Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

La malédiction de l'Oscar

Court essai psychosociologique de moi.

Il parait qu'il existe une malédiction de l'Oscar.

Surtout pour l'Oscar de la meilleure actrice. Celle qui le reçoit, si elle est mariée, risque de divorcer dans l'année qui suit.

Les exemples sont relativement nombreux : Julia Roberts, Hilary Swank, Kate Winslet entre autres.

Et aujourd'hui, côté acteur masculin, c'est semble-t-il le couple a priori solide Jean Dujardin - Alexandra Lamy qui bat de l'aile

Hasard ? Simple Coïncidence ? Vraie malédiction secrète des pharaons égyptiens démoniaques ?

Chacun sa version.

La mienne est plus pragmatique.

C'est assez simple, en somme.

Quand tu te reçois un prix, une distinction, que tu connais un succès fulgurant, tu es pris dans un espèce de maelstrom euphorique qui te fait parfois perdre tes repères.

Sans parler de melon obligatoire, n'importe quel individu lambda à qui on répète des jours entiers qu'il est le phénix des hôtes de ce bois, même s'il a une base solide peut avoir une perte d'adhérence au sol.

Et tout ce qui faisait son univers jusqu'à ce moment peut valser au rythme d'un Harlem Shake débridé.

Pris dans cette douce folie, il arrive qu'il se détache progressivement de son ou sa partenaire qui lui ou elle ne vit pas du tout la même chose, ou reste dans l'ombre de la gloire.

Ce qu'on appelle en langage radiophonique "ne plus être sur la même longueur d'ondes"

Hypothèse optimiste : l'euphorie est passagère, le conjoint est patient et l'oscarisé touche le sol à nouveau assez rapidement en reprenant le cours habituel de ses occupations.

Hypothèse pessimiste : l'oscarisé(e) décolle durablement et perd de plus en plus le contact avec sa moitié. Qui finit par en avoir marre de dormir tous les soirs dans un champ de melon, ou de vivre en permanence à la traîne et va voir ailleurs si l'herbe est plus verte.

Ou inversement. L'oscarisé(e) décide que sa moitié est devenue trop terne pour son statut intergalactique et et choisit une bombe plus adapté(e) à son nouveau rang.

Tu peux adopter ce théorème des oscars à la vraie vie.

Je suis certaine que tu as connu des cas similaires autour de toi.

Comme la copine qui a eu une promotion de responsable commerciale avec 12 personnes à manager, une augmentation substantielle, un changement de statut et qui trouve subitement que son jules, ses costumes Célio, sa voiture tunée et ses potes supporters du FC Lens lui collent la honte auprès de ses nouveaux amis en Hugo Boss qui partent en vacances à Bali.

Je ne dis pas que c'est bien, je dis que ça arrive.

Oscar ou promotion, le mieux c'est de tenter de ne pas trop décoller du sol même si on te dit toute la journée que tu es la plus belle ou le meilleur chef de la world company.

De toutes manières, belle ou pas, tu risques un jour de retomber assez lourdement, rester au sommet étant un exercice relativement difficile. 

Et à ce moment là, la bombe que tu auras choisie parce qu'il fait mieux sur les photos que ton ex et sa petite brioche en yogging adidas te quittera parce que TOI tu n'es plus assez glamour à son goût.

Chacun son tour.

_58779742_58779741.jpg

Maudite statue

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires

Je ne connaissais pas la "malédiction de la statuette" !!
Ni même que le couple Dujardin/Lamy étant foltant, purée faut que tu nous refasse un point people ;-)
Sur ton "debrief" à la sauce Manue ça tient la route.

Écrit par : Poulette Dodue | 20/03/2013

Répondre à ce commentaire

Ce "chacun son tour" résume tout: la malédiction de la statuette est en nous, pauvres cons d'humains!

Si c'est "normal"(càd: compréhensible) de profiter de sa position dominante pour chercher mieux ailleurs, dès que les conditions sont réunies, on déclenchera le pistolet à "pazassé bien pour moi". Les conditions, ce sera autant une statuette qu'une promotion que tout autre retournement de ciboulot.

Un peu comme une chute, mais à l'envers.
On perd connaissance(ses repères), et hop plus personne à bord pour contrôler l'ascension. En moins de deux, on est épaule contre épaule avec les rois du monde, là-bas très haut; le temps de leur faire un feuque, hop, l'instant d'après, on côtoie les dieux qu'on perd bientôt de vue, le feuque prétentieux en option.

Si l'on a connu les charmes simples du plancher des vaches, de l'Ego la nature veut qu'à un moment, forcément, on se sente seul, là-haut, dans cette ascension sans limite. Et là, les vaches, et l'herbe que placidement elles broutent, nous reviendront en mémoire. Et on s'en rendra bien compte qu'où qu'il aille, l'herbe n'est jamais verte pour qui est seul contre sa volonté.


Bon, sinon, pour parler de choses sérieuses, à la question "des 2, kiki veut partir", je miserais bien 1000 tristes roubles sur Dujardin.
Ses sourires faux de maitre_du_monde_à_la_cool _vote_for_me_yeah qu'il donnait à lécher aux caméras ricaines ont du le contaminer for real.

Écrit par : Zack | 20/03/2013

Répondre à ce commentaire

Il semblerait que certains oscarisés ne soient pas discrets quand ils tentent (et réussissent, rien en leur résiste parait il) de chasser la chaire fraiche dans des lieux publics nocturnes et bruyants.
Si le manque de discrétion de l'interressé et son entourage est tel que ça finit par arriver régulièrement aux oreilles de l'autre, il peut y avoir lassitude aussi.

Pour en revenir à Chouchou et Loulou ben voilà quoi c'est déjà bien que ça ait résisté 1 an parce que j'ai bien la sensation qu'y en a un qui s'est senti pousser des ailes géantes et a sévèrement décollé malgré le poids du melon :-D

Écrit par : Cécile Une quadra | 20/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bon alors ? Ils sont encore ensemble ou pas les Du-La ou Jardin-My ????

Écrit par : Nath | 23/03/2013

Répondre à ce commentaire

bien sur tu prends le melon et surtout toutes les nanas se battent autour de toi comme des chiens autour d'un os et on te propose un projet par çi un projet par là, surtout les nanas qui ne reculent devant rien pour poser les lèvres de princesses sur du gland distingué.

N'importe qui rompt dans ces conditions. L'une parce que soudain un os à la place d'un mec, même oscarisé, ça donne pas envie ; l'autre parce que dans la cohue des gonzesses ledit oscarisé n'a pas remarqué que brad pitt c'était glissé pour pécho sa meuf ; une autre parce qu'elle a la sensation d’être un meuble depuis plusieurs années (rien à voir avec l'oscar) mais ça n'empêche pas ledit oscarisé d'essayer de se faire passer pour l'homme parfait en bavant partout que "c'est graçe à ma femme, meilleure amie, soeur" (la baleine qui fait déborder la tasse à café).

ça rompt, ça fait la gueule, ça pleure, ça joue à l'homme libéré et indépendant et soudain une fois sucé (excuse moi du peu de la réalité) ledit oscarisé se rend soudain compte qu'il lui manque quelque chose...

Où est sa femme ?
alias l'inspiration.

Parce que la centaine de nanas qui se jettent sur toi après ton oscar, n'ont aucune inspiration sinon elles se seraient jetées avant. Elles viennent chercher, se désaltérer au jus clair et doré d'un homme qui rote de la paillette. Le pomper dans tout les sens du terme

Mais où est ma femme bordel ?

Je me sens tout seul et surtout
J'ai plus d'élan.


Affaire à suivre ...

Écrit par : Jess | 23/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.