Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2013

Déménagement

Après presque 6 ans de fidélité et de bons et loyaux services, j'ai eu envie d'aller voir ailleurs si le blog était plus fresh.

Et de fait, il l'est.

Je ne vais pas te faire de grandes phrases et de longs discours larmoyants, tu sais que ce n'est pas le style de la taulière qui ne s'apitoie que sur les bébés loutres, les chatons et les pandas roux.

On va donc embrasser ce blog sur le front et lui dire bye-bye, c'était bien, on a eu de grands moments, mais bon, les templates de plateforme ont leur limites et dans ma mégalo illimitée j'ai des rêves de grandeur et de règne sur le monde.

Tout ce que je vais te dire c'est donc d'aller ici même.

http://penseesdemanu.com/WordPress3/

Banderole Talon 1.jpg

 

 

 

 

On se retrouve très vite. 

Ou pas.

A toi de voir, Germaine..


 

06:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : blog, changement, déménagement, au-revoir | |  Facebook | |  Imprimer | |

21/06/2013

You're talking to me ?

De temps à autres je me pose des questions existentielles.

D'où viens-je, où vais-je, dans quel état j'erre, pourquoi le blogging, les fringues, la vie, l'amour, les vaches et la glace Hagen Daasz.

Au bout de presque 6 ans de tête dans l'internet c'est vrai que j'arrive un peu à un carrefour.

1/ J'ai parfois l'impression d'avoir fait le tour du sujet

2/ Est-ce que j'ai encore envie de raconter des histoires en passant une heure tous les soirs quasiment à écrire un billet.

En y réfléchissant. Je réponds "non" et "oui".

Il suffit juste de le faire différemment. 

Pendant ces 6 ans ma façon de bloguer a évolué.

Au début j'écrivais non stop. Je faisais tous les soirs le tours des blogs "amis". Je laissais des commentaires partout. Et je répondais systématiquement à tous les commentaires.

Il faut dire aussi qu'à l'époque les réseaux sociaux étaient moins présents et que la quasi-totalité de la communication online se faisait (pour moi, tout au moins) d'un blog à l'autre.

Puis twitter est arrivé,  mes tournées systématiques se sont espacées pour disparaître totalement, je l'avoue. 

Je me sers désormais de twitter ou de Facebook comme agrégateur de blogs et je suis les liens dont l'intitulé me semble intéressant ou drôle.

Mes commentaires sur les blogs se sont fait plus rares. Voire ont quasiment disparu. Sauf quand j'ai vraiment envie de réagir sur quelque chose.

Mes billets se sont espacés. D'abord le week-end. Puis des pauses pendant les vacances. Et aujourd'hui même pendant la semaine. Il m'arrive parfois de ne rien écrire pendant plusieurs jours d'affilée.

Reste les commentaires sur mes billets. Et là, je l'avoue aussi : je réponds de plus en plus sporadiquement. 

Et je m'en veux.

Parce qu'au début de mon aventure ouebesque je me faisais un point d'honneur à répondre à tous et toutes. J'estime que si quelqu'un se donne la peine de venir te parler, la moindre des choses c'est de réciproquer.

Mais voilà, à force de répondre depuis près de 6 ans, je n'ai parfois plus rien à répondre.

A ce stade, j'ai plusieurs solutions.

  • Prendre mon courage à 2 mains et continuer à faire des réponses personnalisées
  • Fermer définitivement les commentaires. Mais c'est dommage de ne pas recueillir l'avis des lecteurs et de partager avec eux.
  • Faire une réponse globale du style "merci à tous, j'ai lu vos commentaires, c'est génial, je vous aime". Solution un peu téléphonée.
  • Faire des réponses sélectives aux commentaires qui en appellent vraiment. En me demandant si les autres ne vont pas être vexé(e)s du coup.

 

A ce stade, je n'ai pas trouvé de solution idéale pour contenter tout le monde : ma flemme et les lecteurs.

T'en penses quoi toi ?

(bisous sinon)

Fotolia_45207759_XS.jpg

06:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : blog, commentaires | |  Facebook | |  Imprimer | |

30/04/2013

Le cas C...

Billet énervé.

Tu sais il y a un truc que je supporte mal dans la vie c'est l'approximation et l'amateurisme.

C'est mon côté psycho-rigide germanophone qui parle.

Quand tu fais un truc, tu le fais bien. Point barre.

Ou tu le fais pas. Ou tu changes de taf.

Malheureusement, côté community management et communication des marques online, on trouve encore certaines fois des gestions approximatives et très très amateuristes.

Donc forcément, ça m'agace. Et de temps à autres, je cloue au pilori virtuel une pauvre victime expiatoire choisie au hasard parmi ses pairs.

C'est méchant, injuste et très vilain comme méthode, mais ça a au moins le mérite de me défouler.

Prenons le cas C...

Je reçois il y a quelque temps un joli petit mail qui annonce le relancement d'une mythique salopette en jean, qui me propose pour fêter l'évènement, de faire gagner un tee-shirt à mon lectorat.

Très bien. Je ne fais plus de concours. Mais parce que ce vêtement me rappelle les folles heures de ma jeunesse perdue, sentimentalement, je réponds.

Toute la liste des personnes contactées et leurs mails s'affiche à ce moment. Je peux donc si je veux aisément harceler n'importe quelle bloggeuse qui sera ravie que son mail perso soit diffusé à des inconnus.

La CM me répond qu'elle est ravie que je lui réponde. Super.

Et me demande "pouvez-vous me donner le nombre de visites de votre blog".

Wo wo wo, chérie, tu me balances une proposition sans savoir grosso modo à qui tu t'adresses tu veux dire ? 

Oui, visiblement.

De bonne volonté, je lui communique donc cette donnée.

(pour gagner un tee-shirt, je rappelle)

La CM me répond "merci beaucoup, je valide avec mon client et je reviens vers vous".

Donc le client tatillonne pour faire gagner un tee-shirt, comprends-je.

Ok, je peux admettre, certaines marques sont regardantes.

Certaines marques aussi peinent à comprendre le fonctionnement du ouèbe. 

Admettons.

Ce que j'admets moins c'est que ....Depuis... Rien.

Pas un mot, ni oui, ni merde, ni excusez-nous.

Rien.

Alors qu'on ne veuille pas de mes services, je peux tout à fait comprendre : je ne suis pas forcément la cible, ni le profil rêvé.

(quoique, encore une fois, pour un tee-shirt ça me troue quand même le fondement)

Mais qu'on ait MEME PAS la politesse ou le courage de le dire, ça c'est insupportable.

A part l'amateurisme et l'approximation, il y a un autre truc que je déteste, c'est qu'on me prenne de haut, ou pour de la chair à canon, ou pour une buse.

Cochez la case au choix.

Et oui, je te confirme, j'ai le melon.

Mais j'ai un melon professionnel. 

Je revendique au moins ce mérite.

 

Edit du 02/05 : depuis cette salve enervée, l'agence m'a contactée et nous avons partagé nos arguments. Les miens étaient que je n'avais rien de personnel contre qui que ce soit mais que c'était une compilation de plusieurs exemples de mauvaise gestion qui m'avait conduit à pointer du doigt celui-ci. Le responsable de l'agence m'a gentiment expliqué que cette promotion avait été très compliquée à gérer pour eux. Nous avons chacun compris les imperatifs de l'autre.

C'est donc tout à fait volontairement que j'ai enlevé le nom de la fameuse marque...

Et pour le plus grand bonheur de tout le monde, vous allez très bientôt pouvoir gagner LE tee-shirt ici même.

Avec mes remerciements à tout le monde 

 

 

12:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : salopette, promotion, concours | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/10/2012

Chers CM, chères agences

En temps ordinaires, je t'aime bien, tu sais.

J'ai même quelques copains/copines qui pratiquent cette activité salutaire de façon tout à fait honorable pour la plus grande satisfaction de leur client, voire la mienne quand on m'invite à boire une coupette dans des festivités festives.

Mais parfois, chers CM, chères agences, tu pousses le bouchon un peu loin Maurice.

Exemple : on te demande si tu veux faire un petit concours sympatoche et sans prétention pour faire gagner un petit truc à tes lecteurs.

Ok. J'aime faire plaisir, pourquoi pas. Et tu réponds que tu vas faire un billet en début de semaine.

Et puis tu as une vie, tu pars en goguette avec un collègue anglois, les invitations à boire des mojitos pleuvent et le meuri réclame que tu passes au moins 5 minutes par jour à la maison sinon il achète la collection complète des DVD de Thalassa.

Donc tu perds genre 24 ou 48 h sur le planning initial.

Planning informel, je rappelle.

Bon.

Au moment d'écrire le billet, tu ouvres un mail qui te dis en substance "Très chère Emanu, j'ai pas vu ton billet, tu en est où ?"

En gros.

Alors attends, Maurice, je vais t'expliquer un truc.

En temps normal, sous des aspects fioufious, je suis assez sérieuse. Je m'engage, je fais.

Juste, il y a un truc qui m'insupporte plus que tout dans l'univers of the world, c'est d'avoir quelqu'un sur le dos.

Je suis sérieuse, mais j'ai un léger problème avec l'autorité.

C'est un miracle qu'un employeur veuille encore de moi par exemple alors que j'ai passé toute ma carrière à engueuler mes chefs.

Je rappelle également zossi, que je n'étais ni rétribuée, ni créditée de quoi que ce soit pour ce billet à part une invitation à une inauguration d'un centre commercial, pas au défilé Chanel.

Et que in fine, c'est mon blog, je fais ce que je veux. Sauf si, précisément, je signe un contrat formel assorti d'une rétribution pour laquelle je tiens à respecter mes engagements.

Donc, je fais ma diva. 

Ca tombe bien, ça colle pile poil avec mon personnage. Au moins je suis cohérente.

Je préfère faire diva que poire, à choisir.

Ce que, visiblement, certains oublient parfois. 

(note que je n'ai pas utilisé le terme "pigeon" assez préempté de nos jours)

Ah et au passage, ceci me décide à arrêter totalement les concours. 

J'en ai assez de gérer l'organisation, les allers-retours, les tirages au sort et le reste. Ca m'ennuie.

Et quand je m'ennuie, tu sais ce qui se passe, je tourne les talons et je m'en vais.

Je perdrais éventuellement un peu de visites, mais, bon, je vais y gagner en tranquillitude.

 

Sur ce, jeunes gens, jeunes filles, je réenfile mon costume de diva et je pars à la recherche de quelqu'un d'autre à flinguer.

C'est comme le sport, ça me maintient en forme.

flingueuse1.jpg


 

ET psssstttt au passage les agences, faudrait parfois étudier un peu la psychologie de vos interlocuteurs et apprendre à travailler avec différentes cibles. Tout le monde n'est pas prêt à faire n'importe quoi en échange d'une coupe de champagne. 

 

06:00 Publié dans Blog, Concours | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : cm, agences, concours, billet, relations | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/04/2012

C'est ma tournée !!! (enfin plus vraiment, en fait)

Par ce billet, je bats ma coulpe.

Et je vais certainement perdre le peu de relations qui me restent.

Mais tu me connaissois, je dis ce que je pense, je pense ce que je dis, au risque de me prendre des pelles dans la figure et de finir vieille, laide, abandonnée et  absolument seule avec mes chats.

Au temps béni de l'innocence et du début du blogging, je faisais quasiment tous les soirs la tournée des blogs "amis".

Oui, je regrette presque ce temps où je torchais un billet un 15 minutes et où je passais la soirée à jouer à saute-mouton d'un blog à l'autre.

Remarque quand je relis mes anciens billets, tu comprends tout à fait qu'ils ont été écrits en 15 minutes.

Je ne sais même pas pourquoi je les garde d'ailleurs, c'est à pleurer.

Aujourd'hui ce n'est plus du tout le cas, j'avoue. Mes billets sont toujours à pleurer, mais je ne vais plus, ou assez rarement, lire les blogs des autres.

Lance moi des tomates, tu peux.

Je mets déjà beaucoup, beaucoup plus de temps à rédiger.

Une heure est souvent un minimum, voire plus.

J'y viens, j'y reviens, je corrige, je biffe, je coupe, je sabre, je réécris.

Donc au minimum 45 minutes de moins à consacrer à la vadrouille bloggesque.

Evidemment s'est également greffée l'addiction au réseaux sociaux. Le temps consacré à la lecture s'est transféré, sur du temps passé à raconter des imbécilités en ligne.

Et enfin - c'est à ce point précis que je vais perdre toutes mes relations - "l'ancienneté" fait que je trouve de plus en plus rarement des sujets qui captent mon attention.

Certes pour les nouveaux arrivants dans la grande famille, écrire un billet "pourquoi je blogge" ou est certainement motivant.

Mais quand tu vois le 12592ème truc sur le sujet, ou sur certains autres, que je n'énumèrerais point pour ne pas vexer encore plus,  tu pousses un soupir et tu passes ton chemin. 

Beaucoup de "déjà vu, déjà écrit", malheureusement. 

Ceci dit, je n'échappe pas non plus à ce phénomène.

Mon nombril étant d'une taille assez limitée, on en fait assez rapidement le tour.

Je crois même avoir déjà traité ce sujet il y a quelques temps, c'est dire.

C'est, en fait, désormais twitter ou facebook qui me servent d'agrégateurs. Si un titre de billet me parait prometteur, hop, je clique, je commente... Et parfois je claque si je ne suis pas d'accord.

On ne se refait pas.

Ce qui me permet de ne pas toujours aller voir les mêmes blogs et de faire aussi... De belles découvertes. 

Tu vois, je ne suis pas aussi blasée qu'on pourrait le croire.

J'arrive encore à fôlatrer dans la blogosphère tel une jeune biche pré-pubère.

J'espère juste ne pas finir en civet pour ce billet.

1254416323.jpg

06:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : blogs, visites, commentaires, blogosphère, réseaux sociaux, twitter, facebook | |  Facebook | |  Imprimer | |

19/12/2011

Plagiaires et faussaires

Le plagiat sur le net on avait l'habitude.

Tu fais un petit billet sympatoche et hop ! Au détour d'un clic tu le découvres sous un autre nom, et même pas crédité (sinon ce n'est pas drôle) sur un blog que tu ne connais ni des lèvres ni des dents.


Voire tu écris un petit tweet rigolo et zou ! On te signale que @copieurcheri vient de faire exactement le même sans RT ni citation bien évidemment.


On avait arrêté de s'énerver, à part de temps à autres, pour le sport ou la beauté du geste.

Après tout, on pouvait se dire avec un tant soit peu d'orgueil que c'était un hommage rendu à notre plume subtile et notre esprit brillant.

Sans oublier parfois de bâcher publiquement le fautif pris la main dans le sac pour lui apprendre à vivre.

Un genre de roulage dans le goudron et les plumes virtuel.

Cependant depuis quelques temps en plus des plagiaires une autre sorte d'escroc du réseau social émerge : l'acheteur de follower.


Alors qu'il est relativement simple d'avoir quelques followers en couchant sur la toile quelques pensées drôles, intelligentes, spirituelles ou même ... utiles, ils jugent plus rapide de se faire passer pour le maître du monde of the world de l'univers du web et de twitter réunis en gonflant artificiellement le nombre de leurs adeptes.

Pour se faire passer pour les rois de l'influencerie on-line.

C'est le cas d'une agence de communication qui s'est fait récemment prendre la main dans le pot de confiture.

C'est pas joli, joli. Surtout de la part de professionnels.


Comment repérer ces nouveaux faussaires qui pensent qu'une réputation numérique est quantitative avant d'être qualitative ?

Facile : leur nombre de followers augmente brutalement et sont souvent... Japonais, ou Coréens, ou Kazakhs, exotiques en tous cas.

Facile à percer à jour.

Et pas très malin pour le coup.


En tous cas mes abonnés sont tous frais, roses, 100 % bio et élevés sous la mère. Je dois bien avoir quelques robots dans le tas, mais globalement... Ils ont été gagnés à la sueur de mon front (ou de mon clavier plus précisément)

Et parce que c'est la sueur de mon front, j'ai un peu de mal avec ceux qui veulent passer par la case départ et récolter 20000 euros en pipeautant les dés si tu vois ce que je veux dire.

Ca pourrait m'énerver un de ces jours.

Et ceux qui me connaissent savent qu'ils ne faut pas m'énerver.

Non, faut pas.

guy-des-cars-le-faussaire.jpg

J'ai rarement vu plus moche comme couverture. Un collector

06:00 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : faussaire, plagiat, blog, réseaux sociaux, twitter | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/10/2011

Les blogs sont-ils has been ?

Provocation de la part de quelqu'un qui a un blog ?

Pas que.

Dans les années 2000, Les blogs sont apparus, et ont explosé, en tant que tout nouveau et dynamique moyen d'expression individuel à la portée du plus grand nombre. Mais aussi un moyen de se créer une petite communauté de gens intéressés par un sujet, une idée, une forme d'expression.

Certains d'entre eux, les plus doués, les plus talentueux ou les plus chanceux (au bon endroit au bon moment) sont devenus de véritables sites avec employés rémunérés et ligne éditoriale.

Qui n'ont plus rien à voir avec le blog de maman. Fait à la main avec ses petits doigts

Puis sont arrivés les réseaux sociaux.

 

Et aujourd'hui, je m'interroge au dedans de mon moi-même.

 

Au début des années 2010, quel intérêt d'avoir encore un blog alors qu'aujourd'hui tu peux aujourd'hui transformer ta page facebook en veritable page personnelle avec vidéos, chat, et photos.

Tu peux exprimer tes idées sur twitter en les partageant avec une communauté bien plus large et bien plus variée que celle que tu pourrais toucher individuellement.

Tu peux mettre tes photos et les partager sur Instagram, Tumblr ou Flickr en les soumettant à l'appréciation et aux commentaires de tes contemporains.

Oui, le blog n'est-il pas un outil en voie de ringardisation, passé du mode dynamique au mode un peu statique ? La génération montante semble d'ailleurs le considérer, abandonnant petit à petit cette forme d'expression au profit d'autres.

Il faut dire que tenir un blog sur un moyen ou long terme demande idées et investissement en terme de temps.

Et les contraintes, mêmes choisies, ne sont pas ce que préfèrent la majorité des gens.

 

De plus, avouons-le, et ça vaut aussi pour ma prose,  90 % des idées exprimées sur les blogs ne vont pas révolutionner la pensée moderne ni faire avancer le schmilblick. On commence même  parfois à tourner sérieusement en rond en terme d'idées, de présentation, voire de comique troupier. Encore une fois je m'inclus dans le derviche tournisme ouebesque (surtout sur le comique troupier).

  

(Pour les inculturés chroniques, les derviches tourneurs sont une branche des soufis, mouvement mystique musulman. Ils dansent en tournant sur eux-même afin d'atteindre la transe spirituelle. Et oui, je pense que je suis supérieurement intelligente, si ça peut en rassurer certains. Mais je me soigne).

 

 

Le monde extérieur ne tourne pas autour de notre petit nombril cybernétique, Et heureusement d'ailleurs.  les blogs n'influencent guère que les blogs. Pour le reste....

S'il ne se renouvellent pas, ne s'oxygènent pas un peu, je questionne donc de plus en plus leur avenir. 

Je me lance même dans un pari risqué. Je pense que d'ici, allez, 5 ans, (cyber-cycle de vie à l'appui), les blogs auront partiellement, voire totalement disparu.

Au profit d'autre chose, qui est probablement au stade embryonnaire aujourd'hui et qui émergera dans les deux ou trois ans à venir.

 

Maintenant vous pouvez me jeter des godasses, parce que je viens de faire ci-dessus un exercice d'ego assez terrifiant en me prenant pour une visionnaire de l'internet mondial.

Je crois que je suis prête pour apparaitre dans personal branling (qui d'ailleurs, au passage, est un tumblr)

En attendant, si ma théorie se vérifie, ce billet fera foi sur mon extra-lucidité.

Si elle ne se vérifie pas .... Boh dans 5 ans je serai soit aux fraises, soit en pré-retraite et j'occuperai mon temps dans des croisières musicales aux caraïbes avec des copines à la permanente violette.

J'aurai donc dans les deux cas autre chose à faire que de recevoir vos doléances.

20071109PHOWWW00285.jpg

06:00 Publié dans Blog, Web | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Facebook | |  Imprimer | |

23/09/2011

Comment faire un billet en 10 minutes

Alors c'est une fille, elle a pas d'inspiration, elle soupire devant son ordinateur, elle cherche, cherche et... rien, alors elle regarde ses mails, puis elle fait des photos sur instagram, elle regarde la télé, elle re-regarde ses mails, toujours rien, elle fait un tweet, elle se fait une assiette de riz, elle renverse l'assiette, alors elle sort l'aspirateur, elle aspire les grains de riz, elle râle, elle aspire, du coup son riz est froid, elle râle parce que son riz est froid, elle mange un yaourt, elle regarde le petit journal, fait un gouzi au chat, elle se remet devant l'ordinateur, toujours rien, alors elle retourne sur twitter, elle raconte une connerie sur Sarkozy, elle repart sur instagram et like les photos, elle retourne sur twitter, mais non rien à faire, alors elle twitte "une idée pour faire un billet en 10 minutes", et amérique québécoise lui répond "tu n'as qu'à écrire comment écrire un billet en 10 minutes", la fille répond "pas con", elle retourne sur son blog, et elle écrit un billet en 10 minutes.

 

 

Merci à Amérique Québécoise (donc) avec un peu de "Bref" à l'intérieur...

10_minutes_internet_video.png

 

 

06:00 Publié dans Blog, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : billet, blog, twitter, bref | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/07/2011

Holidays.... tu tu tu lulu ... Celebrate... tu tu tu lulu

 

Donc la taulière est en vacances depuis hier. Et évidemment Cannelle aussi.

C'est l'occasion pour elle de tester le bikini.

 

black_cat_dance.gif

 

 

Je pense très prochainement à ouvrir un blog "Cannelle, bloggeuse mode".

Merci à M1 mon fournisseur officiel de photos et gifs cannellesques

 

Et vive les vacances, vive Cannelle, vive nous, vive le gif animé !!!

 

10:08 Publié dans Blog, Humour, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : gif, cannelle, vacances | |  Facebook | |  Imprimer | |

01/07/2011

La bravitude est inimaginaux

... Et après nos hommes et femmes politiques vitupèrent sur les sauvageons qui se conduisent mal.

Il faudraient déjà qu'ils apprennent à parler françouze correctement.

Mais ça faisait joli comme titre.

Sinon ? 

Rien.

Je vieillis.

Et aujourd'hui c'est le début de mes vacances bloggesques, vous aurez donc des billets au rythme des envies de la taulière pendant les deux mois qui viennent...

... Ou pas.

Faut voir.

(et bonnes vacances à ceux qui partent dès ce week-end)

 

83ff9795.jpg

06:00 Publié dans Blog, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : vacances | |  Facebook | |  Imprimer | |