Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/05/2012

Séries de séries à la ouanegaine

La série bien faite c'est le bonheur.

Ca se regarde facilement, ça occupe tes soirées (celles qui ne sont pas passées à incurgiter des mojitos avec des éphèbes suédois)  et en plus tu as une conversation pour la machine à café.

Parce que tes soirées mojitos tu ne peux pas vraiment en parler à tes collègues sous peine d'être convoquée manu militari dans la demi-heure qui suit par la DRH pour vie de débauche incompatible avec la tenue d'un poste sérieux.

Et qu'en plus tu ne peux pas vraiment leur parler de tes activités internétières à tes collègues. Ce sont des gens du dehors, ils comprennent difficilement le LOL, le hastag, le concept du meme, ou le code HTML.

Donc, la série fait une conversation acceptable pour te faire passer pour un être humain aux yeux de tes congénères.

Je voulais donc donner mon avis, même si personne ne me le demande et que tout le monde n'en a à peu près rien à faire, sur 3 séries vues récemment. Mais pas forcément encore arrivées sur les grandes chaînes que tout le monde regarde.

(....)

(Coucou Hadopi, ça va toujours ??)

La déception :  Homeland

Le Pitch : après 8 ans passé entre les mains de membres d'Al Qaida, le sergent Nicholas Brody est libéré et retrouve son pays et sa famille alors que tout le monde le croyait mort. Mais Carrie Mathison, un agent de la CIA va rapidement le soupçonner d'avoir été retourné et de préparer une attaque terroriste sur le sol américain. Elle va devoir se battre pour prouver sa théorie car après un séjour à Badgad où elle a été à l'origine d'un incident diplomatique, elle est mal vue par sa hiérarchie.

Mon avis (dont tout le monde se moque donc) : c'est LA série que tu DOIS avoir vu. Couverte de prix et autres Golden Globes elle est arrivée précédée d'une réputation très flatteuse. Acteurs au cordeau, Suspense insoutenable, tension psychologique, mise en scène lêchée. Et bien franchement ? Je me suis ennuyée. Après un début assez prometteur, j'ai trouvé le rythme trop lent pour une série soit-disant à suspense, l'actrice principale Claire Danes assez agaçante dans un registre énervo-hystérique, et je n'ai pas été vraiment convaincue par le jeu des autres acteurs. Les rebondissements m'ont paru téléphonés, je les voyais arriver à 10 kilomètres. J'ai eu même du mal à finir la saison 1. L'épisode final allongé à 80 minutes m'a paru interminable. Je suis assez isolée dans mon négativisme car les avis sont plutôt unaniment favorables sur cette série. Fais-toi toi propre avis en la regardant, après tout...

Homeland-tv-series.jpg


 

La bonne surprise SMASH

Le Pitch : une productrice de Broadway en plein divorce tente de monter une comédie musicale sur Marylin Monroe avec l'aide d'un metteur en scène anglais caractériel et de deux auteurs en pleine remise en question sentimentale. Mais qui incarnera Marylin ? Une chorus girl chevronnée ou une jeune débutante prometteuse ? A moins qu'une star confirmée ne leur vole le rôle à toutes deux.

Mon avis : un gros coup de coeur. Et pas du tout un Glee pour adultes, comme j'avais pu le craindre. Ok, il faut aimer les comédies musicales. Mais si tu es moyennement fan, il y a plus que des numéros musicaux, assez peu nombreux d'ailleurs deux ou trois par épisode maximum. Le gros se situe pendant les répétitions ou des spectacles donc, tu n'as pas de gens qui se mettent à faire chabadabada de façon complètement décalée. Il y a l'intrigue, des rebondissements, un vrai scénario et Angelica Huston et la Grace de Will et Grace, Debra Messing, en prime. Des chanteurs et des danseurs au top. J'ai adoré et descendu les 12 épisodes de la saison 1 frénétiquement. Tu discutes pas, tu regardes, c'est tout.

smash.9a1e2104718.w300.jpg

La série culte : Game of Thrones

Le Pitch : en des temps anciens, dans une contrée mystérieuse, le royaume des 7 couronnes, où les hivers peuvent durer des années, complots et rivalités se succèdent pour la possession du Trone de Fer, symbole du pouvoir. Pendant ce temps, aux frontières du royaume, derrière une muraille de glace des forces sinistres et surnaturelles se rassemblent. Seule la garde de nuit postée sur la muraille peut les arrêter. Mais pourra-t-elle les contenir longtemps alors que l'été se termine et que le terrible et interminable hiver menace ?

Mon avis : je suis totalement fan. J'adore le genre, la mise en scène, les acteurs (mention spéciale à Peter Dinklage, le nain machiavélique). L'intrigue est sophistiquée, la mise en scène nerveuse, on a du grand spectacle, de la magie (pas trop), du fantastique (un peu)  et, pour ne rien gâter des beaux gosses parfois pas très habillés (tu me connaissois, j'adore). J'ai dévoré la saison 1 et rongé mon frein jusqu'à l'arrivée de la saison 2 actuellement en cours de diffusion. J'avais un peu peur de rester sur ma faim, les séries ayant la fâcheuse habitude de souvent avoir une saison 1 retentissante et une suite décevante. Il n'en est rien. Donc tu regardes aussi, et tu ne dis plus rien.  Et juste un truc. Kit Harrington et son regard d'ourson perdu (pt'it père) est A MOI. C'est tout.

 

art-game-of-thrones-420x0.jpg



06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : séries, homeland, game of thrones, smash | |  Facebook | |  Imprimer | |

15/03/2012

Un jour j'irai à Bakou avec toi....

Un samedi soir ennuyeux du printemps 2006, désoeuvrée, je zappais dans le vide.

Je n'avais pas encore commencé l'interneterie à haute dose et je regardais encore la télé à l'ancienne en ces temps reculés et préhistoriques...

Et comme d'habitude le samedi soir, il n'y avait rien de regardable. 

Enfin le pensais-je. Et surtout pas un concours Eurovision classé dans mon esprit à cette époque dans les ringardises, quelque part entre un Champs-Elysées spécial Frank Michael et une rediffusion de la saison une de Louis la Brocante.


Quand soudain mon regard morne s'est illuminé et mon rictus d'ennui s'est transformé en O de surprise puis en rigolitude totale et irrépressible. 


Tellement intense la rigolitude, que ma famille entière est venue voir de quoi il en retournait.

Il en retournait que j'étais tombée pile poil sur le passage de Lordi, un groupe de métal finlandais costumé dans le style orques du seigneur des anneaux qui dynamitait littéralement la scène du concours de l'Eurovision.


Le comique n'était pas tant le décalage entre des métalleux et des groupes hypra kitsch venus du Kazakhstan, mais les commentaires hallucinés de Michel Drucker et son comparse totalement médusés et dépassés par une situation qu'ils ne maîtrisaient plus.

Et plus les Finlandais s'envolaient au palmarès plus les deux commentateurs sombraient dans une dépression totale. J'ai eu ce soir là un des plus gros fou rire de ma vie dont le souvenir me déclenche encore un "mouarf" de joie à chaque fois que j'y repense.


C'est pourquoi depuis je ne rate pas une seule diffusion du concours, sauf soirée importante ou vacances.

Musicalement c'est navrant.

Visuellement c'est navrant. 

Artistiquement c'est navrant.


Donc c'est à mourir de rire, forcément.

En plus du niveau général catastrophique, on a alternativement des chanteurs qui sortent tout droit des années 70 via une machine à remonter le temps, des bimbos poumonées qui hurlent dans des micros au péril de la santé auditive du public, des groupes de country moldaves, des travestis ukrainiens, de la house bulgare, des chorégraphies qui feraient passer celles de Maritie et Gilbert Carpentier pour de la danse expérimentale, et un candidat français qui ne gagne JAMAIS, c'est rassurant.


Evidemment, depuis 2006, le live-tweet est venu se rajouter pour ponctuer ce spectacle d'exception.

A la rigolitude solitaire s'est ajoutée la rigolitude groupire.

Et ma famille assiste tous les ans au spectacle navrant d'une pauvre folle parlant à son ordi et gloussant toute seule face à son écran.

Donc tu l'as compris : émission navrante + live-tweet jouissif = je kiffe la vaïbe de ma laïfe à fond.

C'est même quasiment un évènement pipeule, l'apex de mon année, le 14 juillet, mon fils, ma bataille.

La mienne est celle de quelques claviers d'exception spécialistes du live tweet intercontinental. 

Quand nous avons appris que cette année, le concours avait lieu à Bakou en Azerbaïdjan, tu parles on est excités comme des lapins Duracell qui auraient gobé un baril de Guronsan.

Bakou, son histoire musicale raffinée, son sens de la déco, son esthétique épurée, sa ligne claire, son rock expérimental, son école de danse contemporaine réputée internationalement.

En plus des chanteurs approximatifs. Le bonheur. L'orgasme télévisuel je dirais même.

C'est pourquoi IL FAUT ABSOLUMENT que France Télévisions nous envoie sur place, PR Land, Till the Cat  Sandrine Camus et moi pour un live tweet historique, grandiose et gravé dans le marbre marmoréen. 

IL LE FAUT. C'EST NOTRE DESTIN QUI NOUS ATTEND EN AZERBAIDJAN.

QUELQUES HEURES D'AVION, UNE ACCREDITATION ET UNE CHAMBRE D'HOTEL A BAKOU pour entrer dans l'histoire.

Nous sommes prêts à tout. A manger de la nourriture locale, à écouter les répétitions, à vendre des hot-dogs, à chanter dans des kermesses de village. Même à tuer quelqu'un s'il le faut. 

Voire à poser nus.

SOUTENEZ-NOUS, notre avenir est entre vos mains.

Je te remercie, public aimé.

Et je te promet un moment d'anthologie le 26 mai quoi qu'il advienne.

 

normallordi060520eurovision.jpg

Oui oui, c'est eux Lordi qui avaient gagné en 2006. Et non je ne fume pas des trucs (du moins plus maintenant)

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu, Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : eurovision, twitter, bakou, azerbaidjan | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/03/2012

Elémentaire mon cher.... DVD

J'ai une légère tendance obsessionnelle, je ne peux le nier.

Quand quelque chose me plait, je l'écoute/le porte/le fait/le mange/le regarde/en parle en boucle jusqu'à l'écoeurement et jusqu'à ma prochaine tocade.

C'est une des raisons pour lesquelles je n'ai aucun ami.

Ils fuient en courant, saoûlés.

En ce moment à la liste de mes lubies habituelles - suédois tatoués en débardeurs, macarons de chez Ladurée, émissions chorégraphiques, blousons en cuir hors de prix, piratage du site d'Hadopi, et tout ce qui porte une pomme - s'ajoute le visionnage de quelques séries dont j'empile les épisodes comme si ma vie en dépendait.

Au détriment de ma vie sociale d'ailleurs. Qui est donc réduite à sa plus simple expression.

Ma famille songe sérieusement à m'interner, une fois de plus.

Sherlock est une de ces séries profondément addictives. J'en ai parlé plusieurs fois et encore récemment sur ce blog.

Je trépigne en attendant la saison 2 qui arrive enfin le 21 MARS sur France 4. Pour 3 épisodes retentissants. J'ai vu le premier et je peux vous assurer que c'est une petite pépite !!

En attendant la saison 2, toi aussi, tu peux voir, revoir et re-revoir les 3 épisodes de la saison 1.

Comment ça, tu ne les as pas vu ou tu ne les as pas  ? Qu'entends-je ? Qu'acousticais-je ?

IL TE LES FAUT ABSOLUMENT. Sous peine d'être victime d'hasbinnation totale et immédiate.

Oui, me dis-tu mais mes finances sont aussi vides qu'une rivière au milieu du Sahara en pleine saison sèche.

PEU IMPORTE, JE TE LES OFFRE.

Tu as bien lu, je t'offre le coffret de la saison 1 à voir et à revoir juste avant que ne démarre la saison 2.

Contre un simple commentaire.

Je tirerai deux commentaires au sort.

Leurs auteurs pourront passer des soirées DVD-bières-pizzas en compagnie du beau Sherlock.

Tu as jusqu'à vendredi soir pour commenter. Je révèlerai le nom des deux heureux bénéficiaires dimanche sur ce blog.

Facile, non ? Elémentaire, mon cher Watson, dirais-je même...

Uhuhuhuh (humour, pouet pouet, tout ça)

Visuel_CoffretSherlock.jpeg

(et on remercie bien fort Allo Ciné qui vous permet d'obtenir ce maggggnifique coffret)

 

06:00 Publié dans Concours, Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : sherlock, série, france 4, allo ciné | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/03/2012

Tu peux danser à la télé ? Non toujours pas. Mais je peux applaudir

A part être profondément pénible dans la vie je ne sers pas à grand chose.

On en a déjà discuté. 

En revanche, être pénible a parfois une utilité.

Celle d'obtenir ce que tu veux de ton interlocuteur, qui, de guerre lasse, abdique toute résistance et part en cure de sommeil prolongée. 

C'est le cas du community manager de l'émission You Can Dance qui est actuellement en long séjour à la maison de repos "mon doux rêve" avec plein de jolies pilules roses à avaler.

Et qui a finit, après deux semaines de harcèlement twitterien, par m'inviter en compagnie de trois autres bloggeuses privilégiées, dont mon précieux binôme Sandrine Camus , à la première en public de l'émission.

YCD Logo.jpg


Car après deux numéros enregistrés consacrés aux auditions, nous sommes rentrés dans le vif du sujet avec les 16 finalistes qui défendent leur style en direct devant un public.

Etre invitée sur un plateau vous donne quand même un peu l'impression d'être une Vipette. Entrée réservée, petit buffet avant dans les coulisses, rencontre des danseurs,  places assises (alors que la majorité du public est debout) et vue imprenable... Sur le dos du jury.

Je ne te dévoilerai pas les petits secrets de fabrication de l'émission (quoique, contre quelques compensations financières, je pourrais céder), mais l'ambiance y est dynamique et presque enfiévrée les supporters des participants étant au taquet et il fait TRES chaud dans la salle.

Il fait très chaud et parfois les danseurs sont torse nu. Détail qui ne peut m'échapper. Et un danseur, ça n'a souvent l'air de rien habillé. Mais c'est PARTICULIEREMENT bien gaulé. Ahem (oh fait pas ta bêcheuse, je sais que tu regardes aussi). 

Bref.

Si tu ne connais pas encore le principe malgré mes nombreux billets sur le sujet - ce qui veut dire que tu me lis pas fidèlement, et que tu vas te faire appeler Lucienne - nous avons 16 finalistes, 8 filles et 8 garçons. Ils viennent de toutes les disciplines de la danse mais vont être obligés de danser 1/ en couple 2/ sur un style imposé qui est parfois loin de leur style de prédilection.

Chaque semaine, les danseurs des couples ayant totalisé le moins de votes des spectateurs devront défendre leur place en exécutant un solo face au jury. Qui décidera d'éliminer une fille et un garçon.

Les couples seront reformés en fonction des éliminations.

En parlant des éliminations, je tiens à dire que le conseil des bloggeuses réunies a été très très colère et pas d'accord du tout sur l'élimination d'Isaies la semaine dernière. 

Ce que nous avons pu dire à Kamel Ouali, qui nous a reçues très gentiment dans sa loge pour un petit entretien after-show, où il a confié à ma consoeur Céline Crespin son espoir que ce type d'émission fasse vraiment progresser la danse et sa perception en France.

Car malheureusement, dans notre pays, elle est encore souvent considérée comme un art mineur, voire une occupation "accessoire". Ce que je trouve à titre personnel totalement injustifié et injustifiable. 

Kamel.jpg



Outre l'entretien avec Kamel nous avons eu droit à un nouveau tour dans les coulisses pour la sortie des danseurs,  et un close-up avec Shy'm (très jolie fille, vraiment) et évidemment Nico Archambault de qui j'ai eu un "bonsoir" (détestez-moi les filles).

Shym2.jpg

 

Nico2.jpg



Il va sans dire que j'ai adoré la soirée.

Juste un problème : à cause des caméras, pas de smartphone autorisé dans la salle pour cause d'interférences possibles. Très frustrant pour des live-tweeteuses acharnées...

 

Je ne peux que te recommander l'expérience si tu habites ou passes par Paris.

Tu peux tenter ta chance sur la page Facebook de You Can Dance  où tu peux également gagner plein de lots, voire un cours de danse avec Kamel ou Nico eux-mêmes !! Trop la classe.

 

Pour ma part,  je donne des cours de bourrée auvergnate le mercredi de 19 h à 19 h 35.

Si vous êtes intéressés, laissez-moi un commentaire sur ce billet. 

On fera bourrés ensemble.

A défaut de virtuosité et de grand écart, bourrée, je sais encore faire. 

J'ai des témoins.

(et un grand merci à Wale et son you can dance team pour l'accueil !!)

(et oui, mes photos sont pourries, mais je ne vais pas faillir à ma réputation de pire photographe de l'univers, nanmého)

06:03 Publié dans Séries, TV, Sorties | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : you can dance, nico archambault, kamel ouali, shy'm | |  Facebook | |  Imprimer | |

24/02/2012

Alors tu penses que tu peux danser ? Non, toujours pas mais...

... Parfois je saute comme un cabri épileptique.

J'ai maintes (j'aime bien utiliser maintes, ça fait culturel) fois parlé de ma passion pour la danse sous toutes ses formes.

Plus que ça la danse, c'est mon oxygène, mon gardenal, ma drogue, mon kif.

Danser m'a sauvé la peau à plusieurs reprises au propre comme au figuré.

Et même si j'ai la souplesse d'une barre de fonte, une coordination motrice proche du handicap lourd et la grâce d'un éléphant chaussé de patins à glace je persiste imperturbablement à inventer des chorégraphies approximatives pour mon seul bonheur au milieu du salon.

Le seul truc qui me sauve c'est un certain sens du rythme

Je me suis essayée à plusieurs styles toujours avec le même insuccès d'ailleurs : base classique, puis jazz, moderne, et après une longue période d'arrêt, danses latines.

Malheureusement un genou récalcitrant (que ce chien galeux soit maudit jusqu'à la 100ème génération) m'empêche aujourd'hui de rendre fou un professeur de danse, excédé de m'expliquer pour la 20ème fois comment exécuter un pas.

Il va donc sans dire que je voue un culte absolu aux danseurs. Enfin aux bons danseurs, pas à ceux comme moi, hein, comprenons-nous. Ils sont généralement en prime, dureté de l'apprentissage oblige,  d'une humilité totale par rapport à leur discipline ce qui nous change un peu des acteurs ou des chanteurs à melon.

Quand j'étais tombée aux States en 2007 un concours télévisuel chorégraphique de haut niveau, tu parles que j'étais comme un chien qui a trouvé un os au milieu d'un salon de thé.

Et quand j'ai découvert sur le blog de Julie - danseuse et chorégraphe expatriée en Nouvelle-Zélande - les différentes versions de So You Think You Can Dance, tu imagines ma joie.

En particulier, en 2008, la version canadienne gagnée par ... Un certain Nicolas Archambault a qui j'avais dédié un billet inflammatoire.

Je peux donc me vanter d'avoir été une de ses premières fans en France en tous cas. Parce qu'au Canada, j'imagine qu'il avait du rendre dingue environ 95 % des spectatrices. Les 5 % restantes étant probablement aveugles.

C'est vrai qu'entre 2008 et 2012, j'avais un peu oublié Nico au profit de vampires suédois tous nus par exemple (qui a dit "si y'avait que les suédois..." ??? Attention, j'ai les noms). 

Pour découvrir avec surprise, et délectation que dans la très attendue - par moi - version française du télé-crochet chorégraphique, You Can Dance, il figurait dans le jury.

Et qu'il avait un compte twitter. 

De la France au Canada en passant par les USA et la Nouvelle-Zélande, le monde est un petit, tout petit village, tu vois. 

Surtout quand Nico, il répond gentiment à ton tweet.

Et que tu sautes donc comme un cabri épileptique devant ton ordinateur.

Oui, avant-hier soir j'avais douze ans, des couettes, un appareil dentaire et un carnet d'autographes.

C'est absolument ridicule vu mon âge très avancé, mais absolument je m'en fous.

Je regarde donc You Can Dance. 

Et tu me connaissois, je peux être fan, mais le diable est toujours prêt à sortir de la boite. A dire vrai, je reste sur ma faim après le premier épisode.

Premièrement, quand tu as la version US dans la rétine, nos petits français.... Y'a encore du boulot quand même niveau choré et show.  

Deuxièmement, le jury, faudrait pulser un peu plus mes chéris, c'est un poil mou et consensuel, un soupçon de vacheries ne nuirait pas. 

Moi je dis ça pour vous.

De toutes façons aucune importance, personne ne m'écoute, je peux hurler tranquille devant ma télé.

Et continuer à jouer les éléphants sur patins à glace dans mon salon avec mon chat comme seul public (et parfois un voisin d'en face éberlué)

C'est ça le bonheur.

 

06:00 Publié dans Danse, Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : you can danse, nicolas archambault | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/02/2012

C'est nous les gars de la mariiiiineeee (avec du latex ?)

Samedi soir je vaquais à mes occupations habituelles, éventée par mon esclave philippin et dictant des notes à mon assistante pour le deuxième tome de mes mémoires.

Une fois ré-enchaîné mon assistante à la cave avec une écuelle d'eau et un morceau de pain sec, pendant que mon esclave philippin me jouait "Highway to Hell" au bombardon, pour me détendre,  j'ai mis un petit film récupéré totalement illégalement par un de mes fils. 

Inglorious Basterds, en l'occurrence que je n'avais point encore visionné, avec une belle brochettes d'acteurs dont le très délectable Michael Fassbender.

A ce sujet je tiens à envoyer une plainte ferme et définitive à Tarantino. On ne voit l'Irlando-Allemand que pendant environ une demi-heure et même pas deshabillé. C'est un scandale absolu. 

Enfin bref. Autant vous dire que même après seulement 30 minutes de Fassbender sanglé dans un uniforme alors que le meuri n'était pas là, j'étais au taquet vers 23.30.

C'est là qu'exceptionnellement, trop énervée pour aller me coucher, j'ai allumé la télé et regardé "On est pas couchés".

Ordinairement, j'évite cette émission. Ruquier me colle des plaques avec son humour lourdingue de comique troupier et ses vannes écrite par les pensionnaires de maisons de retraite ou pompées sur twitter.

Je déteste les gens qui rient de leurs propres blagues, signe d'un égo boursouflé en général, ce qu'il fait régulièrement. Et son monologue d'introduction vous donne envie d'avaler une plaquette complète de Xanax pilée dans un verre de vodka-tonic.

Je ne supportais pas Zemmour et Naulleau, et leurs provocations à deux balles. A l'inverse aujourd'hui, Polony et Pulvar sont ennuyeuses à mourir.

Mais, après des mois de boycott de la part de Ruquier, campagne électorale et temps de parole oblige, il avait invité Marine Le Pen. Je voulais voir ce que la confrontation aller donner.

Finalement elle a été ennuyeuse. A l'image de l'émission. Au lieu de mettre Marine Le Pen face aux chiffres et à ses contradictions comme l'avait si bien fait Sophie Lapix dans Dimanche +, Pulvar et Polony se sont perdues dans des discussions annexes qui n'amenaient pas grand chose au débat en permettant à Le Pen de faire son habituel numéro de "je vais défendre la France et les français en boutant l'immigré hors de nos frontières"

Dans ce contexte, mon attention et celles des live-twitters présents à ce moment s'est vite focalisée sur autre chose. 

Marine arborait un tailleur noir assez classique, chemisier blanc, rien de fondamentalement oléolé. Simplement à son revers, quelques breloques pour le moins intrigantes.

Après avoir échafaudé différentes hypothèses, au péril de sa vie (faut quand même en vouloir pour plonger dans le decolleté du pittbull blond) un de nos courageux internautes, Totoche,  a zoomé et...

 

mm3zq.jpg

 

 

Après inspection minutieuse il nous est apparu que les objets du délit étaient successivement une paire de menottes, un cadenas, un piolet, suivi de quelque chose qui ressemblait à un martinet et d'une autre paire de menottes.

Compte tenu du fait que son flanc droit était orné d'une chaine du meilleur effet, l'évidence nous a frappé, comme un type du service d'ordre du FN quand il voit un individu d'origine maghrébine tentant d'obtenir des allocations familiales de façon indue :

MARINE FAIT DANS LE SM. 

 

Si ça se trouve elle portait une gaine en latex et des porte-jarretelles à clous sous son tailleur.

 

Avec un peu de chance et en grattant sur internet on va retrouver son formulaire d'adhésion au club "Le Donjon" de Saint-Cloud.

La vision d'horreur d'une Marine en guépière, cuissardes et un fouet à la main m'a poursuivie jusque tard dans la soirée. 

Elle n'est déjà pas avenante en temps normal, mais l'imaginer en maîtresse SM gueulant en allemand "TU VEUX TATER DE MON FOUET SCHWEINEHUND ?" à de quoi glacer d'horreur sur place l'amateur de film gore le plus endurci, voire même tout un escadron de paras-commandos qui ont pourtant l'habitude de cotoyer les horreurs de la guerre et arrachent le bras d'un membre d'Al-Qaida comme toi tu allumes une clope. 

 

J'ai été obligée de visionner des photos de Michael Fassbender pour me nettoyer la rétine.

IMG_1623.jpg

 

Remarque, ça marche assez bien. J'ai oublié Marine et sa guépière rapidement.

Et, lui,  lui faut qu'il arrête de me regarder comme ça, je vais perdre tout ce qui me reste de bon sens et de contrôle.

(t'as vu j'ai fait une retouche sur un shoot d'écran, ça rend pas mal keumême, je me bonifie avec l'âge)

17/02/2012

My name is Holmes, Sherlock Holmes

Sherlock Holmes est un des personnages de fiction emblématique.


Il est antipathique, misogyne, supérieurement intelligent, drogué, musicien. Il se travestit. Il a une véritable indifférence pour la plupart de ses congénères mis à part quelques personnes dont sa logeuse, Mme Hudson, son compère, le Dr Watson, son frère Mycroft qu'il estime encore plus intelligent que lui, la belle et dangereuse Irène Adler, seule femme qu'il daigne considérer.


Et évidemment son ennemi juré, le diabolique Dr Moriarty.


Un vrai bad boy. Il a donc tout pour me plaire.


Il est un peu à l'image de son auteur d'ailleurs. Conan Doyle était un opiomane totalement brindezingué ce qui transparait dans certains de ses récits qui partent parfois un poil en sucette.


Sherlock fut et reste un de mes héros favoris. Gamine j'ai dévoré quasiment toutes ses aventures. Dévoré et re-dévoré.

Car tout y est, le suspense, la psychologie, le mystère, le flirt avec le fantastique, l'ambiance. Le décor est si exactement planté que vous le visualisez parfaitement, tout comme la physionomie et les costumes des personnages.

Et si je ne me suis pas plongée dans les livres de Conan Doyle depuis belle lurette, je le referais volontiers avec plaisir.


Même si je connais le dénouement de quasi-toutes les intrigues.

Et que certaines de ces intrigues à la lumière d'une lecture attentive se révèlent quand même un peu capillotractées.


En fan des livres, j'ai donc suivi attentivement les diverses adaptations cinémato-télévisuelles de ce grand classique de la littérature.

Certaines très réussies, d'autres, euh.. on va dire nanardesques.

Quand l'année dernière s'est annoncée une version contemporaine des aventures de Sherlock, autant vous dire que j'étais dubitative au départ.

Mais la rumeur était favorable, j'ai donc cédé à la curiosité.

Et bien (ou mal) m'en a pris car je suis tombée dedans les deux pieds devant comme des millions de personnes.

L'adaptation est superbe : on y découvre un Sherlock et un Watson jeunes (et geeks !!) totalement intégrés au Londres des années 2000. Les histoires originales sont parfaitement adaptées. Et décors léchés, acteurs impeccables, suspense, mystère et déduction sont toujours présents pour notre plus grande délectation.

Petit bonus, Sherlock est interprété par le très charismatique Benedict Cumberbatch dont le regard bleu acier vous fera frissonner !!

Autant vous dire qu'une avant première du premier épisode de la saison 2 ne se refuse pas dans ces conditions. 

Et qu'elle a tenu toutes ses promesses. On y retrouve un Holmes fidèle à la saison 1 avec une bonne dose de sarcasme et d'humour anglais en plus !! 

On touche quasiment à la perfection.

Avec des trouvailles visuelles très innovantes en primes.

Mais je n'en dit pas plus pour ne rien dévoiler et gâcher votre futur plaisir. Sinon que dans cet épisode il retrouvera son ennemi mortel, le Dr Moriarty et rencontrera la très belle et très vénéneuse Irène Adler.

Seul bémol dans cette béatitude télévisuelle, comme la saison 1, la saison 2 ne compte que 3 épisodes de 90 minutes.

C'EST TROP PEU !!

JE DEMANDE DU SHERLOCK EN MASSE !!

En tous cas, si vous êtes amateurs, la série débute prochainement sur France 4. 

Je me demande d'ailleurs si je ne regarderais pas à nouveau l'épisode 1. Par pure gourmandise...

Et pour vous mettre encore un peu plus l'eau à la bouche, Les bandes annonces sont ici, sur le site de France 4.

d03dc3cee70687ea6fda9f8094a741e7.jpg?v=1326465984608

 

L'info en plus : la saison 3 est déjà dans les tuyaux. Elle a été commandée il y a quelques mois par la BBC. Et comptera... 3 épisodes (grrrr) (merci Seb Thiebaud )

Et thanks le club300 allociné et Miss Maylis bien sur...

06:00 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : sherlock, conan doyle, série, bbc, france 4 | |  Facebook | |  Imprimer | |