Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2011

I Like the world. Et toi ?

Faire le pitre en se faisant filmer devant un fond vert, ça c'est fait.

Mais quand c'est pour une bonne cause, ma foi, j'hésite moins !!

 

Car, pour la première fois, des chanteurs et des blogueurs ont joint leur efforts dans un clip qui symbolise le soutien du Stade de France au projet caritatif « We Like The World » et annonce son concert « Nuit Africaine » du samedi 11 juin 2001. 


Le but de ce projet est de financer la construction d’une école au Burkina Faso, notamment pour les filles, en leur permettant d'accéder à une bonne instruction,  avec la « Voix de l’Enfant ». Grâce à une famille Frédéric, Estelle et Héloïse Colas, qui va entreprendre le  premier tour du monde basé sur son réseau d’amis Facebook et, en chemin, de récolter des fonds.

 

Pour chaque nuit où la famille Colas sera hébergée par des amis et amis d’amis Facebook, les économies de frais d’hôtel seront reversés à la construction de l’école. Pour avoir le plus d’amis possibles sur Facebook, la famille Colas versera 1$ par fan sur www.facebook.com/weliketheworld.

 

D’autre part, pour arriver à récolter les 100 000 euros nécessaires à la construction de l’école, la famille Colas compte sur le soutien financier des amis Facebook et de sponsors.

 

Les dons se font sur facebook ou sur le blog du projet : www.weliketheworld.com

Tous les dons seront directement versés à l’association « La Voix de l’Enfant » qui, avec plus de 30 ans d’expérience et de présence sur le terrain, est la première association française de défense de l’enfance, agissant en France et à l’Etranger.

 

L ‘école est à Cissé Yargo, à 60km au Nord de Ouagadougou, au Burkina Faso. 

Vous pouvez les aider et devenir fan sur la la page Welcome We Like The World

 

Vous pouvez également venir assister à la Nuit Africaine au Stade de France et shaker votre booty all night long sur de l'excellente musique pour une bonne cause

 

nuit-africaine.jpg

 

En utilisant le code ‘WLTW’ vous pourrez obtenir, en plus,  4€ de réduction par billet de concert

Autre bonne nouvelle : l'utilisation de ce code déclenche de la part du Stade de France le versement d'1€ supplémentaire donné à la Voix de l’Enfant/WLTW. Pour cela, il suffit de se rendre sur la page de réservation du Stade. 

 

 

 

Mais à propos, me direz-vous, ce fameux clip, dont je parlais en préambule ??


Hin, hiiiiiin...

Avec un peu de bonne volonté, vous pourrez peut-être m'y apercevoir. Un indice : je ne suis pas africaine, je suis une fille, et j'ai appliqué mon principe de base "quitte à se rendre ridicule autant y aller à fond"

Clip officiel "Nuit Africaine 2.0"

 

14/04/2011

La géostratégie expliquée aux blondes 3 - Non, Ivoirien ça ne veut pas dire myope

Bien qu'extrêmement brillante dans l'explication politico-géostratégique, au moins autant que Boris Boillon on va dire, je maîtrise un peu moins certains dossiers. Ceux relatifs à l'Afrique en général et à la Côte d'Ivoire en particulier.

J'ai donc demandé à mon ministre des affaires étrangères,  (et pas des affreux étrangers comme le pense Claude Guéant), la brillantissime Domydom de vous expliquer le pourquoi du comment du pourquoi d'une situation à la une récente de tous vos journaux (enfin ceux que tu ne lis a priori pas, amie blonde) pour que tu comprenne pourquoi à Abidjan, on y voit rien.

(c'est pathétique, mais je ne peux pas m'empêcher)

Bon perso, j'ai tout compris, et je peux aller me reposer le neurone tranquillement. A vous maintenant. Allez hop..

 

Quand une blonde explique aux autres blondes, ce n’est pas gagné, je vous le dis.

Alors… l’histoire se déroule dans un pays fort fort lointain, qui s’appelle Côte d’Ivoire, même si on n’y trouve aucun éléphant, et qui a pour personnages principaux, un général Papa Noël, un président tout mou du genou mais pas de la bouteille, un brave tché, un boulanger et sa femme.

Il était une fois donc, dans le pays du cacao un président tout mou qui s’appelait Henri, et qui voulait bien réussir sa vie, et qui n’aimait pas l’idée que l’ex premier ministre lui pique sa place un jour.

Du coup, le président tout mou, qui aimait un peu trop le Koutoukou, il décida que l’ancien premier ministre commençait à lui faire trop d’ombre et que dorénavant, l’ex premier ministre qu’on surnommait « Brave Tché », il serait un étranger, et que les étrangers, les habitants du pays du cacao, ils n’aimeraient plus trop cela. Alors ils leur interdiraient d’avoir des terres, et de se présenter aux élections, et cela s’appellerait « l’ivoirité ». Voilà. Le problème était réglé. Henri pouvait continuer à réussir sa vie, être aimé et gagner de l’argent.

Mais un Général qui n’aimait pas trop qu’on s’amuse à trafiquer la constitution décida, lui, d’apporter aux ivoiriens un cadeau de Noël, en renversant le président le 24 décembre, facilement, et sans un coup de feu, ce qui était logique puisque Henri était tout mou et souvent imbibé.

Alors le peuple était content, et tout le monde chanta et dansa dans les rues.

Le peuple manifesta sa joie de voir un gentil Général Papa Noël, qui venait remettre de l’ordre dans la maison et qui promettait d’organiser des élections justes et transparentes (on rappelle qu’en Afrique, les élections sont toujours « justes et transparentes », sur le papier)

En 2000, des élections furent donc organisées par le Général Papa Noël, mais sans adversaires, hormis un petit boulanger, éternel opposant qui ne représentait pas vraiment de danger pour le général Papa Noël, mais dont il aurait du se méfier davantage car si on l’appelait le boulanger, c’est qu’il roulait tout le monde dans la farine.

Mais ce que le peuple ignorait, c’est que le Général Papa Noël avait une femme, et que Rose elle, elle tenait beaucoup à sa place de Mère Noël , alors elle poussa le Général Papa Noël à voler les résultats de l’élection et à se proclamer vainqueur.

Le peuple était fâché.

Alors il descendit dans la rue, et exigea qu’on proclame la victoire du boulanger, qui s’appelait Laurent Gbabgo (mais on ne prononce pas le premier G, c’est plus facile), le général Papa Noël avait perdu.

Dès son accession au fauteuil présidentiel, le boulanger qui avait comme tous les candidats au monde fait plein de promesses qu’il n’avait aucunement l’intention de tenir, commença à faire ce que ces prédécesseurs avaient toujours fait , placer son frère, sa mère et puis ses sœurs, ho ho, c’était le bonheur.

Seulement voilà, deux ans après, les gens du nord, qui ont dans leurs yeux le bleu qui manque à leur décor, ils n’étaient pas ravis du tout. Tous les sous étaient dans le sud, tout le pouvoir était aux mains du clan du boulanger et eux, les gens du nord, on commençait vraiment à leur créer trop de soucis, alors ils se sont rebellés.

Ils ont marché, marché, jusqu’à Abidjan, et le boulanger président a eu peur, alors il a appelé la France pour qu’elle arrête ces vilains rebelles qui l’empêchaient de dormir sur son tas de farine.

La France, elle a répondu « tss tss, tout cela, c’est pas nos oignons, affaire de rebelles, là, c’est entre vous ». Et la France s’est mise au milieu et du coup, tout le monde était bloqué.

Comme Gbabgo (dont on ne prononce pas le premier G) n’était pas content que l’armée française ne vienne pas chasser les rebelles, il a envoyé des pilotes russes pour bombarder un camp français et a tué des soldats français.

Chirac, qui était encore notre président, il n’a pas aimé du tout qu’on bombarde ses soldats, encore moins qu’on les tue, mais alors pas du tout du tout.

Il a tapé un grand coup sur son bureau, si si, allez voir à l’Elysée, il y est toujours le trou dans le bureau, demandez à Nico, il vous montrera le trou de Chirac.

Chichi il a pris son téléphone, et il a dit, si c’est cela, bazardez-moi tous leurs avions, faut pas qu’on vienne me chier sur les bottes (il parle mal Chichi, c’est dingue), non mais oh ! Allez ! Zou, du balais les avions du boulanger.

Et paf, il a bousillé tous les appareils de l’armée ivoirienne.

Le peuple était très très fâché.

Ils ont chassé tous les français de Côte d’ivoire, les ont tapés, les ont pillés, et l’armée française a dû les faire rentrer très très vite en hexagonie, certains sont même rentrés chez eux en tongs et en maillot de bain, mais c’était pas fashion, car c’était l’hiver et il faisait très froid.

A partir de là, le pays a été divisé en deux, d’un côté les rebelles, de l’autre le boulanger, et au milieu, des militaires français qu’on avait appelé « la Licorne » parce qu’une licorne c’est joli et ça fait pas trop peur. Même si ça existe pas en fait, enfin je crois.

Le Boulanger, quand est arrivé le moment de faire de nouvelles élections, il a commencé à chercher des excuses, et quand on les cherche, forcément, on les trouve. Les élections ne venaient pas, un coup c’était les cartes d’électeurs qu’ils trouvaient plus, un coup y avait des ivoiriens qu’étaient plus vraiment ivoiriens, un coup il fallait nommer des agents pour contrôler les élections puis des agents pour contrôler les agents, et comme tout cela coûtait beaucoup de sous aux instances internationales (en résumé, nous), l’ONU a décidé de contrôler les élections, et d’aider à les organiser.

5 ans après la date de péremption, (imaginez, Sarkozy qui décide finalement que les élections n’auront lieu qu’en 2017 ?? la lose ?) le boulanger a fini par faire les élections, bien convaincu par les sondages qu’il allait forcément gagner , fingers in the noze, et quand les résultats sont arrivés qui disaient qu’en vrai, il avait 47% et que Ouattara Brave tché, il avait 53%, il était trop pas content. Alors il a dit, si c’est cela, moi je m’en fiche, je m’autoproclame grand vainqueur des élections, je me colle le cordon avec les breloques dorées autour du cou et j’oblige l’étranger brave tché à rester dans son hôtel 4 étoiles. Vala.

Du coup, il a distribué des armes, à tous les jeunes qui étaient chomistes, et il y a beaucoup de chomistes dans le pays du cacao à cause qu’avec la guerre, et le découpage du pays, toussa, les gens ils ont plus trop de travail.

Et comme c’était vraiment trop le bazar, avec des morts partout, puis des vilains armés qui foutaient le bordel dans la ville, puis des charniers qu’on découvrait, et puis surtout que l’ONU, elle avait payé quand même pour les élections et que bon, quoi, quand on paye, on aime bien être livré, un peu comme si tu commandais une combishort chez Asos et qu’on te disait ah ben non, on garde tes sous, mais on t’envoie juste une paire de chaussettes, tu vois ?

Et comme il était malin, le boulanger a fait croire à tout le monde que la France en voulait rien qu’à ses richesses, son port, son cacao alors qu’en vrai, lui-même leur avait déjà tout tout donné, depuis le port (il l’a filé à Bolloré, le voyagiste de Sarkozy), jusqu’au téléphone en passant par l’électricité

Alors l’ONU, et puis la licorne qui n’était plus trop gentille, ils ont attaqué les gros chars de Gbabgo le boulanger (dont on ne prononce toujours pas le G) et puis les rebelles, qui étaient avec leur brave tché, dans l’hôtel 4 étoiles, ils ont arrêté le boulanger, sa femme, son fils et tous leurs amis après avoir complètement cassé sa maison pour être sûrs qu’il n’y reviendrait jamais.

Et voilà, aujourd’hui c’est le brave tché qui est président, mais ça résout pas grand-chose, car les ivoiriens sont toujours très très fâchés entre eux, et que ça tire toujours de partout dans la ville d’Abidjan, et qu’il y a beaucoup de morts, et que les gens ils ont faim, ils ont soif, et ils ont peur.

Et qu’il va leur falloir se pardonner.

Et pour ondouler en rythme sur de l'ivoirien...


Magic System - Ambiance à l'africaine par magicsystem

 

Avec quelques liens pour ceux qui veulent en savoir plus ...

Wikipedia

TV5 Monde

La Documentation Française

Abidjan.net

06:00 Publié dans Les guests à Manu | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : cote d'ivoire, gbagbo, coup d'état, france, situation, afrique | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/07/2010

Voyageuse imaginaire


Voici donc mon carnet de voyage de retour du Sénégal.


C'est à cet instant que votre regard parcourt ce billet et que ... Vous n'y voyez pas une photo.... Rien où votre regard puisse se poser..



Je n'avais pas mon appareil avec moi en premier lieu : ensuite, mes photos ne valent rien en général, les gens apprécient assez peu qu'on les photographie et il faut savoir y faire pour leur demander ; enfin si vous êtes curieux de belles images,
Dom publie régulièrement de superbes photos du Sénégal sur son blog.


J'ai choisi de tenter de vous faire ressentir le Sénégal avec des mots,

avec la tête,

avec le coeur...


Pour oublier tous les clichés que vous pouvez avoir, si vous ne vous êtes jamais rendus sur place. Car si j'ai appris une chose là-bas, c'est qu'en Afrique, il ne faut surtout pas regarder les choses et les gens avec nos yeux d'occidentaux et que les choses ne sont jamais tout à fait ce qu'elle paraissent être.


Pour une européenne habituée au confort et au luxe, Dakar et le Sénégal c'est tout ce que vous pouvez imaginer de pire : chaleur, poussière, faim, saleté, ordures, odeurs putrides, circulation infernale, taxis collectifs usés jusqu'à la corde et bondés avec les gamins accrochés aux portes, les coupures d'eau et d'électricité, les petits mendiants exploités par les écoles coraniques, la misère, la boue, la statue géante bâtie à coups de millions par un président mégalo alors que son pays manque de tout, les maladies, la religion paralysante et omniprésente, les blancs pays incultes et racistes, les oligarques locaux corrompus et méprisants....


Oui, c'est le pire, et vraisemblablement pire encore que ce que vous pouvez imaginer....


Le chaos ..


Mais du chaos nait souvent la beauté, alors oubliez ce qui précède, fermez les yeux de l'extérieur, ouvrez ceux de l'intérieur et regardez... Regardez les blancs éclatants,  les couleurs, les jaunes, les verts lumineux, les bleus vifs, les rouges éclatants des boubous des femmes, leur beauté, leur sophistication l'ocre de la terre, le doré de leurs bijoux et du sable des plages, les baobabs, les zébus, les moutons que j'ai pris pour des chèvres, les yeux des enfants, les mains des artisans, les sourires, la gentillesse, les odeurs, les saveurs, les couleurs, les couleurs, les couleurs jusqu'à l'étourdissement...

Bouleversant.

J'ai compris  ce que les gens veulent dire par "L'Afrique on l'adore ou on la déteste".


J'ai compris pourquoi certains ne veulent plus en partir.


Moi je n'y vivrais pas, à aucun prix.

Par contre, alors que jusqu'ici je ne voulais pas entendre parler de la visiter, à peine revenue, je sais que j'y retournerais un jour.


L'Afrique je la déteste. Et je l'adore.

06:00 Publié dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : voyage, afrique, sénégal, dakar | |  Facebook | |  Imprimer | |

12/05/2009

L'Afrique, pourquoi pas

Dimanche, au milieu d'un désert blogosphérique et neuronal, j'ai appelé au secours sur Twitter en demandant un sujet..

Oopsy et Lise m'ont répondu en me demandant de parler d'elles.. Ca va les chevilles, les filles ?  L'égomaniaque ici c'est moi normalement. Bon Ok, on verra ça ultérieurement, si vous êtes sages et que vous me flattez (n'oubliez pas de me linker aussi)...

Luc Mandret m'a à ce moment envoyé un "parle-nous d'Afrique"..

Sur le moment je suis restée interlocutatée face à mon clavier (interlocutatée : adj. : signifie que la personne est interloquée et qu'elle se tâte en même temps) et ma première réaction a été de lui répondre : pitin qu'est-ce que tu veux que je racontes.. ?

Effectivement, l'Afrique, à part quelques incursions touristiques et copines d'origines ivoirienne, malienne ou sénégalaise, je suis quand  même loin d'être une spécialiste intersidérale..

Et puis je me suis souvenue que l'Afrique m'avait bien fait marrer, notamment avec CECI ...

Ou ceci ...

 

Ou encore ceci

 

Ou le cultissime...

 

Alors, défi relevé ou pas.. ?

06:00 Publié dans Les vidéos à Manu | Lien permanent | Commentaires (31) | Tags : afrique, pubs, proverbes | |  Facebook | |  Imprimer | |