Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2011

La fête pas les fêtes

En préambule j'ai problablement écrit le même billet l'an passé. Et il y a deux, trois et quatre ans.


Tous les ans j'écris le même billet, en fait. Mais ce blog me servant de psychothérapie au petit pied, il est normal que j'y étale mes troubles obsessionnels compulsifs.


Les fins d'années sont meurtrières. Privé de lumière, mon organisme donne des signes inquiétants de démence saisonnière (boulimie, humeur de pittbull, idées fixes, hibernation, somnolence, et alcoolisme).

C'est à ce moment précis quand ma forme est donc au top qu'arrive ma Némesis : les réjouissances de fin d'année.

Je ne supporte plus ni Noël, ni le nouvel an, c'est peu de le dire. 

Et cette détestation est exponentielle au fil des années

Pourtant, petite fille et même après, j'ai aimé ce moment. Jusqu'à il y a une dizaine d'années c'était même un de mes petits plaisirs annuels que de préparer et de décorer avec soin.

C'est il y a dix/douze ans que la lassitude a commencé à s'installer.

Pour la fête du nouvel an d'abord. Ras-le-bol de tous les ans investir de l'espoir et s'échiner à prévoir une soirée qui au final s'avère rarement réussie. 

Entre plans galères, invités boulets, maladies imprévues, accidents, additions pharaoniques et autres réjouissances, sur une trentaine de saint-sylvestres plus ou moins célébrées, je peux compter sur les doigts d'une main celles où je me suis vraiment amusée. 

Et puis, en fin de compte c'est TOUJOURS la même chose. Mêmes menus, mêmes fêtes, mêmes animations, mêmes gens, mêmes tenues. J'en arrive à un stade où la simple idée d'embrasser un terrien à minuit en lui souhaitant une bonne année me colle des plaques.

Après la lassitude du nouvel an est venue celle de Noël. J'ai été progressivement écoeurée par ce qui, il faut bien l'admettre, est devenue plus une orgie consumériste qu'une fête de famille.

La fête du kikalaplusgrosse boite à cadeau.

Voir les gens se précipiter dans les magasins pour tenter d'avoir le plus beau sapin, le plus gros caddy, la maison la mieux décorée, le meilleur réveillon à tout prix me laisse dans un état proche de la catatonie.

Je trouve même (à titre personnel) assez indécent cet étalage de bouffe, jouets idiots, et cadeaux en tous genre à un moment où 7 millions de personnes sont en dessous du seuil de pauvreté en France. 

Un peu de retenue ne ferait pas de mal. Et n'empêcherait en rien des fêtes réussies et joyeuses pour ceux qui le souhaitent et le peuvent.


Ce sera donc service minimum une fois de plus. Un repas de réveillon de Noël avec mes parents qui en ont pris l'habitude et s'en réjouissent. Point.

D'autant que je n'ai pas un sens très développé de la famille. Et que la seule idée de partager une fête avec la mienne (parent exclus) m'évoque plus une surprise partie pendant la nuit des morts-vivants avec la famille Addams que des retrouvailles chaleureuses.

Quant à la belle-famille, je suis déjà sous anti-dépresseurs à la seule idée d'un réveillon quelconque avec eux.

 

Loin de moi l'idée de jouer les mères la morale et d'empêcheuse de fêter en rond. 

Pour ceux qui veulent en profiter, enjoy ! Au maximum.

En ce qui me concerne ce sera tranquille au chaud dans mes pantoufles, en attendant avec impatience le 02 janvier qu'on me lâche enfin les baskets avec les réjouissances findannières.
 
Pour revenir enfin à une vie normale. Et à des fêtes improvisées.

Ce sont les meilleures, sans aucune contestation possible.

 

casse moi pas.jpg

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : noel, 31 décembre, fêtes de fin d'année | |  Facebook | |  Imprimer | |

31/12/2010

Non, non, non, non, je ne veux pas boire un verre..

 

Ni faire une retrospective de mon année.

Ni publier les plus grands bides de 2010, ni les meilleurs films, ni le top 50 musical, ni des buzz de l'année.

Ni prendre de bonnes résolutions.

Ni dire que j'aime tout le monde.

Ni embrasser mes voisins.

Ni dire que 2011 va être une grande année.

Ni réveillonner.

Ni sortir.

Ni regarder la soirée avec Arthur sur TF1.

 

Ne comptez pas sur moi.

Vous aurez peut-être tout juste les voeux de la taulière demain.

Si je suis de bon poil.

 

Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui, car, comme tous les ans, le 31 et son cortège de pouet pouet me tirebouchonnent le système nerveux.

 

Un peu de mauvaise humeur au milieu du saumon et des confettis, ça fait pas de mal, non ?

 

Si ?

 

Bon tant pis alors. Je resterai seule dans mon coin avec mon mauvais caractère

Grommelle, grommelle, grommelle...
Epicétout

 

 

Mauvais-poil.jpg

 

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (19) | Tags : 31 décembre, rétrospectives, voeux, fête | |  Facebook | |  Imprimer | |

31/12/2008

15 Bonnes Raisons...

... De ne pas faire le réveillon du nouvel an ...

Les plus fidèles lecteurs de ce blog le savent, il y a quelques années que j'ai décidé de ne plus faire le réveillon du Nouvel An.

Et plus précisément, juste après le "fameux" réveillon de l'an 2000 où il fallait "absolument" passer le cap du nouveau millénaire en se tartinant la ruche..

Ca m'a tellement gonflée le côté obligatoire de la chose, que j'ai dit stop..

Depuis, le soir du 31 décembre c'est coucouche panier, papattes en rond. J'ai même refusé plusieurs fois des invitations, c'est vous dire...  J'ai donc eu tout le temps de trouver des raisons valables à donner au gens qui me regardent d'un air éploré, en pensant "pauvre fille" dans leur tête, chaque fois que je leur annonce que "non, non, je ne fais rien le 31"...

En voici 15 à ressortir si jamais vous aussi, vous vouliez échapper à cette corvée vomitive :

  • J'ai pas d'amis
  • 9 fois sur 10 c'est râté : les gens sont "obligés" de s'amuser, donc la plupart du temps, ils s'emmerdent
  • 9 fois sur 10 t'es malade : à quoi ça sert que l'épidémie de gastro elle se décarcasse
  • 9 fois sur 10 tu passes des heures dans les embouteillages avec l'omelette norvegienne qui fond lentement dans le coffre
  • Les filles, vous avez certainement déjà constaté le bénéfice immédiat d'un haut flashy à paillettes sur un teint cadavérique. Le teint prend tout de suite une jolie teinte... verdâtre..
  • Les filles, vous avez déjà certainement constaté le bénéfice immédiat d'une tenue moulante sur les bourrelets créé par les premières raclettes + les bouffes de Noël. Pas besoin de vous faire un dessin.
  • Entendre "La Chenille", "Alexandrie, Alexandra" "A la queue-leu-leu" ou "YMCA" une fois de plus, c'est au-dessus de mes forces.
  • Embrasser des inconnus en criant bonne année : déjà que j'aime pas lécher le portrait à mes proches, alors aux autres, tu penses...
  • Ma manucure coréenne est en vacances. Impossible de sortir avec des ongles dans cet état
  • Regarder à nouveau une tranche de foie gras, pas sure que mon estomac tienne le coup
  • De toutes manières, à 10 heures, j'ai déjà la tête sur les genoux.
  • M'amuser, tu rigoles, je suis en pleine déprime hivernale. J'ai juste envie de traîner en jogging et qu'on me FICHE LA PAIX.
  • Quand ça fait plus de 30 ans que tous les ans "Bonne Année, Bonne Santé" avec TOUJOURS les MEMES serpentins, confettis et youpi-lala.. Juste, PFFF, quoi..
  • Organiser un truc chez moi pour avoir des crétins qui me hurlent dans le cornet et finissent bourrés sur mon paillasson : même pas en rêve.
  • Organiser un truc chez moi pour avoir ENCORE ma famille à nourrir, même pas en rêve.

Voilà, et j'ai encore deux/trois arguments sous le pied si ça intéresse quelqu'un.

Pour finir de vous persuader de ne pas réveillonner et  vous inciter à venir rejoindre le clan des non-trenteunistes, je terminerai par cette pathétique histoire qui m'est arrivée il y a quelques années : j'avais réussi à persuader mon meuri de se payer un petit 31 en amoureux dans un chateau-hôtel. Le 31 au matin, je me lève ... très vaseuse... Après une journée de sieste et de tisanes, mon estomac semblait avoir signé l'armistice avec le reste de mon corps... On arrive au château, on pose les affaires dans la chambre, on se fait beaux et on descend manger. Dès que l'entrée est arrivée dans les assiettes, mon estomac a decidé de rompre la trève unilatéralément et d'aller prendre l'air en passant par mes voies respiratoires. J'ai passé la soirée au lit. Le programme TV était très bien ce soir-là - il y avait un show spécial nouvel an des Inconnus...

Résultat des courses : le lendemain matin j'étais fraîche comme une rose, et j'avais dépensé une fortune pour... rester au lit.

 

EN TOUS CAS QUE VOUS TEUFIEZ OU PAS : PASSEZ DE TRES BONNES FETES DE FIN D'ANNEE... Et on se revoit en 2009...

 

Enfin j'espère...

chat7.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : reveillon, 31 décembre, nouvel an | |  Facebook | |  Imprimer | |