Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/02/2008

ILS SONT FOUS CES HONGROIS....

Dans un des derniers Charlie hebdo, l'article "Sarkozy fait se marrer les Hongrois" nous apprend de bien belles choses sur notre petit grand-homme-que-le-monde-entier-nous-envie. 

 Lancés dans une grande enquête d'investigation (:o))), les journalistes de ce prestigieux hebdo sont allés voir les ressortissants hongrois vivant dans notre beau pays afin de trouver la réponse à cette épineuse question : que signifie "Sarkozy", notre héros étant, comme chacun sait, d'origine magyare. 

 On apprend d'abord que son nom se prononce "char-köz-y" en hongrois et signifie littéralement "un lieu entouré de boue". Il proviendrait de la ville hongroise de Sarköze, bâtie effectivement sur des marécages, le "y" final indiquant une origine noble (son nom complet est en fait Sarkozy (de) Nagy-Bocsa).  

 Mais ce qui fait le plus marrer les Hongrois interrogés, c'est la prononciation de son nom à la française : "Sar-koz-y". En effet, le phonème "Sar" signifie "merde" en hongrois (qui s'écrit en fait "szar"). Et l'on apprend que " Sarkozy", prononcé à la française, signifie littéralement " dans la merde " en hongrois... 

 Véridique !   

Depuis le 6 mai nous sommes donc, chers Citoyens de France "Szarközy", jusqu'au cou... 



Heureux soient les fêlés car ils laisseront passer la lumière ...... Michel Audiard 

19:55 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Sarkozy | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/02/2008

L'AFFAIRE DU SMS - SUITE

Alors : info ou intox ???

Le rédacteur en chef du «Nouvel Observateur» Airy Routier, auteur d’un article faisant état d’un SMS que le chef de l’Etat aurait adressé à son ex-épouse Cécilia, a affirmé samedi qu’il «confirmait» son information, objet d’une plainte de Nicolas Sarkozy.

«J’ai mes sources. Je confirme» l’information parue mercredi sur le site nouvelobs.com, a indiqué Airy Routier, interrogé sur la chaîne Canal+. «Je n’ai pas fait de faux ni usage de faux et il faut me prouver que j’ai fait un faux et un usage de faux», a-t-il ajouté.

Nicolas Sarkozy a déposé jeudi une plainte pour «faux, usage de faux et recel» à l’encontre du nouvelobs.com, après que le site eut affirmé que le chef de l’Etat aurait envoyé à son ex-épouse, huit jours avant son mariage samedi dernier avec Carla Bruni, un SMS indiquant: «Si tu reviens, j’annule tout».

Cette information «pour moi, c’est du béton. Et d’ailleurs, je sais que Sarkozy n’a pas cessé d’envoyer des messages, des SMS à Cécilia, son ancienne épouse», a ajouté le journaliste, précisant: «je ne dirai rien qui puisse découvrir ma source ou mes sources.»

19:25 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

VIVE LA GENERALE

Reçu par mail (merci Jacques), un peu long à lire, mais pas mal pensé...

Société Générale - Comité de direction la semaine dernière ...
"- Bon, les gars, on déconne, on déconne, mais on s'éloigne des vrais problèmes. Qui veut un calva ? J'ai du 80 ans d'âge que je fais venir directement de la ferme. Une rareté.
- Qui a pris les cigares ? Jean-Eudes, faites pas le rat, renvoyez les havanes par ici.
- Messieurs ! Quand vous aurez fini de vous torcher, on en reviendra au sujet du jour. Où est Charles-Hubert ?
- Aux toilettes, monsieur le président, il a du mal digérer la purée de céleri.
- Bon, puisque notre directeur financier est malade, je vais moi-même rentrer dans le sujet. Peuf... Peuf... (il allume un cigare). Messieurs, comme je le disais, l'heure est grave. Merci pour le calva, Pierre-Henri. Les calculs faits par ma stagiaire cette nuit montrent que nous avons perdu entre 5 et 9 milliards par la faute de ces gros ploucs d'amerloques.
- Font chier, ces yankees. On ne peut plus faire confiance personne !
- Silence, Charles-Edouard ! Il est trop tard pour nous lancer dans une analyse de risques approfondie. La question du jour est : qui va porter le chapeau ?

Silence général. Tout le monde se regarde bizarrement.

- Non, ne vous inquiétez pas, on n'en est pas encore à renvoyer des cadres dirigeants. Le plan social, on le fera sur le dos des guichetiers. Non, sérieusement, faut trouver un clampin pour porter le chapeau rapido. De préférence, un qu'aucun d'entre nous ne connaît, histoire de dire qu'on n'était pas au courant.
- Oui, monsieur le président, mais qui ?
- J'sais pas moi, je suis pas là pour tout faire, non plus. Y'a personne que vous voulez virer ? Un minus, mais avec une bonne gueule de psychopathe, qu'on pourrait montrer la télé en disant "tout est de sa faute" ?
- Oui, comme les anciens hébreux chargeaient un bouc de leurs pêchés avant de l'envoyer dans le désert...
- Charles-Hubert, vous faites chier avec vos histoires de cureton. C'est pas parce que vous avez pass 15 ans chez les jèzes qu'il faut la ramener à chaque CoDir. La dernière fois, c'était Saint-Paul à Damas pour illustrer le moment où Bernanke, de la banque centrale américaine a compris qu'il était dans la merde après la crise des prêts immobiliers. La prochaine fois, vous nous faites quoi ? Sodome et Gomorrhe ? Le Déluge ? Allez, on y va, on me donne un nom.
- Mais, président, on ne les connaît pas, les noms des collaborateurs. On leur parle à peine, et encore, seulement pour les engueuler.
- Bon, OK, je vois, c'est encore moi qui vais tout faire. Pierre-Matthieu, passez-moi votre portable. Le trombi de la boîte, il est où ?
- Ici, monsieur le président.
- Ces tronches de nases qu'ils ont ! Eh, aux RH, vous n'avez jamais pensé donner des consignes, genre "éviter d'embauchés des demeurés" ? On va pas s'en sortir, là, je clique au hasard... Tiens, celui-là, Bernard Hurninghe, vos en dites quoi ?
- Il est conseiller clientèle, monsieur, personne ne croira jamais qu'on a perdu 5 milliards cause de lui.
- Même en magouillant avec la Suisse ?
- C'est plus ce que c'était, monsieur, la Suisse. Le secret bancaire n'est même plus garanti, ils seraient foutus de nous prouver qu'on raconte des craques.
- Mouais, va falloir taper ailleurs. Celui-là, Marc Brice, votre avis ?
- Directeur financier d'une sous-filiale de spécialistes dans le prêt agricole, monsieur. C'est la bourse qui craque, pas le marché du purin.
- Faites le malin, Jean-Edouard, foutez-vous de ma gueule. Bon, celui-là, il a une vraie tête de vainqueur. C'est mon dernier mot, vous me le mouillez à mort. Jean-Guy, en tant qu'ancien membre du cabinet de l'Elysée sous Mitterrand, les barbouzeries, a vous connaît, non ?
- Oui, on peut magouiller un peu le système informatique, histoire de faire croire qu'il nous a truandés. Faites voir le nom ?
- Kerviel, Jérôme Kerviel. Encore un de ces petits merdeux qui croient qu'ils vont devenir riches parce qu'ils passent des ordres de bourse toute la journée.. On dirait des hamsters sous acides, tous autant qu'ils sont ! Allez, celui-là paiera pour les autres.
- Mais, monsieur, 5 milliards sur le dos de ce minus, personne n'y croira jamais !
- Je vous signale, mon petit Charles-Edouard, que 80% des français se sont déplacés il y a un peu plus de six mois pour départager une dinde hystérique, et un vélléitaire complexé par sa taille, alors vous savez, le sens critique de ces glandus... Bon, on y va. Plan média, bidonnage informatique, communiqué de presse, plan social en back-up, je veux tout ça sur mon bureau demain matin. Et vous me supprimerez le coupon de cette année, ça fera les pieds ces connards d'actionnaires. Quelqu'un reveut du Champ', je propose une petite fiesta avec les nouvelles stagiaires de la com' pour fêter ça..
.

3e4599ad8355eeb72729670949106cee.jpg

 

00:15 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Société Générale | |  Facebook | |  Imprimer | |

08/02/2008

VIVE LA LIBERTE DE LA PRESSE !!!

L'histoire du SMS - Suite

Extrait du journal Le Monde

Le président Nicolas Sarkozy s’est à nouveau lancé dans une action judiciaire liée à sa vie privée. L’avocat du président, Thierry Herzog, a déposé plainte, jeudi 7 février, contre le site Internet du Nouvel Observateur pour “faux, usage de faux et recel”, selon une source judiciaire. Cette plainte fait suite “à la parution le 6 février 2008 à 12 h 40 d’un article sous le titre : ‘L’obsession de Cécilia’”, précise l’avocat dans un communiqué. Le site affirme que, huit jours avant son mariage samedi avec Carla Bruni, Nicolas Sarkozy aurait envoyé à son ex-épouse Cécilia un SMS indiquant : “Si tu reviens, j’annule tout.”

L’article visé par la plainte était toujours visible jeudi soir, sous le titre “Le SMS de Sarkozy à Cécilia”, sur le site nouvelobs.com dépendant du magazine Le Nouvel Observateur. Selon l’avocat, “ce message est un faux, une altération de la vérité” passible de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

UNE PREMIÈRE

“Cette information est non seulement mensongère mais elle n’a en plus rien à voir avec son action politique”, a déclaré à l’AFP Me Herzog. Les qualifications d’“usage de faux” et de “recel” visent la mise en ligne sur le site de l’article citant le SMS incriminé. Sollicitée par l’AFP, la direction du Nouvel Observateur n’a pas souhaité réagir, préférant “attendre de connaître exactement la teneur de la plainte”.

Si cette plainte pénale contre un média est une première pour un président en exercice de la Ve République, au civil, M. Sarkozy et sa nouvelle épouse, Carla Bruni, ont en revanche déjà intenté et gagné un procès contre Ryanair.”

Bientôt Sarko va-t-il aussi faire des procès contre les journaux qui critiquent sa politique ? En plus, d’un point de vue communication, c’est assez idiot, car ça attire encore plus l’attention sur l’évènement que s’il n’avait rien fait. Il aurait mieux fait d’appliquer la devise de la famille royale Britannique “Never explain, never complain” (Ne jamais expliquer, ne jamais se plaindre)

21:30 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/02/2008

LA PETITE PHRASE DU JOUR 1

A votre avis, qui a dit aujourd’hui “Je ne vais pas jouer de la mandoline sous le balcon d’Olivier Besancenot et pas davantage sous celui de François Bayrou ?”

22:21 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/02/2008

UN EX-SUPERMODEL A LA RECHERCHE D'UNE GARDE-ROBE

Ceci est la traduction d'un article paru sur le site web du Times. C'est toujours intéressant de voir comment les autres pays voient l'actualité et les personnalités françaises.

Elle a beau avoir des pommettes comme des triangles isocèles, la garde-robe de Carla Bruni ne ressemble pas à grand-chose.

Surement une erreur. Ca a été ma réaction quand j'ai appris que 4000 lecteurs du magazine Yours avaient élu Diana comme l'Icone numéro un du style de ces 50 dernières années, quand on pense que ses principales contributions au lexique du style ont été le mascara bleu, des cols serrés et un brushing en casque ! Beaucoup d'autres femmes auraient pu prétendre à son titre, notamment Audrey Hephburn qui a iconisé l'eye-liner, les pantalons cigarettes et les ballerines. Peut-être est-ce parce que les anglais aiment mettre sur un piédestal leur représentantes, surtout celles qui ont la patine du temps. Et pas seulement les anglais apparemment. Les français ne sont pas fous de Carla Bruni. "Honte", "Gêne", "Dévergondée" sont les 3 mots qui la suivent. Ils pensent que toutes les photos prises du couple présidentiel montre une tension sexuelle palpable comme un camenbert bien fait. Mais peut-être que si les françaises pensaient à tout le bien que la nouvelle première dame peut faire à l'industrie de la mode locale - attaquée de toute part -  elle se montreraient moins réticentes. Pourtant, pas de signe d'amélioration à l'horizon. On peut comprendre pourquoi. Premièrement, elle est  l'antithèse de l'image qu'on attend d'une femme de président. Deuxièmement même au faite de sa gloire en tant que top model, personne ne la trouvait très intéressante. Ultra-professionnelle, multilingue, grande classe. Mais pas une personnalité à enflammer les esprits. Jamais elle n'a eu une couverture du Vogue US ou anglais par exemple. Peut-être est-ce parce que, malgré son impressionnante configuration d'os, de cheveux et de jambes, elle ressemble, comme le note un bloggeur à un écureuil affamé. Un prédateur mignon mais vicieux. 

Elle s'habille - ce qui est un crime dans cette période post-sex and the city - paresseusement. De longs manteaux, des cols en V et des jeans et de temps en temps la sortie d'une petite robe noire. Ou est le glamour alors qu'elle pourrait s'habiller en Chloé, ou en Balenciaga ? On pourrait presque dire qu'il en va de son devoir, tant pour l'industrie française de la mode que pour notre distraction.

Au fait, si je (l'auteur de l'article) dit "nous" quand je parle de ne pas s'enflammer pour elle, je parle surtout des femmes. Les paparazzi mâles qui la pourchassaient quand elle sortait avec Mick Jagger ne le jugeait pas aussi ennuyeuse. Mais si elle faisait un supermodel prévisible, maintenant qu'elle s'est choisi un nouveau rôle, elle est fascinante - ou est-ce que la fascination vient du désir pas très présidentiel de Sarkozy pour elle ? Pour Bruni, comme beaucoup de spécimens physiquement parfait, est vraiment irrésistibie. Elle n'a jamais rien fait qui présente un intérêt particulier, sauf deux albums assez bons, ceci dit. C'est les actions qu'elle inspire aux autres (comme le fait de sortir avec le père puis le fils à la suite) qui sont  fascinantes. Je suis impatiente de voir quel effet elle a sur les autres premières dames. Elle manque peut-être du charme chaotique de Diana, mais elle pourrait avoir une sacrée garde-robe, si elle voulait.

17:45 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Carla Bruni | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/01/2008

HIER ETAIT UN JOUR DE LIESSE

Oui, car la baisse du nain se confirme dans les sondages ! Fillon, qui n’a rien fait pour ça, est plus populaire que Nico, à qui ça ne va certainement pas plaire. Et tout ceci se déroule sur fond de cafouillage gouvernemental carabiné (dernier exemple le crépage de chignon Fadéla Amara - Boutin), de prise de tête diplomatique pour les voyages officiels du Président (peut-on amener la maîtresse officielle ou pas ?)  et de sursaut du parti socialiste qui voit enfin poindre le bout du tunnel…

François Hollande était déchaîné aux assises du parti ce week-end. A la tribune, il s’est tellement emporté qu’il était rouge écarlate, j’ai cru qu’il allait péter une durite.

Pour les municipales, à Paris, Panafieu est complètement larguée, y compris par son chef qui l’ignore ostensiblement et fait des appels du pied à Bertrand Delanöé. Du coup elle est furieuse et pique des crises tous azimuts (dixit le Canard Enchaîné). Normal, Sarko aimerait certainement se retrouver face à Delanöé aux élections de 2012 car il pense que contre lui, il aurait toutes les chances d’être réélu. Il fait donc tout pour le pousser en avant.

Ne nous réjouissons pas trop vite néanmoins. Malheureusement, la crise boursière qui arrive risque de laisser à nouveau des traces sur notre économie et notre, si cher, pouvoir d’achat.

En tous cas, pour les municipales, votez comme vous voulez, mais surtout, votez.

A plus…

18:17 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : Sarkozy | |  Facebook | |  Imprimer | |