Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/05/2008

La vraie nature de la mère Juive

Vous avez tous et toutes entendu un jour parler de l'archétype maternel qu'est la mère juive. et vous vous demandez quelle est la vraie nature de cette maman dont on vous a rabattu les oreilles... Voici la vraie vérité :

La mère Juive est une arme de destruction massive :

La seule la vraie arme de destruction massive totalement biologique. La mère juive est naturellemet autoritaire et explose dans des accès de colère qui n'ont pas d'équivalent pour tout et n'importe quoi, detruisant tout sur son passage. Face à elle Ben Laden et Al Qaida sont des petits garçons perdus. Envoyez un bataillon de mères juives en Irak, et la guerre et finie en 2 jours. Vous comprenez maintenant pourquoi les juifs se mettent des chapeaux sur la tête, c'est simplement pour amortir les baffes de leur mère (qui les calotte d'ailleurs même à un âge avancé)...

Autre arme de la mère juive : la culpabilisation :

 qu'elle manie d'une façon incomparable et extrêment théâtrale. Exemple, lorsque son fils ne l'a pas appelée au téléphone depuis environ 12 secondes : "ça fait longtemps que tu ne m'as pas appelé mon chéri, tu sais j'ai une santé fragile quand même, ahhh, non c'est rien, juste mon coeur, où sont mes cachets". Résultat le fiston rapplique ventre à terre, et se tape en parallèle une psychothérapie au long cours. J'exagère  ? Et Woody Allen, il a fait quoi ces 40 dernières années ?

Culpabilisation, qu'elle alterne sans sourciller avec le :

Il est boooo mon fiiiillls ... Mais plutôt vis-à-vis de l'extérieur. Pour ses voisines et ses amies, sa progéniture a un QI et un un physique tout à fait au dessus de la norme, même si elle est autiste ou bossue. Les battles de mères juives pour savoir quel enfant est le plus beau ET le plus intelligent relèguent Waterloo ou Stalingrad à de pauvres accrochages sans aucun relief.  En revanche, en interne c'est plutôt : (à sa fille qui vient d'avoir la deuxième place à un concours) "travaille, la fille de Mme Cohen, elle, elle a été reçue à Polytechnique AVEC mention très bien, la honte pour ta mère"...

Oui, conformément à l'idée pas si reçue, la mère juive est possessive :

elle ne supporte pas que ses enfants soient éloignés d'elle. Les garde à la maison jusqu'à à un âge avancé et ne consent qu'à contrecoeur à les laisser partir, généralement lorsqu'ils se marient vers 40 ans (avant ce sont encore des bébés). Mariage qu'elle organise généralement  avec un faste démesuré, quitte à s'endetter sur deux générations (mais Mme Cohen, elle, elle avait fait venir des danseuses brésiliennes). Et même après le mariage, hors de question de laisser un ou une étrangère régler la vie de son tout-petit. SURTOUT en ce qui concerne l'éducation des potentiels petits-enfants, au sujet desquels elle ne laissera aucun répit au jeune couple, tant qu'il n'aura pas procréé, avec des arguments du style "je sens que je vais mourir avant d'avoir vu mes petits-enfants".

La mère juive a quand même un point faible : la nourriture :

la mère juive fait une fixation sur la nourriture : il faut que ses enfants mangent copieusement (tu es tout faible, mange...) que ce soit quand ils sont petits ou plus tard (ta femme ne te nourrit pas assez, tu es tout faible, mange...). Elle cuisine pour 15 quand il n'y a que 4 personnes à table et n'hésite jamais en prime à fourrer un petit en-cas dans la poche de ses proches quand il s'en vont. Elle-même mange énormément mais, parce qu'elle a un métabolisme extraterrestre grossit très peu (le souci pour mes enfants, vous comprenez Mme Cohen).. En revanche, ses proches, en plus du psychothérapeuthe, sont souvent obligés de consulter un nutritionniste..

 

Vous comprenez maintenant pourquoi des générations de juifs ont résisté aux persécutions, pogroms et autres atrocités : dès leur naissance,  leur mère les a soumis à un entraînement intensif.. 

Malheureusement ,  je ne connais qu'un moyen de contrer  une mère juive : en devenir une à son tour...

Et vous alors, votre maman : mère juive ou pas ?

Merci à Misouris qui m'a donné l'idée de cette note... 

 

11:11 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mère juive | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/05/2008

La honte du siècle

J'ai vécu deux grands moments de solitude dans ma vie.

Il y a désormais prescription, je peux donc vous les offrir en pâture pour en rire ensemble.

 

Fumer nuit gravement à la santé :

Dans la rue, envie d'une petite clope. Mon briquet est un luxueux mini-bic blanc qui est toujours enfoui sous le fourbi de mon sac de fille. Je farfouille en regardant d'un oeil distrait, trouve enfin l'objet oblong et blanc l'extrait de mon sac et appuie sur la mollette. Pas de flamme. Et pour cause, je m'escrimais depuis 10 secondes à allumer un... tampon .... en plein milieu de la foule. C'est long 10 secondes, quand vous avez une bonne partie de la population masculine de Paris qui vous regarde avec curiosité !

 

Ne sous-estimez jamais une petite envie :

En congrès à Strasbourg, je me dis qu'il faut quand même que je visite. Je quitte le Palais des Congrès pour me diriger vers le centre-ville sans être passée aux toilettes (notez bien, ce détail a son importance) et pars en vadrouille. Une heure plus tard ma vessie commence à me rappeler à l'ordre. Je n'aime pas trop les toilettes publiques, je décide donc de passer outre. Le froid aidant (nous sommes au mois de novembre), la gentille petite envie se transforme en torrent impérieux. Je me précipite vers la station de taxis la plus proche pour rentrer le plus vite possible à mon hôtel... Et là après 10 bonnes minutes d'attente ... pas de taxis en vue.

Le torrent impérieux devient un tsunami tel que je suis à la limite du malaise. C'est horrible, je suis prête à baisser ma culotte dans n'importe quel coin sombre. Sauf que, de coins sombres, il n'y en a pas. Et je repère - car dans ces cas d'urgence, votre radar fonctionne en surmultiplié - un café avec toilettes A L'ENTREE. Je me rue comme une folle dans le petit coin salvateur en bousculant un serveur qui se trouvait sur mon chemin.

Je lui referme la porte dessus et arrache quasiment ma jupe et mon collant...

Trop tard... ma vessie commence à se vider non pas dans le receptacle prévu a cet effet, mais sur mes jambes et par terre... Je me jette sur la cuvette pour finir, pendant que le garçon de café tambourine à la porte en gueulant : "madame, madame, sortez...". Je finis de purger ma pauvre vessie martyre et m'aperçois de l'étendue du désastre : j'avais inondé les cabinets. 

Pendant ce temps, le serveur avait quand même arrêté de tambouriner à la porte.

J'essuie comme je peux les dégâts avec du papier toilette et sors piteusement des cabinets sous le regard courroucé du patron qui se tenait derrière le bar. Je me dirige vers lui la tête basse et lui dit que je m'excuse, que j'ai eu un petit souci, mais que je suis prête à consommer quelque chose en retour. Le cerbère se radoucit et me dit (texto) "non, bon, je comprends, ce n'est pas la peine, mais vous savez, on se fâche parce que des gens pas très nets rentrent et SALISSENT LES TOILETTES, mais vous c'est différent".

Je balbutie un vague merci et m'enfuit piteusement avant que le cafetier ait le temps de constater les dégâts.

Mais mon martyre n'est pas terminé.

En retournant vers la station de taxi, je m'aperçois que ma jupe et mes collants sont horriblement trempés et que mes chaussures font floc-floc à chaque pas. Heureusement, ce coup-ci, le taxi arrive rapidement. Je me rue à l'intérieur du véhicule salvateur et... une pensée horrible jaillit : "je vais laisser une trace sur la banquette" ! J'ai donc fait le trajet accrochée aux poignées intérieures et à moitié accroupie pour éviter de toucher le siège arrière. Arrivée à destination j'ai litteralement jeté mon argent à la figure du chauffeur qui n'a rien compris et me suis ruée hors du taxi pour rejoindre le hall de l'hôtel.

J'ai encore dû passer devant la réception avec mes chaussures qui faisaient floc-floc, avant d'arriver enfin à ma chambre.

Là, après m'être débarassée de mes vêtements transformés en serpillières, je me suis écroulée sur le lit submergée par la honte... et écroulée de rire en réalisant le côté totalement pathétique de cette aventure...

Ne sous-estimez jamais une petite envie ! 

Cette note a été fait pour le concours de Lili...

09:50 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : honte, strasbourg | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/05/2008

Mooonn fiiills (avec l'accent pied-noir)

Où plutôt, mes fils...

Pour une fois, je laisse s'exprimer mon côté sauvage... Pour une fois je vais jouer les mères casse-pieds qui vous bouchent le cornet avec les exploits de leur progéniture... Car MES fils (qui sont évidemment les plus beaux ET les plus intelligents) ont chacun dans leur coin fait pour une fois des choses notables, mis à part le fait d'appuyer sur un bouton de playstation ou de me demander "t'as pas 10 euros" ?

Le plus âgé, travaillera grâce à un accord avec son école de commerce, pendant le tournoi de Roland-Garros. Si vous y allez, cette année, il vous vendra peut-être une balle géante ou une serviette de plage.. Et miracle absolu,  après plusieurs mois de recherches et d'efforts intensifs (ce qui pour lui est VRAIMENT notable) il a été retenu pour un stage cet été chez PRADA.

Oui, vous avez bien lu, P.R.A.D.A, la marque italienne over-stylée chez qui le commun des mortels peut à peine se payer un porte-clé.

Il va très exactement fourguer des costumes à un prix totalement indécent aux messieurs qui ont pleins de sous au corner Prada aux Galeries Lafayette.

Je lui ai donné deux consignes :

1. dès que tu commences, la première question à poser c'est "combien c'est la réduc pour la vente au personnel ?" 

2. tu repères les types blindés pour ta mère. Quoi, je suis déjà mariée. Il y a des tas de gens très bien qui sont bigames, non ?

 

Quant au plus jeune, gratouilleur de guitare électrique de son état, il va devenir le prochain truc musical ENORME. Ainsi quand dans quelques temps quand Bonfire (c'est le nom de son groupe) passera à la télé, vous pourrez dire d'un air dédaigneux, parce que je vous ait prévenus, "Bonfire, pff.. ça fait des années que je connait, j'ai suivi leurs débuts" et passer ainsi pour quelqu'un d'hypra-pointu. 

 Le groupe a même déjà son site internet http://www.bonfire.c.la/

avec son propre webmaster (si vous voulez jeter un coup d'oeil pour le fun, mais il n'y a rien dessus pour l'instant)

son forum, un graffeur qui fait leurs tee-shirts (mon père) et un potentiel de fan-club de 10-15 gamines de 15 ans énervées (leurs camarades de classe).

Prochaine prestation : dans la rue, pour la fête de la musique.

J'ai quand même signalé au Jimi Hendrix du XXIème siècle, que ce serait peut-être bien d'améliorer le contenu (la performance musicale) avant le contenant...

 

Aahhh, le bonheur d'être mère...

 

17:45 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : fierté, maternelle, fils | |  Facebook | |  Imprimer | |

09/05/2008

Panne d'inspiration

Ce matin, j'ouvre mon ordi, je parcours mes blogs favoris et.... rien ne vient.

Pas d'idée de chronique, pas de rigolade à mettre en ligne, pas d'énervement, rien. Le vide total... Aurais-je atteint tel le Bouddha un nirvana tel que les mots seraient devenus inutiles ?

Mais non Ginette, j'ai pas d'idée, c'est tout...

Donc, je vais en profiter pour aborder quelques questions existentielles qui me taraudent.

Et je vous laisse 2 jours pour y répondre car je pars en exploration dans un contrée hostile.

Rassurez-vous j'ai tout prévu : lampe de secours, anti-palu, couverture de survie, rations alimentaires, pharmacie d'urgence avec sérum pour le venin, couteau, machette, sac de couchage à suspendre (pour éviter les bêtes la nuit),...

Il va bien me falloir tout ça pour la... Normandie.

Oui, quoi, en tant que bonne parisienne, passé le boulevard périphérique, c'est la jungle hostile.

 Voici donc la liste de questions que je soumets à vos avis et débats:

  • Irez-vous voir le nouvel Indiana Jones ?
  • Madonna en fait-elle trop ?
  • Une question empruntée à MissBrownie, que je trouve très pertinente : les notes sur les blogs vous les préférez longues ou courtes ?
  • Le dernier clip de Justice "Stress" vous choque-t-il ou pas ?
  • Suite à une remarque de Kitty - auriez-vous préféré que le concours soit jugé directement par les bloggeurs plutôt que par un jury restreint (je vous explique après pourquoi j'ai procédé de la sorte) ?
  • Ycare est-il un bouffon ou a-t-il sa place dans Nouvelle Star ?
  • Votre Manu, vous l'aimez ?

Voilà, maintenant, le couteau sur la cuisse telle Lara Croft, je vais affronter les territoires vierges et remplis de dangers...

Lara_Croft_-_Tomb_R_288491g.jpg 

 

NB : pour le concours, j'ai opté pour un jury restreint parce que techniquement je suis un peu faiblarde. Et je ne savais donc pas trop comment gérer les votes des internautes.

Bon week-end sous le soleil à tous !

 

08/05/2008

Mes dernières fois

Chris m'a taggée..

Elle s'en vengée d'un tag que je lui avait envoyé qui consistait à décrire ses "premiers".  

Elle m'a envoyé un défi pour décrire ses dernières fois. Je m'exécute, parce que c'est elle.. Mais Chris, c'est la dernière fois :-)

 La dernière fois où je me suis énervée :  

Ce soir mon navigateur internet refusait obstinément ... de naviguer. Après 1/2 heure de recherche avec la hot line exotique de Free - vu l'accent des répondants, elle doit être située au Maghreb - ma charmante hotlineuse m'a donné la solution : mon antivirus faisait du zèle.. Donc le temps de tout rebooter, débrancher, brancher, patcher, exécuter, relancer et ouf pousser un soupir de soulagement, j'ai perdu deux heures, douze litres d'eau et un certain volume d'influx nerveux. 

 

L'avant-dernière fois où je me suis énervée : Attention , si vous êtes flemmardes, c'est un peu longuet..

Chez Ikéa cet après-midi. Oui, je fais mes courses chez Ikéa quand il fait superbe dehors. Vous pouvez vous moquer, en attendant cet après-midi, il n'y avait personne. Et kiki ka pas fait la queue et ka pu regarder les meubles tranquillou, c'est Manu.

Résumé des épisodes précédent : mon meuri Alain met très longtemps à se décider ; mon meuri Alain est très difficile à traîner  dans les magasins ; cela fait plusieurs mois que mon meuri Alain et moi cherchons un meuble TV qui réunisse la quadrature du cercle : nous plaire esthétiquement à tous les deux, être dans les bonnes dimensions, et contenir tous le fourbi que nous voulions mettre dedans. Donc, après plusieurs tentatives toutes vouées à l'échec, nous avons aujourd'hui décidé... de nous décider quoi qu'il advienne. Parti dans une énorme zone marchande de la région Par' nous avons écumé sans succès les Alinéa, Fly et autres officines de meubles de tout niveau de prix... Sans succès. En désespoir de cause, nous avons donc échoué chez Ikea, où miracle, nimbé d'une douce lumière et sur fond de musique angélique tadaaa... l'objet tant convoité nous est apparu.

J'étais excitée comme une puce et je n'avais qu'une trouille : la rupture de stock ! Je voulais donc courir au libre service me jeter en travers des cartons du dit meuble en hurlant "Personne n'y touche, il est à MOI". Et c'est là que mon meuri Alain a décidé de prendre son temps. Ben oui, mon meuri Alain, une fois que la pompe est amorcée, il vous vide un IKEA comme qui rigole. 

On a donc traînouillé en regardant pleins d'objets sans aucun intérêt.. Je bouillais intérieurement, mais je ne pouvais même pas officiellement m'énerver : mon meuri Alain avait enfin donné son accord pour un achat précieux...

J'ai donc perdu un morceau d'estomac et une autre bonne quantité d'influx nerveux. Le pompon c'est qu'une fois récupéré le meuble, qui était en stock pour ma plus grande joie (mon estomac s'étant alors reconstitué), et passé la caisse,  mon meuri Alain me dit en se dirigeant vers la sortie "j'y retourne, je crois que je vais me décider pour le petit buffet qu'on a vu au début"... Aaaarghhh...

 L'avant-avant dernière fois où je me suis énervée :

Mon fils aîné, qui attend toujours que la noix de coco tombe du cocotier au lieu de le secouer, le cocotier et qui pense qu'il peut faire des conneries en douce sans que personne ne s'en aperçoive...  Je lui ai fait faire 3 fois le tour de son slip sans qu'il touche les élastiques.

 L'avant-avant-avant dernière fois où je me suis énervée :

Quant Ycare a honteusement été gardé à Nouvelle Star. J'ai failli balancer la télécommande par la fenêtre. Soit, comme disait Marianne James, les gens ont de la merde dans les oreilles, soit c'est une opération commando pour fiche le souk dans l'émission. Aux USA, c'est arrivé l'année dernière, un buzz s'était formé et des gens votaient en masse pour maintenir un candidat nullissime au grand désespoir du Jury. La production est quand même arrivée à s'en débarrasser au bout de 4/5 émissions.

L'avant-avant-avant, oh et puis zut.... dernière fois où je me suis énervée :

En cherchant mon trousseau de clé dans mon sac. POURQUOI je ne trouve jamais ces p... de clés du premier coup ?

 

Et enfin : la dernière fois que j'ai énervé quelqu'un : Mania qui a piqué sa crise footballistique suite à ma note sur le sujet sur ce blog. Ou peut-être mon meuri Alain chez Ikéa, en sautant partout comme un kangourou sous acide...

J'adoooore énerver les gens...

Bon du coup, qui vais-je tagger : plouffe, plouffe. Angélita et Misouris en ont marre,  Petitpagne ne veut plus, Chris m'a refilé le bébé, Liyszee et Yoko sont déjà débordée par le jury du concours, Ibid n'aime pas les tags, les autres, vous vous planquez, je vous voit... Et bien tiens, je vais tagger les toutes nouvelles venues sur ce blog. Ca leur servira de bizutage...

Je tagge donc Enna, Pivoine, Fleur2Palmier et Christèle. A vous de raconter vos dernières fois...

 

22:49 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tag ; ikéa ; nouvelle star | |  Facebook | |  Imprimer | |

07/05/2008

JE DETESTE LE FOOT

Préambule 1 : cette note vient d'un commentaire fait sur une excellente note de Sekhmet, citoyenne Suisse dont le pays va avoir le malheur d'accueillir l'Euro 2008. A lire absolument LA

Préambule 2 : je me suis dit, ça fait longtemps que tu n'as pas fait une note de la série "je déteste" : tu baisses ma vieille, tu baisses, ressaisis-toi.

Préambule 3 : l'échéance fatidique de L'Euro approche on va bientôt bouffer du foot à tous les repas, il faut réagir...

Préambule 4 : je vais me faire des tonnes de copains.

 Donc,

JE DETESTE LE FOOT :

Le foot et tout ce qui l'entoure. Oui, je le dis, je le proclame. Le foot est un sport de crétins.

Comment expliquer autrement que 22 attardés passent près de deux heures à courir après un ballon dans des tenues fashionistiquement impossibles (le lycra fluo avec des motifs partout, y'a pas plus moche), des shorts dont même un émigré kazakh ne voudrait pas, et avec des coupes de cheveux monstrueuses.

Car je vous le confirme, la coupe dite "du mulet" court devant et long derrière reprise actuellement par les tektonikeurs est une invention des footballeurs allemands dans les années 70.

En plus les footeux sont moches. Des gros mollets et un petit torse, pour une fétichiste de la tablette de chocolat que je suis, c'est un crime de lèse-Manu. 

Et pas très intelligents : vous avez déjà entendu s'exprimer un joueur de foot  ? Enfin, s'exprimer est un bien grand mot pour qualifier les vagues balbutiements dont nous gratifient en interview ces messieurs.

Mais en terme d'expression, il y a pire : les commentateurs, qui vous obligent à subir pendant deux heures une espèce de logorrhée verbale totalement dénuée d'intêret sur la beauté d'une passe - ben quoi, le gars il a juste poussé la baballe avec son piepied - ou le pourquoi d'un hors-jeu. Le tout  ponctué de cris hystériques de temps à autres (buuuuuuuuttttt). Sans parler d'une mauvaise foi franchouillarde à toute épreuve (le fameux "mais non, que fait l'arbitre, c'est pas possible, y'a penalty, là....")

Donc, ce "sport" n'a rien pour plaire : des joueurs moches, des commentateurs insupportables et en bonus des supporters à demi-attardés pour les plus chanceux, totalement attardés pour le reste... Ca vous viendrait à l'idée vous de vous coller des écharpes "OM" ou "PSG" autour du coup et d'aller hurler dans un stade "aux chiottes l'arbitre" chaque fois qu'un type fait semblant de se rouler par terre, soit-disant parce qu'un autre lui a fait une balayette ?

Car en prime, oui je l'affirme, les footeux, c'est tous des chochottes. Même les filles ne feraient pas autant de cinéma pour un orteil tordu. Même les filles ne se rouleraient pas les unes sur les autres en se faisant des calins parce qu'elle ont mis la baballe dans le bubut...

Tous les deux ans je cherche par tous les moyens à échapper soit à l'Euro soit au Mondial de foot. .. Un bon tuyau : la zone américaine. Nous étions il y a deux ans à Saint Domingue pendant le mondial. Là-bas, le sport national est le baseball et le foot, il s'y intéressent très modérément. Et cet été je pense que nous serons au moment de l'Euro aux USA où le foot est à peu près aussi populaire que le curling.

Donc, peinarde...

Sinon, si je suis chez moi, je me mets à la fenêtre et je hurle "le foot c'est un sport de crétins" chaque fois que les gens gueulent parce qu'un but est marqué.. Cette année j'envisage également de balancer des bassines d'huile bouilllante par la fenêtre...

Oui, je sais ça ne va pas plaire à tout le monde, cette note. Mais je vous attends, droite dans mes bottes, les 22 crétins en shorts, les 2 crétins qui commentent, les 3 crétins qui arbitrent et le milliard de crétins qui regardent. Tous, je vous dit, je vous prends tous, un par un... Vienvienvienvienvien...

 

 

09:54 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : football | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/05/2008

Point sur le concours à Manu et réponses aux Coms

Méluzynn : bienvenue et merci de ta participation enthousiaste. On attend ton oeuvre !

Petite fée : bienvenue également. Désolée, les places de juges adjoints sont déjà prises. Mais, idem, on attend ton oeuvre avec plaisir aussi.

Kitty : même réponse que pour petite fée. Yoko et Liyzsee ont dégainé plus vite... Mais tu peux participer, je sais que tu as plein de Kitty en réserve...

Chris :  Aaahhhh...  

Walinette et Anaïs : ça va être super-facile vous allez voir... 

Shalima : bienvenue mais kézako ? Veux-tu nous envoyer un chat en chocolat ??

Sekhmet : bien sur qu'il est encore temps de participer, avec plaisir. Tu as jusqu'au 18 mai pour envoyer ton oeuvre féline...

Nous avons donc à date :

Aurélie, Angélita, Blanche, Nycouette et Gazelle qui ont déjà envoyé leurs oeuvres.

Chris, Sekhmet, Méluzynn, Petite fée, MissBrownie, Walinette et Anaïs qui se sont inscrites et dont on attend les oeuvres.

Touwity et Kitty qui vont devoir faire un effort. Allez les filles, ce n'est pas très difficile.

Et Shalima et Misouris dont les réponses sont relativement mystérieuses et demandent une explication...

Les inscrites, vous pouvez envoyer vos oeuvres sur le mail emanu124@free.fr.

Pour les autres n'hésitez pas à vous inscrire sur la note :

http://lespenseesdemanu.hautetfort.com/archive/2008/05/04...

J'aimerais bien avoir un ou deux hommes quand même... Même si j'avoue que les lots sont plutôt féminins...

Angélita, Petitpagne : merci de vos commentaires sur l'actualité. Et comme le disait le titre du journal Marianne, parodiant une expression mise il y a quelques années dans la bouche de Jacques Chirac par les guignols : "Putain, 4 ans !" 

Mania : Mdr. Je t'imagine bien empoisonnant la vie de ton entourage pour 1,30 mn de reportage ! Quant à star, c'est un bien grand mot....

Comme le disait Andy Warhol, j'ai simplement eu moi aussi mon quart d'heure de notoriété...

 

Et pour finir un message plus personnel : BIENVENUE A VIOLAINE. ENORMES BISOUS ET FELICITATIONS AUX PARENTS ET AU GRAND FRERE... On pense bien à vous...

18:43 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : concours ; réponses aux coms | |  Facebook | |  Imprimer | |