Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2013

La semaine de la beauté - c'est parti !!!

On va faire une semaine 100 % girliste et superficialistance.

Parce que le monde en a besoin.

C'est un argument suffisant.

On va essayer de te présenter quelques gammes de produits que j'ai eu le plaisir de tester et que je vais te conseiller dans ma grande illuminance de teint.

Et pour t'expliquer le pourquoi du comment et la philosophie d'une beautysta dans la peau de qui je vais me glisser pendant une semaine, j'ai demandé à So Démaquillages de t'expliquer le pourquoi du comment.

Enfin presque.

Parce qu'elle-même n'a pas l'air très certaine de sa quête dans le monde merveilleux du blush et du mascara...

Regarde donc...

  • Je ne suis pas une blogueuse beauté.
  • J'ai plus de 28 ans.
  • Je n’ai pas de chat.
  • Je ne pousse pas des petits cris en découvrant la teinte du dernier vernis Chanel ou la palette Belle au Bois Dormant.
  • Je ne sais pas faire la différence entre un fard taupe et un fard greige.
  • Je ne sais pas ce que veut dire "cut crease" et j'ai déjà oublié ce qu'est une "frankenpolish".
  • Je ne sais toujours pas faire un smoky eye et si je m'essayais à réaliser un tuto vidéo, je serai la risée de la blogo.
  • Je ne regarde pas les vidéos de Lisa Eldridge et ne mets jamais les yeux sur Youtube.
  • Je ne connais pas le forum Beauté Test.
  • Je ne vais jamais chez Sephora, je n'achète rien sur les sites US ou coréens.
  • Je me démaquille 2 soirs sur 3 et j'assume.
  • Je mets du crayon noir à l’intérieur de l’œil et j'assume.
  • Je me fais des « bains d’huiles » capillaires à l’Isio 4 et j’assume.
  • Je ne suis pas impressionnée quand je rencontre Christophe Robin ou Mon Blog de Fille.
  • Je n'ai jamais écrit à une marque en demandant des produits gratuits pour un "partenariat gagnant / gagnant".
  • Je n'en ai rien à faire de mon classement E-buzzing
  • Je ne fais pas de pub, ou de billets sponso, ou d’affiliation (…), sur mon blog.
  • Je suis incorruptible. Ou presque.
  • Je déteste mettre ma tronche sur Internet.
  • Je suis gênée quand je rencontre une "fan".
  • Je ne bitche pas sur les autres blogueuses.
  • (… pas publiquement).

 

 

 

 

 



Le gens se trompent.

Je ne suis pas une blogueuse beauté.

Manu l’est beaucoup plus que moi, en vrai.

C’est pour cela que je lance officiellement la « Semaine Beauté » non pas sur (dé)maquillages, mais sur Les Pensées de Manu !!  

Lipstick_2.jpg


06:00 Publié dans Beauté, Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/02/2012

C'était moins une...

Aujourd'hui, moins de rigolade et plus de d'information.

Les accidents domestiques sont une des causes principales de mortalité en France avec 185 000 décès par an, toutes causes confondues. Bien plus que les accidents de voiture mortels (4000 décès par an)

Et parmi ces accidents domestiques 5000 personnes sont victimes d'une intoxication au monoxyde de carbone. 90 en décèdent.

C'est ce qui a failli arriver récemment à Johann (que vous connaissez peut-être sous le nom de Yogiimise sur twitter) et ce qui a également failli m'arriver dans mon enfance.

C'est pourquoi nous avons décidé de vous raconter nos mésaventures respectives pour vous inciter à la prudence avec les appareils de chauffage et les chauffe-eaux.

Je laisse la main à Johann, et je concluerai en vous racontant brièvement mon histoire.

 

"On a tous déjà entendu ces messages de prévention gouvernementaux à la radio, à la TV, sans vraiment y porter attention. « Ça n’arrive qu’aux autres ». « C’est vraiment pas de bol. Ça ne m’arriverait jamais, heureusement ! » ou encore « En même temps faut être con pour ne pas respecter ces consignes basiques ». Ben moi, ce type d’accident m’est arrivé. Et j’ai failli y passer.

Ça faisait deux matins que mon corps m’envoyait des signes de moins bien. Comme tout homme qui se respecte, la veille j’avais dit « Nan mais ça va, c’est parce que j’ai pas assez dormi et pas mangé hier soir, mais tout va bien ». Les Hommes et le syndrome Superman. Ce qui me paraissait suspect, c’est que ces faiblesses apparaissaient deux matins de suite, juste pendant la douche. Le tournis, mal de crâne à se taper la tête contre les murs, des fourmis dans les membres et des sueurs froides. J’ai annoncé à ma fiancée que je ne me sentais « pas au top », elle a pensé qu’il y avait un problème avec le chauffe-eau. Je ne voyais pas pourquoi, il avait été vérifié il y a moins d’un an.

« Va prendre l’air ». Je m’exécute, sauf qu’arrivé dans le couloir, mes jambes se dérobent. C’est comme si tout le poids de mon corps était devenu beaucoup trop, d’un seul coup. Je me relève tant bien que mal, sans avoir réellement perdu connaissance. Sauf qu’il s’agissait d’un symptôme supplémentaire, de loin le plus inquiétant. Ok, direction les urgences. Prendre l’air frais me fait déjà du bien. Aux urgences je ne prends pas vraiment au sérieux mes symptômes et me présente davantage pour rassurer ma fiancée.

Le médecin veut faire des analyses plus poussées, mais démontrer un entrain semblable à celui de Droopy un soir de rupture, en plein mois de novembre. Je suis piqué à droite, à gauche, les résultats reviennent. Petite pause chiffres : normalement, le taux maximum de présence de monoxyde de carbone (CO) dans le sang est de 3 %. Ce jour-là, chez moi, il était à 27 %.

Au top qu’il disait. C’est plus grave que prévu, il faut envoyer les pompiers vérifier l’appartement. Ils vont tout boucler, suite à un relevé particulièrement élevé. Mais surtout, ils craignent une intoxication pour ma fiancée et ma fille, alors à la crèche. C’est là que je commence réellement à baliser : si ma princesse est intoxiquée alors qu’elle multiplie déjà les maladies depuis quelques mois, c’en sera trop.

 

Bien sûr ma fille ne comprend rien de ce qui lui arrive mais une chose est sûre : on ne lui mettra pas ce masque à oxygène sur le nez. Ni papa, ni maman ni aucune infirmière aussi gentille soit-elle. Finalement transportée dans un service de pédiatrie adapté, il s'avérera que ni elle ni sa mère ne sont en danger.

Pour moi, c’est un peu plus compliqué. Je dois faire rapidement une séance de caisson hyperbare. Moi je me dis « Hein ? Qu’est-ce qu’il vient faire là-dedans Jean-Marc Barre ? ». Un caisson hyperbare c’est une sorte de cuve à gaz comme on peut en voir dans certains jardins, le plus souvent enterrés. En forme de cylindre, ça doit faire environ 1,80 mètres de hauteur et moins de trois mètres de longueur. De l’extérieur on dirait un peu le Nautylus. À l’intérieur aussi d’ailleurs. Je vais devoir y passer deux heures avec un masque à oxygène sur le nez, sans bouger, en débouchant mes oreilles par moment. L’objectif est de purifier mon oxygène en expulsant le CO à l’aide d’oxygène pur.

 

Autant vous dire que depuis que mon mal de tête était parti, je m’emmerdais royalement à l'hôpital. Je n’avais qu’une envie, retrouver ma petite famille et oublier cette histoire. Sauf que le gaz avait été coupé et que nous ne pouvions vivre chez nous jusqu’à ce que la cause de l’incident n’était trouvée.

 

Finalement, il s’est avéré que ce n’était pas notre installation qui était responsable, mais celle du voisin du 1er étage dont le conduit « fuitait » au travers du nôtre, et déversait du CO dans notre salle de bain. Plus de peur que de mal, mais ce n’est qu’après quelques jours que j’ai réalisé : j’ai failli y passer, ma famille avec, pour plusieurs raisons. D’abord nous ne voulions pas aérer chez nous en raison d’une mauvaise isolation et d’une grande difficulté à chauffer ce vieil appartement.

 

Ensuite parce que nous ne possédions pas de détecteur de monoxyde de carbone : cela coûte moins de 40 euros, il suffit de le placer dans une pièce dans laquelle intervient une combustion (plaques de gaz, chauffe-eau ou chaudière à gaz) et c’est tout. Je milite désormais pour que ce petit appareil soit rendu obligatoire dans toute habitation.

 

Mais surtout : qu’il fasse 30° ou -10° chez vous, il faut aérer chez soi, même 5-10 minutes par jour. Pour le coup, ça peut RÉELLEMENT sauver une vie. Et surtout, surtout ça camouflera les odeurs de chaussettes sales."

 

Je ne peux que vous inciter à suivre ce conseil. Car sans la résistance de mon père je ne serai peut-être pas ici à rédiger ce billet. Nous c'est un ravalement qui a failli nous coûter cher. Et qui dit ravalement, dit fenêtre obturées, bien sur. Le problème c'est que des gravats sont tombés dans les conduits d'aération et empêchent les gaz et le monoxyde de carbone de s'évacuer. Nous commençons tous à être malade, vertiges, vomissements pendant quelques jours, que nous mettons sur le compte d'une banale intoxication alimentaire. Sans nous affoler ou aller consulter pour autant. Jusqu'au jour où je me rappelle parfaitement avoir été prise de convulsions avant le trou noir. Et d'avoir émergé sous un masque à oxygène avec deux ou trois pompiers penchés sur moi. Après moi, ma mère s'était écroulée et mon père avait utilisé ses dernières forces pour descendre l'escalier et appeler les secours (en ces temps reculés, tout le monde n'avait pas le téléphone, et oui). Le détail tragi-comique de l'aventure est que la concierge le voyant descendre accroché à la rampe et faisant des mouvements désordonnés pensait qu'il était ivre et a mis un bon moment à réaliser que quelque chose n'allait pas. Moi et mon père nous nous en sommes tirés avec une bonne séance d'oxygénation, ma mère a été évacuée et hospitalisée pendant une bonne semaine quand même. C'était moins une...

Donc oui, aérez, et vérifiez vos appareils le plus souvent possible et n'hésitez pas à consulter si vous avez des doutes sur vos symptômes. Ca peut vous éviter les désagréments ci-dessus. Voire pire. 

Ca n'arrive pas qu'aux autres. La preuve.

 

source-intoxication-monoxyde-carbone_400x0.jpg

14/04/2011

La géostratégie expliquée aux blondes 3 - Non, Ivoirien ça ne veut pas dire myope

Bien qu'extrêmement brillante dans l'explication politico-géostratégique, au moins autant que Boris Boillon on va dire, je maîtrise un peu moins certains dossiers. Ceux relatifs à l'Afrique en général et à la Côte d'Ivoire en particulier.

J'ai donc demandé à mon ministre des affaires étrangères,  (et pas des affreux étrangers comme le pense Claude Guéant), la brillantissime Domydom de vous expliquer le pourquoi du comment du pourquoi d'une situation à la une récente de tous vos journaux (enfin ceux que tu ne lis a priori pas, amie blonde) pour que tu comprenne pourquoi à Abidjan, on y voit rien.

(c'est pathétique, mais je ne peux pas m'empêcher)

Bon perso, j'ai tout compris, et je peux aller me reposer le neurone tranquillement. A vous maintenant. Allez hop..

 

Quand une blonde explique aux autres blondes, ce n’est pas gagné, je vous le dis.

Alors… l’histoire se déroule dans un pays fort fort lointain, qui s’appelle Côte d’Ivoire, même si on n’y trouve aucun éléphant, et qui a pour personnages principaux, un général Papa Noël, un président tout mou du genou mais pas de la bouteille, un brave tché, un boulanger et sa femme.

Il était une fois donc, dans le pays du cacao un président tout mou qui s’appelait Henri, et qui voulait bien réussir sa vie, et qui n’aimait pas l’idée que l’ex premier ministre lui pique sa place un jour.

Du coup, le président tout mou, qui aimait un peu trop le Koutoukou, il décida que l’ancien premier ministre commençait à lui faire trop d’ombre et que dorénavant, l’ex premier ministre qu’on surnommait « Brave Tché », il serait un étranger, et que les étrangers, les habitants du pays du cacao, ils n’aimeraient plus trop cela. Alors ils leur interdiraient d’avoir des terres, et de se présenter aux élections, et cela s’appellerait « l’ivoirité ». Voilà. Le problème était réglé. Henri pouvait continuer à réussir sa vie, être aimé et gagner de l’argent.

Mais un Général qui n’aimait pas trop qu’on s’amuse à trafiquer la constitution décida, lui, d’apporter aux ivoiriens un cadeau de Noël, en renversant le président le 24 décembre, facilement, et sans un coup de feu, ce qui était logique puisque Henri était tout mou et souvent imbibé.

Alors le peuple était content, et tout le monde chanta et dansa dans les rues.

Le peuple manifesta sa joie de voir un gentil Général Papa Noël, qui venait remettre de l’ordre dans la maison et qui promettait d’organiser des élections justes et transparentes (on rappelle qu’en Afrique, les élections sont toujours « justes et transparentes », sur le papier)

En 2000, des élections furent donc organisées par le Général Papa Noël, mais sans adversaires, hormis un petit boulanger, éternel opposant qui ne représentait pas vraiment de danger pour le général Papa Noël, mais dont il aurait du se méfier davantage car si on l’appelait le boulanger, c’est qu’il roulait tout le monde dans la farine.

Mais ce que le peuple ignorait, c’est que le Général Papa Noël avait une femme, et que Rose elle, elle tenait beaucoup à sa place de Mère Noël , alors elle poussa le Général Papa Noël à voler les résultats de l’élection et à se proclamer vainqueur.

Le peuple était fâché.

Alors il descendit dans la rue, et exigea qu’on proclame la victoire du boulanger, qui s’appelait Laurent Gbabgo (mais on ne prononce pas le premier G, c’est plus facile), le général Papa Noël avait perdu.

Dès son accession au fauteuil présidentiel, le boulanger qui avait comme tous les candidats au monde fait plein de promesses qu’il n’avait aucunement l’intention de tenir, commença à faire ce que ces prédécesseurs avaient toujours fait , placer son frère, sa mère et puis ses sœurs, ho ho, c’était le bonheur.

Seulement voilà, deux ans après, les gens du nord, qui ont dans leurs yeux le bleu qui manque à leur décor, ils n’étaient pas ravis du tout. Tous les sous étaient dans le sud, tout le pouvoir était aux mains du clan du boulanger et eux, les gens du nord, on commençait vraiment à leur créer trop de soucis, alors ils se sont rebellés.

Ils ont marché, marché, jusqu’à Abidjan, et le boulanger président a eu peur, alors il a appelé la France pour qu’elle arrête ces vilains rebelles qui l’empêchaient de dormir sur son tas de farine.

La France, elle a répondu « tss tss, tout cela, c’est pas nos oignons, affaire de rebelles, là, c’est entre vous ». Et la France s’est mise au milieu et du coup, tout le monde était bloqué.

Comme Gbabgo (dont on ne prononce pas le premier G) n’était pas content que l’armée française ne vienne pas chasser les rebelles, il a envoyé des pilotes russes pour bombarder un camp français et a tué des soldats français.

Chirac, qui était encore notre président, il n’a pas aimé du tout qu’on bombarde ses soldats, encore moins qu’on les tue, mais alors pas du tout du tout.

Il a tapé un grand coup sur son bureau, si si, allez voir à l’Elysée, il y est toujours le trou dans le bureau, demandez à Nico, il vous montrera le trou de Chirac.

Chichi il a pris son téléphone, et il a dit, si c’est cela, bazardez-moi tous leurs avions, faut pas qu’on vienne me chier sur les bottes (il parle mal Chichi, c’est dingue), non mais oh ! Allez ! Zou, du balais les avions du boulanger.

Et paf, il a bousillé tous les appareils de l’armée ivoirienne.

Le peuple était très très fâché.

Ils ont chassé tous les français de Côte d’ivoire, les ont tapés, les ont pillés, et l’armée française a dû les faire rentrer très très vite en hexagonie, certains sont même rentrés chez eux en tongs et en maillot de bain, mais c’était pas fashion, car c’était l’hiver et il faisait très froid.

A partir de là, le pays a été divisé en deux, d’un côté les rebelles, de l’autre le boulanger, et au milieu, des militaires français qu’on avait appelé « la Licorne » parce qu’une licorne c’est joli et ça fait pas trop peur. Même si ça existe pas en fait, enfin je crois.

Le Boulanger, quand est arrivé le moment de faire de nouvelles élections, il a commencé à chercher des excuses, et quand on les cherche, forcément, on les trouve. Les élections ne venaient pas, un coup c’était les cartes d’électeurs qu’ils trouvaient plus, un coup y avait des ivoiriens qu’étaient plus vraiment ivoiriens, un coup il fallait nommer des agents pour contrôler les élections puis des agents pour contrôler les agents, et comme tout cela coûtait beaucoup de sous aux instances internationales (en résumé, nous), l’ONU a décidé de contrôler les élections, et d’aider à les organiser.

5 ans après la date de péremption, (imaginez, Sarkozy qui décide finalement que les élections n’auront lieu qu’en 2017 ?? la lose ?) le boulanger a fini par faire les élections, bien convaincu par les sondages qu’il allait forcément gagner , fingers in the noze, et quand les résultats sont arrivés qui disaient qu’en vrai, il avait 47% et que Ouattara Brave tché, il avait 53%, il était trop pas content. Alors il a dit, si c’est cela, moi je m’en fiche, je m’autoproclame grand vainqueur des élections, je me colle le cordon avec les breloques dorées autour du cou et j’oblige l’étranger brave tché à rester dans son hôtel 4 étoiles. Vala.

Du coup, il a distribué des armes, à tous les jeunes qui étaient chomistes, et il y a beaucoup de chomistes dans le pays du cacao à cause qu’avec la guerre, et le découpage du pays, toussa, les gens ils ont plus trop de travail.

Et comme c’était vraiment trop le bazar, avec des morts partout, puis des vilains armés qui foutaient le bordel dans la ville, puis des charniers qu’on découvrait, et puis surtout que l’ONU, elle avait payé quand même pour les élections et que bon, quoi, quand on paye, on aime bien être livré, un peu comme si tu commandais une combishort chez Asos et qu’on te disait ah ben non, on garde tes sous, mais on t’envoie juste une paire de chaussettes, tu vois ?

Et comme il était malin, le boulanger a fait croire à tout le monde que la France en voulait rien qu’à ses richesses, son port, son cacao alors qu’en vrai, lui-même leur avait déjà tout tout donné, depuis le port (il l’a filé à Bolloré, le voyagiste de Sarkozy), jusqu’au téléphone en passant par l’électricité

Alors l’ONU, et puis la licorne qui n’était plus trop gentille, ils ont attaqué les gros chars de Gbabgo le boulanger (dont on ne prononce toujours pas le G) et puis les rebelles, qui étaient avec leur brave tché, dans l’hôtel 4 étoiles, ils ont arrêté le boulanger, sa femme, son fils et tous leurs amis après avoir complètement cassé sa maison pour être sûrs qu’il n’y reviendrait jamais.

Et voilà, aujourd’hui c’est le brave tché qui est président, mais ça résout pas grand-chose, car les ivoiriens sont toujours très très fâchés entre eux, et que ça tire toujours de partout dans la ville d’Abidjan, et qu’il y a beaucoup de morts, et que les gens ils ont faim, ils ont soif, et ils ont peur.

Et qu’il va leur falloir se pardonner.

Et pour ondouler en rythme sur de l'ivoirien...


Magic System - Ambiance à l'africaine par magicsystem

 

Avec quelques liens pour ceux qui veulent en savoir plus ...

Wikipedia

TV5 Monde

La Documentation Française

Abidjan.net

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : cote d'ivoire, gbagbo, coup d'état, france, situation, afrique | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/07/2010

L'enfer de la dépendance


Aujourd'hui, on se rassemble tous autour de Nawal et on la soutient dans son dur combat. Nawal a le courage de nous raconter son addiction et ses efforts pour s'en sortir. Attention, ce récit est fort et peu choquer les enfants et les personnes sensibles. Nawal espère que son témoignage aidera d'autres personnes dans le même cas à s'en sortir ou à ne pas sombrer.



Bonjour, je m'appelle Nawal,  j'ai ... ans ... censuré, et je suis Culino "Photos en extérieur" Addict et totalement Dépendante !

Bon d'accord, nous ne sommes pas à une réunion des AAF : Alcooliques Anonymes Français, d'ailleurs je n'en suis pas membre, ni n'ai de parrain.


Mais il y a quelques jours cependant, j'aurai pu conclure cette phrase de présentation par un : "Et je n'ai pas pris de Photos Culinaires dans un lieu public depuis ... Pffff ... au moins 70 jours !" Vous ne vous rendez pas compte, mais c'est énorrrme et ça veut dire beaucoup, ça veut dire que je suis librrre et je crois bien que je m'en suis sortie !

J'ai eu une espèce de sursaut salvateur, il y a quelques temps déjà, suite à plusieurs situations essentiellement chez des amis, mais surtout au Restaurant ... C'était dernièrement avec un couple de nouveaux voisins et néo potes avec lesquels nous dinions pour la première fois dans un restaurant du quartier que nous voulions tester absolument. Oubliant le fait que je les connaissais pas trop encore et n'écoutant que mes réflexes et l'habitude aidant, j'ai shooté comme une malade du nem et du Bo bun à gogo avant de prendre gare à leurs airs ébahis, interloqués voire effrayés (où est ma camisole Darling, faites je vous en prie chers voisins Charmants) ...

Voyant finalement leurs têtes au sortir de ma transe photographique, j'ai bien sûr fait l'impasse sur l'info explicative de tout ce cirque : "j'ai un blog" (un quoi ?) "Oui oui un blog de "Bouffe"" ...

D'ailleurs par expérience j'omets toujours et volontairement d'en parler en dehors de "ma" proche sphère Blogging (beaucoup de mes Collègues, ou simples connaissances tomberaient des nues si elles savaient que je blogue depuis 2003 en douce). Je revois encore autre exemple ces amis très proches eux, me présentant spontanément à table leurs plats à photographier pour que j'en "parle" sur mon Blog Culinaire, et ce avant même d y goûter les pôvres, ou pire cherchant eux même l'endroit le plus éclairé de la table de ce bon restaurant pour que je puisse faire des photos : La honte assurée  en public je vous prie de me croire !


L'ami de cet ami Bloggueur, qui s'est retrouvé par hasard dans mon entourage et à ma table un soir. Charmant et ayant complètement assimilé la notion de Blogging Culinaire (en Bloggeur lui même), me présente lui aussi son plat à peine déposé par le serveur. Il dira le lendemain des choses très gentilles à mon sujet (si si je vous jure que c'est vrai, c'est l'ami commun qui me l'a dit), je noterai surtout son :"Elle est rigolote, MAIS elle photographie TOUS les plats systématiquement" : Re la honte !


Cette autre amie de toujours qui me reçoit à dîner chez elle, et lance à la cantonade (que je voyais quand même pour la première fois ceux là) : "Elle a un Blog, un Blog Culinaire !" ... "Tu peux prendre des photos des plats ce soir" ... Tout ça en me mettant des avocats au crabe sous le nez à défaut d'objectif intégré voire greffé à mon appendice. Moment inoubliable de malaise, de solitude et de re re Honte ! ... C'est dommage je les trouvais sympa ces amis, avant qu'ils ne me prennent eux aussi pour une psychopathe grave cinglée ou au mieux pour une grande Originale ! Après trois ou quatre anecdotes de ce genre, ponctuées à l'occasion de regards convenus entre serveurs dans un grand restaurant classieux, une envie soudaine de profiter pleinement de ces moments à table, et de prendre un peu de recul. J'ai donc eu une période plus ou moins longue d'abstinence photographique Culinaire au restaurant, brunches et chez mes hôtes occasionnels, déçus pour certains étant devenus eux même accro à l'exercice du bol pré prandial shooté. Je résistais assez bien je dois dire : je sais quand même me tenir, et il y a des situations où bien sûr pas question de prendre mon Sony, qui déformerai mon minuscule sac de soirée quand je fais la Fille... Oui rassurez vous, j'en connais certains à qui je n'ai pas infligé cette torture, et sans mal qui plus est.


Mais y a toujours de bonnes âmes amicales qui veulent votre bien ... Cette fois là encore au resto, une Copine déconfite car je n'ai pas exceptionnellement mon appareil photo sur moi, me tend son téléphone pour que je puisse faire des photos de nos superbes plats dressés. Elle insiste même, mais elle est folle elle va nous faire remarquer dans cet établissement étoilé qui plus est. "Non Darling, tu es gentille mais je ne craquerai pas". Qui de nos jours n'a pas un So Smart téléphone qui ne fasse la vaisselle, vous trouve des billets d'Opéra, vous lime les ongles, et téléphone plus ou moins bien aussi. Mon mien de Téléphone il le fait aussi Darling pour info et cela n'est pas pour m'aider dans ma diète Photographique de me pousser comme cela à rechuter ...


De mon sac, mon téléphone ne sortira point. Tentatrice va ! J'hallucine, au secours le lendemain elle m'envoie par mail ses photos prises lors du repas si l'envie me prenais de les Blogguer. Mon Dieu pourquoi ai-je des amis si Bath ?
Bon je ne vais pas vous faire la liste de mes sorties, vous risqueriez de me prendre pour une fêtarde, qui en plus ne pense qu'à manger, parler de bouffe, voire pire donc photographier sa bouffe partout (même pas vrai). Mais sachez que j'ai beaucoup de mérite Messieurs Dames et que je suis à nouveau clean et parfaitement adaptée à convier chez vous ou au restaurant sans que je ne dégaine par "reflex" ...  Je sais me tenir Moi Madame si je veux ! Mes dernières "épreuves" successives et réussies : des Brunches branchouilles ou pas, avec moult farandoles de mets savoureux et photogéniques qui me narguent sans que cela n'éveille en moi une seule envie de photos. Ou alors très petite l'envie ! Et pour les fêtes de Noël et de fin d'Année passées, idem vous croyez peut-être que j'ai jeûné. Pffff, malheureux pensez vous même pas. Une Orgie de Bouffe à chaque fois. Ce fut là aussi, des tentations énormes, mais pas une seule Photo Culinaire : Pas une seule photo, Nada, Niet, Wallou ...


Sinon je soupçonne (parano en plus de tout le reste) un peu mes amis de s'être donné le mot pour me faire flancher, car les sorties et les invitations s'enchaînent en ce moment, me faisant déserter ma cuisine plus que de raison. Scoop même des amies qui n'ont jamais fait un oeuf au plat me font à dîner, de là  à penser qu'il s'agit d'une conspiration il n y a qu'un pas. Pourquoi s'arrêter à une seule déviance tant que l'on y est ! Ne soyons pas chiches :) Enfin d'ici là et avant l'internement en studio pas Photographique MAIS Capitonné, je le clame haut et fort : je n'ai pas fait une seule photo Culinaire dans un lieu public depuis 70 jours ! Allez je vais fêter ça en mangeant un truc... et sans même le prendre en photo !


Post scriptum : Si vous êtes vous même Photo Culino Addict, merci de contacter la fondatrice de l'ACPA !


SoundTrack du jour in The Kitchen : Gnials Barkley - Crazy


Nophotosrouge.jpg


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : cuisine, photos, blog culinaire | |  Facebook | |  Imprimer | |

13/07/2010

Le monde de la musique va mal


Oui, bon, à la fois c'est Yomarcelle.. Cette fille est totalement givrée et montre ses nichons sur twitter.

Donc forcément, c'est ma copine.

Moi aussi dans ma jeunesse j'ai pris de la drogue et j'ai montré mes seins à Woodstock après tout.

(Ah on me dit dans l'oreillette que j'avais 10 ans à l'époque de Woodstock, mais alors on m'aurait raconté des bobards pour que je montre mes seins ???)


A l'heure où la célèbre salle de jazz parisienne, le "New Morning", est en passe d'être vendue à Leader Price pour devenir un entrepôt (mon coeur saigne), j'ai décidé de me poser en ayatollah du goût musical de premier choix.

En ce moment, sur Deezer, j'écoute en boucle les albums de Milli Vanilli et de Doc Gynéco.

Hé, c'est qu'elle a du goût, Monique Ranou !

(j'ai un peu tenté Jean Schulteis aussi mais c'était vraiment dépasser les limites de l'écoutable)

Je vous mets au défi de trouver pire. Là, au bout de deux heures d'écoute tu commences à faire des grumeaux de cerveau.

Bonus : Manu m'a dit qu'elle s'engageait à faire une blanquette de veau à celui qui décrocherait la palme du plus mauvais groupe/artiste. C'est le moment de briller.

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : musique, milli vanilli | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/07/2010

Spam


Vous savez les spams qui vous promettent un héritage venu d'un donateur fortuné au Zimbabwé ou d'une dame très croyante qui veut distribuer ses biens (non pas Lilliane Bettencourt, quoique...), et bien j'en ai retrouvé l'origine. C'est Till The Cat, père au foyer désoeuvré qui occupe ses journées mornes et tristes en encombrant vos boites aux lettres.


Et je vous en donne la preuve ci-dessous



Bonjour Madame Manu,

Je tiens tout d’abord à vous remercier pour votre gentillesse et votre beauté. Permettez-moi de me présenter. Je suis Jean Théodore de la Reunaque citoyen Français d’origines Normandes. Je suis issu d’une riche famille d’industriels qui ont fait fortune dans le secteur du Parapluie Pliant.


Mes parents sont actuellement mortellement décédés par homicide volontaire. Les commanditaires de ces meurtres sont à ma recherche. Je suis donc dans l’obligation de me cacher dans une grotte avec des bigornos. Je souhaite que vous m’aidiez à toucher l’héritage de mes parents. Héritage qui s’élève à 345 milliards de Dollars Français. Pour vous remercier, je vous dédommagerai en vous donnant 20% de cette héritage, c’est la moindre des choses. Ce qui fait une somme de 68 milliards de Dollars Français quand même. C’est beaucoup.


Je vous explique la marche à suivre.

Après votre accord, vous recevrez dans quelques heures un mail du Directeur de la banque Jean Léon Dantonkhu. C’est lui qui m’a expliqué que l’argent devait être transféré vers un autre compte pour que je puisse le toucher (l’argent hein, pas Jean Léon). Suivez bien ses explications et le transfert se fera très rapidement.


Avant cela j’ai quand même un peu besoin de faire mieux connaissance avec la personne à qui je vais donner 68 milliards de Dollars Français. Vous pouvez me faire confiance parce que je suis sincère et respectueux. Si vous-même avez des questions, n’hésitez pas à me les poser. On est comme une vraie famille, rien à cacher.


Quel sont vos véritables noms et prénoms ?


Quelle est votre adresse exacte ?


Pouvez-vous m’envoyer une photo de vous (nue sur un galet, si possible) ?


Vous comprendrez que la situation géopolitique de mon Pays m’oblige à beaucoup de discrétion. J’ai bien peur que l’homicide mortel de mes parents soit commandité par les autorités très hautes et grandes.


Je vous remercie pour votre aide Madame Manu.


Veuillez accepter mes sincères salutations cordiales, respectueuses et sincères,


Jean Théodore de la Reunaque.


 

1301-Martine%20Chasse%20les%20Spams.jpg


06:01 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : spam, emails | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/07/2010

C'est la fête du slip

 

Aujourd'hui, il nous fallait un truc reposant après les agapes de la veille liées à MON évènement historique (ceux qui n'ont pas encore déposé un com peuvent encore le faire sous peine de sanctions très rapides)


Oum troque son rôle de maman pour celui de blogueuse ... euh .. Mode dirons-nous, pour faire la fête du slip.


Boh, ça nous changera un peu les idées.

 

Pourquoi je n'aime pas les slips Kangourous?

J'aurai pu en ce temps de mondial, et malgré l'interdiction formelle de Manu de parler de foot sur son blog, profiter justement de son absence et foutre le foot.. euh le souk ici. Mais je ne veux pas m'attirer les foudres de la prêtresse de la blogosphère ...  J'ai déjà eu un avant-goût pour avoir inconsciemment omis de la mentionner dans un récit de soirée bloggesque (pas sûre d'ailleurs qu'elle m'a vraiment pardonné)... Non, je ne veux vraiment pas la vexer.

J'ai décidé donc de m'attaquer à un sujet un brin plus sérieux: les
slips Kangourous.

Les-Bronzes-Popeye-slip-copie-1.jpg



Le slip kangourou c'est moche, has been, ringard et peu glamour. C'est de notoriété publique... Enfin, c'est ce que je pensais. Parce que là, il y a comme un retour en force de la bête dans les pubs télé, surles couvertures de magazine, au cinéma. Même la marque so trendy American Aparel  nous fourgue du kangourou en veux-tu en voilà...

serve.asp?media=4415org_Pomegranate_White.jpg


Mais ce n'est pas parce qu'un brun ténébreux porte une version American Apparel de l'australien que je vais changer d'avis... Car oui, le slip Kangourou a été rebaptisé le slip Australien pour mieux brouiller les pistes et nous refourguer la chose.

Il semblerait qu'à l'origine, le slip Kangourou a une fonction utile. Sans rentrer dans le détail, la (petite) poche faciliterait l'accès pour les choses de la quotidienneté...Là où je ne comprends pas, c'est
que le caleçon - son successeur - facilite tout aussi bien l'accès. En même temps, je ne suis pas un homme. Aux dernières nouvelles, je suisune femme et pour moi, en tant que femme, le slip Kangourou reste une chose ridicule qui ne rend pas justice à son locataire ni à son
propriétaire.

Si en plus, on y associe un Marcel, pire, si le Marcel est rentré dans
le cache-sexe, moi je dis au secours !




A bas les slips Kangourous !

Slip Kangourou + Marcel.jpg

 

Et pour les Ayatollah du mouvement, il  ya même un groupe Anti Slip Kangourou sur facebook


Edit : je rappelle que Oum a rédigé cette note et tient ordinairement un blog de maman tout à fait respectable... Ca va donc faire légèrement bizarre à son lectorat habituel de lire "ha c'est toi qui a écrit "c'est la fête du slip" sur le blog de Manu ?"  Mouahahahahhaha

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (31) | |  Facebook | |  Imprimer | |

30/06/2010

Back in the USSR


Attention aujourd'hui, on lâche le fauve.

Je vous aurais prévenus.

J'ai modifié le titre que Daydreamer avait initialement donné à ce billet. Elle va trépigner mais c'est mon blog, je fais ce que je veux.


Courage, demain c'est fini et on passe à autre chose. En attendant, vérifiez vos vaccins et votre trousse de secours.


Love in an elevator*

(* titre emprunté à un obscur groupe américain dont le chanteur n'est pas roux)


Au siècle dernier, figure-toi que j'ai participé à un voyage "scolaire/linguistique" (surtout linguistique, en fait) en Union Soviétique.

Si. Ça s'appelait encore comme ça. URSS.

De quoi je peux bien me souvenir aussi longtemps après? (déjà, je me bats contre mes neurones ET mes enfants, alors autant m'entretenir et retarder alzheimer...).


Leningrad (Que s'appellorio St Petersbourg, ou une connerie du genre, maintenant), ça caillait (10°C en septembre... un peu comme en ce moment en Francie du Sud, quoi...), y'avait de beaux mecs en uniformes partout (je pense que les plus canons étaient réquisitionnés pour servir de vitrine à l'armée, spapossib' autrement) et on a appris qu'on pouvait manger des glaces en hiver.

De l'Ermitage, j'ai retenu: un tableau de Vierge à l'Enfant par Léo de V. et une robe de Catherine II ayant un tour de taille à faire chialer les catwalkeuses de 12 ans. Et aussi que les maisons et les immeubles alentour étaient bas because il ne fallait pas qu'ils dépassent le palais.


Kiev: je suis vraiment passée à Kiev? T'es sûre? ... ben, j'ai dû dormir, alors...


Moscou: ah! la cafète de l'hôtel avec ses jus de fruits bizarres mais bons, avec des prunes entières qui se décomposaient dedans, ses cornichons géants (au petit déj') et la musique (Sunny, yesterday my life was filled with rain... Sunny...); Vladimir Ilitch, momifié; le métro et ses stations sublimes, gigantesques, propres, avec des voyageurs qui t'offrent des fleurs (genre "vous êtes Françaises? Tenez!"), ou qui te suivent pour t'écouter parler français; les flics en civil, dans la rue: impers beiges et faux borsa noirs; le Goum, ZE magasin, et son arrivage aléatoire de glaces (1 parfum à la fois, hein...); le bortsch et le kvass; le cirque et son crocodile; la bérioska de l'hôtel (j'avoue avoir acheté une chapka en lapin: je croyais qu'on les rasait... genre...); la boite de nuit de l'hôtel, remplie de jeunes d'autres pays de l'Est revenant des camps de pionniers ou autres colonies de vacances.


C'est marrant, j'ai oublié les prénoms des nanas qui partageaient ma piaule, mais je n'ai jamais oublié Anja, la Yougoslave, Florian, le Hongrois et Călin (que Fr@mboize prononcera comme Louboutin... #privatejoke), le Roumain.


Pour des raisons plus ou moins évidentes (Mur qui tombe, guerres...), j'ai souvent pensé à eux ces dernières XX années. J'aurais même pu garder le contact si mon copain de l'époque n'était pas tombé sur la lettre de l'un d'eux, dans laquelle, personne n'étant parfait, il avait malencontreusement utilisé le verbe "baiser" en lieu et place d' "embrasser"... le tout suivi de "en ascenseur"... Forcément, la lettre et l'enveloppe avec les coordonnées ont disparu...


Le truc le plus bizarre, dans tout ça, c'est cette femme que je croise de temps en temps -elle habite la rue "d'à côté"- et que j'ai reconnue du premier coup d'oeil, il y a trois ou quatre ans, maintenant... Son alors-futur-maintenant-ex mari nous l'avait présentée, à mes copines de chambrée et à moi, au milieu du lobby: on aurait dit un trophée de chasse. Cette fille, Russe, était à peine plus âgée que la plus âgée d'entre nous et lui était déjà grand-père (ou pas loin). Chaque fois que je la croise ou que je passe devant chez elle, je revois la scène. Je me souviens même de son prénom et de la ville où il était "allé la chercher".


Et je me souviens des autres, dans la foulée...


Trésors Russes.jpg
(je t'ai ressorti mes trésors... huhuhu... certains m'ont été offerts en boite de nuit :))


06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (29) | |  Facebook | |  Imprimer | |

29/06/2010

Attention .. Scoop Culinaire du siècle..


Quand Papilles, la cappi di tutti cappi de la cuisine on-line,  a dit qu'elle acceptait de partager une recette secrète dans sa famille depuis des générations, je n'en ai pas cru mes oreilles.

Et quand EN PLUS elle a bien voulu que je la publie je me suis roulée à ses pieds en bavant..

Voici donc en exclusivité extraterrestre pour vous ET vous seuls, LA recette ultime avec laquelle vous allez devenir LA star des dîners en villes et que tous vos amis vous envieront..


Voici un grand classique que nous nous transmettons de générations en générations, les spaghettis, sauce tomate. J'en parlais ici.


Il vous faut :

  • 1 paquet de spaghettis
  • 1/2 tube de sauce tomate Panzani (j'y tiens, celle ci et pas une autre, je pense que Panzani devrait nommer Papy Papilles, Melle Papilles et moi-même membres bienfaiteurs de la marque).


390124129_545b68606b.jpg?v=0


Faites cuire vos spaghettis en les plongeant dans l'eau bouillante salée pour 10 minutes. Egouttez-les. Ajoutes le 1/2 tube de sauce tomate, mélangez et régalez-vous !


390124132_636f28567b.jpg?v=0




Moi je dis ... MOUAHAHHAAHHAHAHAHAHA... C'est grandiose.

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (30) | Tags : recette, spaghettis, sauce tomate | |  Facebook | |  Imprimer | |

28/06/2010

Migraine Ophtalmique...


Aujourd'hui c'est la sublimesque Frieda l'Ecuyère queen of the modoblogosphère qui s'y colle.

Nous n'avons pas toujours les mêmes goûts en terme de fasheune. Mais il y a au moins un point sur lequel nous sommes parfaitement en harmonie.. Voyez plutôt.


Que ne ferais-je pour tâcher de remplacer l'irremplaçable Manu ?



Eh bien, inspirée par un twitt de la belle, je suis allée jusqu'à prendre quelques photos, au péril de ma vue, d'un échantillonnage estampillé été 2010 plus que représentatif de ce dont est capable Desigual (cela étant, je confesse que d'une saison à l'autre, je fais pas le distinguo).



Et maintenant, tous chez l'ophtalmo.

Mais MOUHAHAAAAAAAA, quoi.



Frieda Desigual.jpeg



06:00 Publié dans Les guests à Manu, Mode | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : desigual | |  Facebook | |  Imprimer | |