Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2013

Amitiés 2.0

Je ne me suis jamais fait trop d'illusions sur les relations que l'on peut nouer derrière un écran d'ordinateur.

N'étant déjà pas une spécialiste des relations urbaines et civilisées dans la vraie vie, je me doutais en entamant mon périple cybernétique, que des relations profondes et durables n'allaient pas forcément se tisser au fil du clavier.

D'expérience, après quelques années en ligne, c'est vrai pour 90 % des relations.

Qui restent et resteront toujours en surface. 

Un petit coucou sur les réseaux sociaux, une bise dans les soirées, un verre pris exceptionnellement, et point.

C'est la vocation de la toile : nouer des relations éphémères, parfois drôles, parfois émouvantes, parfois ubuesques, mais toujours éphémères.

Un salon de curiosité et d'échange virtuel qu'il faut prendre comme il est sans lui accorder plus d'importance qu'il n'en a.

Pourtant, à l'inverse de certains qui pensent avoir des relations profondes parce qu'on s'échange des "koeur avec les doigts" sur les réseaux sociaux, alors que justement je n'attendais rien, à ma grande surprise, j'ai trouvé plus.

Beaucoup plus que je n'aurais pu croire au départ, en fait.

Si, donc, 90 % des relations sont agréablement futiles et souvent désincarnées, il reste 10 % de relations solides et très incarnées, elles.

Sur ces 10 %, la moitié sont des gens avec qui on aime boire un verre, rigoler et rentrer en zigzaguant à pas d'heure sous le regard réprobateur de votre famille qui est sur le point de vous envoyer faire un stage express aux alcooliques anonymes.

Des potes de rigolade, l'équipe de rugby de la poilade, les gens qui vous remontent le moral avec un "allez, Germaine, viens, on sort".

L'autre moitié, je les qualifierais de vrais amis. Dans mon cas ils se comptent sur les doigts des 2 mains, je dirais une petite dizaine de personnes.

Relativement peu sur les quelques centaines de gens à qui je parle tous les jours, largement suffisant pour moi dont la vraie nature est d'être une solitaire sociale.

Pas forcément des gens que je vois très souvent, ni à qui je parle tout le temps mais je sais qu'ils sont là, pour un peu plus que rire ensemble. Un SMS, un cadeau, un coup de fil, une invitation, un "viens, prend l'avion et ramène tes tongs quand tu veux" ou un "ça va aller, t'inquiètes" et réciproquement.

Je pense qu'elles et ils se reconnaitront. Il y a parmi eux des gens que je connais depuis assez longtemps maintenant, d'autres moins, mais avec qui la relation a fonctionné immédiatement. 

En amitié comme dans d'autres domaines j'accroche tout de suite ou jamais.

Je ne suis pas fusionnelle non plus, je n'ai pas besoin de les voir ni de les entendre tous les jours. Je pense que c'est la même chose pour eux, sinon ils ne seraient plus là, vu ma constance extrême à prendre des nouvelles (un de mes grands défauts).

Il supportent mon caractère de bouledogue, mes silences, mes colères, mes impatiences, mes phobies et mes lubies et c'est en somme tout ce que je leur demande. 

C'est déjà énorme.

Si ce n'est pas de l'amitié, ça y ressemble beaucoup, enfin de mon point de vue.

J'espère en tous cas leur apporter autant qu'ils m'apportent.

C'est bien le minimum que je peux leur offrir en retour à défaut d'autre chose.

Finalement.

DSC09623b.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

09:47 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |  Imprimer | |

Commentaires

Cœur avec les tongs

Écrit par : Dom | 09/07/2013

Répondre à ce commentaire

Alors à quand la Djellaba ou le Kaftan après les boubous ? :D
Le tout en dégustant une petite mandarine bien entendu.

Sinon oui pareil qq relations agréables de loin en loin et qq véritable amitié, le 2.0 (on n'est pas encore au 3.0 ?) en fait c'est comme l'IRL mais en plus rapide pour les premiers points communs puisque le centre d’intérêt commun apparait de suite et pour cause, mais pour la suite c'est pareil que "en vrai" ça accroche ou pas. Par contre le gros avantage c'est que ça élargit considérablement le nombre de contacts donc les probabilités de trouver une personne avec qui tu accroches bien.

Écrit par : Cécile Une quadra | 09/07/2013

Répondre à ce commentaire

Une petite dizaine en contact réel, c'est déjà vachement bien en qques années sur la toile!!
Je crois que le feeling virtuel avec qqun, on le sent hyper rapidement. ça accroche ou pas, des les 3ers échanges... Si je passe encore régulièrement chez toi, après ttes ces années, c'est parce que j'ai tjrs apprécié ton coté cash et déconneur surtout!! Je n'ai pas passé le cap supérieur pour des raisons persos mais tu fais partie des personnes que j'aurais eu plaisir à rencontrer!! :-)

Écrit par : miss Julie | 10/07/2013

Répondre à ce commentaire

qu'est ce que c'est que ces c****** !!! j'esperes bien un jour te croiser dans une soirée à l'improviste ... çà pourrait etre fun !!!

Écrit par : Lhaurenzo | 11/07/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.