Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2012

Zapping mental

T'sé, le blog il me sert aussi de psychothérapie cognitatrice.

Ca n'existe pas la psychothérapie cognitatrice ?

Je m'en fous, je l'invente.

C'est mon blog, je fais ce que je veux.

J'ai lu en vitesse d'un coin de l'oeil quelque part que tu mettais en moyenne 17 mois à oublier quelqu'un.

Quelqu'un qui compte pour toi d'une façon ou d'une autre bien sur.

Je ne suis pas dans la moyenne.

Pas du tout, du tout, du tout.

Je mets environ, disons, .... 2 minutes.

Le temps de tourner les talons et de partir et le quidam est rayé, porté disparu, effacé, désactivé, évaporé, dissipé, unfollowé, satellisé, carbonisé, dégagé, annihilé.

Bref, 

Oublié.

J'ai une faculté de zapper les gens très au-dessus de la normale.

C'est pratique en cas de déboires sentimentaux, d'humiliation publique, ou de revers professionnels.

Un demi-tour, et hop ! L'importun n'existe plus. 

Ton coeur est léger, tes larmes sechées, ta tête haute.

Et la route est à nouveau dégagée.

C'est moins pratique pour maintenir des relations sociales stables.

Un pas de travers ? Et hop, la reine Emanu 1ère ignore définitivement jusqu'au fait que tu aies pu un jour venir au monde.

Tu comprends mieux maintenant pourquoi je n'ai pas d'amis.

En fait je les désintègre au fur et à mesure.

Et avant de désintégrer les gens j'ai également une énorme faculté de les ignorer.

Individuellement, voire en groupe.

Teste-moi dans une salle remplie de gens que je n'ai aucune envie de voir ou qui m'ennuient. Tu vas voir.

J'ai un regard spécial "je fixe un point au-dessus de la tête des gens, et tu n'existes pas".

Que je peux éventuellement coupler avec le regard "Même pas en rêve, Germaine"

Je défie une panzer division blindée de m'approcher à plus de 15 mètres.

Sous peine de se prendre un iceberg dans la figure et se sombrer plus vite que le Titanic.

 

Sinon, quand même, faisons une mise au point, je suis humaine, sous des dehors un peu abrupts.

J'ai un coeur qui bat, moi aussi. Une sensibilité sous ma carapace...

Il m'arrive quand même d'avoir du mal à oublier quelques personnes, un peu plus marquantes on va dire.

J'y pense au moins pendant .... deux - trois heures avant de brûler leur photo en dansant la gigue.

Mouahahahahah

C'est moche.

zapping.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : oubli, relations sociales, amis | |  Facebook | |  Imprimer | |

03/01/2011

Veux-tu être mon ami ?

 

"Je n'irai pas sur Facebook, c'est big brother, RESISTANCE", gueulait la taulière.

 

"Facebook c'est le mal publicitaire et capitalistique, pendons Mark Zuckerberg par ses bretelles", rajoutait-elle quand elle avait un verre dans le nez le samedi soir.

 

Oui je bois le samedi soir pour oublier que le meuri est vraisemblablement dépressif parce qu'il regarde toutes les émissions les plus sinistres qu'il peut trouver à la télé.

 

Malheureusement, il existe un obstacle à ma soif de pureté.

Mon ambition dévorante.

Je veux être maître du monde et que mes adeptes me suivent aveuglément en beuglant "maîiiiiitre, on t'aime"

 

C'est pourquoi je me suis dit "600 millions de gens sur Facebook ? En voilà des lecteurs potentiels"

Je me suis donc inscrite, sous un pseudo, avec comme renseignement

  • dans mon profil "je t'en pose des questions ?", 
  • "mon nombril" comme centre d'intérêt, 
  • et "1er avril 1984" comme date de naissance.

Et UNIQUEMENT pour promouvoir le blog.

 

Surtout que je ne comprends rien au fonctionnement du bouzin et que je ne vois toujours pas son utilité jusqu'à présent...

 

... Ui ui ui ui... 

 

C'est ce que je disais aussi pour twitter il y a quelques 18 mois de cela, pour l'anecdote.

 

En attendant au bout d'une semaine d'utilisation j'ai déjà 100 amis qui m'aiment énormément.

 

Et qui me collent des photos d'eux totalement pochetronnés et à moitié nus sur mon mur (oui, toi, là au fond, ne te cache pas, on sait que c'est toi)

 

Dans le même temps, je vire systématiquement sur toutes les pubs en indiquant "inintéressant", "publicité mensongère" ou "insultant"

J'espère bien amener la régie pub de Facebook à la dépression nerveuse d'ici quelques mois

 

Finalement, la meilleure technique pour détruire un système n'est-elle pas de le faire de l'intérieur ??

 

J'attends aussi avec délectation tous mes nouveaux amis qui viendront me souhaiter un bon anniversaire le 1er avril.

 

Mark Zuckerberg aussi je l'attend.

C'est pas un gamin avec 3 poils au menton, autiste et probablement éjaculateur précoce qui va gagner.

 

Nanmého

 

martine-perd-son-temps-sur-facebook.jpg

 

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (33) | Tags : facebook, mark zuckerberg, mur, amis | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/11/2009

Mes amis, mes amours, mes emmerdes


En chantant cette chanson d'Aznavour ce matin dans la salle de bains - oui, j'aime Aznavour quitte à en surprendre certains, c'est notre seul vrai crooner, et un des rares français a avoir eu une carrière internationale, contrairement à tous ceux qui ont prétendument un énorme succès au Japon - je me suis dit que ça ferait un bon sujet de billet..

C'est à ça qu'on reconnait une bloggeuse addict : dès qu'elle a une idée, elle la transforme en note.

Dont acte.

C'est parti pour un billet psychobiographique..


MES AMIS

Euh, comment dire. L'amitié n'est pas ma grande spécialité. J'ai une capacité d'empathie très relative, je ne sais pas ce qu'il faut dire pour réconforter les âmes en peine, je n'appelle jamais personne pour prendre des nouvelles et je me fous totalement d'avoir une foule de potes car je m'auto-suffit, en somme. Vivre en bande est d'ailleurs un cauchemar en ce qui me concerne.


En plus j'ai le syndrome de l'escargot : dès qu'on s'approche d'un peu trop près affectivement parlant, je rentre dans ma coquille. C'est probablement pour ça que la distance des relations on-line me convient parfaitement.


Pourtant quelques personnes en détresse sont parvenues à trouver une écoute, même si je ne savais pas quoi dire pour leur remonter le moral. Remarque la personne qui m'affirme qu'elle sait quoi dire à quelqu'un en larmes au bout du fil à 3 heures du matin, cueillie en plein sommeil, je lui paye des chouquettes.

 

Et j'ai même quelques très bons copains-copines, voire des amis de 20 ans. Qui s'obstinent à prendre des nouvelles en dépit du fait que je ne les appelle jamais.

Va comprendre.


MES AMOURS

On va dire que je suis à mi-chemin entre Bernadette Soubirous et Madonna. Dans la bonne moyenne, quoi.

Quoi que, Bernadette elle était Sous Birous quand même ... MOUAHAHHAHHA


Depuis 26 ans, en revanche,  je peux dire que je suis la femme d'un seul homme : le meuri. (si on ne compte pas les quelques 5 ou 6 maris annexes, dont mon nouvel époux 2.0, Nicolas)

Pitin 26 ans ... C'est beau non ? J'en ai l'oeil humide..


Bon, ne rêvez pas les filles, au bout des 3 ans de roucoulades règlementaires, on passe à autre chose : un genre de cohabitation binaire avec extensions dans les pattes ponctuées de "y'a quoi ce soir à la télé ?", "t'as réservé les vacances ?" ou encore "TON fils a encore fait une connerie".

De toute manière, la passion ça use et ce n'est pas fait pour durer

Et la routine ça a son charme aussi. Enfin, pour moi en tous cas.


La preuve.


MES EMMERDES

Oui, bien sur, j'ai eu mon lot d'ennuis comme tout le monde.

Mais j'ai eu aussi successivement des parents et un meuri (voir ci-dessus) qui ont fait bouclier de leur corps pour protéger la princesse au petit pois que je suis des basses besognes de la vie quotidienne et des ennuis en tous genres. Fuite d'eau, police d'assurance ou négociation de prêt : hein ? Kessé ?


Ce qui me permet de virevolter telle une plume au vent sur mes stillettos une chanson au lèvres..


J'attends juste avec angoisse le jour où le destin se dressera devant moi dans son suaire noir déchiqueté en me présentant la facture à payer pour autant de félicité..


Et la facture elle va être salée avec engagement sur un très, très long terme, c'est clair..

Pas grave, en attendant, j'aurais bien rigolé..

MOUAHAHAHHAAHAH

Fotolia_2958726_S.jpg

06:00 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (50) | Tags : amis, amours, ennuis, aznavour | |  Facebook | |  Imprimer | |