Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2013

Les gourmanderies en chocolat.

Bientôt les cloches.

Non, pas moi, imbécile. Je parles des cloches de Pâques.

Sais-tu d'ailleurs que Pâques  Pâque », du latin populaire pascua, altération (par influence de pascua « nourriture », du verbe pascere « paître ») du latin ecclésiastique Pascha, emprunté au grec πάσχα / páskha, lui-même emprunté à l'hébreu פסח Pessa'h « il passa [par-dessus] », d'où «passage», est le nom de la fête juive qui commémore la sortie d'Égypte. D'après les Évangiles, c'est pendant cette fête juive qu'eut lieu la résurrection de Jésus ; c'est pourquoi le nom en a été repris pour désigner la fête chrétienne.

La formule « Pâque orthodoxe » est parfois utilisée pour désigner cette fête lorsqu'elle est célébrée par les églises orthodoxes à une date qui diffère de la date occidentale. Mais cet usage est incorrect[car le « s » de Pâques ne fait pas référence à une pluralité de dates. La langue française distingue en effet « la » Pâque originelle juive et la fête chrétienne de Pâques. La première commémore la sortie d'Égypte par un repas rituel qui s'appelle aussi « la Pâque ». La fête chrétienne est multiple. Elle commémore à la fois la sortie d'Égypte, l'institution eucharistique lors du repas de la Pâque, la crucifixion du Christ et son repos au tombeau durant trois jours, sa résurrection, passage de la mort à la vie, et la nouvelle création inaugurée le troisième jour.

Il existe également une Pâque quartodécimaine pratiquée par certaines Églises chrétiennes : certains groupes religieux, comme l'Église de Dieu (Septième Jour) ou certains Baptistes du Septième Jour, choisissent de pratiquer cette cérémonie en concordance avec la Pâque juive.

Bref, Pâques, c'est comme Chuck Norris, faut pas lui casser les pieds.

Et surtout à Pâques, on mange du chocolat.

Bon normalement la tradition c'est l'oeuf. Mais qui aurait l'idée d'offrir un oeuf coque - mouillettes ce jour là à ses enfants ? Hmmmm ?

Pas moi.

Pas toi. Ni lui.

A Pâques on leur refile des oeufs en chocolats aux humains miniatures. Pour qu'il nous fichent la paix une bonne fois pour toutes. Et pour leur en piquer au passage.

Et ça tombe bien parce que Milka a décidé de leur faire plaisir aux humains miniatures avec d'adorables petits oeufs funs et colorés qui se dégusteront seuls ou en complèment des gourmandises traditionnelles proposées à cette occasion.

Proposés dans des petits sachets individuels bien pratique pour le transport et la dégustation ces petits oeufs colorés en sucre pastel fourrés au chocolat Milka.

Avec 8 sachets dans un paquet que tu trouveras dans tous les bons rayons à chocolat de ton magasin préféré, il y a de quoi régaler tout le monde. Les petits. Et moi. Qui vais tout leur piquer.

Non je n'ai pas honte. Il faut leur apprendre à se battre dans la vie aux gosses, quoi..

79002d34957911e28f3922000aaa2151_7.jpg

 

Sinon, si les dits gosses sont plus forts que toi et te grignotent tous les cocos en chocos, tu pourras toujours te rabattre sur un dessert qu'on aime depuis fort, fort longtemps.

Et qui devient ENCORE plus gourmand  aujourd'hui avec une recette liégeoise qui doublera ton plaisir !!

La Danette Liégeois.

L'onctuosité de Danette dessous, la légereté de la crème fouettée dessus.

Incontournable pour les fins de repas (ou les 4 heures gourmands).

De quoi apaiser TOUTES tes envies de chocolat.

Un conseil, cache bien les pots au fond du frigo, sinon, comme les oeufs Milka, tu risques de ne pas en voir la couleur.

Moi j'ai tout mangé d'un coup. Ca m'évite de partager.

28ee67ce922d11e29cae22000a9f1378_7.jpg

Le chocolat c'est bon pour la santé de toutes manières.

Tout le monde le sait

Le texte sur Pâques a été repiqué sur Wikipédia (je suis instruite mais pas à ce point, quand même, si si)

06:00 Publié dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pâques, milka, oeufs, danette, liegeois | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/02/2013

Une pause gourmande dans la semaine

Le thé, impossible de vivre sans.

Eté, printemps, automne ou hiver, c'est l'indispensable nectar de mes après-midi. (le matin étant plutôt dédié au café)

Sans oublier la petite tisane du soir qui va bien avant d'aller se coucher.

Pour un bon thé ou une tisane recherchée et bienfaisante, je peux courir à l'autre bout de la ville, mettre un prix certain voire tout à fait disproportionné dans certaines circonstances, genre le PIB du Kazakhstan pour une variété rare alors que mon banquier est au bord de l'apoplexie, voire vendre un ou deux membres de ma familles

Jusqu'à présent je naviguais entre deux ou trois marques fétiches plutôt haut de gamme chez qui j'allais m'encanailler de temps à autres.

Et puis la Maison THEODOR, une nouvellement relancée et inventive maison de thé, m'a proposé de goûter ses créations.

Evidemment j'ai de suite mis la barre très haut "mes chéris" leur ai-je dit "je ne bois que le meilleur du meilleur" "étonnez-moi, Benoit".

Ce qu'ils ont fait en me répondant "tu vas voir ce que tu vas voir, Edouard" et en m'envoyant un ravissante petite boite contenant quelques-unes de leurs créations.

 

c5f6d3406fc211e2862522000a1f9c96_7.jpg

Après test personnel de moi-même et en personne le verdict est tombé

GOUTE ET APPROUVE.

TOTALEMENT 

Mélanges subtils, notes raffinées, goûts surprenants, les thés Théodor valent largement les prestigieuses maisons parisiennes que tous les amateurs connaissent.

Avec une gamme très complète, du thé vert léger au noir très corsé, tous les amateurs pourront trouver LEUR thé.

Coup de coeur particulier pour le strong breakfast, un noir corsé très aromatique comme je les aime, le péché mignon, un vert délicat et parfumé au mélange du jardin d'Alix une tisane au senteurs d'abricot absolument délicieuse le soir et pour les petites gelées au thé

kundalini-peche-mignon-pot-260g.jpg

qui ont faits de mes 5'o clock goûters du week-ends des petit moments de bonheur.

Je n'ai pas encore goûté le grand thé raffiné de la boite verte ci-dessus, mais au vu de mes précédentes tentatives, je n'ai aucun doute sur sa qualiTHE !

Avec la boite, un ravissant petit carnet de dégustation qui permet de savoir, de façon bien utile, comment déguster et faire infuser chaque variété. Et contenant en prime quelques recettes raffinées au thé.

THEODOR vient d'entrer définitivement dans la shortlist de mes fournisseurs attitrés.

By appointment of her majesty Manu

Pour les parisiens, la maison THEODOR c'est 28 rue des Sablons, 75116. 

Sur facebook c'est ici pour suivre l'actualiTHE 

Et sinon, il y a la vente en ligne  où vous pourrez commander entre autres la box Envouthé ci-dessus, si le coeur vous en dit.


Après le glougloutage, le miam miam comme disait Einstein après avoir inventé la théorie de la relativité.

Pour trouver un restau, c'est toujours un casse-tête.

Entre les faux bons plans, les vraies arnaques et ceux qui vivent sur leur réputation, pas facile de s'y retrouver et de faire un vrai bon repas à un prix raisonnable.

Heureusement, les chefs eux-mêmes ont décidé de vous livrer leurs petits secrets gastronomiques. C'est l'objet de la série "Les bons plans toqués" grâce auxquels vous et moi avons pu découvrir au dernier épisode le Rino et les recommandations de son (futur grand) chef, Giovanni Passerini.

Cette fois c'est Bertrand Grébaut, le chef du Septime (dont, pour la petite histoire, le nom est un clin d’œil au film de Jacques Besnard, Le Grand Restaurant, avec Louis de Funès). Ancien élève de Joël Robuchon et d’Alain Passard, Bertrand a le vent en poupe, avec l’ouverture récente de sa « Cave Septime ».

A cette occasion, Bertrand Grébaut livre donc ses trois adresses gastronomiques préférées.

Régalons-nous donc tous ensemble !!

 

06:00 Publié dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : thé, theodor, bons plans toqués, septime, bertrand grebault | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/01/2013

Le Rino ? Courez-y vite

La mangitude c'est une sorte de nirvana aromatique pour moi.

Je suis gourmande, je ne peux le nier au péril de mon tour de taille et au risque d'engueulade de mon médecin qui hurle en voyant mes résultats d'analyse "MADAME VOTRE TAUX de cholestérol pourrait alimenter UNE CENTRALE THERMIQUE fonctionnant à la graisse animale".

Un jour je serai condamnée à ne manger que de la salade et des haricots verts sans beurre.

En attendant, j'en profite.

Surtout quand on me propose de tester le bistro gastronomique d'un jeune chef italien prometteur, tu parles que je fonce comme un chat devant qui on agite un sachet de miaoumiam pour le dîner.

Et j'ai bien fait de foncer, je n'ai pas été déçue.

Car je commencerais directement par la conclusion, inutile de tourner autour de la poèle.

COUREZ AU RINO AVANT que le chef Giovanni Passerini soit une star et ouvre un restaurant aux prix dirons-nous plus inabordables.

Pourquoi ? 

Parce qu'un homme qui a réussi à me faire manger 4 ALIMENTS (anguille, épinards, ris de veau et truffes)  que je n'aurais jusqu'à alors même pas voulu toucher avec le bout d'une fourche de 1,50 m avant ce jour, en EN REDEMANDANT en prime, mérite la légion d'honneur des fourneaux (si ça existe).

Parce que sa cuisine est créative, innovante, légère et digne d'un grand restaurant. 

Dégoupillons d'entrée la question pratique.

Oui, c'est un peu plus cher qu'un banal Hippopotamus ou que ta pizzeria habituelle. 

MAIS tu sautes deux repas dans un restau moyen et tu peux t'offrir un vrai grand moment de gastronomie et un très bon souvenir.

Tu as deux menus le soir un à 41 euros avec 4 plats, et un à 64 avec 6 plats.

document.jpg

N'aies pas peur, les plats sont de petites quantités ce qui rend le volume du repas tout à fait approprié.

Astuce : si tu y vas à deux, fais comme Sandrine Camus et moi, prends un "petit" + un "grand" menu et partage ce qui te permettra de goûter à tout.

Je ne vais pas te décrire TOUTE la carte ci-dessus dans le détail mais un j'ai eu un VRAI coup de coeur pour les tortellinis de céleri-rave, d'une finesse extrême.

Le plat qui chante dans ta bouche au point que tu as presque envie de courir embrasser le cuisinier directement.

8454a2c856a411e2851d22000a1fb71f_7.jpg

 

Evidemment, je reviens donc sur le fait qu'en deux plats, le dit cuisinier m'a fait goûter et aimer 4 aliments rédhibitoires jusqu'alors  : un filet d'anguille SOUS un lit de pousses d'épinards avec une garniture d'orange amère sous forme de coulis à tomber par terre ET un ris de veau à se damner avec lamelles de truffes juste goûtues, pas trop fortes (comme c'est souvent le cas, en tous cas trop à mon goût) 

6d8149f256a911e28e2c22000a1fb747_7.jpg

Ne parlons pas des desserts : une brioche perdue avec glace mandarine dont on a l'impression qu'elle vient d'être cueillie sur l'arbre

fbc3d0da56af11e2b9ed22000a1f8cd8_7.jpg

et un incroyable mélange de yaourt de brebis, de chocolat et de glace aux céréales divinement léger.

 

Tu pourras accompagner ton repas de vins français ou italiens, de bonne tenue au choix. 

J'espère donc que mon enthousiasme réel pour ce jeune chef, ancien du Gazzetta sous la houlette de Petter Nilsson (pour les spécialistes) t'aura donné envie de le connaitre, car, encore une fois, son restaurant vaut vraiment le détour.

Si c'est le cas attention, le Rino compte peu de tables, une réservation s'impose.

Je crois même qu'une réservation bien à l'avance s'impose, vu le bouche à oreilles très favorable.

Ce restaurant, et bien d'autres, tu peux les retrouver grâce au nouveau service ZoomOn des pages jaunes sur Facebook  

Sur ZoomOn tu peux découvrir les derniers restos tendances, les bars et autres pubs incontournables, ou des adresses plus insolites mais qui cachent des trésors de savoir-faire...  ! ZoomOn existe en édition parisienne mais aussi pour plein d'autres grandes villes et régions de France pour que tout le monde puisse se régaler !

Et Giovanni Passerini inaugure justement la nouvelle série web food de ZoomOn Paris, dans laquelle des chefs parisiens partagent et présentent leur adresses gourmandes.

Découvre ses restaurants fétiches dans la vidéo ci-dessous.

(je crois que je vais craquer pour le glacier italien, mais chuuuuut)

 

Le Rino c'est 46 rue Trousseau 75011 Paris 

01 48 06 95 85

Du mardi au samedi le soir

Pour le midi c'est le vendredi et samedi uniquement.

06:00 Publié dans Cuisine, Sorties | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : rino, restaurant, zoom on, pages jaunes | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/11/2012

Billet alimentaire

Un petit tour par le royaume de la dégustation alimentaire pour préparer vos papilles à quelques mets plus hivernaux ?

Allez, on se fait plaisir.

Pour commencer, es-tu comme moi bacon addict ?

Car oui, un de mes délices de tous les délices sur terre ce sont les oeufs au bacon. 

J'en mange volontiers en brunch si j'en ai l'occasion, voire même en repas de midi sur le pouce.

J'ai découvert le bacon lors de mes séjours en Angleterre et il aura toujours pour moi un arrière-goût de vacances, de croustillance ... Et de plaisir.

Mais sais-tu que, bonus au goût, le bacon est une charcuterie peu grasse - de 1,6 % à 3 % de matières grasses en fonction de sa présentation - et qu'on peut en faire bien autre chose que de le déguster avec des oeufs ? 

Quiches, cakes, sandwiches, recettes de pâtes, dans la liste de charcuteries pour la raclette, avec des lentilles ou des légumes secs ou en remplacement des lardons (merci pour l'idée Sandrine Camus) car c'est bien moins gras que le lard, autour d'un pruneau en apéritif, ou encore pour agrémenter le hamburger maison dont vos ados raffolent,  le bacon trouve sa place dans une multitude de préparations.

Pour vous faciliter le travail, Herta lance une gamme complète de bacon sous toutes ses formes

Fumé ou nature, grandes tranches, tranches épaisses ou fines, filet, dés, allumettes, il y en a pour tous les goûts et toutes les préparations.

607509181d3511e2b55e22000a1de2d8_7.jpeg


Pour ma part, j'ai complètement craqué sur le filet pour mes oeufs au bacon. Il m'a permis de retrouver le goût so british que je cherchais depuis longtemps !!

 

Du bacon à la charcuterie il n'y a qu'un pas.

Et quoi de mieux qu'une dégustation de charcuterie avec de la raclette en automne-hiver ?

Absolument rien.

C'est pourquoi nous étions plus de 200 privilégiés à défier un froid quasi hivernal il y a une dizaine de jour lors de la soirée du changement d'heure, pour participer à la plus grande raclette-party de France organisée par Richemonts sur les quais de seine.

Après un apéro très convivial (qui a déjà contribué à nous réchauffer) non pas dans un carré, mais dans une péniche VIP,

1803ed5a206111e29f5b22000a1fc2ca_7.jpeg


nous avons racletté à volonté jusqu'au bout de la nuit en bonne compagnie avec tout ce qu'il fallait pour repartir avec un ventre qui traînait par terre.

ad32534e206111e28e7522000a1de9d1_7.jpeg

 

0f18e7a6206411e283c1123138106cb2_7.jpeg

 

e1433140206511e2822f22000a9f09ca_7.jpeg


Neige artificielle, déguisements de circonstances et présence de quelques champions de l'équipe de France de ski, c'était Megève sur Seine !! On s'y croyait !!


Et pour varier les plaisir, Richemonts nous a présenté ses barquettes mixtes Raclette-gouda ou encore Raclette-chèvre. Il y en avait pour tous les goûts !!

Je sais, les puristes vont protester, mais le chèvre fondu en tranche sur une pomme de terre, c'est loin d'être désagréable entre deux tranches de raclette.

En prime je suis tombée amoureuse du nouvel appareil Téfal, so design qui me donne follement envie de remplacer mon vieil équipement préhistorique.

4e5da8ea206211e2827612313814176c_7.jpeg


Mon petit truc raclette perso ? Depuis plusieurs années, je privilégie la charcuterie italienne. Je trouve qu'elle est plus légère et qu'elle se marie parfaitement avec le fromage. Sans oublier mon ami le bacon.. bien sur.

En tous cas, malgré le froid, une superbe soirée avec un retour nocturne sur les quais de Seine illuminés par notre Tour Eiffel nationale qui brillait de tous ses feux ! C'est un spectacle toujours inoubliable...


A propos de froid et de nord, la boucle a été bouclée avec le diner suédois concocté par nos cuisinières chics et choc Annika et Birgit, et organisé avec l'aide de Nathalie dans le cadre du restaurant "Un jour, un chef".

Le concept du restaurant ? Amateur éclairé, élève en école hôtelière ou professionnel de la cuisine, tous les passionnés de cuisine y sont les bienvenus. Seul ou accompagné, il suffit d'imaginer ton menu - entrée, plat, dessert avec l'aide de l'équipe du restaurant. Si le coeur t'en dit tu peux épatez tes amis en cuisinant pour un resto de 50 couverts !

Et quand on me parle de suédois, tu me connais, je cours plus vite que Superman en vitesse sub-sonique.

Nous avons pu découvrir et déguster, en entrée du löjrom c’est à dire des oeufs d’ablette que l’on sert de manière traditionnelle avec des toasts, des oignons rouges et de la crème fraîche mais également une variante avec de l’avocat.

766bc33e1e0b11e2ace922000a1f90f6_7.jpeg

 

Suivi par le traditionnel Köttbullar med potatismos ou les boulettes de viande avec sa purée de pommes de terre (délicieuse d'ailleurs la purée, je tenais à le dire)

93dec54c1e1011e2979622000a1fb04f_7.jpeg


 

Et enfin en dessert des Poires aux airelles ou LingonPäron.

fbecab241e1311e28a2e22000a1fbc67_7.jpeg


 

Je tiens juste à faire remarquer le fait que le dîner était certes suédois mais que je m'attendais à ce que les serveurs le soient aussi (et pas très habillés de préférence).

Or, ce ne fut pas du tout le cas.

Je proteste énergiquement. Très énergiquement.

Ce fut en tous cas la seule fausse note de ce dîner délicieux et convivial.

Et une idée de sortie à noter pour surprendre ses amis ou se laisser surprendre par un menu.... inattendu et en tous cas jamais identique.

 

Un jour un chef c'est  4 rue Biscornet, près de la place de la Bastille, 75012 Paris

Réservations au  01 43 43 00 08 ou sur le site

06:00 Publié dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : bacon, herta, richemonts, raclette, téfal, un jour un chef, diner suedois | |  Facebook | |  Imprimer | |

15/10/2012

In vino veritas

Le vin est resté un monde hermétique, obscur et étrange jusque tard dans ma vie.

En fait jusqu'il y a 3 ans, je N'AIMAIS pas ça.

Hérésie totale dans le pays qui a érigé la vigne comme biberon tutélaire. Et où la dégustation du nectar obéit à un rituel précisément codifié depuis des siècles.

C'est un week-end oenologique avec dégustation à 9 h du matin qui m'a débloqué la papille vinifère.

Je n'aurais jamais cru y survivre mais je suis tombée dans une cuve de Sauternes. Et je n'en suis plus ressortie.

Depuis je découvre l'univers du vin petit à petit.

J'en suis bien sur à un stade assez peu avancé. Je préfère encore les blancs légers et un peu liquoreux (parce que sucrés) aux rouges corsés et charpentés qui exigent un palais plus éduqué et un peu d'accoutumance. 

Mais je commence à distinguer les notes, les arômes, les parfums et la charpente d'un vin. 

Ce qui est un début.

Toutes les occasions d'approfondir cette toute nouvelle connaissance sont donc les bienvenues.

Notamment si ceci se déroule dans le sud de la France, à la découverte d'un cépage peut-être moins connu et autour d'une formule originale.

Précisement le cas du verre gourmand dans la très jolie ville d'Avignon.

Le principe ? Une rencontre avec les vignerons-producteurs passionnés qui vous présentent leurs vins et un cocktail dinatoire

Soirée VG.jpeg

(sauras-tu trouver Charlie ?)

au cours duquel vous cherchez le meilleur vin présenté pour accompagner les bouchées et verrines servies. Comme un café gourmand en somme, mais pour l'apéritif...

Bouchées 2.jpeg

Tout ceci dans un cadre grandiose au milieu d'une ambiance forcément méditerranéene et conviviale.

Chartreuse.jpeg

Du vin, des petits plats et une bonne ambiance, que peux-tu espérer de plus ??

Pas grand-chose en fait.

Je suis, entre autres, tombées sur un petit muscat qui tiendrait largement tête à un Sauternes à côté d'un bon foie gras ou d'un fromage persillé.

Muscat.jpeg

Voire d'un dessert au chocolat. Ou d'une viande blanche épicée, marinée ou en casserole.

Car les vins liquoreux un peu sucrés ne sont pas exclusivement réservés à l'apéritif ou au foie gras, mais s'accomodent avec plein de choses différentes, pour peu que tu sois amateur ou trice.

Les autres vins présentés rouges, et blancs, qui ont toujours ma préférence s'en tirant très bien aussi. Je signale quand même le coup de coeur de mes compagnons de route : l'Envy, du domaine des Pasquiers, un rouge aux harmonies de vanille. Pas mon préféré, mais je reconnais son originalité.

Bref, même si le côte du Rhone n'est pas forcément le terroir auquel je pensais instinctivement au départ, il est clair que désormais, je pourrais l'ajouter au rang de mes connaissances.

Ca me fera une occasion de plus de frimer dans les diners en ville et au rayon vin de mon magasin favori. (comment ça, tu ne connais pas les Côtes du Rhône.... Hiiiiiinnnn).

La fête n'aurait pas été tout à fait complète sans une visite d'Avignon et de ses environs, ville que je te recommande chaudement hors de la période du festival, si tu passes dans la région. 

Avignon.jpeg

Avignon2.jpeg

Sans parler du marché couvert, qui est une raison à lui tout seul de faire le déplacement.

epices.jpeg


Dont j'ai ramené une boite des meilleurs calissons de France (boite engloutie en 24 h chrono, tu parles)

calissons.jpeg

Pour les amateurs d'architecture et de gastronomie, c'est un vrai bonheur.

Enfin pour moi, c'était le bonheur. 

Je vais donc aller trinquer à mon bonheur, tiens. Ca fera une bonne occasion de déboucher une bouteille.

Et si vous cherchez des idées d'apéritif un peu originales,  quelques idées de verres gourmands

vins,côtes du rhône,avignon,muscat

Merci à Louise et à la collective des Vins du Rhône pour le séjour et la balade Avignonnaise 

06:00 Publié dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : vins, côtes du rhône, avignon, muscat | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/04/2012

La pt'ite recette qui va bien - 3ème épisode

Je t'avais prévenu que j'avais fait quelques exercices cuisinistiques ces derniers temps.

Surtout avec des recettes pas trop difficiles à réaliser, et que j'ai pu tester avec ma bouche et mes papilles, ce qui me permet de pouvoir affirmer

1/ que si j'y arrive, tout le monde peut le faire, même avec des doigts palmés.

2/ qu'elles sont bonnes

3/ que tu vas les faire chez toi.

Et justement, l'été arrive (enfin normalement, vu que là tout de suite on se pèle un peu le fondement, quand même).

Et qu'est-ce qu'on mange en été ? 

Hein ?

Non, pas des merguez au barbecue.

Des glaces. Et des desserts glacés.

Voire des entrées glacées.

C'est ce que nous avons découvert lors d'un atelier cuisine organisé par Tupperware.

Avant de vous livrer la recette, je dois avouer que j'ai été bluffée par l'ingéniosité de le marque.

Dont j'avais une image un peu disons, vieillotte. La fameuse boiboite à mémère.

Et bien pas du TOUT. Des couleurs, du design, de l'ergonomie, du choix, de la solidité, je n'hésiterais pas une seconde à te recommander la gamme dans son intégralité. 

Notamment le Turbomax et le speedy Chef véritables robots ménagers sans électricité qui te permettent par exemple de faire des smoothies ou monter des blancs en neige en trois coups de manivelle. Même ton meuri n'aura plus aucune excuse pour ne pas mettre la main à la pâte. Impeccable !!

 

Et cerise sur l'accessoire ménager, les produits Tupperware sont désormais garantis sans paraben. Un plus appréciable, qui nous rassure tous.

 

Donc, voici une petite recette assez bluffante qui te permettra d'éblouir voisins, amis, ta belle-mère et et le facteur.

Surprenant glacé citron et pailleté feuilletine

Ingrédients pour 6 personnes

150 ml de fromage blanc

75 g de sucre 

2 oeufs (jaunes et blancs séparés)

6 paquets de 2 crêpes dentelles type gavottes

Le zeste et le jus d'un 1/2 citron non traité

1. Dans un bol mélanges le fromage blanc, les jaunes d'oeufs, le zeste et le jus du citron

2. Si comme moi tu as la chance de posséder désormais un speedy chef, 

speedy-chef-rouge-288x194.jpg

monte les blancs en neige, ajoute le sucre et fouettes (hmmmmm) encore quelques secondes. Incorpore-les au mélange précédent.

3. Concasse les crêpes dentelles et répartis-les dans le fond d'un autre petit accessoire top-pratique. L'empilodéco. Sinon, utilise des petits ramequins ronds.

008372-1062-0025_rdax_288x216.jpg

Répartis la mousse obtenue dessus et lisse avec une spatule. 

4/ Empile les empilo (uhuhuhuh) ou les ramequins 3 par 3 et ferme chaque tour avec un couvercle. Place-les au congélateur pour au moins 6 h.

5/ Sors les préparations 5 à 10 minutes du congélateur avant de les démouler et de les servir...

Et en gros ça devrait donner...

eb22b5c47a5b11e1a87612313804ec91_7.jpg

Et je t'assure que c'est un délice délicieux !! A toi de tester...

06:00 Publié dans Cuisine | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : glace, recette, citron, tupperware | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/04/2012

Ah je riz de me voir si belle en ce miroir !

Blogger présente quelques avantages.

A part le fait de suer sang et eau sur un billet quotidien, et d'avoir des trolls qui viennent te pourrir les commentaires, tu rencontres parfois des gens sympathiques (on ne parle pas de moi, bien sur), tu apprends à faire des trucs utiles - genre bien te laver les dents, broder au point de croix ou décorer une pièce montée pour 45 personnes -  on t'offre un déliceux repas, et tu découvres des lieux insolites. 

 

Parfois même, tu combines apprendre un truc utile, manger aux frais de la princesse et découvrir un endroit insolite.

 

Par exemple comment cuisiner le riz sous toutes ses formes, déguster tes créations et celles de chefs très talentueux et entrer dans un hôtel un peu particulier de Montmartre, la maison Muller, racheté et occupé habituellement par 3 co-locataires tout sauf tristes, dont le manager du groupe Airnadette, Philippe Risotto (non je n'invente rien)

Si tu ne sais pas qui est Airnadette, ce sont les gens qui font semblant de jouer d'un instrument mais qui, au lieu de le faire dans leur salle de bains comme tout le monde, avec le gel douche et une brosse à cheveux comme micro, le font sur scène. Et même qu'il y a des gens pour aller les voir.

Autant te dire que vu que le monsieur a dîné à notre table le soir, et à côté de moi en prime, le dîner a été tout sauf triste.

Et à part rigoler ? J'ai appris comment faire un samoussa au riz. Et à reconnaître différentes variétés en dégustation aveugle.

Mais toujours pas à cuire le riz en vrac.

Malgré tout mes efforts. C'est toujours une catastrophe intersidérale. Une casserole de riz en vrac cuite par mes soins et tu peux monter un mur complet sans enduit ni plâtre.

Je propose donc qu'on béatifie la personne qui a inventé le riz en sachet. Et entamé une petite danse de la joie autour de moi-même en apprenant qu'Uncle Ben's, notre tonton riz à tous, avait enfin sorti une variante sachets pour deux de mes variétés préférées : le Thaï et le Basmati.

Impensable de cuisiner un bon curry de poulet ou autre plat exotique dont je raffole sans riz parfumé. Tu peux me dire ce que tu veux.

Sinon, depuis je m'entraîne ferme dans ma salle de bains avec ma brosse à cheveux pour monter mon propre spectacle.

Faire n'importe quoi, ça me connait, je pense que je tiens un bon créneau pour gagner ma vie.

 

7036138481_d286a0d008.jpg

le brushing, ça va, la confection du samoussa... heu.. comment dire.

2130a674782911e181bd12313817987b_7.jpg

C'est mooooaaaa le chat perché (petite vue de la cour de l'hôtel Muller)

6890078354_1210f9a1ea.jpg

"T'as vu t'as des joues de hamster" "Oui ben quand on porte une veste à carreaux avec un polo rayé, on la met en veilleuse"

1eee8334783a11e18bb812313804a181_7.jpg

Ambiance de la salle à manger ... Kitschissime !!

159fd47a783c11e1a87612313804ec91_7.jpg

Manger du rouget et rougir de plaisir

32cf71a8784211e1a87612313804ec91_7.jpg

Et finir sur un dessert surprise : un dôme au chocolat cachant un gâteau de riz à la mangue !!

06:00 Publié dans Cuisine, Sorties | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | |  Imprimer | |