Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/04/2013

Cinéma Paradiso here I come

J'ai donc décidé de dissoudre un peu non pas l'assemblée nationale mais ma vie numérique en retournant vers des activités externes, civilisées, conviviales et cosmopolites.

Pourquoi cosmopolites, je n'en sais strictement rien, mais c'est pour faire un effet de mot.

Après avoir réouvert récemment un livre, puis deux, et être partie inspecter le cinéma le Louxor, j'envisage d'aller voir quelques expositions et manifestations diverses et variées.

Notamment une qui m'avait fracturé le neurone de l'intérêt.

Sous la houlette des cinémas MK2, le Grand Palais va se transformer pendant 10 jours en drive-in géant et rétro.

La nef sera occupée par 4 espaces  cinéma, restauration, jeux et clubbing.

La journée, un grand espace de jeux avec  bornes d’arcade vintage ainsi qu’une exposition, l’Age d’Or du Jeu Vidéo. Au programme, des dizaines de machines, des jeux et personnages iconiques, des vidéos et des publicités d’époque… et une piste de roller, libre d’accès !

Le soir, dans des sièges de voitures de la famille Fiat 500 ou perchés sur une colline aménagée, le spectateur pourra redécouvrir des films cultes qu'on ne manque pas de voir, revoir et live-tweeter comme Pulp Fiction, The Big Lebowski, Grease, Taxi Driver, Drive, La boum, les dents de la mer, American Graffiti, Dirty Dancing ou La fièvre du samedi soir … au rythme de deux projections par jour.

Avec en prime la possibilité de déguster les spécialités d'un « Diner » américain, créé par Omnivore, qui fait venir du Canada la chef Gita Seaton (Le Nouveau Palais, Montréal), star de la cuisine nord-américaine…

Un lieu cultissime pour les fans de cinémas, geekerie et culture américaine réunis, dont je fais partie BIEN SUR.

C'est pourquoi dès que j'ai vu passer l'alerte sur twitter avec la mention "il reste encore quelques places" je me suis PRECIPITEE tel un lièvre sous amphétamines pour décrocher le ticket pour le bonheur.

Sans même me soucier de demander à Pierre, Paul, Jacques ou Sven de m'accompagner. 

Après quelques tentatives infructueuses pour voir Dirty Dancing, je me suis "rabattue" sur American Graffiti.

(Pour les très jeunes, les non cinéphiles, les blondes, les incultes et les animaux de compagnie, American Graffiti est le deuxième film daté de 1973 de George Lucas, qui se déroule dans les années 50, ou il exprime la nostalgie d'un âge d'or drive-in, bananes et grosses voitures, sur fond de rock'n roll d'époque. Le film a largement inspiré la série "Happy Days" qui a suivi quelques temps plus tard. On y découvre Ron Howard qui prolongera son rôle dans la dite série et pour la première fois dans un rôle significatif Harrison Ford, le futur Han Solo)

Et bien m'en a pris parce que quelques minutes après avoir réussi (non sans peine) à réserver ma place, il semble que toutes les places restantes disponibles se soient envolées à vitesse supersonique.

Donc avec une joie intense et non dissimulée bien qu'individuelle, j'irais me délecter d'ice-cream, de jeux vidéos et de patins (à roulettes) avant de visionner American Graffiti d'une banquette de Fiat 500 le 12 juin.

Après je peux mourir, plus rien n'aura d'importance.

Ma dernière volonté est qu'une fanfare de pompiers suédois joue "Bittersweet Symphony" à mes obsèques.

C'est tout.

Sinon tu peux toujours essayer de réserver, on ne sait jamais, le programme est LA , C'est le site de la FNAC mais peut-être disponible ailleurs...


2397937.jpg

grande-nef-du-grand-palais.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

14:12 Publié dans Sorties | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : cinéma paradiso, grand palais, american graffiti | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Je découvre avec délices ton blog qui m'a fait hurler de rire pendant cette semaine ou je m'emmerde toute seule au club med, pendant que ma fille de 3 ans, elle, s'éclate. J'ai découvert ton post trop tard, de même que la non éradication des bermudas-carreaux-polo lacoste-slippers en cuir à la Julio Iglesias que je croyais disparu depuis le Cap Ferret des années 90. J'ai aussi découvert qu'on pouvais s'appeler Louis-Marie à 4 ans...et que dans la bourgeoisie huppée de Paris ou province, on vous apprend même plus a dire bonjour ! Oui je sais ça n'a rien à voir avec le billet sur Dirty Dancing mais comme je viens de me taper l'intégralité de ton blog d'une traite...

Écrit par : Hgb | 29/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.