Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/12/2012

Bye bye Instagram

Il fut une fois une petite appli bien sympatoche sur laquelle on pouvait prendre des photos de chats, de bouffe, de monuments, de ton suédois perso ou de tes boobs si tu avais une tendance exhibitionniste avancée.

Tu pouvais même coloriser les dits boobs et en faire une oeuvre artistico-filtrée destinée à éblouir tes followers, les internets et l'univers tout entier.

Par un beau jour de (printemps, été, hiver ?) a petite appli épousa le très riche prince charmant bleu et blanc pour 1 milliard de brouzoufs.

Et ce qui devait arriver, arrivit.

Après quelques mises à jour plutôt encourageant, les conditions générales d'Instagram viennent tout juste de changer façon Facebook.

Et quand tu lis les petits caractères en bas de page, tu t'aperçois qu'Instagram peut désormais disposer de tes photos comme il veut.

Y compris les revendre à des fins commerciales à des partenaires à des fins publicitaires sans ne rien avoir à te demander.

Ton chat Kiki peut donc se retrouver sur toutes les affiches 4 X 3 de ta ville, égérie des croquettes BonMiaou, s'il a une bonne tête.

Sans que tu touches quoi que ce soit dessus. Ni toi, ni Kiki.

Le chat c'est pas très grave (quoique). Mais tes enfants ? Sur une pub d'un produit que tu n'aimes pas, par exemple.

Hmmm ? 

Pas glop.

Perso ce n'est pas la qualité intrinsèque de mes clichés dont je me soucie. Ils sont moches la plupart du temps.

Mais pour le principe que je râle.

Je suis une femme à principes (que je renie dès le lendemain en général, mais bon).

Ca m'emm... d'être prise pour du fond photographique dont on peut se servir gratuitement et à volonté à des fins commerciales. Même sur le principe.

Pour un fond photographique ou une truffe en fait.

En clair Instagram, qui ne coûte pas grand chose à entretenir, peut rapporter à Zuckerberg plein de sous en contrepartie, sans que tu voies le début d'un commencement d'un euro. Toujours sur le principe.

Mais les petits principes font les grandes rivières.

Donc que faire ? 

Sois tu t'en fous. Option 1. Ok.

Sois tu passes en compte privé. Il n'y a plus que tes followers qui peuvent voir tes photos. Elles sont donc un peu moins repérables. Mais il reste tes instagrams antérieurs qui trainent encore. Et même en compte privé, big brother aura toujours un oeil dessus.

Sois tu es un peu "bon puisque c'est comme ça" comme moi et tu récupères toutes tes photos en suivant la procédure ICI.

Et tu fermes ton compte.

Sans regrets.

Ce que je vais faire ce week-end quand j'aurais quelques minutes.

Oui mais alors que faire à la place me diras-tu ?

Il parait que la nouvelle petite appli Flickr est pas mal. Couplée avec une ou deux applis de traitement d'image, on doit pouvoir obtenir des résultats intéressants.

Ou sinon tu as d'autres alternatives ICI (en VO)

Je vais tester.

Ah pour info, au cas où tu ne l'aurais pas encore remarqué, que l'opérateur ait la main sur tes oeuvres c'est déjà le cas sur Pinterest.

Donc méfiance.

L'internet n'est plus une terre libre où tu peux batifoler dans les pixels comme tu veux, mon lapin.

Il y a de grands méchants loups qui cherchent à te croquer.

(Et pour laisser la parole à l'adversaire le statement du co-fondateur  sur le sujet publié hier soir sur le tumblr Instagram ICI )

 

00FA000005273794-photo-logo-instagram.jpg

 

 

 

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : instagram, facebook, pinterest | |  Facebook | |  Imprimer | |

25/09/2012

Ma vie sur les réseaux sociaux

J'ai commis un long billet sémantico-portnawak sur twitter hier.

Je pondrai donc un très court billet sémantico-portnawak sur facebook aujourd'hui.

Tu crois peut-être que je vais bosser TOUS les jours ? 

Non. Je suis une grosse feignasse, j'ai une idée percutante de billet une fois de temps à autres seulement, le reste du temps c'est de l'enfumage.

Il parait qu'un bug géant a fait apparaître les messages privés sur les murs de certains abonnés.

Gênant.

Très.

Enfin, moi je n'ai rien de compromettant sur Facebook, je me méfie de Zuckerberg, ce type n'est pas net.

(pas net, humour, tagada, tsouin tsouin)

Juste un truc par contre.

Si jamais Jack Dorsey, le patron de twitter mélange alcool et médocs et appuie par erreur sur le bouton "messages privés"

Et qu'ils sortent en public.

Autant te dire que je peux prendre direct un billet aller simple pour la Papouasie occidentale vu les bombes à retardement contenues dans ce dossier.

Je vais donc aller tout supprimer par sécurité.

Il parait que Jack picole énormément ces derniers temps.

Pour oublier qu'avec les copines on lui parle cunnilingus et grand nez vers 22.30/23 h sur twitter.  

Etant donné qu'il a commis l'énorme erreur d'avoir un compte (@Jack pour info)

Et que selon la théorie de certaines, un grand nez serait un bonus dans le cunnilingus, pression supplémentaire au bon endroit oblige.

(et que Jack a un TRES grand nez)

Si.

Je t'assure.

Facebook-Bug-Revealed-Mark-Zuckerberg%E2%80%99s-Private-Photos.jpg

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : facebook, bug, twitter, mark zuckerberg, jack dorsey | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/06/2012

Et toi, qui es-tu sur Facebook ?

Oui, toi, l'addict des réseaux sociaux, comment te comportes-tu sur facebook ?

Es-tu pokeur(se) frénétique, dragueur(euse), voisin(e) d'enfance,  parano, intello, mystérieux(se), rigolo(te), bonnet de nuit, polémiste, complusif (ve) du statut, gnangnan, boulet, aimable, poète, beauf, mytho, schizophrène ?

Tu ne le sais pas encore ? Avant que tes amis en ligne ne te jettent des tomates virtuelles parce que tu les saoule, le livre "Et toi, t'es qui" te propose de le découvrir 

Son auteur  Mat Hild a 28 ans. Elle est agrégée de lettres modernes et docteur en langue et littérature françaises. Elle a un profil sur Facebook depuis le 9 décembre 2007. 

Un petit extrait ?

"Le compulsif du statut

Le temps que tu prennes ta douche, le compulsif du statut a déjà publié quatorze actus.

Toi qui es la mesure incarnée, tu pestes à chaque ouverture de ton news feed, qui ne t’affiche que la profile pic du compulsif – lequel, n’ayant jamais réussi à comprendre Twitter, a cru que Facebook fonctionnait de la même façon.

Si le marché du livre n’était pas en crise, tu dirais bien au compulsif de pondre une autofiction, au lieu d’inonder ton mur sur lequel n’apparaît même plus l’horoscope du voisin d’enfance. Faute de mieux, tu as investi dans une souris à mollette depuis que tu as accepté le compulsif, comme ça tu peux faire défiler plus vite sa loghorrée verbale – tu es un être bourré d’astuces.

Le compulsif est un peu le La Tourrette de Facebook ; mais il est bien commode aux heures creuses, et les jours fériés : car lorsqu’il ne se passe rien nulle part, le compulsif continue à publier.

Il s’agit d’un profil là aussi complexe, qui donne du fil à retordre à Lacan et au policier hongrois. Il est parfois très proche de Jackie Sardou. Le parano  et le sous-marin ont des valises sous les yeux depuis qu’ils connaissent le compulsif : le premier traque le pic implicite, et le second l’info croustillante. Le bonnet de nuit  a plus d’une fois sorti son code pénal, tandis que le rigolo  s’éclate avec les statuts format carambar.

Le cavalier seul  a depuis longtemps bloqué  le compulsif, qui restreint l’horizon de sa liberté"

Si tu veux donc découvrir les autres portraits de caractères facebookiens, je te propose de gagner ce petit livre qui se glissera facilement dans ton sac de voyages et pourra t'accompagner sur la plage ou dans ton jardin à la campagne comme lecture de vacances puisque l'été approche !

Il y a 2 livres en jeu.

Contre un simple commentaire.

Je tirerai 2 commentaires au sort.

Tu as jusqu'à mercredi soir. Les noms de 2 gagnant(e)s seront annoncés sur ce blog dimanche. Avec celui du ou de la gagnant(e) de la box Mikado série limitée. Que tu peux tenter d'emporter également ici. 

Sinon personnellement je suis une facebookienne laxiste. J'ai un statut très lax.

Private joke. Je t'expliquerai un jour.

et_toi_t_es_qui.jpg

06:01 Publié dans Concours | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : facebook, livre, et toi t'es qui, mats hild, profils | |  Facebook | |  Imprimer | |

10/04/2012

C'est ma tournée !!! (enfin plus vraiment, en fait)

Par ce billet, je bats ma coulpe.

Et je vais certainement perdre le peu de relations qui me restent.

Mais tu me connaissois, je dis ce que je pense, je pense ce que je dis, au risque de me prendre des pelles dans la figure et de finir vieille, laide, abandonnée et  absolument seule avec mes chats.

Au temps béni de l'innocence et du début du blogging, je faisais quasiment tous les soirs la tournée des blogs "amis".

Oui, je regrette presque ce temps où je torchais un billet un 15 minutes et où je passais la soirée à jouer à saute-mouton d'un blog à l'autre.

Remarque quand je relis mes anciens billets, tu comprends tout à fait qu'ils ont été écrits en 15 minutes.

Je ne sais même pas pourquoi je les garde d'ailleurs, c'est à pleurer.

Aujourd'hui ce n'est plus du tout le cas, j'avoue. Mes billets sont toujours à pleurer, mais je ne vais plus, ou assez rarement, lire les blogs des autres.

Lance moi des tomates, tu peux.

Je mets déjà beaucoup, beaucoup plus de temps à rédiger.

Une heure est souvent un minimum, voire plus.

J'y viens, j'y reviens, je corrige, je biffe, je coupe, je sabre, je réécris.

Donc au minimum 45 minutes de moins à consacrer à la vadrouille bloggesque.

Evidemment s'est également greffée l'addiction au réseaux sociaux. Le temps consacré à la lecture s'est transféré, sur du temps passé à raconter des imbécilités en ligne.

Et enfin - c'est à ce point précis que je vais perdre toutes mes relations - "l'ancienneté" fait que je trouve de plus en plus rarement des sujets qui captent mon attention.

Certes pour les nouveaux arrivants dans la grande famille, écrire un billet "pourquoi je blogge" ou est certainement motivant.

Mais quand tu vois le 12592ème truc sur le sujet, ou sur certains autres, que je n'énumèrerais point pour ne pas vexer encore plus,  tu pousses un soupir et tu passes ton chemin. 

Beaucoup de "déjà vu, déjà écrit", malheureusement. 

Ceci dit, je n'échappe pas non plus à ce phénomène.

Mon nombril étant d'une taille assez limitée, on en fait assez rapidement le tour.

Je crois même avoir déjà traité ce sujet il y a quelques temps, c'est dire.

C'est, en fait, désormais twitter ou facebook qui me servent d'agrégateurs. Si un titre de billet me parait prometteur, hop, je clique, je commente... Et parfois je claque si je ne suis pas d'accord.

On ne se refait pas.

Ce qui me permet de ne pas toujours aller voir les mêmes blogs et de faire aussi... De belles découvertes. 

Tu vois, je ne suis pas aussi blasée qu'on pourrait le croire.

J'arrive encore à fôlatrer dans la blogosphère tel une jeune biche pré-pubère.

J'espère juste ne pas finir en civet pour ce billet.

1254416323.jpg

06:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : blogs, visites, commentaires, blogosphère, réseaux sociaux, twitter, facebook | |  Facebook | |  Imprimer | |

15/06/2011

Le déclin de l'empire américain ?

 

Facebook étend son ombre maléfique sur le monde civilisé.

 

Avec 700 millions d'utilisateurs dont 687 millions d'actifs début juin, le réseau social est en route pour le milliard de membres accro et dociles et rien ne semble pouvoir arrêter son irrésistible ascension.. 

 

Sauf que, à l'orée de son entrée en bourse pour une valorisation à des centaines de kilos-pépettes, on apprend incidemment, au détour d'un communiqué que même si le leader des  réseaux sociaux poursuit sa croissance en convertissant de nouveaux pays au "Like" et au "poke"..

 

.. Pour la première fois Facebook a perdu bon nombre d'utilisateurs le mois dernier aux Etats-Unis. 6 millions pour être précis. Leur nombre est tombé à 149,4 millions fin mai contre 155,2 millions fin avril. Le phénomène s'est aussi fait ressentir dans d'autres pays comme au Canada (moins 1,5 million d'abonnés), ou encore en Norvège, en Russie et en Grande Bretagne (moins 100.000). La croissance a ainsi été inférieure à la normale pour le réseau, et ce, pour le deuxième mois consécutif. 

Tiens donc, d'où peut venir cette désaffection subite : trop de publicité ? Résultat des campagnes "quitter Facebook" ? Lassitude ? Concurrence de twitter ?

Ou bien comme le suggerait Cécile (je crois, si ce n'est pas Cécile, que l'auteur me lapide) : la montée d'une nouvelle génération ...

Les petits frères ou soeurs des facebookistes fous n'ont pas forcément envie de voir leurs aînés, voire leurs parents sur le même réseau social qu'eux.

C'est trop naze. Du coup ils désertent et laissent la toile "aux papis". 

 

Mais alors où vont-ils ?

J'ai bien une réponse mais elle est totalement folle... 

Je dirais .. Dehors. Et oui, mes fils (au hasard) vont effectivement sur Facebook 5 minutes voir les nouveautés mais font ce que nous faisions à leur âge : sortir, voir du monde, tailler la route et pécho dès que l'occasion s'en présente.

Je sais c'est fou. Ils ont des contacts DIRECTS avec leurs semblables.

Personnellement je n'ai pas été à l'extérieur depuis 2007 environ je dirais.

Trève de plaisanterie, et curieusement, mes fils passent moins de temps la tête dans l'ordi que moi.

Et plus de temps dehors. 

 

Comptons donc sur le refus des pré-ados de partager la toile de leurs géniteurs pour couper la chique à Zuckerberg.

 

Qui sera vraisemblablement remplacé par un ou une  Zuckerberg qui a actuellement un appareil dentaire, des boutons sur le front, un rire de hyène et des pantalons sous le slip.

L'espoir fait vivre.

 

Et pour finir de vous remonter le moral, mon fils number tou m'a aimablement dit que twitter était un truc de vieux et que jamais il n'y mettrais les pieds.

 

Au moins on sera tranquille entre vieux, sans petits cons de jeunes pour y semer la zizanie.

 

 

 

Oui OUi Facebook.jpg

 

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : facebook, fréquentation, avenir | |  Facebook | |  Imprimer | |

27/04/2011

Le réseau asocial

Facebook vient encore de rajouter un bouton à son interface.

Désormais, tu peux envoyer des trucs à qui veut bien les lire.

Ta vie est sauvée.

A force d'accumuler les boutons dans tous les sens, Facebook va bientôt ressembler à la figure de son créateur en période de poussée pubertaire : on va l'appeler FaceAcné.

Cependant, puisqu'on est dans les boutons il y en a un qui manque cruellement je trouve.

Le bouton "je n'aime pas"

 

J-aime-pas-facebook-1.jpg

 

(non les geeks ne hurlez pas, je sais, via diverses extensions tu peux en rajouter un mais tout le monde ne le voit pas forcément en fonction de son navigateur)

(tu vois je m'y connais un peu maintenant)

(faut plus la faire à mamie)

(surtout toi là bas au fond, avec le tee-shirt "Steve Jobs is god", je te vois)

Vu de mon petit coin, Facebook c'est quand même relativement shamallow "oh comme ta photo est jolie" "il est cromeugnon le petit hamster nain" "j'aime tellement ce que tu fais c'est dingue" "Rendez-vous ce soir à 18 h pour tous être gentils les uns avec les autres"

C'est assez barbant, finalement.

Je voudrais un Facebook avec des boutons "ton truc est naze" "pauvre cloche" "c'est nul" "arrête la photo tout de suite" "kessta ? Tu veux te battre"

Un réseau asocial en somme.

Ah mais je suis bête, il existe déjà.

 

Il s'appelle juste twitter.

 

Sinon c'est au douzième degré hein, je sais bien qu'il y a des pages très moches sur Facebook aussi du style "les ennemies du vernis prune", "éliminons les bloggeuses mode" "les blondes sont des écervelées" ou "les bloggeurs sont tous des vendus au grand capital"

J'ai vecu quand même, faut pas exagérer...

 

41794_7364857003_8774_n.jpg

 

 

Et voici quelqu'un qui est d'accord avec moi (pour les anglophones)... Merci à Rosselin !

 

06:00 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (12) | Tags : facebook, twitter, j'aime, j'aime pas, réseau social | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/01/2011

Veux-tu être mon ami ?

 

"Je n'irai pas sur Facebook, c'est big brother, RESISTANCE", gueulait la taulière.

 

"Facebook c'est le mal publicitaire et capitalistique, pendons Mark Zuckerberg par ses bretelles", rajoutait-elle quand elle avait un verre dans le nez le samedi soir.

 

Oui je bois le samedi soir pour oublier que le meuri est vraisemblablement dépressif parce qu'il regarde toutes les émissions les plus sinistres qu'il peut trouver à la télé.

 

Malheureusement, il existe un obstacle à ma soif de pureté.

Mon ambition dévorante.

Je veux être maître du monde et que mes adeptes me suivent aveuglément en beuglant "maîiiiiitre, on t'aime"

 

C'est pourquoi je me suis dit "600 millions de gens sur Facebook ? En voilà des lecteurs potentiels"

Je me suis donc inscrite, sous un pseudo, avec comme renseignement

  • dans mon profil "je t'en pose des questions ?", 
  • "mon nombril" comme centre d'intérêt, 
  • et "1er avril 1984" comme date de naissance.

Et UNIQUEMENT pour promouvoir le blog.

 

Surtout que je ne comprends rien au fonctionnement du bouzin et que je ne vois toujours pas son utilité jusqu'à présent...

 

... Ui ui ui ui... 

 

C'est ce que je disais aussi pour twitter il y a quelques 18 mois de cela, pour l'anecdote.

 

En attendant au bout d'une semaine d'utilisation j'ai déjà 100 amis qui m'aiment énormément.

 

Et qui me collent des photos d'eux totalement pochetronnés et à moitié nus sur mon mur (oui, toi, là au fond, ne te cache pas, on sait que c'est toi)

 

Dans le même temps, je vire systématiquement sur toutes les pubs en indiquant "inintéressant", "publicité mensongère" ou "insultant"

J'espère bien amener la régie pub de Facebook à la dépression nerveuse d'ici quelques mois

 

Finalement, la meilleure technique pour détruire un système n'est-elle pas de le faire de l'intérieur ??

 

J'attends aussi avec délectation tous mes nouveaux amis qui viendront me souhaiter un bon anniversaire le 1er avril.

 

Mark Zuckerberg aussi je l'attend.

C'est pas un gamin avec 3 poils au menton, autiste et probablement éjaculateur précoce qui va gagner.

 

Nanmého

 

martine-perd-son-temps-sur-facebook.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : facebook, mark zuckerberg, mur, amis | |  Facebook | |  Imprimer | |