Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/04/2013

Comment survivre à la communauté avec de jeunes adultes

Parent mon ami, tu as peut-être pour l'instant des mini-choses blondes et joufflues qui te courent entre les jambes en couinant et s'arrêtent éventuellement de temps à autres pour avaler une miniscule portion de steak haché ou te fixer en te disant "mamaaaan (ou papa)  zzzzeeee t'aimmeuh".

Je vais te rassurer immédiatement...

... Ca ne DURE PAS.

Comme je te l'ai expliqué précédemment il vont bientôt arriver au stade orang-outang neurasthénique version mâle et toupie hystérique version femelle.

Inévitablement.

Surtout qu'apparemment, nos amis marketeurs nous ayant concocté une nouvelle tranche d'âge pour nous refourguer leur camelote, à 10 ans les filles commencent désormais à réclamer des talons et du vernis et les garçons des pantalons sous-fessiers. Sans parler du fait que si tu n'as pas de smartphone à 8 ans tu es immédiatement fiché comme le loser de service dans la cour de recré, avec peu d'espoir de remonter la pente avant d'avoir intégré un lycée où personne ne te connait, et encore.

Au lieu de vous taper 5 ou 6 ans d'adolescence, jeunes parents, vous allez donc subir environ 10 ans de cette période délicieuse dont vous sortez en vous étonnant d'avoir réussi à ne pas tuer un seul de vos rejetons de vos propres mains et qui vous fait prendre 30 ans de plus d'un coup.

Comme je vous envie. Tellement. Trop.

Mais votre purgatoire ne se finit pas le jour où votre ado chéri, passe le bac franchit le cap des 18 ans qui lui permet d'arborer la pancarte "MAJEUR" sur son front et pour l'état civil.

Bien au contraire. 

Car vous allez devoir cohabiter avec un JEUNE ADULTE.

Oui, car si, hier, le jeune était expédié bon gré mal gré au service militaire puis à la chaîne chez Renault, aujourd'hui nous commettons l'horrible erreur de vouloir leur faire faire de LONGUES ETUDES.

Qui dit longues études dit stagnation au domicile familial pendant une décennie supplémentaire.

Et autant l'argument "tu pourras parler quand tu seras majeur" est valide en dessous de 18 ans.

Autant après non.

Oui, je viens d'écrire une connerie, j'en ai pleinement conscience, merci. 

Tu vis donc avec des individus qui

1/ Ne sont jamais là

2/ Ne sont là en fait que pour dormir et vider le frigo

3/ Prennent ton foyer pour un genre de camp de base et de ravitaillement en vue de courses lointaines vers des sommets escarpés.

Tu passes donc la majorité de ton temps à les géolocaliser et à remplir le frigo.

Car sache-le ami parent, si tu t'inquiètes pour l'hygiène alimentaire de ton enfant ou ton ado, la bonne nouvelle est que le jeune adulte refait des repas structurés.

La mauvaise est qu'il en fait quinze par jour.

A peine as-tu rempli péniblement ton caddie chez Auchan qu'il le vide aussi rapidement qu'une boite de strip-tease pendant une descente de la mondaine.

Le jeune adulte mâle mange les steaks hachés par douze, boit le jus de fruits par cubi de 15 litres et te descend un mouton entier plus rapidement qu'un bataillon de fourmis rouges affamées.

Sans compter le petit creux de 3 heures du matin, quand il rentre de soirée et qu'il te réveille en faisant rechauffer le reste de bourguignon "parce que y'avait rien à manger sur place".

C'est soit ça, soit le vomito dans l'entrée "parce que j'ai du manger un truc pas frais".

Mais bien sur, le truc pas frais y'avait marqué "vodka" dessus.

Bref, tu croyais en avoir fini avec les réveils nocturnes pour toujours ET BIEN NON, c'est reparti pour une bonne tranche de rigolade. 

Avec des gros bébés d' 1,80 m et de 80 kilos.

Le niveau du frigo qui se vide est parfois d'ailleurs un des seuls signes que ta progéniture est encore en vie. Car elle commence à avoir des relations (sexuelles ou amicales) qui ont un toit bien à elles. 

La dite progéniture considère donc qu'elle peut aller et venir entre chez toi et ses différents points de chute en toute sérénité. Pour elle. Pas pour toi. Car tu restes parfois 2/3 jours sans nouvelles autre que le "je ne suis pas là pour le moment, je vous rappelle très vite" du répondeur de son portable qui t'amène à déclencher le plan vigipirate en perdant le peu d'influx nerveux qui te reste.

Pour se souvenir qu'il habite encore chez toi, le jeune adulte marque néanmoins son territoire en empilant ses sous-vêtements qui jonchent le sol d'une chambre à côté de laquelle la centrale de Fukushima est un modèle d'ordre et de propreté. Car en plus d'y empiler les sous-vêtements, il s'y retranche souvent pour manger ses 15 repas quotidiens en y collectionnant les assiettes sales. 

Pour manger, il est souvent là. En revanche pour le reste, beaucoup moins.

Ce qui fait que tu te retrouves souvent à t'énerver car tu tombes (à nouveau) sur un répondeur qui t'explique pour la quinzième fois que son propriétaire n'est pas disponible alors qu'on l'attend chez sa grand-mère qui te hurle dans le cornet parce que son poulet est en train de brûler dans le four.

Car la famille du jeune adulte est, comme ton appartement,  un camp de base. 

Qui sert principalement à le fournir en billets de banque pour ses activités diverses, permis de conduire et études qui n'en finissent pas et coûtent un bras.

Etudes dont on n'a plus aucun contrôle au passage puisque le sujet MAJEUR reçoit ses papiers directement.

On a juste le droit à un "ouais ouais, ça va" périodique comme compte-rendu.

Ne t'inquiètes pas. Tu fininiras par le récupérer ton petit. La brebis égarée reviendra toujours assez tôt pour te donner son linge à laver quand il aura vraiment déménagé, te présenter la moitié de sa vie avec qui tu ne t'entendras pas et te fourguer ses rejetons le samedi soir quand ils voudront sortir tranquillou.

Oui, jeune parent, je sens que tu regrettes déjà.

Trop tard.

Tu as signé pour 25 ans. Dont, si tu as bien suivi ce qui précède, 15 infernaux et très onéreux.

Sinon j'ai du prozac si tu veux.

jeune adulte,relations,famille,cohabitation

Oui c'est à peu près comme ça que tu retrouves ton frigo au bout de 24 h

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jeune adulte, relations, famille, cohabitation | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je vais tenter la fuite avec changement d'identité !!?

Écrit par : Poulette Dodue | 02/04/2013

Répondre à ce commentaire

Oh putain. Oh pu-tain. J'ai que des filles mais j'ai peur quand même.

Écrit par : Marmouzets | 02/04/2013

Répondre à ce commentaire

C'est tellement vrai tout ça ... !!

Écrit par : Béatrice | 02/04/2013

Répondre à ce commentaire

Moi, je suis tranquille : j'en ai pas.
Mais mon compagnon a réussi à garder un certain contrôle en leur coupant relativement les vivres assez régulièrement.
Ce qui fait qu'on a des nouvelle assez régulièrement (au rythme du coupage de vivres) quand ils ont besoin de $.
Je te rassure : ils n'appellent QUE quand ils ont besoin.
Mais au moins, ils appellent.
Enfin, je veux dire : ils appellent, raccrochent, et on doit rappeler ; rapport à pas bouffer leur forfait, t'vois

Écrit par : L'Arlésienne | 02/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.