Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2010

Back in the USSR


Attention aujourd'hui, on lâche le fauve.

Je vous aurais prévenus.

J'ai modifié le titre que Daydreamer avait initialement donné à ce billet. Elle va trépigner mais c'est mon blog, je fais ce que je veux.


Courage, demain c'est fini et on passe à autre chose. En attendant, vérifiez vos vaccins et votre trousse de secours.


Love in an elevator*

(* titre emprunté à un obscur groupe américain dont le chanteur n'est pas roux)


Au siècle dernier, figure-toi que j'ai participé à un voyage "scolaire/linguistique" (surtout linguistique, en fait) en Union Soviétique.

Si. Ça s'appelait encore comme ça. URSS.

De quoi je peux bien me souvenir aussi longtemps après? (déjà, je me bats contre mes neurones ET mes enfants, alors autant m'entretenir et retarder alzheimer...).


Leningrad (Que s'appellorio St Petersbourg, ou une connerie du genre, maintenant), ça caillait (10°C en septembre... un peu comme en ce moment en Francie du Sud, quoi...), y'avait de beaux mecs en uniformes partout (je pense que les plus canons étaient réquisitionnés pour servir de vitrine à l'armée, spapossib' autrement) et on a appris qu'on pouvait manger des glaces en hiver.

De l'Ermitage, j'ai retenu: un tableau de Vierge à l'Enfant par Léo de V. et une robe de Catherine II ayant un tour de taille à faire chialer les catwalkeuses de 12 ans. Et aussi que les maisons et les immeubles alentour étaient bas because il ne fallait pas qu'ils dépassent le palais.


Kiev: je suis vraiment passée à Kiev? T'es sûre? ... ben, j'ai dû dormir, alors...


Moscou: ah! la cafète de l'hôtel avec ses jus de fruits bizarres mais bons, avec des prunes entières qui se décomposaient dedans, ses cornichons géants (au petit déj') et la musique (Sunny, yesterday my life was filled with rain... Sunny...); Vladimir Ilitch, momifié; le métro et ses stations sublimes, gigantesques, propres, avec des voyageurs qui t'offrent des fleurs (genre "vous êtes Françaises? Tenez!"), ou qui te suivent pour t'écouter parler français; les flics en civil, dans la rue: impers beiges et faux borsa noirs; le Goum, ZE magasin, et son arrivage aléatoire de glaces (1 parfum à la fois, hein...); le bortsch et le kvass; le cirque et son crocodile; la bérioska de l'hôtel (j'avoue avoir acheté une chapka en lapin: je croyais qu'on les rasait... genre...); la boite de nuit de l'hôtel, remplie de jeunes d'autres pays de l'Est revenant des camps de pionniers ou autres colonies de vacances.


C'est marrant, j'ai oublié les prénoms des nanas qui partageaient ma piaule, mais je n'ai jamais oublié Anja, la Yougoslave, Florian, le Hongrois et Călin (que Fr@mboize prononcera comme Louboutin... #privatejoke), le Roumain.


Pour des raisons plus ou moins évidentes (Mur qui tombe, guerres...), j'ai souvent pensé à eux ces dernières XX années. J'aurais même pu garder le contact si mon copain de l'époque n'était pas tombé sur la lettre de l'un d'eux, dans laquelle, personne n'étant parfait, il avait malencontreusement utilisé le verbe "baiser" en lieu et place d' "embrasser"... le tout suivi de "en ascenseur"... Forcément, la lettre et l'enveloppe avec les coordonnées ont disparu...


Le truc le plus bizarre, dans tout ça, c'est cette femme que je croise de temps en temps -elle habite la rue "d'à côté"- et que j'ai reconnue du premier coup d'oeil, il y a trois ou quatre ans, maintenant... Son alors-futur-maintenant-ex mari nous l'avait présentée, à mes copines de chambrée et à moi, au milieu du lobby: on aurait dit un trophée de chasse. Cette fille, Russe, était à peine plus âgée que la plus âgée d'entre nous et lui était déjà grand-père (ou pas loin). Chaque fois que je la croise ou que je passe devant chez elle, je revois la scène. Je me souviens même de son prénom et de la ville où il était "allé la chercher".


Et je me souviens des autres, dans la foulée...


Trésors Russes.jpg
(je t'ai ressorti mes trésors... huhuhu... certains m'ont été offerts en boite de nuit :))


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook | |  Imprimer | |

29/06/2010

Attention .. Scoop Culinaire du siècle..


Quand Papilles, la cappi di tutti cappi de la cuisine on-line,  a dit qu'elle acceptait de partager une recette secrète dans sa famille depuis des générations, je n'en ai pas cru mes oreilles.

Et quand EN PLUS elle a bien voulu que je la publie je me suis roulée à ses pieds en bavant..

Voici donc en exclusivité extraterrestre pour vous ET vous seuls, LA recette ultime avec laquelle vous allez devenir LA star des dîners en villes et que tous vos amis vous envieront..


Voici un grand classique que nous nous transmettons de générations en générations, les spaghettis, sauce tomate. J'en parlais ici.


Il vous faut :

  • 1 paquet de spaghettis
  • 1/2 tube de sauce tomate Panzani (j'y tiens, celle ci et pas une autre, je pense que Panzani devrait nommer Papy Papilles, Melle Papilles et moi-même membres bienfaiteurs de la marque).


390124129_545b68606b.jpg?v=0


Faites cuire vos spaghettis en les plongeant dans l'eau bouillante salée pour 10 minutes. Egouttez-les. Ajoutes le 1/2 tube de sauce tomate, mélangez et régalez-vous !


390124132_636f28567b.jpg?v=0




Moi je dis ... MOUAHAHHAAHHAHAHAHAHA... C'est grandiose.

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : recette, spaghettis, sauce tomate | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/06/2010

Migraine Ophtalmique...


Aujourd'hui c'est la sublimesque Frieda l'Ecuyère queen of the modoblogosphère qui s'y colle.

Nous n'avons pas toujours les mêmes goûts en terme de fasheune. Mais il y a au moins un point sur lequel nous sommes parfaitement en harmonie.. Voyez plutôt.


Que ne ferais-je pour tâcher de remplacer l'irremplaçable Manu ?



Eh bien, inspirée par un twitt de la belle, je suis allée jusqu'à prendre quelques photos, au péril de ma vue, d'un échantillonnage estampillé été 2010 plus que représentatif de ce dont est capable Desigual (cela étant, je confesse que d'une saison à l'autre, je fais pas le distinguo).



Et maintenant, tous chez l'ophtalmo.

Mais MOUHAHAAAAAAAA, quoi.



Frieda Desigual.jpeg



06:00 Publié dans Les guests à Manu, Mode | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : desigual | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/06/2010

Photoshope moi si tu peux...


Suite à un stage Photoshop particulièrement douloureux pour mes nerfs (Maiiiiis je compreeeeends riiiiiien BORDEL !!) et donc mon orgueil. Fr@mboize m'a avoué qu'elle aussi avait sué sang et eau pour essayer de maîtriser le bouzin.


Ce qui fait de nous des compagnes indissolublement liées à la vie et à la mort par une formation à côté de laquelle les stages para-commando de la légion étrangère ne sont rien moins que de la gnognotte.


Depuis on a échangé nos sang, j'ai "Fr@mboize" tatoué dans le bas du dos, et on se tape des bières tous les samedis soirs en treillis avec les gars du 25ème RIMA.


J'ai aussi les cheveux en brosse et je demande qu'on m'appelle Marcel.


Mais ceci est une autre histoire..


Quant à Fr@mboize après avoir subi le bizutage d'usage par ses (nue et enduite de miel attachée dans une fourmilière) et traversé toutes les pièges et épreuves de la formation Photoshop, pour la récompenser ses compagnons lui ont offert CECI.


Framboize 1.jpg

Framboize 2.jpg


Moui.

Ecartez les enfants et les personnes sensibles quand même... On ne sait jamais..

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : photoshop, chapeau melon et bottes de cuir, wonderwoman | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/06/2010

Demandeeez le prograaamme..


Oui parce que quand vous lirez ces lignes, je serais peut-être déjà dans un avion direction... Un pays mystérieux ou m'attend une bloggeuse mystérieuse.. Qui a bien voulu m'accueillir (quelle erreur).


Je vous abandonne donc une semaine avant de revenir pour quelques jours vous raconter mes aventures exotiques puis de disparaître à nouveau jusqu'au 18 juillet.


La bloggeuse mystérieuse étant dotée d'une connexion et d'un ordi, il est possible que je fasse quelques interventions imprévisibles, avec fanfare et bandonéons..


En attendant, je vous laisse entre de bonnes mains, jugez plutôt..


Demain dimanche : Framboize fait sa kakoue

Lundi : Frieda vous collera la migraine

Mardi : Papilles vous dévoilera enfin LA recette secrète ultime, dans sa famille depuis des générations.

Mercredi : on détache Daydreamer à vos risques et périls

Jeudi : c'est moi par la magie de la programmation

Vendredi : Oum nous fait la fête du slip

Samedi : c'est shabbat, on se repose. Je reviens le soir de toutes manières (enfin normalement).


Merci beaucoup à celles qui m'ont envoyé des notes non énumérées ci-dessus. Je les garde pour mon deuxième départ. Vous pouvez d'ailleurs m'en envoyer encore ce sera avec plaisir..


Le tout sera orchestré avec talent et folaye par Gazelle qui sera le MC de ce blog pendant toute cette semaine.

Si elle en fait trop n'hésitez pas à me le dire, je reviendrais lui botter les fesses.


En attendant, je boucle ma valise, je vous kissekisse, veillez sur Cannelle et le meuri, et surtout surtout, pour Daydreamer, ne lui donnez pas à manger après minuit et ne l'arrosez pas.

Sinon je ne répond pas des conséquences.

gremlins.jpg



06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (22) | |  Facebook | |  Imprimer | |

08/06/2010

Location de vacances..


Moi je vais partir relativement bientôt en vacances.


Vous, je ne sais pas, mais en fait je m'en contrecogne force 12, étant donné que je ne vis qu'autour de mon nombril.


MAIS


Mon bloggounet chéri pas question de le laisser dépérir... Donc je vais quand même faire l'effort de faire semblant de m'intéresser à votre cas. Mais uniquement pour vous demander de faire les guests-stars en mon absence en m'envoyant vos créations à mettre en ligne, comme l'année dernière

 

Mais on va dire que cette année...


Je veux que ce soit encore plus n'importe quoi que si j'étais là ( si c'est possible).


Je veux des conneries, des recettes aphrodisiaques, des photos ridicules, du tuning, de l'altérophilie Kazakhe, du cul, des conseils pour voir des nanards, vos plus grandes hontes, des blagues carambar, de la polémique, de la langue de pute, des trucs de mecs auxquels les filles ne comprennent rien, des trucs de filles auxquels les mecs ne comprennent rien, les fois où vous avez eu envie de tuer vos gosses, les fois où vous avez eu envie de tuer votre mari, votre passion pour le karaoké bulgare, les pires tubes de l'été, ...


... Bref soyez déjantés, soyez créatifs, surprenez-moi, surprenez les lecteurs..


Il n'y a absolument rien à gagner à part le plaisir de sortir parfois de son registre habituel dans un grand délire collectif.


Tout ceci sera orchestré par un webmaster digne de ce nom. Elle est aussi déjantée que moi, c'est ma fille spirituelle, elle aura mon vernis à ongles et ma crême anti-hémorroïdes à ma mort, la belle, la sublime... GAZELLE...


Si vous êtes inspiré(e)s envoyez-moi vos créations sous n'importe quel format (texte, dessins, photos - Extensions autorisées : .jpg .gif et .png. La taille ne doit pas dépasser 15 Mo -  ou vidéos - 10 Mo maxi ou sinon vous pouvez les mettre sur YouTube)  au mail qui figure sur ce blog, avant le 25 juin.


Avant mon départ, je donnerais les dates de passage de celles et ceux qui auront eu la gentillesse de venir faire les fous ici..


Je prends absolument tous les sujets.. Tous sauf un..


Pas de foot.


Non le foot ne passera pas par ce blog. D'ailleurs, pour que tout le monde en soit bien averti, Dom a créé cette superbe bannière que je kidnappe pour l'occasion et qui ornera ce lieu durant toute la coupe du monde, voire après..

Bannière Foot.jpeg



Vous êtes bien sur complètement free de reprendre cette admirable décoration.. Plus on sera nombreux.. Plus on sera nombreux..


Allez go, les gens, je compte sur vous pour les délires et la bannière..


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : vacances | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/05/2010

L'interview Star - Benoit Hamon - porte parole du Parti Socialiste

 

Comme raconté hier, voici donc le fruit d'une préparation calamiteuse et d'une course poursuite pour arriver à l'heure à un rendez-vous impromptu.

Le seul truc que j'ai réussi à faire sous la pression a été de dégaîner mon interview star à base de ... N'importe quoi..

J'ai honte.

Mais ce qui est fait est fait, on ne va pas revenir en arrière.

Buvons donc le calice jusqu'à la lie comme dirait.. Euh comme dirait qui, en fait ?

 

Benoit Hamon, vous êtes une star intergalactique ET - est-il besoin de le rappeler - le porte-parole du parti socialiste (oh mon dieu la gauche revient). Pour les quelques moines trappistes, anachorètes Kazakhs et déficients mentaux qui ne vous connaitraient pas, pourriez-vous vous présenter..


J'ai 42 ans, et aussi loin que je m'en souvienne, j'ai toujours été de gauche. J'ai un parcours un peu atypique par rapport au reste de la classe politique traditionnelle. Pas de sciences-po ni d'ENA, mais une (modeste) licence d'histoire. Mon premier poste public important a été une place dans le cabinet de Martine Aubry (sous le gouvernement Jospin) pour m'occuper des emplois jeunes. J'ai également écrit ses discours avec deux autres personnes. Nous étions 3 hommes pour écrire les discours pour une femme. Ce qui nous permettait souvent de nous interroger afin de savoir si ce que nous écrivions devait avoir une coloration plus féminine ou pas. C'était un bon exercice de style.

 

Actuellement je suis porte-parole du PS Mon activité principale est donc de parler et d'argumenter de façon très conséquente.

Mais je suis également, étant donné que ce n'est pas une activité rémunérée, Directeur d'une petite société d'études avec deux associés et je donne des cours en tant que professeur associé à l'Université Paris VIII. Je suis également Conseiller Régional sur Trappes.

 

Finalement ça rejoint les moines trappistes. Il y a aussi beaucoup de capuches dans ce secteur, même si ne sont pas forcément les mêmes.


Très bien. Mais pour atteindre votre degré réussite, évidemment il faut coucher. Avec qui ? Soyez factuel : noms, adresses, numéros de téléphone. Ca peut servir.



Effectivement. Mais pas forcément avec les gens auxquels on pense dans un premier temps. Les personnes qui m'influencent et dont je prends l'avis quasi-systématiquement ne sont pas les gens les plus connus. Mes deux grands soutiens sont Régis Jouanico, trésorier du PS et Olivier Giraudin, maire d'une petite ville qui s'appelle la Chapelle Saint Luc. Sinon, il y a évidemment Martine Aubry qui m'a intégré dans son cabinet ministeriel, et Henry Emmanuelli, qui est un homme d'une grande qualité et un vrai type bien.


Vous noterez donc que j'ai couché avec plus d'hommes que de femmes (SCOOP ENORME SCOOP)


Une dernière question où je fais semblant de m'intéresser à votre cas : des gens, des films, des rencontres qui vous ont particulièrement marqué ? (à part moi bien sur)


En gros les gens que je viens de citer.

Venons-en maintenant au coeur du sujet : flattez-moi.


Je ne vais pas pouvoir vous flatter très longtemps car j'ai une interview sérieuse à préparer rapidement (je confirme l'attaché de presse a déboulé parce que France 2 voulait une interview dans l'heure) (ce qui prouve aussi que Benoit Hamon considère que mon interview n'est pas sérieuse, on se demande bien pourquoi). Je dirais que dans le concert de mauvaises nouvelles actuelles (dont celles sur lesquelles il devait s'exprimer) je vous remercie de m'avoir permis de dire quelques conneries. Ca change un peu.


Enfin, pour finir, une interview avec la Grande Manu... C'est le plus beau jour de votre vie, j'imagine. Une consécration en quelque sorte. Alors, heureux ?


Oui, ça va, je suis content, la preuve, je suis resté calme. (je confirme, rester zen face à ce qui précède exige quand même des nerfs d'aciers et un self-control à toute épreuve).

De toutes manières, parler c'est quelque chose d'essentiel (sous-entendu, "même à vous" ?). Je n'aime pas trop les gens qui se réfugient derrière l'action à 100 %. Il faut prendre le temps de poser les choses car le temps politique est devenu bien trop souvent le temps de la médiatisation. Et la stratégie du buzz. Cette tendance risque de mener à terme à la dépolitisation de la vie publique, avec une pensée unique et une seule façon de présenter les choses. On entend par exemple aujourd'hui qu'il n'y a qu'une seule solution pour les retraites qu'on soit de droite ou de gauche. C'est faux. Il ne faut pas croire que les sujets peuvent échapper au débat politique contradictoire. C'est pour cela que les blogs politiques et twitter par exemple sont importants ils contribuent à ouvrir justement un nouvel espace de débat. Comme tout ce qui peut contribuer d'ailleurs au débat est important.

 

Je tiens à remercier Benoit Hamon d'avoir pris le temps de me recevoir et surtout de supporter cette consternante interview sans se départir de son amabilité et son sourire.

En vrai il est méga-choupi (quoi, j'ai le droit de faire ma groupie de temps à autres, non ?)

Hamon.Jpeg


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (49) | Tags : interview, benoit hamon, ps | |  Facebook | |  Imprimer | |