Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2010

Pas douée pour l'amitié


Il est temps que je fasse mon coming-out et que je vous révèle un terrible secret.

Je profite pour cela d'un long week-end où il n'y aura pas grand-monde en ligne. Ca se verra moins.


Je ne suis pas formidablement douée pour les relations humaines en général. Mais encore moins pour l'amitié.

Bien sur comme beaucoup de gens j'ai eu petite et ado quelques amitiés fusionnelles "t'es ma copine à la vie et la mort, et si ça se trouve on est cousines et on le sait pas"..

Mais depuis...


Ce n'est pas que je suis asociale (quoi que) mais l'amitié ça s'entretient parait-il..

Et je comme je suis une ménagère calamiteuse, ça vaut aussi pour l'entretien moral : j'oublie régulièrement, voire systématiquement de téléphoner, de prendre des nouvelles, ou de demander comment vont les gens.

Pire.


L'empathie n'étant pas mon fort, j'ai tendance à lever rapidement les yeux au ciel en cherchant la sortie dès que quelqu'un me raconte ses malheurs ou cherche du réconfort. D'ailleurs réconforter quelqu'un est un exercice que j'ai du mal à accomplir. A part "mais oui, ça va aller", je suis souvent démunie quand il s'agit de trouver les mots pour remonter un moral.

 


Evidemment de ce fait, j'ai perdu de vue un nombre conséquent de gens lassés de n'avoir de mes nouvelles que quand EUX décrochaient leur téléphone pour en prendre.


Mais ce n'est pas tout. Je n'aime pas non plus qu'on s'approche de moi de trop près. Qu'on me colle, matériellement ou spirituellement est insupportable. C'est pourquoi, dès que quelqu'un tente de s'introduire un peu trop dans mon intimité, je recule immédiatement et je lève la herse.

 


Compte tenu de tout ce qui précède, je peux dire que j'ai des copains et des copines, oui. Mais des amis ? A voir.


Je n'en veux à personne, quand on donne aussi peu de soi-même il est normal que les gens ne se jettent pas sur vous avec des cris hystériques.

C'est probablement aussi pourquoi les relations virtuelles me conviennent aussi bien. Peu de contacts réels, pas d'engagement, rien d'implicant.

 


Suis-je un monstre pour autant ? Je ne pense pas. J'ai juste un fonctionnement un peu atypique. Dans ce domaine en tous cas.

Est-ce que j'en souffre ? Non plus. Il faut accepter ce qu'on est. J'ai arrêté de vouloir aller contre ma nature à tout prix pour "faire comme les autres" et avoir un carnet d'adresses débordant de noms et de numéros de téléphone.

 


Finalement être misanthrope ça a aussi des avantages. Vous pouvez par exemple envoyer paître les gens sans une once de culpabilité.

Essayez c'est extrêmement jouissif.


antisocial_online.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (42) | Tags : amitié, relations, misanthrope | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/05/2010

Twitter salon littéraire ?


Au cours d'une récente conversation, nous sommes tombés d'accord avec mon interlocuteur sur un point, les réseaux sociaux en général, et twitter en particulier joueraient  aujourd'hui le rôle d'un endroit bien particulier, synonyme d'esprit français : les salons.


Oui souvenez-vous de vos cours d'histoires, bande de moules inculturées : les salons du XVIIIème siècle où philosophes, mondains, nobles, parvenus, jolies marquises et dames de petites vertus se croisaient pour pratiquer une seule activité : le bel esprit. Lieu de rencontre et de joutes verbales, les salons, espace de liberté et de réflexion  ont probablement été un des creusets de la révolution française


Remplacez le boudoir par un espace virtuel,   les élégants par des bloggeurs influents et les jolies marquises par des jolies twitteuses et vous obtiendrez quasiment le même résultat : peu importe le sujet, l'important c'est la joute verbale et le trait d'esprit. Chacun tente d'avoir le tweet le plus brillant, pertinent, drôle, profond ou philosophique.


Et tout ça en 140 caractères. Joli exercice de style.


Surtout pendant les live-tweets. Pour ceux qui ne seraient pas familiers avec l'exercice, le live-tweet consiste à commenter une émission ou un évènement télévisuel en direct. Avec un totale et jouissive mauvaise foi. Et en cherchant la phrase qui tue et qui va être reprise par les participants.


Peu importe au fond l'émission. Et même plus, pire l'émission est, meilleur sera le live-tweet. Programmez une "Nouvelle Star" avec des apprentis-chanteurs peu convaincants ou un "amour est aveugle" avec des soit-disants anonymes tout droit sortis d'un casting de film X et c'est le bonheur assuré.



Les bons mots fusent de partout. Je vois même certains journalistes tout à fait respectables et respectés pour leur sérieux qui se prêtent bien volontiers au jeu.


Il m'est arrivé plus d'une fois lors d'une de ces soirées de glousser hystériquement en regardant à mon écran d'ordi d'un oeil et la télé de l'autre.


Au grand désarroi et face à l'incompréhension totale de ma famille qui a enregistré le numéro de Sainte-Anne dans les favoris du téléphone au cas où.


Oui au risque de me fâcher avec certains puristes de l'histoire et de la littérature française (mais moi les puristes, de toutes manières je les... enfin bref) je l'affirme, tel ma plateforme, Haut et Fort (uhuhuhuh) le bel esprit français n'est pas mort. Il est bien vivant et en pleine forme. Il a simplement migré des beaux appartements de la rive gauche où malheureusement il ne se passe plus grand chose en terme de réflexion profonde.


Pour aller courir tel un Alien en quête de chair fraîche dans les couloirs virtuels du cyber-espace.

(pitin je regarde trop de science-fiction moi, en particulier Alien et Tron, faut que je me calme).


Je ne suis pas dupe ni béatement naïve non plus : 95 % de ce qui s'écrit est basique. Mais les 5 % qui restent valent vraiment le détour. Et je vous conseille vivement de venir y jeter un coup d'oeil.


En termes choisis pour toi, surfeur blond mononeuronal à tablettes de chocolat (miam !) viendez avec nous faire le con sur Nouvelle Star. On se marre.


Et je vous conseille aussi deux autres billets autour du même sujet par les ekkkkksssssellents Dom et David Abiker

 


salon_18eme_siecle.jpg


20/05/2010

Boulet de stage

Si vous avez fait des stages ou des formations professionnels ou encore de reconversion vous avez certainement cotôyé un jour ou l'autre un boulet de stage. Que ce soit le ou la


  • mou(lle) du genou qui capte tout une heure après tout le monde
  • déficient(e) neuronal qui ne capte rien du tout
  • déphasé(e) qui vit dans une dimension parallèle
  • rebelle qui veut tout faire à sa manière sans rien écouter
  • étourdi(e) qui oublie tout 2 minutes après qu'on lui ait expliqué ou qui a oublié de quoi noter, boire, téléphoner, perd ses notes, ses clés, son portefeuille, ses tickets restaurant et autres..
  • dépressif (ve) que tout ennuie et surtout cette formation
  • égocentrique qui pense qu'il (elle) est seul(e) et tient le crachoir pendant des heures avec ses problèmes perso
  • lêche-bottes qui croit malin de rigoler très fort à la moindre vanne du formateur

 

Ou celui ou celle


  • qui s'est trompé(e) de formation
  • que son patron à mis là uniquement parce ça lui donne des abattements fiscaux mais qui n'a rien à voir avec la choucroute
  • qui crois bien tout faire mais qui se plante systématiquement (sans que ce soit jamais sa faute, bien sur)
  • qui souffre d'un complexe d'infériorité et qui stresse ou panique à chaque nouvelle étape.

 

Ou encore le cas extrême qui réunit toutes ces caractéristiques (si, si ça existe).


En tous cas, ils ont tous en commun de ralentir le groupe, énerver tout le monde, exaspérer le formateur et finir attachés et baillonnés à une chaise et enfermés dans un placard dès qu'on en a l'occasion.


Pourtant... Je crois bien que cette fois ... Le boulet c'est moi. Effectivement, quand on m'a dit que j'allais bénéficier d'une formation Photoshop j'ai sauté partout comme un petit cabri sous extasy. Et je m'y suis rendue plutôt confiante : avec ma maestria informatique habituelles, deux coups de cuillères à pot et hop, je serais la reine du photo-montage.

 

Sauf que non..

 

Au bout de 2 / 3 heures, j'ai du me rendre à l'évidence..

 

Je ne bitais rien.


Mon neurone de blonde était saturé de calques, baguette magigue, sélections vectorielles et autres transformations manuelles et je n'arrivais à RIEN faire sans l'intervention du formateur.


J'étais devant mon écran les doigts suspendus au-dessus du clavier, fixant l'image que je devais retoucher avec les yeux exorbités comme si je venais de voir la tête de Freddy Krueger, la bouche ouverte et le filet de bave coulant à la commissure des lèvres.


Jusqu'à m'énerver publiquement en menaçant de passer mon ordi par la fenêtre parce que je n'arrivais pas à détourer cette p*** de b** de m**** d'image.  Voire à m'énerver en vociférant "personne n'avance avant que j'ai TERMINE"..


Avec les deux autres co-stagiaires  hésitant entre effroi (je fais peur quand même quand je suis en crise), dégoût, et descendre chercher du lexomil à la pharmacie la plus proche pour moi et pour eux.


Et Le formateur qui tentait de me calmer en me disant "mais calme-toi chouchou, ça va aller" (le formateur était très chouchou).


Oui. 3 jours de sueur de sang et de larmes.


J'ai eu une lueur d'espoir à la fin du stage quand je suis enfin arrivée à trifouiller vaguement une image par mes propres moyens. Lueur aussitôt éteinte quand rentrée à la maison, j'ai réalisé que j'avais absolument tout oublié.


C'est mon employeur qui va être content.


Je crois que ça faisait longtemps que je n'avais pas autant tenté de concentrer mon neurone de blonde pour aussi peu de résultat. Et blague à part c'est fichtrement épuisant.  3 jours de stage m'ont complètement vidée.


Mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Mon formateur chouchou va me prêter un photoshop à installer gratos. Et je te garantis qu'une fois dans mon macbook chéri Roger, le photoshop, je vais lui faire la peau.


C'est pas un petit logiciel de rien du tout qui aura le dernier mot face à la Grande Manu, non mais.


Du coup, comme j'ai souffert, vous allez souffrir aussi. Je vous montre quelques-unes de mes oeuvres.

ET VOUS ETES PRIES DE VOUS EXTASIER

Merci.

 

Tasse.jpeg
Tracé cochon 2.jpeg
Punk lunettes bleues.jpeg
Feuilles montage.jpeg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (51) | Tags : stage photoshop | |  Facebook | |  Imprimer | |

17/05/2010

Comment flinguer un rendez-vous important..


En trente étapes :


  • Suivez un homme politique connu sur twitter


  • Harcelez-le pour qu'il vous suive avec des tweets idiots


  • Une fois que c'est fait, re-harcelez le pour avoir une interview toujours sur twitter


  • Dès que vous avez obtenu son adresse mail, continuez par e-mail


  • Quand enfin il cède par épuisement, et vous dit de venir dans les deux heures, soyez en peignoir, les cheveux en vrac et surtout ne préparez absolument aucune question d'avance, c'est plus professionnel


  • Lavez-vous les cheveux au dernier moment


  • Maquillez-vous au Karcher en rush


  • Coincez la fermeture éclair de votre robe


  • Partez en retard et en catastrophe, les cheveux mouillés en vrac, avec le maquillage de Lady Gaga


  • Courez dans le métro dans une jupe entravée et sur des talons de 10 cms.


  • Réalisez que votre trench est plein de tâches


  • Ratez toutes vos correspondances


  • Arrivez miraculeusement à l'heure et piétinez un SDF couché à la sortie du métro


  • Faites-vous traiter de sale pute


  • Trouvez d'un seul coup le siège du PS (quand même) et cassez-vous la figure dans la cour alors que plusieurs personnes sont aux fenêtres. Parce que vous avez mis des talons de 10 cms (je rappelle) et que la cour est pavée


  • Dites bonjour. En bafouillant. A l'accueil



  • Demandez un thé alors qu'il n'y a que du café et de l'eau. Et qu'on vous l'a précisé


  • Posez des questions idiotes


  • Enfoncez-vous


  • N'enregistrez rien, ne prenez pas de photos


  • Essayez de vous rattraper en sortant des pensées intelligentes. Enfoncez-vous encore plus


  • Finissez par demander à votre interlocuteur s'il a couché pour réussir


  • Manquez de vous évanouir


  • Rougissez en ricanant bêtement comme si vous aviez 12 ans et demis


  • Partez en courant


  • Réalisez l'ampleur du désastre


  • Rentrez chez vous en larmes


  • Prenez un Lexomil et de la Vodka pour noyer votre honte


  • Roulez-vous en boule sous la couette en espérant que l'univers vous oublie.


Le résultat de cette pathétique odyssée ? Interview star demain ici même..


Entre temps mon billet (aller simple) pour la Patagonie est déjà réservé.

 

fin-semaine-honte-L-1.jpeg


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (32) | Tags : ps, interview, benoit hamon, catastrophe | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/05/2010

Free du cerveau


Je suis ce qu'on appelle un gros clapet.

Un énorme clapet  même, qu'on pourrait dire inversement proportionnel à ma taille.


Accompagné d'un franc-parler qui irrite considérablement certains - mais dont d'autres me félicitent.

Même dans le cadre professionnel, il m'arrive de dire à des collègues que leur tête me revient moyennement ou que le projet sur lequel il planchent depuis des mois est une vraie et belle usine à gaz.


Il y a encore peu de temps ce rentre-dedans m'a valu de solides inimitiés.

Dont en fait...


Je me contrecogne totalement.

 

Car j'ai largement passé le stade de me préoccuper de savoir si je suis populaire ou pas, aimée ou pas, gentille ou pas, insérée socialement ou pas.

Le peu de carrière que je peux avoir est presque fini, et si la réussite peut se mesurer au fait d'avoir une famille assez sympa, un toit sur la tête, un peu de sous, pas trop de soucis et une santé préservée, alors je considère que j'ai réussi.



Etre le maître du monde socialement ou professionnellement parlant m'est totalement égal.  Je n'ai rien à prouver à personne. Surtout plus à moi-même. C'est pourquoi je Je n'ai aucun goût pour le pouvoir et ses attributs. Le pouvoir est justement fait pour des gens qui veulent prouver quelque chose au monde.


En revanche, je rappelle que j'attends toujours d'être maître de la blogosphère. Mouahahahah...



C'est pourquoi je peux donner libre cours à ma liberté de penser comme dirait l'autre. Ca ne me plaît pas ? Je le dis et pas toujours en termes choisis.

Ca ne plaît que ça ne me plaîse pas ? RAC (Rien A Cirer)



Et encore aujourd'hui j'arrondis un peu les angles. Essentiellement pour éviter de blesser des gens que j'aime bien ou que je respecte. Même si je l'avoue, ma capacité d'empathie avec le genre humain est relativement limitée.



J'aime assez l'idée de ne pas être conformiste, de penser autrement et surtout de le dire. Même si je n'ai aucune nostalgie du passé, je regrette simplement que l'époque actuelle soit si lisse et si formatée.


Poil à gratter, ça me va bien comme Karma finalement.

 

farce et attrape le poil a gratter.jpg

 


06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (43) | Tags : liberté d'expression, conventions, conformisme | |  Facebook | |  Imprimer | |

11/05/2010

Mythomane-moi un coup, pour voir

Quand on a passé un certain nombre d'années de vie, comme votre serviteuse, on a vu passer toutes sortes de profils humains.

Des sympas, des moins sympas, des cons, des leaders, des suiveurs, des francs-tireurs, des originaux, des psycho-rigides, des créatifs, etc...

ET

Un bon pourcentage de barjos.

De tous types aussi. Il n'y a que l'embarras du choix. Ma mère ayant pour passion de la collection de barjos, je peux me prévaloir d'une certaine expérience et vous affirmer que le champs des possibles est immense dans ce domaine.


C'est fascinant. On a beau s'attendre à tout, il y a toujours un fêlé pour vous surprendre avec une dinguerie inédite.

Un des profils de brindezingue que vous croisez le plus facilement au cours de votre vie c'est le mythomane.

Attention il y a une vraie différence entre l'affabulateur qui trouve sa vie fade et qui l'enjolive d'exploits ou de rencontres improbables, pour peu qu'on creuse un peu ses affirmations.

Ou prétend qu'il a accompli certaines choses. Comme ce célèbre bloggeur people qui a affirmé récemment réaliser de superbes photos avec son Iphone. Alors qu'on les a retrouvées sur Flickr bien évidemment signées par un vrai photographe.

Ou encore, dans notre joli petit monde virtuel, comme d'autres bloggeurs qui ne sont pas du tout ce qu'ils prétendent être, ou vous annoncent qu'il leur est arrivé des évènements imaginaires, souvent tragiques, pour qu'on s'occupe de leur cas.

 

Oui, il y a une différence entre l'affabulateur et le vrai mythomane qui finit par croire à ses propres histoires et vous entraîne dans son monde.


A vos risques et périls.


Car le mythomane est rusé. Il fera tout pour que vous plongiez avec lui dans ses délires. Afin de prolonger son petit théâtre de fantasmes. Au risque que vous y laissiez votre santé mentale.

Peu lui importe d'ailleurs. L'essentiel est que son petit cirque prospère. Même mis face à la réalité ou pris en flagrant délit de mensonges, le mythomane n'admettra jamais qu'il invente. Car pour lui ses histoires SONT la réalité.

 

Une seule solution face à ce type d'invidu, comme face aux pervers manipulateurs :  fuir. N'espérez jamais leur ouvrir les yeux, même avec toute la force de votre affection ou de votre amour. Seule une prise en charge par des professionnels peut avoir un effet.


C'était la minute psy de tante Manu. Mes honoraires sont 150 euros de l'heure. Merci d'envoyer votre numéro de carte de crédit sur mon mail.


Edit : je suis le médecin traitant de Madame Manu. Cette personne est gravement perturbée. Elle tente de faire croire à son entourage qu'elle a des compétences dans le domaine de la psychiatrie. Bien évidemment il ne faut la croire à aucun prix.

50Mythomane.JPG

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (48) | Tags : mythomane, fabulateur, histoires | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/05/2010

Lost in la Pampa


Pour les autistes, les aveugles et les gens qui ne me suivent pas sur twitter (Kewaaaa ? Il y a des gens qui ne me suivent pas sur twitter ?) je rappelle que le week-end dernier j'ai été contrainte à un exil forcé chez mon beau-père à Rouen.


Après avoir trouvé divers prétextes pour retarder cette visite, l'achat précipité d'un Mac la semaine dernière m'a conduite à finalement accepter de façon stratégique ce séjour de piété belle-filiale, afin d'amortir la réaction de mon meuri au prix exhorbitant du bouzin d'Apple.


Que je ne lui ai pas encore communiqué, le prix exhorbitant.


Je vais d'ailleurs éviter de le faire, n'ayant aucune envie de gérer alternativement un divorce ou un triple pontage coronarien et sa convalescence.

C'est donc la mort dans l'âme que j'ai quitté vendredi soir mon doux logis, mon mac et Cannelle pour aller affronter la province.


Je ne reviendrais pas ici sur les souffrances endurées, largement évoquées sur twitter au risque d'un défollowage massif. Souffrances en forme de souvenirs en boucle de (en alternance) la guerre de 40/45, les traitements médicaux, les histoires de marins et de pêche, et la généalogie. Je ne reviendrais pas non plus sur les douleurs à l'estomac que me provoquent la vue d'un jardin tout vert ou un feu de cheminée. Ni sur la surcharge pondérale et cholestérolémique causée par une accumulation de côtes de boeuf, magrets de canard, et autres pommes sautées. Non parfois les mots sont inutiles.

Je me contenterais donc de vous montrer dans quoi je suis obligée de vivre 2 jours durant


Enfin je voulais me contenter de vous montrer dans quoi j'ai été obligée de vivre que vous allez voir dans ... avec un torticolis..

Car hier soir HautetFort refusait obstinément de m'insérer les photos dans le bon sens .. A O h 45 j'ai renoncé à lutter..

Remarquez c'est un style.


Du coup, je ne vous inflige pas toute la série.. Je ne voudrais pas être la cause d'arrêts de travail en chaîne..


IMG_0250.JPG

IMG_0249.JPG

IMG_0248.JPG

IMG_0235.JPG
IMG_0233.JPG
IMG_0232.JPG
IMG_0230.JPG



 

Cosy, non ?

 

Si quelqu'un de ma belle-famille tombe sur ce billet, je suis morte.


Et si quelqu'un peut me dire POURQUOI CES P... DE B.... DE M... d'images ne s'affichent pas dans le bon sens, je le remercie d'avance et je le couvre de pétales de roses.

Et je lui lègue mon Mac et mon Iphone quand ma belle-famille aura dépecé mes membres et les aura jetés à la Seine : ils sont barbares, ce sont des Normands descendants des vikings en ligne droite.

Au secouuuuuuuurs.


Edit : merci à Nekkonezumi qui a trouvé la solution, les photos importées de l'Iphone sortent couchées. Il faut probablement passer par un logiciel de traitement photo. Un logiciel Mac gratuit en téléchargement à me recommander ?

Re-Edit : problème solutionné : je vous présente donc TOUTE la collection dans le bon ordre !



06:03 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (55) | Tags : normandie, rouen, week-end, belle-famille | |  Facebook | |  Imprimer | |