Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2008

NOUVELLE STAR - LA PREMIERE

Spécialement pour Aurélie...

 Nouvelle saison et nouveau jury. J'ai été agréablement surprise par les nouveaux jurés, Philippe Manoeuvre, Sinclair et Lio. Au-delà de son look qui pourrait le classer dans la catégorie "vieux rocker sur le retour" Philippe Manoeuvre prouve, s'il en était besoin, qu'il est un grand monsieur du rock, une encyclopédie vivante de 40 ans de musique, auxquel même les plus jeunes prêtent un respect total. Sinclair endosse le "rôle" du musicien exigeant, impitoyable avec les frimeurs et les mauvais musiciens. Même Lio est moins gnangnan qu'a son habitude, et plutôt gentille et pertinente. André Manoukian, le seul rescapé des années précédentes, est égal à lui-même et fait du.. André Manoukian.

La première émission était donc consacrée aux auditions de Marseille et Strasbourg. On pouvait y voir le lot habituel de casseroles, de ringards, d'hyperlookés mais pas de la voix,

Il y a aussi ceux qui croient dur comme fer à leur talent, imaginaire la plupart du temps, et qu'aucune critique ou remarque ne peut destabiliser. Exemple parfait de ce cas de figure, dans cette émission, Cindy, une chanteuse Alsacienne. Le petit reportage préliminaire tourné avant son audition, la montre dans sa vie avec son mari ex-coiffeur et manager. Le type, qui lui même a 4 ou 5 modes de retard, déclare fiérement : "j'ai relooké Cindy pour qu'elle soit plus sexy". Euh. Le résultat ressemble au croisement entre une Shakira du 3ème age et une Michelle Torr... du 3ème âge. Michelle Torr dont elle a d'ailleurs emprunté plus ou moins la façon de chanter, oubliant que 4 décennies s'étaient écoulées depuis le début des années 70. Cette créature hybride fait quand même des galas en Alsace et a un fan club.  Malheureusement, dès qu'il s'agit de passer des auditions pour aller au stade supérieur, elle se fait systématiquement bâcher. Sans comprendre pourquoi. Bien sûr, c'est la faute des autres, qui n'apprécient pas son style. Ce qui a évidemment été encore ici le cas. Elle s'est fait méchamment tacler, à son grand désespoir. Elle n'a toujours pas compris qu'il n'y avait que deux choses à faire : se remettre en question ou arrêter de chanter.

Parfois, on est pas d'accord avec les choix du jury, dans un sens ou dans l'autre. Exemple, dans cette émission, une petite nana très touchante : elle avait eu un grave accident de moto et marchait difficilement avec des béquilles après des années de rééducation. Mais elle était moyennement à la hauteur vocalement. Le jury l'a quand même retenue, plus certainement pour émouvoir la ménagère de moins de 50 ans que pour son talent artistique. 

Et de temps à autre, un gars ou une fille qui ne ressemble à rien, qui arrive avec sa mèche en bataille, son jean froissé et sa gratte. Il ou elle  ouvre la bouche et là, le temps s'arrête. Au bout d'une seconde, on a compris. Parfois, il ou elle ne chante même pas très juste. Mais ce n'est pas grave. Le jury échange des regards complices, applaudit parfois à la fin et annonce à l'heureux(se) élu(e) qu'il est retenu pour l'étape suivante. Deux petits gars très doués, Julien et Mahdi ont particulièrement retenu l'attention. Mais il arrive souvent que  des candidats magnifiques aux auditions s'écroulent aux étapes suivantes. A suivre donc...

Comme d'habitude, l'ultime cruauté consiste à montrer sous forme de montage les auditions de ceux que l'émission appelle "les inoubliables" : les bizarres, les braillards, ceux qui voulaient juste passer à la télé, ceux qui dansent au lieu de chanter, les moches, les gros, les maigres, ceux qui ne connaissent pas leurs textes, bref, tous ceux qui ne passent même pas le stade des pré-sélections. Ultime raffinement dans la torture, cette fois-ci, un montage de ceux qui chantent en yaourt, avec karaoké phonétique sous l'image. 

Je terminerai avec une spéciale dédicace à un des candidats, pianiste et prof de chant. Dont la musique est, selon lui, toute sa vie, depuis toujours. J'ai rarement entendu quelqu'un chanter aussi faux. On aurait dit qu'il chantait... par le nez... et totalement hors tempo. Le jury l'a démoli, le pauvre, faisant fondre en larmes son petit frêre qui suivait l'audition par écran interposé. Je ferai mienne sa devise, que je pense faire graver en lettres d'or au dessus de ma cheminée

"J'irai à bout jusqu'au fond"...

 

 

19:15 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Nouvelle Star | |  Facebook | |  Imprimer | |

20/02/2008

NOUVELLE STAR 2008

Je sais, je vous casse les pieds avec ça, demain Nouvelle Star 2008 démarre.

A 20.50, on se fige dans le canapé, on coupe le téléphone, on ne va aux toilettes que pendant la pub et on envoie des scuds sur tous les candidats nuls qui se présentent aux auditions.

C'est tellement bien...

Vendredi, je vous livre mes premières impressions, notamment sur le nouveau jury.

 

22:53 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Nouvelle Star | |  Facebook | |  Imprimer | |

08/01/2008

NOUVELLE STAR

00aab284700621716a914f1fdf3501fc.jpgOui, je l'avoue, je le confesse, j'ai un pêché mignon : je suis accro à Nouvelle Star.

L'addiction ne date pas d'hier.

Elle a commencé en fait avec la première saison de Popstars où toute la famille avait passionnément suivi les aventures des futures L5 agrémentées des commentaires cultes de Mia Fry (souvenez-vous des "Piapiapia dans ton corps" et autres "Happy Face"). Les deux saisons suivantes ayant été décevantes, l'émission s'est arrêtée pour laisser place à la première saison de Nouvelle Star, remportée à l'époque par le décevant Jonathan Cerrada devant Thierry Amiel.

L'émission a pris sa vitesse de croisière lors de la 2ème saison avec le jury constitués de membres qui vont officier pendant les 4 saisons suivantes : Dove Attia et André Manoukian, déjà présents lors de la première saison et l'arrivée de Manu Katché et de la diva Marianne James. Ce jury, très complémentaire, fait et vole parfois le show aux candidats. Lors de cette saison, l'émission va se démarquer de Nouvelle Star en mettant en avant un rocker pur et dur et plus très jeune aux antipodes des minets issus des autres émissions de TV réalité : Steve Estatof. La saison va également révéler (même si elle n'a pas remporté la première place) Amel Bent, vraie gagnante de l'année.

Après une saison 3 un peu plus en retrait qui a vu la victoire de Myriam Abel, chanteuse à voix mais sans grande personnalité et vite oubliée, les saisons 4 et 5 vont marquer les esprits avec les victoires successives de Christophe Willem et Julien Doré dont personne n'a oublié les prestations explosives.

Cette année changement de jury. Seul André Manoukian est resté. D'après les premières infos qui ont filtré sur la nouvelle saison sur les nouveaux jurés, Sinclair prend le "rôle" du méchant dévolu auparavant à Manu Katché, Philippe Manoeuvre fait du Philippe Manoeuvre (rappelez vous les enfants du rock !) et Lio a plus de mal a trouver son style et à remplacer l'excentrique diva Marianne James.

Ce que je préfère dans l'émission : les auditions, bien évidemment. Pour ceux qui ne l'auraient jamais vu, avant la phase finale en direct, se déroulent des sélections dans plusieurs villes différents où des candidats passent individuellement une audition a capella devant le jury qui en sélectionne une centaine pour les phases ultérieures. Entre les casseroles, les exhibitionnistes, ceux qui veulent juste passer à la télé, ceux qui croient que leur heure de gloire est arrivée, les sosies de Beyoncé ou de Justin Timberlake, les extraterrestres sortis d'on ne sait où, il y a parfois un moment de grâce : un type ou une fille qui ne ressemble à rien et qui dès qu'il ou elle ouvre la bouche, on oublie tout. C'était par exemple le cas de Christophe Willem. 

Bref, regarder Nouvelle Star, c'est l'adopter...

Rendez-vous au printemps pour la prochaine édition..

 

 

09:05 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Nouvelle Star | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/01/2008

COPIER N'EST PAS JOUER

 

Le calendrier de l’avent étant terminé, j’ai décidé d’entamer une nouvelle série.

Il y a quelque chose qui m’énerve assez dans le monde des arts et des spectacles : les reprises, les plagiats, et autres remakes. Surtout quand on essaye de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, ou en d’autre termes, de nous faire passer une copie pour un original. Notamment en musique en recyclant de vieux tubes auprès d’une jeune génération qui n’a pas connaissance de la version d’origine. J’appelle ça de l’escroquerie. Les nouvelles versions étant rarement à hauteur de la première mouture.

Donc, résolution pour l’année 2008, chaque fois que je répère une copie, hop, je balance l’original…

Premier cas : “Je suis une Légende”. Le film vient de sortir avec force tambours, trompettes et promotion… Or, cette adaptation d’une nouvelle de l’écrivain de science-fiction Richard Matheson (qui a écrit également “l’homme qui rétrécit̶ ;) a connu une première version en 1971, avec Charlton Heston. Le film s’appelait “The Oméga Man” (Le Survivant en VF). Et est un classique du film de science-fiction, à tel point qu’un épisode de la série les Simpsons (The Homergaman) y fait référence. Dans cette version le chien d’aujourd’hui était remplacé… par une jeune femme noire à la coupe afro, style Angéla Davis (n’y voyez aucune allusion déplaisante).

Voici un montage fait par un internaute trouvé sur Dailymotion de quelques extraits du film sur une musique métal. Mettez des bouchons d’oreille, mais celà vous donnera une idée…

 

16:24 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Spectacles | |  Facebook | |  Imprimer | |

30/11/2007

LES DERIVES DE LA TELE-REALITE

Ceci s'est déroulé en Espagne : Svetlana Orlova reçoit une invitation pour témoigner dans un talk-show quotidien très populaire sans aucune idée du sujet de son intervention.

Sur place, elle se retrouve confrontée à son ex-compagnon, un homme qui l'a battue pendant des années.

Second choc, l'homme lui fait une demande en mariage en direct, en se mettant même à ses genoux. Devant 2 millions de télespectateurs.

Abasourdie, elle refuse, également en direct.

Son refus lui a couté la vie. Quelques jours plus tard elle est retrouvée poignardée à mort. Son ex-compagnon a été arrêté

Ricardo Navarro, le meurtrier avait menti pour passer dans l'émission en prétendant que sa "fiancée" et lui avaient rompu pour des problèmes d' argent. Les producteurs se disent consternés par cette situation, mais prétendent qu'ils ne pouvaient pas deviner quelle était la situation réelle, ni mesurer les conséquences du refus de la demande en mariage.

L'affaire fait tellement de bruit en Espagne que le gouvernement tient des réunions de crise avec les diffuseurs pour fixer un code de déontologie et que les téléspectateurs demandent l'arrêt de l'émission.

Ce n'est malheureusement pas la première fois qu'une femme se fait tuer après un passage à la télévision en Espagne. En 1997, Ana Orantes, 60 ans a été aspergée d'essence et brûlée vive par son mari. Ne trouvant aucune structure pour se faire aider, elle s'était rendue à la télévision pour y témoigner de sa vie de femme battue. Et en 2004, André Reyes a tué sa petite amie agée de 18 ans parce qu'elle avait également témoigné à la télévision sur les violences qu'il lui faisait endurer.

Au sein de l'Union Européenne, le problème des violences conjugales est particulièrement aïgu en Espagne où 69 femmes ont perdu la vie cette année à cause des brutalités de leur compagnon. Ce malgré les efforts du gouvernement et des associations.

15:15 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Télé Réalité, Espagne | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/10/2007

STAR WARS

3592531a08e6ed0de03f8d85df73f637.jpg

Vous l'aviez probablement oublié, mais Star Wars fête ce mois-ci les 30 ans de sa sortie en France.  Après son lancement  le 25 mai 1977 aux USA,   le le 1er épisode de la saga (Un Nouvel espoir, chapitre IV dans la chronologie) est arrivé le 17 octobre 1977 sur les écrans français et  s'est installé sans mal en tête du box-office. Le space-opéra tenait enfin son film culte.

L'impact et le choc visuel qu'a pu procurer ce film à l'époque à toute une génération d'enfants et d'adolescents a été énorme.  Cette saga spatiale révolutionnaire a définitivement changé l'avis du public sur les films de science-fiction, considérée jusqu'alors comme un genre très mineur, sauf pour quelques accros...

Je me souviens très bien où et quand j'ai  vu ce film : dans une salle parisienne à Odéon pendant les fêtes de fin d'année, signe que l'évènement m'a marquée de façon significative. Sorti de façon confidentielle il avait bénéficié d'un bouche à oreille incroyable et était encore sur les écrans plusieurs mois après son lancement. La folie Star Wars s'est alors répandue comme une trainée de poudre. A titre de comparaison, on peut faire une parallèle avec ce qui se passe autour d'Harry Potter aujourd'hui.

Ce film a changé l'histoire du cinéma à double titre  : par son scénario, sa réalisation, ses effets spéciaux incroyables pour l'époque et qui tiennent encore très bien la route aujourd'hui. Mais également par sa distribution et le merchandising développé par George Lucas qui vont complètement modifier la façon de travailler des studios de cinéma par la suite, et son impact technologique sur les effets spéciaux.

J'ai été contaminée par le virus et suis restée très atteinte. Je l'ai même transmis à un de mes fils qui est devenu accro à son tour. Si j'aime énormément les trois anciens films des années 70-80 (les épisodes numérotés aujourd'hui 4, 5 et 6) que je peux voir et revoir sans me lasser, j'ai nettement moins apprécié les "suites" sorties récemment : les effets spéciaux y sont privilégiés au détriment de l'histoire et des personnages... Question de génération peut-être.

Voici quelques anecdotes sur Star Wars "empruntées" au site l'Internaute, qui rend hommage aux 30 ans de cette saga mythique et à quelques autres documents personnels...

  • A l'origine, Luke Skywalker devait s'appeler Luke Starkiller. Ce nom cultissime a failli être attribué dans le film à une femme, un nain puis un général de 60 ans... Il a finalement échu au héros de la saga. L'Histoire prend parfois de drôles de détours. De même, le personnage d'Han Solo était au départ un extraterrestre à la peau verte.
  • Le design de C3-PO s'appuie sur celui du robot doré de Metropolis. Quant à R2-D2, il est piloté de l'intérieur par un nain nommé Kenny Baker. Avant de s'exprimer à base de chuintements, ce personnage attachant devait parler normalement. Ces deux droïdes sont certainement les plus célèbres du 7e Art
  • Si Star Wars a beaucoup emprunté ici et là, le western est peut-être l'influence la plus évidente. Le personnage de Han Solo, mercenaire macho et prompt à dégainer, n'est pas sans rappeler les mythiques cow-boys du cinéma américain. Avant d'échoir à Harrison Ford, le rôle fut proposé à Kurt Russell, Al Pacino et Christopher Walken. Les autres influences majeures de Lucas ont été les sagas des mythologies grecques, romaines et nordiques, les films japonais de samouraï ainsi que le vieux films de science-fiction ou d'horreur. Lucas a d'ailleurs recruté une des icones du film d'horreur des années 60, Peter Cushing, pour incarner le méchant Moff Tarkin dans le premier volet de la série.
  • Pendant le tournage du premier film, les responsables des studios, très inquiets, inondaient Lucas de notes et de demandes diverses dont , par exemple, le fait de faire porter un pantalon à Chewbacca le Wookie
  • Les Jedi font partie des personnages centraux de la saga ! Mais savez-vous que ce mot vient du japonais "Jidai Geki" qui désigne certaines séries nipponnes se déroulant à l'époque des samouraïs. George Lucas, qui a passé un an au Japon, revendique d'ailleurs l'influence des films de samouraïs (ceux de Kurosawa notamment).
  • Darth contre Dark ou les mystères de la traduction. En anglais les seigneurs Sith ont leur noms précédés de "Darth", un mot inventé par Lucas. Mais en français, ce "Darsss" imprononçable est devenu "Dark"  qui en anglais veut dire sombre ou noir ! "Darth" Vador est ainsi devenu Vador le Noir en passant en VF!
  • Un des seuls collaborateurs de Lucas a avoir travaillé sur les six épisodes de la série est Ben Burt, concepteur de l'univers sonore de Star Wars. Il rejoint l'équipe en 1975 pour mettre au point le "langage" de Chewbacca. qui est une combinaison de grognements d'ours, de rugissements de lion, d'aboiements de chien et de vagissements de morse ! Sauriez-vous deviner comment il a obtenu la fameuse vibration du sabre laser ? En enregistrant le bruit qu'émettait le dos d'une télévision (ancien modèle bien sûr). Et, dans la dernière trilogie, le bruit de la lave de la planète Mustafar où se déroule le duel final entre Annakin Skywalker et Obi-Wan Kenobi a été créé... en remuant une serviette mouillée dans de la boue. Et oui, les effets spéciaux numériques et sonores ne font pas tout...
  • L'Empire contre-attaque (chronologiquement, 2ème film de la série) s'ouvre sur une extraordinaire bataille sur la planète glacée Hoth. A l'époque, commencer un film avec un tel morceau de bravoure était rarissime. Pour l'anecdote, la démarche des fameux quadripodes robots, utilisé par les forces de l'Empire, a été scrupuleusement calquée sur celle des éléphants
  • Le plus vieux et puissant des chevaliers Jedi fait son apparition dans L'Empire contre-attaque. Petite bestiole aussi étrange que sage, Yoda est en fait une marionnette animée par Franck Oz, le créateur du Muppet Show. Impressionné par sa performance, Lucas s'emploiera à le faire nommer pour l'Oscar du meilleur second rôle. En vain...
  • Si Han Solo termine ce film pétrifié dans la carbonite, c'est en partie à cause d'Harrison Ford. Contrairement au reste du casting, il n'était pas certain de vouloir être du dernier épisode ; le destin de son personnage devait donc rester en suspens. Ford souhaitait même le voir mourir... Evidemment, Lucas refusa catégoriquement.
  • Dans le 3ème volet de la série, le retour du Jedi, nos héros vont croiser d'étranges créatures, sur la planète Endor : les Ewoks. A l'origine, ces êtres primitifs devaient être des Wookies (comme Chewbacca). Beaucoup ont accusé George Lucas d'avoir inventé les Ewoks pour vendre plus de jouets aux enfants
  • Pendant des années, George Lucas refusera de donner une suite à Star Wars, persuadé que la technologie du moment ne lui permettait pas de concrétiser sa vision. C'est en découvrant Jurassic Park et ses effets spéciaux numériques qu'il changera d'avis. La Menace Fantôme (épisode 1) sortira finalement en 1999.
  • Certains produits dérivés issus de Star Wars atteignent aujourd'hui des prix records. On peut ainsi sur commande et si on a les moyens s'offrir des répliques grandeur nature pour plus de 15000 euros... Pour amateurs fortunés uniquement...

 Et pour clôre le sujet le thème musical de Darth Vador, interprété par les désormais célèbres Lego Star Wars

 

18:05 Publié dans Spectacles | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Cinéma ; star wars ; anniversaire | |  Facebook | |  Imprimer | |