Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2008

Le retour du comeback de la vengeance de la vengeuse masquée

.... Ou encore connais-toi, toi-même.

Oui, sous ce titre rigolo se cache une interrogation un peu plus existentielle, que je case en ces jours où la blogosphère ressemble au désert de Gobi. De cette façon mes lecteurs habituels ne râleront pas en disant "boh, c'est pas drôle ton truc".

La réflexion est venue récemment lorsqu'une amie proche m'a révélé qu'elle m'avait dissimulé une partie de son douloureux passé pendant presque 20 ans - à moi et à la plupart de ses proches d'ailleurs - et qu'elle m'en parlait aujourd'hui parce que, justement, elle venait de se réconcilier avec ce passé.

Si elle m'y autorise, je vous raconterai d'ailleurs un jour son histoire émouvante et rocambolesque.

Je me suis alors demandée si nous connaissions bien nos proches. Je veux dire, vraiment bien.

Moi-même j'ai des pans entiers de mon histoire que je n'ai jamais raconté à mon mari, à mes enfants, voire à mes parents.

En effet, je me vois difficilement reproduire avec mon mari la scène de 4 mariage et un enterrement ou le personnage joué par Andie Mc Dowell énumère au personnage médusé joué par Hugh Grant la liste de ses 37 amants avec appréciations et commentaires.

Déjà je n'ai pas eu 37 amants - ou alors j'étais dans un état second.

Ou encore expliquer à mes fils que je me suis retrouvée par moment totalement minable, à vomir la tête dans le caniveau, avec un copain qui me tenait les cheveux pour abus de boissons ou de cigarettes euphorisantes, ou que j'ai fait des soirées déguisées quasi à poil pour cause de costume de danseuse brésilienne.

Même si je n'ai pas vraiment de secrets honteux du type fréquentation assidue de boites échangistes ou cures de désintoxication à répétition, je n'ai pas forcément envie que mes proches connaissent certains passages de ma vie, notamment les trucs glauques ou pas très reluisants pour mon égo.

Je peux même dire que personne ne connait absolument entièrement ma vie. Pas même mes parents, ni une très bonne amie.

Et pourtant ces moments-là font partie de ce que je suis. J'en suis donc venue à conclure que personne ne me connaissais vraiment, au fond.

C'est pas mal : je peux ainsi garder ma part de mystère. C'est peut-être plus intéressant que d'être un livre ouvert.

Du coup, je me suis dit que, pour certains de mes proches, il devait en être de même. Est-ce que je les connais VRAIMENT au fond ? Pas certain.

Peut-être ont-ils, tels mon amie, des choses qu'ils ne m'ont JAMAIS révélées et qui changerait à jamais mon regard sur eux ? Mais est-ce que j'ai vraiment envie de les entendre ?

Je me demande...

Et vous alors, connaissez-vous bien vos proches, et eux, vous connaissent-ils bien ?

Edit : un ex retrouvé sur "copains d'avant" vient de me révéler que j'ai bien eu 37 amants mais en même temps lors d'une soirée un peu arrosée il y a une trentaine d'années. Je crois que je vais prendre un billlet pour l'Australie demain, moi...

carla-catwoman-1.jpg
Et pour ceux qui ne savent pas qui ce dessin représente, c'est CATWOMAN, bien sûr...

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : 4 mariage et un enterrement, secrets, mystère | |  Facebook | |  Imprimer | |

26/12/2008

Aujourd'hui c'est ENCORE Noël...

... Malheureusement...

Oui, aujourd'hui, pour mon plus grrrrannnnd BONNNHEEUURR nous fêtons la nativité avec ma belle-famille.

Je kiffe mais à un point totalement démentiel.

J'ai bien essayé d'échapper à l'exercice, mais rien à faire. Mon meuri m'ayant menacé de signer  pour de bon le formulaire d'internement à Sainte-Anne qu'il m'a agité sous le nez pour concrétiser la menace.

Nous recevons donc le géniteur de mon meuri, le frêre de mon meuri et sa femme (celle qui m'avait offert le redoutable pique-olives entièrement en moules de concarneau - voir la note "cadeau tout pourri, ennui") et la soeur de mon meuri.

Ok, donc, cette note va être brêve car il faut que je checke le matériel.

Battle-dress, OK

Rangers, OK

Lampe frontale, OK

Cagoule, OK

Boussole, OK

Ceinture de munitions, OK

Fusées de détresse, OK

Nunchaku, OK

Pains de C4, OK

Sabre laser, OK

Bouchons d'oreilles, OK

Vannes, parpaings et répliques qui tuent, OK.

Gueule enfarinée, OK.

Je pense que le plan B va être de m'enfermer dans la cuisine en prétextant des préparations super-sophistiquées, en sirotant un petit rhum-goyave et en écoutant Latina sur la radio d'appoint...

Mais non JE NE PEUX MEME PAS. Mon meuri a décrété qu'il se mettait aux fourneaux. Je vais être OBLIGEE DE SUBIR les conversations sur le jardinage, les chiens et la guerre de 40-45... !!!! AAAAAAAAAARRRRGHHHH....

S'il vous plait, si vous n'avez pas de billet demain matin. ENVOYEZ L'EQUIPE DE SECOURS... Je vous en PRIE... Et n'oubliez pas la bouteille de rhum et un disque de Marvin Gaye pour me réanimer.

camo%20operation%20tempete%20de%20chlore%20004.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (20) | Tags : noël, famille, repas | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/12/2008

Note artistique et énervée

La partie artistique

Ma dernière acquisition

Vase.jpg

Oui, c'est un vase artistique acquis à prix modique chez Maisons du Monde.

 

En bois, on ne peut absolument rien mettre dedans, ni eau, ni fleurs.... Du coup c'est totalement inutile, donc RIGOUREUSEMENT INDISPENSABLE...

La partie énervée

Hier j'ai récupéré  mon fils aîné après 3 mois d'exil pour études (soit disant) à Varsovie.

Après 2 minutes de joie à l'idée de le revoir et de le serrer dans mes bras en lui disant qu'il m'a manqué, l'horizon s'est brutalement obscurci vers l'heure du déjeuner quand, m'apprétant à aller déguster une pizza avec mes chères collègues, l'engin m'appelle de l'aéroport en panique.

"Je suis en excédent de poids (de bagages) ", "ils ne veulent pas que je monte dans l'avion, je n'ai plus assez d'argent pour payer et l'embarquement ferme dans 20 minutes".

J'ai réprimé l'envie de lui dire 1. "démerdes-toi" 2. "fais un régime". En bonne mère conscienscieuse, j'essaye donc de trouver une solution en 1. proposant de donner mon numéro de carte bleue pour régler 2. Engueulant le clampin Varsovien chargé de l'enregistrement en anglais au téléphone. D'habitude mes séances d'engueulade sont relativement efficaces mais là, face à la terreur des balkans réincarnée en employé d'aéroport, rien à faire... Pas de numéro de carte bleue qui tienne, ni de solution proposée.

Je dis donc à mon fils (qui a un rendez-vous important à Paris pour un stage demain, je le rappelle, d'où l'urgence pour lui de revenir) "Largues tes caleçons, tant pis, et monte dans cet avion". Ce qu'il a fait, laissant une partie de son linge de corps à l'Emmaus Polonais qui n'en demandait pas tant..

Sur ces entrefaites, j'appelle mes parents qui doivent aller récupérer l'héritier à Roissy pour les informer des évènements et je tombe en plein marasme .  Mon père s'était mis à pisser le sang par le nez sans aucune raison. La panique du truc + l'angoisse d'être en retard à l'arrivée du chérichéri : je ne vous dis pas l'ambiance : on se serait cru aux urgences un jour d'épidémie massive de peste bubonique...

Une fois l'hémorragie stoppée, et les ancêtres lancés sur la route, nouveau rappel paniqué de leur part : il ne trouvaient pas le terminal d'arrivée de l'avion. J'ai du donc interrompre mes activités professionnelles pour faire un radioguidage avec l'aide d'internet et du site Air France..

Tout va bien, je vais bien..

J'avais l'impression d'être dans un PC de gestion de crise à coordonner les secours pour une équipe d'archéologues coincée dans une caverne par la crue subite d'une rivière souterraine. Et ma tension artérielle était montée à 20,5.

Une fois rentrée après mon cours de Salsa (faut pas déconner, retour du fils prodigue ou pas, je vais à la Salsa) et détendue par 1.30 heure d'effort physique, je pensais avoir une conversation amicale et sereine avec mon héritier.

Or,  non, j'ai eu envie de le coller immédiatement au mur pour cause de :

on mange quoi ? T'as pas 20 euros ? Mon portable marche plus. Qui a touché à mes affaires ? T'as pas 20 euros ? Tu me donnes le téléphone, faut que j'appelle. Passes-moi l'ordi. J'ai besoin de 20 euros. J'ai faim, là. C'est mon frère qui a pris mon pull ? Mince la bouteille de vodka a explosé dans ma valise. Je peux avoir le téléphone, j'ai un appel à passer, là. Tiens je prends le pull de mon frère. Tu me les donnes mes 20 euros ? Je sors. Ah bon faut rester à la maison pour le réveillon ? Non je ne sais pas à quelle heure je rentre. La vodka, ça part au lavage ? Oui, ok, je vais la ranger ma valise en travers de l'entrée ! Mes cheveux, ça va ? Bon faut vraiment que j'y aille, là, tu me les donnes les 20 euros ?

Parents de jeunes enfants, ne dites pas que je ne vous ai pas prévenus... Futurs parents qui alliez commettre l'irréparable, arrêtez-vous immédiatement...  Sinon voilà ce qui vous attend.

Et au fait, pour ceux qui festoient ce soir... Bon festoyage..

Et pour ceux qui ne festoient pas, on pense à vous !!!

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : vase, voyage, varsovie, avion, aéroport | |  Facebook | |  Imprimer | |

22/12/2008

Cadeau tout pourri... Ennui

C'est de saison..

Vous êtes probablement tout à la joie de la préparation des fêtes et excité(e) à l'avance à l'idée des jolis cadeaux que vous allez recevoir..

Sauf que ...

Tout ne se passe pas toujours comme vous l'auriez voulu, les gens ayant tendance à VOUS offrir ce qui LEUR fait plaisir ; et le sourire angélique et ravi se transforme parfois en grimace crispée à l'ouverture du paquet.

J'ai moi-même subi quelques expériences douloureuses, dont une particulièrement difficile que j'ai raconté sur d'autres blogs à l'occasion de notes sur ce sujet.

Mais je crois ne pas l'avoir encore racontée en direct live.

Ou peut-être, dans ce cas, je gagatise...

Boh, tant pis, ça vous habituera à m'avoir en boucle, ce qui ne saurait tarder de toutes manière..

Ma belle soeur et moi n'avons pas DU TOUT les mêmes goûts. Elle est très... comment dire ... meubles rustiques, bibelots à foison, napperons en crochets, santons et cheminée..

Note à moi-même : ne JAMAIS donner l'adresse de mon blog à ma belle-soeur...

Alors que moi, je suis plutôt... bois, design et dépouillement.

Note au public : le dépouillement, c'est un truc de paresseuse pour avoir le moins de nettoyage possible.

Vous voyez le truc.

Donc, un jour de Nöel, ma belle-soeur me tend un paquet avec un sourire béat en me disant "tu vas voir, je t'ai pris un truc super-utile et joli, je pense que ça va te plaire"...

Dans un coin de mon cerveau, mon instinct de femmo erectus (pourquoi dit-on toujours uniquement homo erectus d'ailleurs, ça m'énerve)  qui luttait pour sa survie dans les plaines glaciales peuplées de Mammouths et de tigres à dents de sabre se réveille et crie "DANGER"..

Bon, je ne peux quand même pas jeter le truc par la fenêtre au risque de me mettre ma belle-famille à dos. Je continue donc l'ouverture du machin précautionneusement, ma belle-soeur m'ayant préalablement prévenu "c'est fragile"...

Et j'en sors, avec des yeux exorbités... Un porte-pique olives FACON SOUVENIR DE CONCARNEAU TOUT EN COQUILLAGES...

A ce moment, ma machoire subit une poussée verticale qui l'amène au niveau de ma poitrine et je regarde mon meuri qui évite soigneusement mon regard pour ne pas éclater de rire. Et pourtant mon meuri, il est stoïque, tu peux lui faire passer un TGV sur les mocassins, il bronchera pas d'un iota...

Au bord de l'implosion et ne sachant plus que dire, je bredouille "floue que j'aille churveiller le wotie" et je me réfugie dans la cuisine pour me coller la tête dans le four afin d'étouffer mes gloussements hystériques...

Evidemment, le machin s'est brisé à l'insu de mon plein gré dans une chute malencontreuse en rangeant un placard..

J'ai gardé les piques à olives en souvenir.

Maintenant, je regrette, j'aurais du garder l'objet, pour le ressortir quand mes copines viennent, histoire de se faire un fou-rire général.

Et quand ma belle-soeur me demande si on veut quelque chose pour Noël, je lui dit "boh, t'embêtes pas, on a tout ce qu'il faut"

Et vous alors, le cadeau maudit, vous y avez eu droit ??

 

image_156.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : cadeau, noël, fêtes | |  Facebook | |  Imprimer | |

18/12/2008

Psychothérapie expresse

Certains d'entre vous réclament de voir ma tête (quelle erreur !). Ce à quoi j'ai répondu par la négative.

Sinon après les copains de mes fils vont pouvoir dire "ta mère en photo sur internet"..

En revanche, j'accepte dans ma grande mugnificence de vous livrer quelques recoins de mon caractère.

Et je vous préviens, c'est pas gagné non plus, car :

 

  • Je ne suis pas une bonne mère : j'ai fait deux gosses dans un moment de pic hormonal. Depuis, à part les engueuler copieusement de temps à autre, et leur reprocher de m'avoir fait atrocement souffrir lors des acccouchements, je les laisse plus ou moins se débrouiller. Je refuse de les couver et je suis plutôt contente quand ils partent courir le guilledou. Ils se vengent en me confondant avec un distributeur bancaire.

 

  • Je ne suis pas une bonne épouse : j'en fiche le minimum à la maison - TOUTES les tâches ménagères me gonflent, y compris la cuisine ; j'engueule mon mari en lui disant notamment qu'il s'habille comme un réfugié roumain ; j'oublie systématiquement TOUS les anniversaires de mariage ; je pars faire la java avec mes copines voire en vacances toute seule ; et il m'arrive fréquemment au bout de 25 ans de vie commune de penser "mais quand est-ce qu'il va se tirer faire un truc avec ses potes". Pas de bol, il n'a pas beaucoup de potes et si je ne lui dis pas "on bouge", il ne se passe pas grand-chose. Je ne supporte pas qu'on me glue, et ça vaut pour mon mari également. Il me faut de l'oxygène.

 

  • Je ne suis pas une bonne fille : j'engueule EGALEMENT mes parents. Surtout ma mère. Quand elle fait n'importe quoi. Et elle fait souvent n'importe quoi, genre goûter de la beuh à 78 ans ou ravager une boîte de chocolat d'un kilo en moins de 6 minutes.

 

  • Je ne suis pas un bon pilier de famille : venant d'une famille réduite à sa plus simple expression dont les quelques membres restant sont copieusement cinglés, j'ai longtemps envié les grandes tablées constituées de multiples oncles, tantes et cousins à des degrés divers. Aujourd'hui, plus du tout. J'ai trop entendu d'histoires de familles calamiteuses pour envier quoi que ce soit. C'est même carrément l'inverse. Les quelques réunions de familles annuelles me gonflent à un point phénoménal. Ecouter des histoires très moyennement intéressantes de gens avec qui je n'ai que finalement peu d'atomes crochus me donne le sentiment de perdre mon temps. Et du temps, j'en ai de moins en moins a perdre, alors...


  • Je ne suis pas une bonne salariée : très jeune, j'ai fait miens deux principes que mon père m'a inculqué très tôt
    • 1. Tu es un mercenaire : tu es payée pour faire ton boulot, donc tu le fais bien. Pour le reste, pas de sentiments
    • 2. Dans une société, plus on affiche et on parle de valeurs, moins il y en a. Partant de là, les blablas d'entreprise me passent largement au-dessus du crâne et "tous ensemble dans un même élan pour le bien de brother & brother" il y a belle lurette que tu me le fais plus avaler...

 

  • Je ne suis pas une bonne copine : faut pas m'appeler quand le film démarre et que je suis lovée dans le canapé ou que je suis en pleine rédaction d'un billet BRILLANT ET INTELLIGENT. Surtout pour me raconter "beeeuuuuh, il m'a trompée, je vais mourir, qu'est-ce que je dois faire....". Tu risques de te prendre "ben quitte-le et arrêtes de te pleurer sur tes escarpins, Germaine. Bon salut, j'ai un truc sur le feu". En revanche, si tu as des potins croustillants, je prends. J'adore faire radio-moquette. Surtout au détriment des autres.


  • Je ne suis pas une bonne politiquement correcte : aaaah, le politiquement correct, ma bête noire. Ecoute, coco, c'est pas parce que tu appelles un handicapé moteur un "déficient de la position horizontale" ou une moche un "physique ayant du caractère" que ça va changer quoi que ce soit. Au contraire c'est encore plus cruel parce que de toutes façons, la moche elle reste moche, et le handicapé, handicapé quoi que tu leur dises. Le mieux que tu aie à faire c'est de proposer au handicapé de le balader dans sa chaise roulante ou d'accompagner la moche faire un relooking.

 

  • Du coup, je ne suis pas une bonne hypocrite NON PLUS. Ne me demande pas de faire des courbettes à quelqu'un que je déteste. J'ai déjà du mal à le cacher, alors... J'y arrive tout juste au boulot, mais VRAIMENT par nécessité vitale. Cire-pompes, c'est juste pas possible. Faire des calculs politiques, non plus. Me copiner avec des gens par intérêt ENCORE MOINS. Du coup, j'ai un "réseau" comme on dit pas très actif parce que uniquement constitué de gens que j'apprécie et qui n'ont pas toujours des situations professionnelles ou sociales très en pointe... En plus j'ai HORREUR de demander des services... Je préfère me débrouiller.

 

  • Je ne suis pas une bonne socialement responsable : donne moi une grande cause avec flonfons et trémolos, et généralement, je te tourne le dos et je me casse. Charité bien ordonnée commence par soi-même et d'une ; et de deux, je me méfie terriblement de ceux qui mettent trop en avant leurs bonnes actions. Si je veux faire quelque chose c'est PRIVE et SPONTANE. Et je n'ai besoin de personne pour lui agiter mon don sous le nez. Le pire du pire dans ce registre ce sont les enfoirés... Qui sont vraiment des enfoirés, parce que présents pour se faire leur pub. S'il faut aider les restaus du coeur, ce n'est certaintement pas en achetant leur disque que je vais le faire.

 

  • Je ne suis pas bon public : je ne SUPPORTE pas la médiocrité dans le domaine artistique. Ca me rend dingue. Quant on est un artiste on ne fait pas les choses APPROXIMATIVEMENT. C'est pour ça que je tape sur des types comme BENABAR ou RENAN LUCE ou CHRISTOPHE MAE qui nous ENTUBENT avec leurs pauvres paroles minables et leurs mélodies à 2 balles. Ces types se fichent du public en se prenant pour des caïds. Même chose pour Marc Lévy (pour ne citer que lui) en littérature ou quelques réalisateurs français dit "introspectifs" comme Arnaud Desplechin (mon dieu que ses films sont chiants) qui pensent qu'ils sont Truffaut et endorment les 4 spectateurs qui vont les voir. Et je me fiche complètement de savoir qu'ils ont du succès. Dans 10 ans personne ne s'en souviendra plus. Vous verrez. Seul le vrai talent passe l'épreuve du temps.

 

  • Je ne suis pas une bonne calme : tout m'énerve, tout le temps à jet continu. Les gens, les cons, Sarko (oups, j'ai associé Sarko à con), la vie, les voitures, les sentiments, l'actualité, l'administration, la paperasse, la discipline, la hierarchie, la télé, pas de télé, l'ordinateur, pas d'ordinateur, mon chat, les enfants des autres, les miens, les fêtes de fin d'année, les fêtes de début d'année, et j'en passe. Du coup je bouillonne en permanence. Ca fatigue tout le monde. Ou alors je boude dans mon coin. Ca fatigue tout le monde encore plus.

     

     

    Ajoutes-y le fait que je n'ai AUCUNE culpabilité à ne pas être une bonne quelque chose +  un GROS zeste de maniaco-depressivo-angoissée, susceptible, paresseuse, rancunière, grande gueule, colérique, égocentrique, lunatique, infantile et tu as un bon aperçu de mes talents...

    Bon, sur ce coup là je pense que j'ai réussi à perdre TOUS mes lecteurs.

    Il ne me reste donc plus qu'à fermer ce blog et à en ouvrir un sous un autre pseudonyme...

    Mais moi, la psycho expresse, du coup, ça va drôlement mieux, et vous ???

     

    chat_paresse.jpg

     

    17/12/2008

    The Nouvelle American Idol Star

    Les fidèles de ce blog le savent, je suis - du moins j'étais jusqu'à l'année dernière - une accro de Nouvelle Star.

    Oui, car la saison dernière du télécrochet de M6 était décevante :  sélection finale des candidats assez inintéressante et nouveau jury moyen, avec en cadeau bonux l'insupportable Lio.

    Avec une gagnante à grosse voix, Amandine, sosie de Steffi Graff dont on a absolument plus entendu parler depuis.

    Malheureusement, c'est confirmé, le jury de l'an dernier : Lio, André Manoukian, Philippe Manoeuvre et Sinclair est intégralement reconduit et je crains, qu'à l'image de la Star Ac', du coup, Nouvelle Star ne fasse la saison de trop.

    En tous cas, en exclu chipée sur le site de Perez Hilton et traduite rien que pour vos yeuyeux, voici les changements qui vont s'opérer sur la grande soeur de Nouvelle Star, la version US, American Idol, et qui vont peut-être également arriver en France.

    • Il y aura moins d'émissions sur les auditions et plus d'émissions à Hollywood - l'équivalent de l'étape du théâtre - pour mette l'emphase sur les "vrais" chanteurs au détriment de ceux qui veulent juste passer à la télé ou qui pensent que chanter est leur destinée - comme Cindy Sander. C'est dommage, c'est l'étape des auditions qui est la plus rigolote.
    • La demi-finale comprendre 36 candidats au lieu des 24 habituels. On risque de s'y perdre, du coup.
    • Le système du "joker" qui peut sauver un candidat de l'élimination - qui a été utilisé l'an dernier pour la première fois en France - et qui avait été abandonné aux USA, fera son retour.. C'est idiot ce système de joker. Les chouchous du jury étant souvent discutables, on risque de se trimballer un candidat nase plus longtemps que nécessaire...

    Aménagements ou pas, je me demande si je vais regarder cette année.

    Oui, neuf ou dix semaines de Lio risquent de venir à bout de mes nerfs fragiles.

    Ou alors, juste les auditions, histoire de me moquer des Cindy Sander de cette saison.

    Et après j'arrête...

    En tous cas, je vous rappelle le leitmotiv de cette nouvelle saison 2009...

     

    Bannière Lio.jpg

     

    06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : nouvelle star, american idol, lio, perez hilton | |  Facebook | |  Imprimer | |

    15/12/2008

    Comment devenir une légende...

    Ou je pompe outrageusement un article du Nouvel Obs...

    Mais je manque d'inspiration

    Mais j'ai au moins l'honnêteté de le dire

    Mais le sujet m'a plu

    Mais,.... oh et puis zut, j'ai pas à me justifier, je suis Manu, ou pas nom de d'la...

    Oui, qui d'entre nous ne s'est pas rêvé un jour en icône ? En particulier en icône du rock..

    Moi quand j'étais ado, je voulais devenir une rock-star et mourir jeune...

    C'est râté sur tous les plans et heureusement pour moi d'ailleurs. MAIS si vous y tenez encore, le nouvel Ob's vous donne tous les moyens de devenir un artiste culte :

    1. Composer un titre fondateur : du genre "smells like teen spirit" "seven nations army" ou "viens boire un pt'it coup à la maison"... Ok, je veux bien écrire les paroles, par exemple "je suis ta choooooozzzze, prends-moooaa ouuuuouhouh"... Mais pour le reste, ça va pas le faire. J'ai fait quelques années de solfège classique enfant, mais pas assez pour gratouiller une mélodie..

    Point n°1 = c'est pas gagné, on va dire..

     

    2. Mourir jeune et mystérieusement : heu, comment dire....

    Point n° 2 = c'est totalement râté

     

    3. Chanter le mal-être adolescent : oui, je peut éventuellement y arriver.  Avec l'aide de mes fils et de leur bande de potes, en lançant un questionnaire, je peux recueillir leurs impressions. Seulement ça risque de donner des trucs styles "ma meur ne me donne pas assez d'argent de poche" "Facebook c'est trop la loose" "Adeline elle a piqué le mec de Bertille, depuis elles sont fâchées et puis finalement le mec, il sort avec Coralie" "PES 2009 c'est délire" "C'est à quelle l'heure la teuf chez Max ? lol, mdr ..." Je sens confusément que ça risque de fonctionner moyen.

    Point n° 3 = y'a du boulot

     

    4. Incurgiter de la drogue comme des M&M's : est-ce que boire de la verveine ça compte ? Ben quoi, c'est de l'herbe après tout. Sinon, si VRAIMENT vous insistez, je fais péter le Lexomil... Accro au Lexo, c'est bien, non ??

    Point n°4 = peut mieux faire

     

    5. Epouser la reine (ou le roi) de la trashitude : mouif. Peut pas dire que mon meuri soit le roi du trash. Il est souvent habillé comme un réfugié roumain, certes, et a un certain mal a assortir les couleurs vestimentairement parlant MAIS, même en grattant un peu à part quelques bitures semi-comateuses, je vois pas. En revanche, si je le trompe avec Pete Doherty, ça vaut ? Pete Doherty ceci dit, et je vous le concède, il faudrait qu'il soit sérieusement déchiré pour sortir avec moi.

    Point n° 5 = trouver le numéro de téléphone de Pete Doherty

     

    Pour résumer, devenir une légende, ça va être quand même relativement difficile.

    Pourtant quand le me vois,.... y'a de ça...Qu'est-ce que vous en dites... Elle est pas super Woquenwoll Manu ??

     

    Manu Rock.jpg

    Edit n° 1 : suite à la note précédente, et pour celles qui ont apprécié la robe New Look et qui n'ont pas de magasins à portée de main, je vous signale que vous pouvez commander par internet sur le site de New Look Grande-Bretagne http://www.newlook.co.uk/. Je n'ai pas retrouvé le modèle que j'avais montré, mais il y a plusieurs modèles de robes pour sortir tout à fait mignons.. Et vous trouverez la liste complète des magasins sur le site de New Look France http://www.newlook.co.uk/europe/

    Edit n°2 : vous avez peut-être remarqué que j'ai remplacé ma blogroll par un lien avec mes pages Pageflakes (agrégateur de contenu). Vous y retrouverez tous mes blogs favoris par ordre alphabétique, que je ne pouvais pas tous faire figurer sur le blog et dont le contenu est mis à jour en temps réel, contrairement à la blogroll. Vous aurez ainsi un accès directement aux nouveaux articles des uns et des autres... Si ce système ne vous convient pas DITES-LE !!!

    06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (37) | Tags : légende ; rock ; trash ; pete doherty | |  Facebook | |  Imprimer | |