaux sociaux avec notamment un très chouette tumblr et cache un vrai cerveau sous un physique ma foi... Mignon.

Seuls défauts du film : quelques longueurs, notamment à la fin et un maquilleur ou lleuse qu'il faut absolument interdire d'exercer d'urgence. En essayant de faire ressembler Joseph Gordon Levitt à Bruce Willis, il ou elle l'a transformé en une espèce d'avatar du Dr Fu-Manchu qui aurait fait des UV. C'est ridicule.

Looper marque la troisième collaboration entre le réalisateur Rian Johnson et le Joseph Gordon-Levitt. Ils avaient en effet déjà travaillé ensemble sur Brick (2005) et sur Une arnaque presque parfaite (2008), dans lequel l'acteur faisait une brève apparition.

Pour que son personnage soit crédible, Joseph Gordon Levitt a modifié son jeu en l'adaptant à celui de Bruce Willis, adoptant certains de ses tics et opérant un travail sur sa voix

Bruce Willis lui-même a été impressionné par la performance de Joseph Gordon-Levitt. Le comédien raconte une anecdote à ce propos : "on était assis à une table et Joe était en face de moi, j'étais censé lui donner la réplique, mais tout à coup, je me suis surpris à le regarder et j'ai eu un sentiment étrange : c'est vraiment bizarre d'avoir quelqu'un en face de soi qui vous ressemble, mais en plus jeune".

Bref, si Bruce lui-même a été impressionné autant dire que tu peux aller le voir le film, vite, parce qu'il est déjà sorti depuis le 31 octobre et qu'on risque de ne plus le trouver dans toutes les bonnes crêmeries d'ici quelques semaines.

Et tu payes ta place pour y aller steuple, tu le chopes pas sur les internets. C'est Joseph Gordon-Levitt qui le produit  comme je te disais, on l'aime bien.

Oui, tu dois partager mes goûts et mes opinions, car ils sont les meilleurs.

C'est ça la démocratie.


MV5BMTY3NTY0MjEwNV5BMl5BanBnXkFtZTcwNTE3NDA1OA@@._V1._SY317_CR15,0,214,317_.jpg

Quelques informations de ce billet ont été prélevées sur le site allociné

06:00 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : looper, science-fiction, joseph gordon-levitt, bruce willis, emily blunt | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/11/2012

Sexe Libris

Parlons peu, parlons sexe.

Oui, vous aimez ça.

Même toi qui rougis en te tortillant là-bas au fond.

Je te vois. Ne dis pas le contraire.

Voilà.

Le sexe est un vaste territoire où parfois tu vas de surprise en surprise et de découverte en découverte.

L'imagination dans ce domaine n'ayant que très peu de limites, rares sont les personnes pouvant prétendre avoir fait le tour du sujet.

Et malgré ma modeste (mais longue) expérience

 - on va dire à mi-chemin entre Bernadette Soubirous et euh... Disons une personne du show business ayant un agenda bien rempli et la cuisse légère - 

je suis loin de tout savoir sur les méandres de la libido de mes congénères.

J'ai déjà du mal à comprendre les méandres de ma propre libido. Pourquoi par exemple n'est-elle fouettée (oh oui, fouettons) que par le nordique aux yeux clairs, aux pommettes saillantes et à la musculature musculaire ? 

Mets-moi un top model latin nu et prêt à l'emploi sur un lit. Rien. Mais alors rien. Hormonograme plat.

Alors que le moindre duvet vikingo-anglo-saxon entraperçu par une échancrure de chemise me transforme en un battement de cils en louve de Tex Avery prête à faire au monsieur, y compris contre sa volonté, des trucs inavouables dont j'aurais honte après coup (si j'ose dire).  Ce fut, c'est et ça restera à jamais un mystère profond.

C'est pourquoi un peu d'information ne nuit jamais, dans ce domaine comme dans d'autres.

Et de l'information j'en ai trouvé plus qu'il n'en faut dans un opuscule que l'on ma récemment placé entre les mains.

J'ai dit opuscule. Pas autre chose. Entre les mains.

Espèce de dégoutant, je vois à quoi tu penses.

Sexe Libris, le dictionnaire Rock, historique et politique du sexe.

Si tu veux savoir ce qu'est l'acomoclitisme ? la xylophilie ? la lilubérine ? les tengas ? le joydick ? Apprendre que les fonctionnaires et les professions libérales sont obligés de prendre des pseudonymes pour parler de sexualité. Que la zoophilie a été légalisée sous la révolution française avant d'être à nouveau interdite en 2004. Que le rose a longtemps été la couleur des garçons, des vrais.  Que de nombreux films pornographiques sont doublés pour les bruitages par des professionnels du son. Que "déconner" signifie originellement "se retirer". Ou bien encore d'où vient le mot « tabou », je te conseille vivement la lecture de cet ouvrage riche et foisonnant comme.. 

Euh, comme... voilà.

L'ouvrage est rédigé par Camille, auteur prolifique qui a longtemps oeuvré sur Rue89 avant de créer Sexpress, sur le site de l'Express.

Camille dont le genre est volontairement inconnu. Ou neutre, comme chacun préfère.

Et que j'ai spontanément pourtant identifiée comme une fille.

Parce qu'aujourd'hui, si tu regardes bien, les femmes parlent beaucoup plus de sexe en ligne ou en livres que les hommes.

A croire qu'elles osent plus pousser le bouchon au fond du goulot une fois la libération seskuelle passée.

Ou que les hommes ont une imagination plus limitée pour décrire une partie de tagada tsouin tsouin.

(je parle en code parce que le meuri me regarde et il y a encore des choses que je ne lui ai pas encore expliquées)

Enfin bref, moi je me régale, même si je n'ai pas encore terminé l'intégralité de l'ouvrage.

Mais c'est un dictionnaire tu n'es pas obligé(e) de tout avaler d'une traite...

Tu peux aussi suçoter au gré de tes envies et de tes impulsions.

Je te recommande tout particulièrement le passage sur l'incursion des auteures-teuses-enfin-on-ne-sait-pas au Cap d'Agde qui ressemble aux aventures de Tintin chez les obsédés. Très très drôle.

Dernière petite chose, comme dirait la Belle au Bois Dormant en voyant le Petit Poucet faire un strip poker, la préface est du distingué David Abiker.

Qui m'a dédicacé mon exemplaire. Et oui. à moi. MON exemplaire.

C'est tout à fait le moment et l'endroit pour faire du personal branling.

David Abiker qui, contrairement au Petit Poucet,  est grand, lui.

Si.

Je dis ça, je ne dis rien.

Sexe Libris est sorti depuis le 08 novembre au prix modeste de 19,90 Euros aux éditions Don Quichotte. Et disponible sur Amazon, j'ai vérifié...

 

41wmzR%2Bk1eL._SL500_AA300_.jpg


06:04 Publié dans Sexe & Co | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : sexe libris, livre, dictionnaire | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/11/2012

Epaule Tattoo

Même à mon âge avancé, voire très avancé, j'ai encore des rêves de midinette.

Etre maître du monde, acheter twitter, avoir une paire de Louboutin, démarrer un élevage de chats, partir en Australie, toucher Fassbender (on ne dit pas où, non, on ne dit rien).

Tu peux me traiter de rêveuse, mais je ne suis pas la seule.

Ah flûte ça c'est du Lennon.

Enfin bref.

Ne ris pas hein, parfois les rêves se réalisent, parfois à l'insu de ton plein gré, parfois très longtemps après avoir attendu.

Tiens par exemple, quand j'étais jeune à Roland Garros, je me disais "un jour je serai invitée dans une loge". 

Figure-toi que ça a fini par arriver. J'ai attendu quelques décennies, mais ça a fini par arriver.

C'est probablement assez vain comme rêve, mais c'était le mien. Et le jour où j'ai pu poser mon popotin dans le carré vert à quelques mètres du court central, la reine d'Angleterre, elle ne m'arrivait pas au petit doigt de pied.

C'était le message positif du jour en partenariat avec nos amis de l'association des messages positifs et un peu niais aussi.

Aujourd'hui j'ai un nouveau rêve.

Tu sais que j'aime les dessins corporels.

Oui, je trouve même que le tatouage a un potentiel érotique certain.

Enfin sur moi. (qui a dit "N'importe quoi a un potentiel érotique certain sur toi de toutes manières" JE VOUS VOIS VOUS SAVEZ)

Couplé à un marcel, et à quelques muscles bien placés, le tatouage peut facilement me faire perdre le peu de dignité qui me reste.

Comme tu le sais j'en ai moi-même deux sur les omoplates.

Et donc, mon rêve serait qu'ils passent dans le tattoorialist.

La version tattouistes du sartorialist.

1/ C'est quand même hypra hype. Si je veux rester à la pointe de la branchitude, c'est un peu un pré-requis

2/ Les photos sont surchiadées. Pour une fois, je peux espérer un portrait potable de mon anatomie que je pourrais léguer à mes descendants et qu'il mettront sur leur cheminée. Ou alors à mes chats (ceux de l'élevage, cf. le début de ce billet). Ou alors à mes jeunes amants suédois inconsolables. 

Ou à la postérité.

Sache d'ailleurs jeune suédois folâtre que j'ai une très belle postérité, on me l'a dit à maintes reprises.

Voilà.

Ce sera tout pour aujourd'hui.

Sauf que parfois je joue du piano debout, c'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

On en reparlera une autre fois

image.jpg

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : tatouages, the tatoorialist | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/11/2012

Non non et non à un Starbucks place du Tertre

Paris change, ses quartiers évoluent, très bien.

Ou pas.

Je dois dire que mon quasi-seul côté conservateur s'exprimerait éventuellement sur cette évolution.

J'aime tellement MON Paris que je peine à le voir se transformer et pas toujours dans le bon sens.

Ses vieux murs me servent de points de repère en me donnant l'illusion que certaines choses sont immuables. C'est rassurant, même si ce n'est pas le reflet de la réalité.

Autant te dire que quand j'ai appris via Nath qu'un projet d'installation d'un Starbucks place du Tertre à Montmartre était en cours, mon sang n'a fait qu'un tour. 

Il est arrivé jusqu'à mes lèvres qui ont clairement prononcé la phrase "Enc.... de ta R..."

Car OUI je suis farouchement CONTRE l'installation de ce porte-avions nord-américain en haut de la butte.

Non pas que je sois une habituée assidue de la place, à laquelle je préfère nettement d'autres coins moins galvaudés de Montmartre, ni une fan de son aspect actuel, la plupart de ses restaurants, cafés, terrasses et peintres étant aussi authentiques que je suis La Callas.

Sans compter je les nettoierais volontiers au Karcher ces cafés en carton, barbouilleurs du dimanche et musiciens soit-disant typiques qui la recouvrent. Leur production étant à la limite de ce que les sens humains peuvent tolérer.

La place retrouverait éventuellement ainsi son allure de village parigot réellement caractéristique. 

 

MAIS pour les touristes qui y passent, c'est Frenchie, rigolo, une cliché parisien au même titre que la tour Eiffel en plastique qu'il ramèneront à la fin de leur séjour.

Et même pour les parisiens, barbouilleurs du dimanche en carton ou pas, quand tu la traverses au gré d'une promenade un dimanche matin pour peu qu'il n'y ait pas des nuées de touristes, tu as l'impression sur la place du village de ta grand-mère.

La campagne à Paris ...

Bon, généralement, campagne ou pas, tu en pars en courant très vite à partir du moment où un accordéoniste te zonzonne "la java bleue" dans l'oreille gauche.

Mais que ce soit donc un décor de carte postale ou pas, changer fondamentalement l'esprit du lieu en y mettant un Starbucks, c'est inimaginable.

Pourquoi ne pas installer un McDo sous l'Obelisque de la Concorde tant qu'on y est.

Attention, je n'ai absolument rien contre ces chaînes de divertissement agro-alimentaires et caloriques.

J'y descend même volontiers en cas d'envie pressante de café ou de hamburger.

Café cher pour ce qu'il est au passage d'ailleurs chez Starbucks, mais bon, ceci est un autre débat.

Il y a un temps et un endroit pour tout.

Il existe déjà un Starbucks boulevard de Clichy à 10 minutes à pieds sous la butte, je pense que les gens qui le souhaitent peuvent largement faire le déplacement pour s'y rendre.

Les touristes qui viennent à Montmartre, je pense peut-être à tort qu'il viennent pour une atmosphère, pas pour retrouver ce qui existe partout ailleurs dans le monde.

Ou alors à quoi sert de voyager.

Malheureusement je crains qu'il ne soit déjà un peu tard pour faire barrage au projet.

Selon l'article du Parisien qui fait référence à cette affaire, les loyers de Montmartre en général et de la Place en particulier sont devenus tellement astronomiques qu'aucun "petit" commerçant ne peut reprendre le local de l'ancien "pichet du tertre", restaurant fermé il y a un an pour raisons d'hygiène.

Même l'Association des commerçants du Haut-Montmartre  a fini par se résigner, avec le sentiment que Starbucks est tout de même préférable à un fast-food. 

Le pourvoyeur de café US devrait donc ouvrir dès 2013 au milieu des restaurants traditionnels.

A moins que..... Quelques-uns d'entre nous fassent un peu de bruit, un petit sitting devant l'endroit avec des pancartes, voire une demande de justification à la mairie de Paris ?

Pour ce qui me concerne, je pense que le moins que je puisse faire est de ne jamais y mettre les pieds.

Voire de ne plus mettre les pieds dans d'autres établissements de la même marque et d'inciter peut-être mes connaissances à faire de même. Ce ne sera pas extrêmement difficile : je ne suis pas une fan assidue, je préfère encore boire un petit noir dans un café.

Les blogueurs parisiens qu'en pensez-vous ?

Affaire à suivre en tous cas.

 

img_Place-du-Tertre--Montmartre--Paris_LAWRENCE_ref~150.001010.00_mode~zoom.jpg

06:00 Publié dans Actualités, Sorties | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : montmartre, place du tertre, starbucks | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/11/2012

Salauds d'Enfoirés

Tous les ans reviennent cycliquement les mêmes plaies et souffrances diverses infligées par la vie : la peste, le choléra, les impôts, les repas de famille chez belle-maman, la peau d'orange sur les cuisses,  Nadine Morano, l'élection de Miss France,  les fêtes de fin d'année et leur indissociable corollaire :

Les Enfoirés.

Quasi 25 ans que ces chanteurs has been nous pètent les testicules avec leurs reprises approximatives de standard de variétés déguisés de façon ridicule en bergères, marins ou sex-toys.

Quasi 5 ans que sur ce blog je râle de façon intermittente et superfétatoire contre cet étalage conjugué de mauvais goût, de guimauve écoeurante, de faux bons sentiments, de racolage et de chansons à chier.

Ce qui ne me gêne pas tant c'est d'entendre deux heures d'atrocités musicales. Après tout, ne pas regarder est une bonne solution pour les éviter.

Non ce qui me gêne c'est de découvrir passée une première impression de malaise diffus, que mon malaise diffus justement était justifié.

Car non les Enfoirés ne sont pas la belle entreprise philanthropique et radieuse qu'on veut bien nous présenter. 

Du verrouillage de l'organisation par Goldman qui exerce une sorte de droit de vie ou de mort sur les participants, à la rémunération des artistes qui ne sont pas du tout bénévoles, en passant par le repêchage d'anciennes gloires en bout de course jusqu'au fait que seuls les bénéfices du disque sont reversés aux restaus du coeur et pas du tout ceux du spectacle, je me suis déjà largement répandue sur les coulisses pas très nettes de ce cirque médiatique et sur toute l'estime que je portais à cette organisation.

Le souci c'est que j'avais un peu l'impression de crier dans le désert. Et de me faire sermonner à coup de "oui, bon c'est pas terrible le spectacle, mais c'est quand même pour la bonne cause".

Imagine donc mon extrême satisfaction, voire ma rigolitude, voire ma petite danse de la joie quand je suis tombée sur un billet  où une association, l'ADD (Association des Dignes Démunis) envoie les Enfoirés voir s'ils y sont, aux calendes grecques en des termes assez fleuris.

Oui, les gens même à qui cette organisation est censée bénéficier qui refusent tous les merveilleux bénéfices des concerts de nos chanteurs hexagonaux.

Le paroxysme de mon bonheur (voire un léger orgasme, je dois l'avouer) a été atteint après lecture de cette phrase magnifique « Aujourd’hui on n’a plus le droit ni d’avoir faim, ni d’avoir froid, mais surtout de laisser chanter Maurane et Catherine Lara ».

Cette association a d'ailleurs, toujours selon l'article, lancé une pétition qui a déjà recueilli des milliers de signatures appelée, je cite, « Ne nous promettez pas le grand soir, ne nous le chantez pas non plus » en demandant expressément à « tous les artistes ringards, les chanteurs has been ou pas encore connus, et les pseudo-personnalités en mal de reconnaissance - notamment Mimie Mathy - d’exprimer leur solidarité sous forme de prose non-chantée ni slammée ou mieux encore, de dons ». 

Je crois qu'on comprend clairement leur point de vue.  

La dite pétition embarrasserait d'ailleurs les restaus du coeur eux-mêmes. 

Pour ma part, et pour la peine, je pense que non contente d'embrasser l'ADD sur le front, je vais leur offrir un chèque pour Noël. Et ci-devant donc leur faire de la pub. En prime.

Et pour contrebalancer éventuellement faire un chèque aux restaus. Mais directement.

Et une fois de plus ne surtout pas jeter même un regard aux spectacle navrant d'adultes assez âgés chantant faux déguisés dans des costumes récupérés dans une vente en gros de déguisements de cirque et de théâtre de boulevard pour relancer leur carrière.

J'ai beaucoup de perversions, mais je ne suis pas masochiste.

les_enfoires_2004.jpg

(oui, moi aussi ça me fait peur, tu n'es pas seule(e))

 

Le billet complet ICI (LISEZ-LE C'EST A MOURIR DE RIRE)

DERNIÈRE MINUTE : il paraîtrait que le billet est un fake. Néanmoins c'est drôle et ma position ne varie pas d'un pouce !!!!!

06:00 Publié dans Actualités, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : les enfoirés, les restaus du coeur, add | |  Facebook | |  Imprimer | |