Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2013

Antoine, tu De Caunes

Donc, je suis un peu bloquée chez moi, une cane en sucette et la tête pas très claire à cause de la pilule magique qui efface la douleur.

J'en suis donc réduite à des allers-retours limités et une réflexion minimaliste sur la place de l'homme dans l'univers.

La télé me permet donc d'avoir de rares instants de lucidité et de pensée cohérente. A défaut d'autre chose.

La télé donc,  et son mercato annuel. Notamment l'affaire Le Grand Journal.

Le départ très médiatisé de Denisot et son remplacement par Antoine De Caunes pour animer l'emblématique émission qui a presque 10 ans.

Si quelqu'un a quelque chose à faire de mon avis de téléphage, je suis partagée.

Côté positif, n'oublions pas que De Caunes a une longue carrière d'animateur derrière lui. Avant son passage resté dans toutes les mémoires dans Nulle Part Ailleurs, il avait fait ses classes dans des émissions musicales et notamment Chorus, les Enfants du Rock et Rapido.

Il a su quitter Nulle Part Ailleurs en pleine gloire pour faire autre chose avant que l'émission ne décline.

Ses apparitions en MC aux Césars ou ses émissions de voyage décalées sur Canal sont assez réussies et montrent qu'il a la capacité à dynamiter un peu un genre parfois dormitif.

Côté négatif, il s'est lancé dans une carrière d'acteur puis de réalisateur pas vraiment convaincante. Ses apparitions à l'écran n'ont pas laissé un souvenir mémorable. Ses films se sont tous globalement plantés. Ni les morsures de l'aube, ni Coluche, ni Monsieur N. n'ont vraiment trouvé leur public. Etonnant d'ailleurs qu'il arrive encore à monter des films après un ou deux plantages consécutifs. Il est probable que ses réseaux à Canal, grand pourvoyeur de finance du cinéma français y contribuent.

De plus ce côté "retour vers le futur" ne donne pas un élan très moderne à la future émission. On reprend ce qu'on estime être "une valeur sûre" au détriment d'un choix plus audacieux qui aurait pu dynamiter un peu plus l'émission. 

Même si Antoine est un type chouette, ce dont je ne doute pas une seconde, c'est ENCORE un homme blanc dans la cinquantaine qui prend la tête d'une émission.

Qui donne de plus l'impression d'avoir décroché sa place plus grâce à ses relations chez Canal qu'à cause de son talent. Eventuellement avec un petit deal pour que la chaîne finance ses prochains films en contrepartie.

Je regrette à titre personnel que la rumeur qui donnait Maïtena Biraben aux commandes du Grand Journal. Cette fille a fait un très bon boulot à La Matinale et au Supplément et je pense qu'elle aurait fait le job.

Ce dont je suis moins certaine dans l'absolu pour Antoine. Faire des vignettes drôles et décalées, oui. Tenir un talk show pendant une heure et demie dans l'ombre de Denisot, je reste dubitative.

Tout dépend aussi de la forme qu'il va donner à l'émission et des chroniqueurs/animateurs dont il va s'entourer. J'espère juste qu'il ne "récupérera" pas la calamiteuse Ariane Massenet, autrefois son assistante et a priori au chômage après l'annonce de l'arrêt de La Matinale, toujours sur Canal.

Au passage, il faudra un jour m'expliquer comment cette fille fait une carrière à la télé avec ses questions décerébrées qui consternent une grande partie des téléspectateurs, du moins ce que je peux en voir sur les réseaux sociaux. Comme par exemple, ce moment gênant qu'Olivier Pourriol relate dans son livre On/Off (où il raconte son passage au Grand Journal), où elle a demandé à Michael Fassbender si c'était bien son organe fortement burné qu'on voyait dans "Shame" et pas celui d'une doublure.

Bien évidemment, je regarderai à la rentrée, comme tout le monde, la nouvelle formule du Grand Journal pour laisser sa chance au produit.

Reste que je n'en attend pas grand chose. 

J'avais déjà pris l'habitude de zapper l'émission depuis la rentrée 2012. La promotion envahissante + l'exaspérante Daphné Burki avait fini par avoir raison de ma patience et de ma fidélité.

Antoine, à toi de nous surprendre.

Ou pas.

les-guignols-moquent-retour-antoine-de-caunes.jpg

10:57 Publié dans Séries, TV | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : antoines de caunes, le grand journal, retour, canal + | |  Facebook | |  Imprimer | |

02/11/2008

Le Principe de Peter

Aujourd'hui public aimé une note mystico-philosphique. Sur un sujet qui me tient à coeur.

NON ne fuyez pas c'est DROLE aussi...

(Pitin, je sens que je ne vais jamais plus pouvoir écrire un truc sérieux de ma vie,...)

Savez-vous ce qu'est LE PRINCIPE DE PETER ? On en entend souvent parler mais, en fait peu de gens connaissent vraiment cette théorie absolument satirique DONC totalement véridique sur l'organisation du travail élaborée par  Laurence J. Peter et Raymond Hull, en 1969

Voici donc ce théorème :

« Tout employé tend à s'élever à son niveau d'incompétence. »

Il est immédiatement suivi du « Corollaire de Peter » :

« Avec le temps, tout poste sera occupé par un incompétent incapable d'en assumer la responsabilité. »

On comprend donc que, parvenu à ce niveau, l'incompétence entrave l'exercice de la compétence.

Application pratique immédiate :

Dans une entreprise, les employés compétents sont promus, et les incompétents restent à leur place. Donc un employé compétent grimpe la hiérarchie jusqu'à atteindre un poste pour lequel il ne sera pas compétent. À ce stade-là, il devient donc un incompétent qui va occuper son poste indéfiniment. Au final :

  • un incompétent garde son poste
  • un employé compétent promu est remplacé par un autre employé, potentiellement incompétent
  • si le nouvel employé est compétent, il sera promu et remplacé à son tour par un nouvel employé jusqu'à ce que le poste échoie à un incompétent

En résumé, nous avons TOUS notre seuil d'incompétence que nous atteindrons forcément un jour ou l'autre, mis à part quelques génies surhumains.

Un exemple ? Oui, j'en ai un parfait. Il n'est pas situé dans le monde du "travail" à proprement dit, mais très représentatif.

Antoine de Caunes.

Antoine de Caunes était absolument parfait dans son rôle de trublion télévisuel. Animateur des enfants du rock, puis de rapido et agitateur de Nulle Part Ailleurs avec son compère José Garcia, il faisait mourir de rire la France entière.

Un jour il en a eu marre (on peut le comprendre). Il a voulu "faire" l'acteur..Comment dire ... Plus que moyen... Ses films n'attiraient pas des millions de cinéphiles en salle.

Seuil d'incompétence n° 1 atteint.

MAIS, il est allé plus loin. D'acteur il est passé à METTEUUURRR en SSSSCCCENNNE... Et va depuis de plantage en plantage. Y compris pour son dernier film sur Coluche, qui malgré une promo envahissante, fait apparemment un bide.

Seuil d'incompétence n° 2 atteint. Il est fort Antoine, il a passé deux fois la barre.

Et ne me dites pas que c'est un génie incompris, j'ai vraiment de gros doutes. Je m'étonne d'ailleurs qu'il trouve encore des financements pour ses films, alors que tant de jeunes auteurs galèrent pour lever 3 sous.

Quant à moi, mon seuil d'incompétence, c'est d'écrire des notes intéressantes... Mouahhahhah...

Et vous alors, c'est quoi votre exemple de Principe de Peter ?

Peter.jpg
NB : je vous conseille le bouquin, c'est à mourir de rire, et TELLEMENT vrai...

06:17 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : principe de peter, antoines de caunes | |  Facebook | |  Imprimer | |