Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2013

Saturation

L'actualité n'est déjà pas rose en ce moment.

Couplée à un hiver long et morose, la plupart d'entre nous ont le moral au ras du sol, malgré les quelques beaux jours que nous venons d'avoir.

Sur cette couche de pessimisme ambiant s'ajoutent des médias affolant la ménagère à la moindre actualité un peu sensationnelle, guettant le plus petit clash entre personnalités ou semi-pipeules et des réseaux sociaux qui commencent à ressembler à un forum en ébullition permanente où les gens se jetent n'importe quoi à la tête....

J'ai envie de crier CRIER CRIER STOOOOOOP.

On en arrive à un stade où au lieu de passer du temps à rigoler et à raconter des énormités avec des adultes consentants, je passe la moitié de mon temps à éviter des scuds et l'autre moitié à en envoyer.

Tiens encore hier, j'achète une déclinaison lait chocolaté de célèbres barres  (si si, il viennent de lancer) pour faire un petit auto-test. Dont je parle en ligne. Et je me prends un "y'a toujours des cons pour avaler la merde qu'on nous vend" ....

Auquel j'ai rétorqué "et y'a toujours des cons pour le commenter"

Evidemment.

C'est anecdotique, certainement, mais symptomatique du climat exacerbé qui règne actuellement.

En gros tu ne peux plus rien dire sans que quelqu'un te cherche des poux dans la tête.

Pas un jour sans que tel ou tel se mettent mutuellement sur la figure  et je ne parle pas des tombereaux de merde que déversent quotidiennement actuellement en ligne, les extrémistes de tout bord sur les sujets de société, le mariage pour tous en tête.

Contrairement à certains qui y prennent visiblement du plaisir ou y gagnent de l'exposition, je n'apprécie que moyennement le clash pour le clash et j'essaye de ne pas agresser gratuitement pour le plaisir d'agresser ou pour me faire un nom en ligne.

Titiller, piquer, taquiner, oui, j'avoue.

Bâcher pour bâcher, certainement pas.

Tout ceci me fatigue à un point phénoménal. Malgré tout le second degré que je peux introduire dans ma relation avec les internets, je n'arrive parfois même plus à relativiser.

Si on y ajoute les égos en roue libre et les live tweets d'opés blogueurs où 4500 personnes te balancent au même moment "la vie est tellement mieux plus belle avec les anti-hémorroïdes jaimalaucul" il y a certains jours où je prendrais bien des cours de hacking pour faire sauter les serveurs de France Télécom.

Vraie lassitude  ? Augmentation de la taille de mon réseau qui fait que je suis plus exposée ? Vraie dégradation de la sphère connectée ?

Je ne sais pas trop identifier le pourquoi du comment.

Ce que je sais c'est que je ne suis pas la seule a ressentir ceci. Guy Birenbaum a notamment consacré une de ses chroniques au climat détestable qui règne en ligne actuellement.

J'en suis à un point tel que je refuse beaucoup d'invitations d'opérations blog pour ne pas entendre les mêmes sujets ressassés encore et encore "t'as vu ? Machin a dit ça à Truc l'autre jour sur twitter et Truc lui a dit que quand même c'était un gros naze". En alternance avec  "au fait tu vas à l'opé Choupilol après-demain ? Attends je regarde ... Ah non moi je vais boire du champagne chez Lolchoupi".

(D'autant que trouve, et c'est un point de vue purement subjectif, que toutes les opérations finissent par se ressembler et que bien peu sortent du lot.)

(oui et là j'ai envoyé un scud gratuit, je sais)

 

Je crois qu'il est donc temps prendre un peu le large histoire de respirer.

Pour mieux apprécier à niveau tout le fun qu'on peut trouver en ligne.

La cure de désintox s'impose.

1ère étape pour y aller en douceur (car en bonne accro, un sevrage brutal est inenvisageable), ce week-end, je vais tenter de ne pas mettre un seul orteil sur internet en général et sur les réseaux en particulier. Ni Facebook, ni twitter, pas un seul instagram, même pas de tumblr.

Rien sauf rédiger mon billet du début de semaine prochaine et regarder quelques séries. Sans les commenter à coups de "waouh l'épisode 3 de Game of Thrones, quelle tuerie" qui ne vont pas changer la marche de l'univers de toutes manières.

Je vais même tenter de ne pas trop suivre l'actualité que ce soit à la télé, en ligne, et même dans les journaux papier. L'hyper-information 24/24 a aussi des effets pervers. Tant pis si je manque la news du siècle. Je vais m'en remettre. J'en prendrais connaissance plus tard.

Si vous me voyez apparaître sur les réseaux sociaux, merci de me jeter à coups de tomates bien mûres. Ca m'aidera beaucoup.

Si je parviens à tenir, j'envisage de renouveler périodiquement l'exercice.

J'envisage même de partir exprès dans des endroits SANS wifi ni réseau.

Le web n'étant pas mon activité professionnelle, je n'ai aucune raison vitale de restée connectée à part le plaisir ou l'addiction.

Nous verrons bien si je tiens.

En tous cas je sens qu'une respiration devient nécessaire.

C'est le bon moment.

Dehors il y a du soleil, et j'ai plein de déjeuners et d'apéros à faire ....

 

Fotolia_49532577_XS.jpg

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu, Web | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Bonjour,

Je pense que malheureusement cet état détestable est celui de notre société en général, le Web n'en étant qu'une partie avec des loupes.
Les problèmes de vie quotidienne de plus en plus de monde, étant de vivre si possible moins mal aujourd'hui qu'il y a 10 ou 20 ans.(au delà je n'en parle même plus), le moindre bien-être d'autrui devient pour celui qui perds un peu, un privilège douloureux, voir inacceptable. Je suis pessimiste mais j'espère ne pas vous gâcher un week-end ensoleillé.

Écrit par : Dibe92 | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Si même toi tu en arrives là, c'est grave ;)
Tout à fait d'accord avec toi, ça fait déjà un bail que je me connecte à petites doses et ça me va bien (bon en même temps débordée de boulot, projets persos, suis bien obligée de faire des choix vite faits d'ailleurs...)
Je crois aussi qu'on arrive peut être à un cap, je ne sais pas lequel mais les réseaux sociaux à outrance, ça commence à devenir lourd...
J'hallucine quand même sur la réflexion gratuite pour le chocolat... c'est sûr que ça fait avancer le débat de société...
Sinon pour te taquiner un peu, je vois que tu es revenue des opés blos auxquelles tu as apporté ton lot de tweets comme tout le monde ;) ce n'est pas un scud, juste une constatation... je n'ai pas le temps, je fais une ou deux opé par mois mais clairement j'ai un souci avec le fait de balancer tout aux autres, 2 ou 3 posts sur le sujet suffisent amplement et finalement le blog c'est bien pour en parler, ceux qui lisent sont intéressés sinon ils s'en vont !... idem pour les LT, j'ai de plus en plus de mal à en faire et surtout à les suivre...
Et pour finir j'ai envie de dire comme Dib92 que le climat en ligne n'est que le reflet du climat général, sûrement amplifié parce que rabâché mais quand même...

Écrit par : Carole Nipette | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je trouve que Twitter est particulièrement violent car l'info, la vacherie et les jugements y sont lancés en instantané, en 140 caractères donc sans enrobage qui font parfois passer la pilule en mettant en avant un second degré salutaire et surtout pour beaucoup sans filtre. Ils confondent spontanéité, réactivité et absence de réflexion et de recul.
Je sais que les qq fois où je vais jeter un oeil sur ma TL, surtout en ce moment, j'en ressors franchement crispée et stressée, et pourtant rien en m'est adressé directement vu que je n'intervient quais plus là-bas par manque de temps surtout.
Bon courage pour le break numérique de ce week end, c'est aussi dur que d’arrêter la clope mais parait que c'est aussi bon quand on y arrive ;-)

Écrit par : Cécile - Une quadra | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

J'ai aussi remarqué ce climat même si j'y suis beaucoup moins exposé que toi!
C'est dommage... Mais qui va me faire rigoler sur Twitter ce weekend??
Passe un bon weekend alors et profites du soleil!!!

Écrit par : Valerie | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je pars bientôt sans wifi à l'étranger. Planquée. Et pourtant l'internet et les réseaux sont des outils pro pour moi mais voilà, saturation. Conscience que je suis droguée. Cure obligatoire pour mon salut que je me prescrit seule comme une grande.

Écrit par : e-zabel | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bon alors tchin ! L'apéro ça détend c'est fou.
Mercredi j 'ai bu le café dehors avec mes collègues (on a un coin "terrasse") en matant le gars qui tondait la pelouse et ça m'a fait pensé à toi !
Un petit blondinet qui t'aurais plu (je n'ai pas oser le prendre en photo !)
Oui mon com' n'a rien à voir avec ton billet du jour !

Écrit par : Poulette Dodue | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

bah oui certaines personnes VIVENT sur le net, donc les memes travers de la vie y apparaissent... c'est con un humain, on lui donnerait une nouvelle planète il répérerait exactement les memes conneries...

tout comme le retour du téléphone a cadran a brancher a son portable, les tables en formica trop hype et les imprimés '70, je crois que tout le monde, après avoir bouffé de l'internet a s'en faire vomir, va revenir a autre chose...
c'était mieux avant non? :p

Écrit par : prettyarty | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je plussoie !
Dans l'édito du Elle de cette semaine aussi il est question de cette ambiance de merde.
Tu ne peux plus rien écrire (ou presque sans te prendre une volée de vert).
J'ai fait un billet désintox il y a peu aussi. Bloguer quand je veux, et puis c'est tout. Ma vie IRL avant le reste.

Écrit par : pinpin des bois | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

L'ambiance de merde, elle est surtout sur twitter, je trouve. Notamment depuis les dernières élections présidentielles, et c'est de pire en pire... je m'éloigne de plus en plus de cet outil, je ne m'y retrouve plus, trop de cynisme, d'agressivité. Ça me pompe mon énergie. Vive la désintox, ça fait toujours du bien !

Écrit par : shalima | 19/04/2013

Répondre à ce commentaire

Merci pour l'article vraiment c'est intéressant

Écrit par : kamagra | 20/04/2013

Répondre à ce commentaire

Merci ! Ce billet me fait un bien fou et me rassure sur le peu de présence d'esprit qu'il me reste. ^^
Et je suis tout-à-fait d'accord avec Shalima.
Pour la désintox, faut que je retourne en cure (les précédentes ayant échouées)

Écrit par : Stéphanie | 20/04/2013

Répondre à ce commentaire

@Dibe : du tout, le week-end loin des réseaux sociaux a été excellent
@Cécile : un peu dur, mais nettement moins que la clope, après test...
@Carole : bien sur que je tweete aussi des opés dans lesquelles je vais comme tout le monde. Je ne le nie pas. J'essaye juste de ne pas flooder car je sais que de l'autre côté de l'écran ça peut devenir vite saoulant. Quant aux opés, oui, elles finissent par toutes se ressembler et j'y trouve de moins en moins d'intérêt.
@Valérie : merci, toi aussi...
@e-zabel : pas mieux, ma pauvre, pas mieux. Je crois que je vais m'OBLIGER aussi à partir dans un endroit sans connexion
@Poulette : c'est pas bien grave
@PrettyArty : non c'était pas mieux. On se faisait chier AVANT aussi
@Pinpin : je crois que c'est le plus sain, effectivement
@Shalima : Facebook n'est pas beaucoup mieux. Il y a AUSSI des pages haineuses et des clashes sanglants. Tu te prends même des trolls sur ton blog, sauf que là tu peux les virer... L'ambiance en ligne reflète l'ambiance IRL malheureusement...
@Stéphanie : GO GO GO

Écrit par : emanu124 | 21/04/2013

Répondre à ce commentaire

Je me suis éloignée des réseaux, pas par désir de le faire mais parce que la vraie vie m'a happée et m'y a contrainte, depuis de nombreux mois. Le point négatif, c'est que j'ai un peu perdu contact avec des blogeurs que j'apprécie (comme toi Manu, Shalima, et bien d'autres encore). Mais à te lire, je me dis qu'il y aussi un effet positif, c'est que ces débordements me sont passés au dessus durant ma désintox involontaire.
Cela étant, toujours un plaisir de passer te lire !

Écrit par : Frieda | 21/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.