Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2011

Journée noire au boulot - 2ème épisode

Avant-hier se tenait la convention annuelle de ma société chérie que j'aime.

(bon comme j'en parle exceptionnellement je positive, on ne sait jamais qui me lit, coucou boss, ça flotte ?)

Figure imposée sympathique ... mais profondément ennuyeuse à laquelle je tente d'échapper année après année.

Autant je considère que la réunion de blabla fait partie du boulot, autant je fuis la soirée de réjouissitude avec youpis, lalas et onfaittournerlesserviettes le plus souvent et rapidement possible.

J'en ai enquillé un certain nombre vu mon ancienneté. Ca ne m'amuse plus du tout. Voire m'exaspère.

L'âge aidant je développe une sainte horreur des dîners de style banquet dans des grandes salles bruyantes où on peine à parler à son voisin.

En plus, dans les agapes avec des collègues, je refuse de me lâcher totalement en grimpant sur la table, le slip sur la tête comme je peux le faire en bonne compagnie, parfois.

Les collègues ne sont pas des amis. Et ta société une famille. Il convient de ne pas mélanger les genre.

Ce qui fait que je reste toujours entre chien et loup avec une impression mitigée.

Cette année n'a pas échappé à la règle que je m'étais fixée. 

J'ai donc une fois de plus séché.

Sauf que, je devais recevoir une médaille d'ancienneté pour mes bons, longs et loyaux services.

Et que ma boss a donc été la réceptionner pour moi, en se fendant d'un petit discours de circonstances que l'on m'a rapporté depuis et qui donnait grosso modo 

"Notre chère Emanu qui nous manque tant, et qui n'a pu être parmi nous ce soir (oui visiblement) est la mémoire vivante de notre société (pitin déjà là, je me couvre la tête de cendres, vu que je suis assimilée à un vieux débris), si vous cherchez une information, n'hésitez pas à aller la voir, elle vous retrouvera tout (merci, je suis déjà pas débordée, j'avais besoin de ça).

Mais elle est aussi tournée vers le futur car c'est une grande adepte et une fine connaisseuse des nouvelles technologies (Ooooh quelle surprise. Là déjà tout le monde me prend pour Sheldon Cooper, enfouie  avec mon PC dans les archives). ...

... Et elle conclut par "cerise sur le gâteau, elle adore vraiment briefer les stagiaires, qui peuvent venir la voir sans hésitation"

Ok. 

Amenez-moi une pelle que je creuse un trou.

Profond le trou.

Jusqu'en Australie même on va dire.

A partir d'aujourd'hui (vu que je suis rentrée mais que le reste de la société était encore en séminaire hier, et j'ai écrit le billet hier, tu captes ?) cette jolie blague va avoir fait le tour des popottes plus vite qu'un neutrinos qui veut sauter une neutrinette et je vais me prendre le truc dans la figure avec des sourires sous-entendus en coin. 

 

Je suis donc officiellement la cougar de la société qui checke tous les stagiaires de 20 à 25 ans.

 

d20c5dc8.jpg