Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/02/2008

JE DETESTE... LES GENS QUI DISENT "C'ETAIT MIEUX AVANT"

Je déteste les gens qui disent "c'était mieux avant".

Vous avez certainement régulièrement à faire à un casse-pieds qui à un tournant de conversation, dans un dîner, dans un cocktail, au bureau ou que sais-je vous assène un "il y a vingt ans, on s'amusait quand même mieux, la musique était quand même meilleure, il y avait moins de ci plus de ça" ou pire "avant les tomates avaient du goût, on mangeait des bonnes choses naturelles, il n'y avait pas de pollution, etc..."

 

Faux, totalement faux... Ces gens phantasment sur un passé idéal qui n'a jamais existé que dans leur imagination.  


A tous ces  gens, je réponds " si c'était mieux avant, vous n'avez qu'à y retourner". Ou, encore "oui, bien sur, aller chercher de l'eau à pieds avec deux seaux de 10 kilos en cassant la glace, manger du pain sec, perdre ses dents et mourir à 40 ans, c'était certainement très bien"...

Effectivement, il y a 40 ou 50 ans les tomates avaient peut-être plus de goût, mais les gens n'avaient pas le temps de les cultiver une fois à la retraite, parce qu'à 60 ans vous aviez un pied dans la tombe... Les gamins étaient certainement mieux élevés, en général à coup de boucle de ceinturon, mais ils étaient souvent couverts de poux, voire de gale. Les femmes étaient le coeur d'un foyer épanoui, surtout du côté du mari, en fait, parce que les nanas, elles passaient leur temps à la cuisine ou à récurer par terre. Sans parler des heures passées à faire une simple lessive ou un ragoût qui mijotait des journées entières. Les gens n'étaient pas malheureux, parce qu'il n'avaient pas le temps d'être malheureux. Ils étaient trop occupés à bosser pour gagner 3 sous et nourrir leur famille.

Quant aux personnes de mon âge (avancé) qui me disent, "la musique de notre temps, c'était quelque chose". Ou "en boîte, on s'amusait plus qu'aujourd'hui". Ben oui, tu t'amusais, parce que tu avais 20 ans de moins... A 20-25 ans tu t'amuses en dansant sur une pelleteuse. A 40-45 tu es plus "blasé" et il te faut des plaisirs de plus en plus sophistiqués pour que tes endorphines se mettent en ordre de bataille.

En plus tes petits neurones deviennent de plus en plus conservateurs et hermétiques aux nouveautés. Un morceau de musique a moins de chance de te "parler" à 45 ans qu'à 20. Donc tu restes sur ce que tu as entendu à 20 et tu considères que c'est la meilleure musique du monde.  Ce qui, objectivement, est souvent loin d'être le cas. 

Je vous l'avoue bien volontiers, moi aussi parfois j'ai tendance à succomber aux sirènes de la nostalgie. Le disco c'était fun, j'ai passé de folles nuits en boite, et la tecktonik c'est nul. Sauf que j'aurais 18 ans aujourd'hui, je mettrais certainement des pantalons fluos en moulinant les bras pour faire comme les copines !

Et je vais même plus loin : on vit une époque formidable. Internet c'est grandiose, le téléphone portable sauve des vies, ma télé est plate et n'occupe plus la moitié de mon salon, on trouve des voyages super et pas chers, mon médecin mourra certainement avant moi (elle est plus stressée), on accouche presque sans douleur, les hommes s'occupent des enfants, Picard fait des surgelés magnifiques et les macarons de Ladurée (une invention récente) mettraient du baume au coeur de n'importe quel dépressif en phase aïgue. 

Non, ce n'était pas mieux avant, vous étiez juste un peu plus jeunes...

 8e25d205cf9b86669940da0ac4070990.jpg

 

19:50 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Je déteste | |  Facebook | |  Imprimer | |