Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2011

Tournez, sautez, embrassez qui vous voudrez....

Pour cause d'activités copinesques, bloggesques et tangoesques, sans parler de l'activité professionnelle, j'ai des semaines relativement chargées.


Ce qui fait que mon week-end est souvent consacré désormais à un grand vide intersidéral... Normal donc, que vous me retrouvez à live-tweeter des âneries le samedi soir alors que les gens normaux voient leur amis ou leur famille.

Je vis un peu à l'envers du reste du monde et ce n'est pas pour me déplaire.

Le grand vide intersidéral du week-end comporte un certain nombre d'heures de télévision allumée sur un peu n'importe quoi. Ce qui explique qu'au milieu de deux épisodes de Dr House, je sois tombée sur une publicité Krys pour des verres optiques où des quidams dans un bureau se roulent des galoches comme si leur vie en dépendait.

Et au milieu de la pub...

 

0256018F03938100-c2-photo-capture-puremedias-fr.jpg

 

Oui, vous ne rêvez pas, à une heure de grande écoute sur Tfouane, une pub avec deux minettes qui se patinent.

Pire !

Au deuxième plan, par la fenêtre deux ouvriers casqués se la donnent aussi. On suppute que sous le casque, Albert et Lucien se disent bonjour chéri.

Le Brokeback Mountain de l'optique comme disait le Pr Debbie.

Bon, moi je m'en fiche, à partir du moment où c'est entre adultes consentants, si un gusse veut déguiser son Rotweiller en Loana, c'est son problème.

Alors deux nanas qui se bécotent, tu parles que ça va pas me gêner plus que ça. 

Mais en prime time sur tfouane la télé de la famille en béton, quand même... 

Je sens les protestations des associations familiales arriver rapidement.

A moins que ? Naaaaaaan, pas possible, les choses évoluent dans le bon sens ?

Je n'ose y croire. 

Si ça se trouve bientôt on aura la pub Omo avec le Ménager de moins de 50 ans qui explique qu'avec Omo il rattrape impeccable les caleçons de son mari. (fallait que je la place celle-là, pas pus m'empêcher, pardon)

En tous cas, comme disait (aussi) Dom, Wooooptic 2000 avec Jeuni, ça vient de prendre un sérieux coup de vieux.

Allez, c'est pas mon style de faire de la pub pour de la pub, mais, pour le coup (si j'ose dire) je vous la mets en entier..

Pour la bonne bouche..

Mouahahahahahah

NB celle-ci est la version pour les soirées avec un gros plan sur les miss. La version "heure de grand écoute" comporte un plan large à la place.


Version "soirée" de la pub Krys, avec un baiser lesbien
envoyé par TETUMAG. - L'info internationale vidéo.

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : krys, pub, baiser | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/01/2011

Voyage, voyage... Plus loiiiiin que la dictatuuuure

 

En ce moment, actualité oblige, fleurissent articles et billets sur la Tunisie.

Loin de moi l'idée de pondre un énième billet sur la situation ou le pourquoi du comment de la situation géopolitique du pays du Jasmin.

Cependant, la Tunisie est un pays qui nous touche de près, en raison d'une histoire commune, de liens forts, d'une communauté bien présente et aussi parce qu'un certain nombre d'entre nous a un jour ou l'autre profité de son soleil et de ses hôtels pour y passer des vacances.

Ce fut mon cas. Nous y avons passé nombre de séjours en famille à profiter de clubs en bord de plages et abandonner nos enfants aux soins de parfaits inconnus pour glandouiller tranquilles.

Tout ceci à un prix très abordable qui nous permettait d'envisager des vacances à 4 ailleurs qu'au camping de Bouzy les foins.

J'ai longtemps ignoré ce qui se cachait derrière les sourires et les "hé la gazelle, tu viens ?" lancé à la cantonnade dans les souks.

C'est progressivement à force de discuter avec des tunisiens (enfin les quelques qui acceptaient de parler de la situation, ce qui n'était pas gagné compte tenu de l'effrayante oppression policière) et de lire des articles sur la situation du pays.

Je suis donc devenue de plus en plus réticente à retourner en Tunisie, moitié par lassitude. Moitié également parce que je commençais à avoir des scrupules de financer ce qui est reconnu maintenant comme une dictature.


J'ai eu les mêmes scrupules quand nous avons envisagé d'aller à Cuba.

Fallait-il y partir ? Pour encourager financièrement un régime terrible installé depuis des décennies, sans pratiquement aucune retombée positive pour la population locale ?

Ou partir quand même pour découvrir. Et témoigner. Une très modeste façon de faire avancer les choses.


Nous avons choisi la deuxième option. Parce que l'envie de découvrir a été la plus forte. Et aussi parce que je me suis dit que nous pourrions au moins aider quelques personnes sur place à notre petit niveau.

 

Mais je me pose au moins maintenant systématiquement la question avant de partir quelque part.

Malheureusement, le monde étant ce qu'il est, décider de voyager uniquement dans des pays offrant la liberté à leur ressortissants, c'est limiter énormément son éventail de découvertes possibles.

 

Je n'ai donc pas pour l'instant réussi à résoudre l'équation de partir ou pas dans un pays non démocratique. 

 

Ce qui est certain, c'est que, si la situation se normalise en Tunisie, j'aurais moins de réticences à y retourner désormais, après plusieurs années de non fréquentation.

Et à entendre les serveurs de l'hôtel proposer au meuri de m'échanger contre quelques chèvres et un tapis.

Ce qui doit être approximativement ma valeur sur le marché.

 

yfubt5qe8d.jpg

 

 

 

 

06:05 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : tunisie, voyages, cuba, dictature | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/12/2010

Ah donc internet a des couilles

Au risque de me mettre ceux qui pensent que c'est un micro-évènement dans un microcosme, je vais remettre une couche de peinture fraîche sur l'ekkkssssellent billet de ma consoeur Trublyonne.


Hier l'omnipotent mais néanmoins nain a reçu autour d'un buffet campagnard quelques éminents bloggeurs et experts de l'internet qui internetise et qui pétille.


 

Maître Eolas, Jacques-Antoine Granjon (fondateur de Vente-privée.com), Xavier Niel (fondateur de Free), Daniel Marhely de Deezer, Jean-Michel Planche de Witbe, Nicolas Vanbremeersch (nom de blogueur Versac, fondateur de Spintank), Eric Dupin (Presse Citron), Jean-Baptiste Descroix-Vernier (fondateur de Rentabiliweb). Y assistaient également le secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant. 


Korben ayant pour sa part refusé d'assister à la rencontre.


 

Objectif avoué : consulter les spécialistes et remanier un Hadopi  (un des chevaux de bataille de Nico) qui pédale largement dans la semoule

Objectif moins avoué : dans la perspective de son deuxième boulot de dans 18 mois, reprendre pied dans un internet qui est pour lui un vaste marécage assez méconnu (visiblement ses conseillers n'y pigent que couic) et majoritairement hostile.

 

Toutes les voix numériques sont bonnes à prendre pendant une campagne.

Mais peu importe, les tentatives de récupération, là n'est pas le sujet.

 

Parmi tous les experts présents... Pas une femme.

 

Car tout le monde le sait, internet est principalement composé de geeks en sweat shirt qui ont la photo de Mark Zuckerberg sur leur cheminée, de blogs de tuning, de football, et de high tech à laquelle les filles ne connaissent rien.

Les filles, elles ont 3 ou 4 blogs sans importance de modasserie, de crochet et de trucs futiles, c'est déjà bien assez compliqué pour elles d'allumer un ordinateur.

Oui, heu, juste un truc Nicolas, qui confirme que tes conseillers n'y connaissent vraiment rien, il y a quelques filles qui pourrait t'en remontrer question bidouillage et montage d'ordi.

Voire en terme d'influence. Je connais des bloggeuses mode dont les statistiques feraient rêver des penseurs modernes à la réflexion peut-être éminente mais un poil confidentielle. Voire également une ou deux filles qui pourraient en remontrer à leurs confrères masculins en terme de connaissances des réseaux sociaux et méandres de la toile.


En voulant récupérer l'internet masculin, tu viens de commettre une bourde. Tu t'es mis à dos une bonne partie de l'internet féminin.


Si les bloggeurs et spécialistes ont été relativement séduits par ce "coup" de communication d'après leurs premiers comptes-rendus, certaines filles de la toile vous réservent un chien de leur chienne.

Ou plutôt dans mon cas, un chat de ma chatte.

 

Car les webnanas, blondes ou brunes, n'aiment pas qu'on les prenne pour des prunes.

Ni pour des truffes d'ailleurs, même en cette période de fête.

Evidemment, en ce qui me concerne toute tentative de récupération est de toute manière vaine.

Je suis une horrible et irrécupérable Marxiste

Tendance Groucho.

 

deux-clowns-sur-le-perron-de-l-Elysee.jpg

 

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : sarkozy, elysée, rencontre, bloggeurs, internet, masculin, féminin | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/12/2010

La politique expliquée aux blondes - 7 - Karachi c'est fasheune

 

Ké Karachi ?

Non amie blonde Karachi ce n'est pas le dernier it-cocktail de l'hiver ou le nom d'un jeune créateur qui monte.

Karachi c'est une ville du Pakistan.

Un pays exotique situé vers l'Inde où les dirigeants sont des méchants à moustaches mais on ferait semblant qu'ils seraient gentils cause qu'ils ont la bombe atomique et qu'ils vont tout faire péter si on les fait chier.


Alors me demandes-tu pourquoi parle-t-on du Pakistan pour une affaire qui se passe en France et à laquelle tu ne comprends que couic de rien du tout.


Bouge pas, je t'explique. Dans l'ordre chronologique pour que ton neurone arrive à s'y retrouver. Oui, l'histoire elle commence il y a un poil longtemps mais en visionnant les défilés Chanel et Versace de l'époque, tu devrais pouvoir connecter.

 

  •  3 Mars 1993 : la gauche perd les élections legislatives (pour changer) Mitterrand est obligé de subir une seconde cohabitation. Chirac, patron du RPR, préfère ne pas se griller en vue de la présidentielle (son boulot de dans deux ans comme disaient les guignols de l'époque) et envoie son "ami de 30 ans" Edouard Balladur dit Le Pélican, à cause du goitre, au charbon.

 

  • La cohabitation se passe le mieux du monde, Balladur grimpe dans les sondages. Grisé par le parfum des cimes, il se présente à l'élection présidentielle contre son ex- "ami de 30 ans". Le petit Nicolas, à l'époque ministre du budget, qui a déjà les crocs, se range derrière Balladur, en plantant une hache dans le dos de son ex-mentor Chirac. On murmure aussi que les deux hommes sont fâchés à mort depuis que Nico a lutiné la fille Chirac et l'a plaquée.

 

  • 1994:  la France signe un contrat avec le Pakistan pour vendre des sous-marins de type Agosta (pour une fois qu'on vend un truc à quelqu'un). Dans ce contrat, des intermédiaires locaux reçoivent des commissions. Des commissions qu'on aurait gonflé délibérément pour que les dits intermédiaires en reversent une partie à l'équipe de campagne d'Edouard Balladur. Rappelons que Nico est toujours ministre du budget (donc des sous) et porte-parole du team Balladur.

 

  • Chirac est au fond du trou dans les sondages, Balladur au plus haut. Il se voit déjà en haut de l'affiche. Et donne une interview au journal Le Monde sur la politique étrangère. Aie Mitterrand n'apprécie pas du tout qu'on empiète sur son domaine réservé (tonton était susceptible). Du coup, fini la love story avec son 1er ministre. Mitterrand donne les clés à Chirac, lui file ses conseillers en com', et le rend sympathique. Notamment via les guignols qui passent sur Canal +, la chaîne d'André Rousselet, son grand pote. Mais ceci est une autre histoire... 

 

  • 1995: retour sur le front des sous-marins, ils sont bel et bien livrés aux moustachus. Mais Jacques Chirac est élu président aux détriment de son rival au 1er tour (c'est là que Ballamou lance son fameux "je vous demande de vous arrêter") et contre Jospin au 2ème. Il demande à Charles Millon, toujours ministre de la Défense, de stopper le versement des commissions. Nico part pour une longue traversée du désert en exil à Neuilly 

 

 

  • 2002: l'affaire aurait pu rester au stade de quelques (gros) dessous de table. Malheureusement, 15 personnes sont tuées dans un attentat à Karachi, dont 11 salariés français de la Direction des chantiers navals (DCN) de Cherbourg, qui travaillaient au Pakistan à la construction de sous-marins vendus par Paris. Le responsable de l'attentat ? Comme toujours dans cette partie du monde, difficile à déterminer. 

 

 

  • 2008: les familles des victimes en ont marre qu'on les prennent pour des jambons et qu'on cherche à enterrer l'enquête à tout prix. On les comprend. Elles passent à l'offensive et accusent l'équipe Balladur d'être indirectement responsable de la mort de leurs proches, en ayant organisé un système de corruption secret. Et affirment que leurs proches ont été tuées par vengeance sur ordre des intermédiaires Pakistanais furieux de voir s'envoler leur part de tarte. Ou leurs chapatis. Ou leur plat local. Enfin de voir s'envoler leurs pépettes, quoi...

 

  • 2009: Nicolas Sarkozy, entre temps revenu de son exil et, comme chacun sait, omnipotent de la république depuis 2007, affirme qu'il s'agit d'une "fable". C'est curieux comme un adepte du pipeau ne supporte plus qu'on lui joue de la flûte.

 

  • 2010: Charles Millon, ex-ministre de la défense du gouvernement Balladur se met à table. Vengeance ? Trouille ? Pendant ce temps  Dominique de Villepin accuse (il ne loupe pas une occasion). Giscard balance. Alain Juppé, un peu dans les 2 camps calme le jeu, les juges ont les crocs et veulent investiguer tous azimut. Face au marasme, Nicolas Sarkozy promet de déclassifier du secret défense ce qui peut l'être encore. Les familles des victimes menacent de porter plainte contre pas mal de responsables politiques de l'époque. C'est presque autant le souk que l'affaire Bettencourt. Nicolas s'énerve et traite les journalistes de pédophiles dès que l'un d'entre eux ose évoquer l'affaire.

 

Heureusement pour lui,  entre temps, Wikileaks a la bonne idée de balancer des notes diplomatiques secrètes (et finalement pas très intéressantes) qui vont détourner l'attention des montages financiers Karachien pour un moment...Jusqu'à la prochaine fois...

Pour le plus grand bonheur de Nico qui a quand même les pieds dans la boue dans cette affaire.

Et quand Nico a les pieds dans la boue, vu sa taille, il est rapidement recouvert.

Enfin moi je dis ça.

Et merci au Post sur qui j'ai largement pompé cette chronologie...

 

 

KarachiGate-Ridicules-Extremement-Dangereux-RED.jpg

 

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (29) | Tags : karachi, sous-marins, sarkozy, villepin, balladur, millon, juppé | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/11/2010

La politique expliquée aux blondes - 6 - Le remaniement

Amie blonde tu te demandes effarée, en regardant si ton vernis kaki (couleur hype de l'hiver) ne s'est pas écaillé, pourquoi le président t'a dit pendant six mois qu'il allait changer de gouvernement pour garder les mêmes ?

Et tu te dis, en toi-même, "mais en fait, il ne serait pas un peu blonde, Sarkozy ?"

Si. Il fait même exactement la même chose que toi.

Que fais-tu quand tu veux briller en société et pécho tous les beaux mâles du coin ?

Hein ?

Tu prends un groupe de copines pas terribles et pas top intelligentes. Dont deux particulièrement, que tu trimballes partout avec toi. L'une parce qu'elle a le cheveux terne, des doubles foyers, les genoux cagneux et qu'elle est dépressive. Et la deuxième parce qu'elle a toujours un peu de sous à te prêter ou à te faire prêter en cas de besoin

Elles sont toutes les deux serviables. Te gardent ton sac, te signalent tes rendez-vous, vont te chercher un verre au bar, et répondent pour toi au téléphone quand tu n'as pas envie de parler à un gars qui te colle. Appelons-les, je ne sais pas moi, au hasard, Germaine et Lucienne.

Un jour, Germaine, sur un coup de tête, il lui prend la lubie de te ressembler. Elle se fait un brushing, remplace ses verres par des lentilles, se met au pilates et s'achète une robe de créateur. Pour un peu elle te piquerait la vedette.

Et tu apprends que Lucienne elle a un peu fait n'importe quoi avec les sous des autres, surtout d'une petite mamie qui bourdonne un peu du hochet. Les gens, en plus, disent que c'est toi qui lui a demandé.

On te pique la vedette et on t'accuse d'escroquer les mamies ? Tu ne peux pas laisser faire, ta réputation et ta french manucure sont en jeu.

Tu dis à Germaine et Lucienne : "les deux pétasses, vous dégagez".

Et tu annonces autour de toi que jamais plus tu ne traineras avec ces deux hasbinnes.

Sauf que ta petite bande de copines prend fait et cause pour Germaine et déclare tout de go "si Germaine part, nous aussi". Germaine ayant négocié des consos gratos pour tout le monde au bar du Macumba, la boite branchée que vous fréquentez le samedi soir.

Tu es furax, mais pour éviter de te planter à l'élection de miss saturday night fever parce que tes copines ne voteront pas pour ton numéro de raggamuffin ouzbèque, tu dis à tout le monde que tu aimes Germaine et qu'elle continuera à aller chercher tes consommations au bar et prendre tes rendez-vous chez l'esthéticienne.

En tous cas jusqu'à l'élection de miss saturday night fever !

Après la Germaine, elle va faire le tour de son string sans en toucher les bords et aller voir ailleurs si tu y es. Et, en attendant,  tu vires Lucienne quand même pour te passer les nerfs.

Voilà. Sarkozy il a fait tout pareil que toi.

Sauf pour le vernis kaki. Il le refile à sa femme.

Il appelle juste ça un remaniement en disant "François Fillon a toute ma confiance". A la place de  "Dégage Germaine, espèce de pétasse".

 

paris_hilton.jpg

Germaine & Lucienne

 

06:03 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : sarkozy, fillon, remaniement, blonde | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/10/2010

Hadopi pi pi....

Je l'avoue carrément, ce qui suit a été totalement pompé sur un article du journal "A Nous Paris", un gratuit distribué dans le métro.

En ces temps de maladie provoquée par le virus Marcel, (voir billet d'hier) j'ai le bulbe ramolli et la créativité en berne... Un petit plagiat ne nuit pas.

En bonus j'ai vraiment trouvé l'article clair, bien fait et très explicite, il m'a aidé à comprendre le désastre annoncé de la mise en place d'Hadopi.

Evidemment, dans ma grande générosité, il fut bien que vous en profitasse également

Après des mois et des mois de gestion abracadabrante, l'action d'Hadopi (la Haute Autorité pour le... la... en fait on s'en contrecogne)  se concrétise enfin par l'envoi de mails préventifs via les FAI fin septembre. Un long blabla qui ni précise ni pour le téléchargement de quelles oeuvres l'abonné risque de se faire épingler, ni comment sécuriser sa connexion s'il n'y est pour rien.

 

Tout ceci dans un flou artistique total sur l'expéditeur puisque le mail provient de cpd.hadopi@hadopi.com, alors que le site hadopi.com n'existe pas !! 

 

Par contre, en ce qui concerne les abonnés qui téléchargent à l'insu de leur plein gré, la haute autorité est moins pressée de leur proposer des solutions pour sécuriser leur réseau que de leur envoyer des mails vengeurs.  Puisqu'elle ne devrait proposer des outils concrets que dans six à huit mois.  En attendant, demerdenziziche.

 

En plus de brasser plus d'air qu'un champ d'éolienne, et d'être la risée d'à peu près tout le monde, Hadopi est regardé d'un air soupçonneux par les services secrets anglais et américains. Qui craignent que du coup les internautes ne cryptent d'avantage leurs données et, par conséquent, ne compliquent considérablement la tâche des cyber-spécialistes du contre-terrorisme.

 

Craintes vérifiées d'ailleurs, puisque le site start.vpn.com, un comparateur leader de VPN (Réseau Privé Virtuel en français : solution pour dribbler Hadopi) a vu ses abonnements augmenter de 300 % en quelques mois.

 

Au milieu de ce flou artistique total qui est au web ce que le triple lutz double boucle piqué est au patinage artistique, Free (mon FAI, que j'embrasse sur le front par ailleurs) a décidé de se faire de la pub en déclarant qu'il refusait de faciliter la tâche d'Hadopi. En lui faisant par exemple parvenir les adresses IP des internautes contrevenants sur papier, et non par voie informatique. Et en refusant de relayer les mails d'Hadopi, sous prétexte de défaut de convention technique.

 

Malgré les moulinets du gouvernement en général, et de Frédéric Mitterrand en particulier, Free ne risque rien, puisqu'il a bel et bien fourni les adresses IP demandées. En revanche les abonnés risquent de trinquer, puisqu'ils ne recevront pas la première sommation par mail, mais directement la deuxième par recommandé.

 

Quant aux autres FAI, il tentent de surfer sur la vague. SFR prétend ne pas avoir fourni les adresses IP, tout en l'ayant fait. Et Numéricable joue les fayots de service en déposant plainte contre Free auprès de l'Hadopi.

Bref on est pas sortis des ronces.

Un beau gâchis amateuro-administratif à la française comme on les aime tant.

En ce qui concerne le téléchargement illégal, je suis partagée. Bien sur ce n'est pas agréable pour un auteur de voir son oeuvre proposée au plus grand nombre sans contrepartie. Mais la loi ne vise pas tant à protéger les auteurs que les majors du cinéma ou du disque (dont les patrons au passage, sont souvent des copains de Sarko).

Et le téléchargement illégal n'empêche pas les gens d'aller au cinéma voir un film SI le film est de qualité.

Ce n'est pas le téléchargement illégal qui vide les salles ou fait que les gens n'achètent plus de musique. C'est principalement la piètre qualité globale d'une production uniformisée, sans audace, sans créativité et sans imagination qui fait que les gens s'en détournent.

Parce que franchement payer 10 euros pour voir certains navets actuels, je comprends que les mômes n'en aient aucune envie.

Des solutions ? Je n'en ai pas, je ne sais que râler.

Je vais vous dire comme HADOPI, tiens... Demerdenziziche.

 

hadopi-par-vidberg1.gif

Dessin de Vidberg, bien sur..

 

 

 

06:00 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : hadopi, fai, téléchargement, mails, avertissement | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/09/2010

Les bêtises 2010

Je suis retombée au détour d'un clic sur ce monument de la chanson française : "les bêtises"

Pour les plus jeunes, cette oeuvre fut aux années 80 ce que René la Taupe est à l'année 2010 : une scie crispante restée des semaines entières en haut du top des ventes.

Sa créatrice, Sabine Paturel, n'a, heureusement pour nous et malheureusement pour elle, plus jamais rien fait par la suite.

 

162851.jpg

 

Je me suis dit (en moi-même, personnellement et avec l'accord de mon for intérieur) qu'avec une petite adaptation, les paroles pourraient assez bien convenir à la situation actuelle.. Donc..

 

J'ai tout détesté Nicolas
J'ai tout pleuré  pendant des mois
Et comme l' PS était pas là
J'me suis inscrite au NPA
Liliane a donné ses tableaux
et fait monter Woerth aux rideaux
Mediapart a sorti les photos
Qu'il a caché dans son bureau


Chatel démonte les bahuts
Amara est une vrai glu
Kouchner est toujours pas rev'nu
Fillon les brise menu menu
Besson s'prend les pieds dans l' tapis
Carla Bruni quitte pas son lit
Bertrand voudrait de beaux habits
Copé met le feu à la pend'rie


Fallait pas voter tu vois
Il est beau le résultat
Ils font rien que des bêtises
Des bêtises que tu vois pas
Ils veulent tous l'argent du beurre
Ils finissent par nous faire peur
Ils font rien que des bêtises
Des bêtises et mes yeux pleurent

Il faut renverser les poubelles
Il faut casser toute la vaisselle
Et puis c'est pas tout à fait tout
Il faut les mettre tous au trou..

Fallait pas voter tu vois
Il est beau le résultat
Ils font rien que des bêtises
Des bêtises que tu vois pas

 

(Pour comparer ci-dessous les paroles originales, mais dans une version un peu plus écoutable, celle qu'a livré Julien Doré lors de Nouvelle Star 2007)