Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/07/2012

Adieu ELLE

ELLE a été le journal de mon enfance, au même titre que Spirou, Pilote ou les premiers Marvel et DC comics importés en France.

Ma maman le lisait toutes les semaines, et je lui piquais. ELLE a fait une partie de mon éducation de modeuse voire de femme tout court.

Bien sur à l'époque, dans les années 60, les articles étaient plutôt du genre "faire un boeuf mironton à votre mari avec les restes" "comment coudre une barboteuse pour bébé" ou "le pantalon en ville, pour ou contre ?"

N'empêche. Au milieu des informations destinées à aider la parfaite maîtresse de maison, il y avait des articles qui parlaient avortement, contraception, égalité des salaires, viol et défense des droits de la femme en général.

Rédigés parfois par des pointures de l'écriture ou de la littérature. Je me rappelle encore notamment de certaines pages de Régine Desforges. Ou d'autres.

Et des pages création qui savaient mettre en avant des créateurs ou des designer pointus, voire d'avant-garde.

Je n'hésite pas à la répéter, ELLE a vraiment contribué à mon éducation artistique. Ce n'est pas la seule source, loin de là, mais une façon plutôt agréable d'aborder le design et la création.

Jusqu'à il y a quelques mois, je feuilletais le magazine régulièrement, que ce soit en l'empruntant ou en l'achetant pour les vacances et autres trajets en train et en avion...

C'était d'ailleurs un des derniers féminins sur lequel je jetais un cil, vu le niveau assez calamiteux, voire l'ineptie totale des sujets traités dans cette catégorie de presse. 

Les chroniques du Dr Aga ou le billet hebdo de Fonelle avaient même cette qualité suprême de me faire sourire, voire rire aux éclats, en plein milieu de mon salon ou de lieux publics au grand désarroi des personnes présentes.

Jusqu'à il y a quelques mois... Et une subite accumulation de sujets idiots. 

Ne parlons pas des rubrique mode et leur sempiternel "petit accessoire indispensable à 450 euros seulement".

C'est un peu le passage obligé du genre.

Et les pages mode sont aussi là pour faire rêver Germaine. Bon.

Mais quand l'article se veut plus fouillé ou plus sérieux et qu'on frôle l'accident industriel, c'est plus problématique.

Et des accidents industriels, il y en a eu plus d'un récemment.

Du panégyrique de Valérie Trierweiller (une grande fille toute simple, comme nous toutes), aux conseils d'injections d'acide hyaluronique à 35 ans - après tu es vieille, c'est trop tard, et il vaut mieux ressembler à un mérou qu'à une vieille pomme ridée, c'est clair -, en passant par l'inénarrable "les assistantes parlementaires passent leur vie à genoux sous les bureaux", et des conseils pour ressembler à une chaudasse c'est un festival de sujets tous plus fouillés les uns que les autres.

Fouillés surtout avec un balai de chiottes, dirons-nous.

Et je ne te parle pas du désormais très populaire "les femmes noires s'habillent comme des cailleras à capuche, mais c'est tellement cool"  qui a beaucoup amusé mes copines, toutes couleurs confondues.

Et les femmes en général d'ailleurs. Au vu du tollé causée par le sujet. Tollé en réponse duquel la rédaction s'est mollement défendue par un "meuh non, vous vous méprenez, ce n'était pas du tout notre intention de blesser qui que ce soit".

Ce qui prouve bien la déconnexion totale des journalistes coincées dans leur bulle parfumée d'une rédaction repliée sur elle-même et pour qui sortis des 7ème, 8ème et 16ème arrondissements de Paris, le monde est une jungle avec des gens cro cro mal élevés et sans aucun goût artistique.

Et puis, cette semaine....

 

AyVub55CUAAn0Z-.jpg

 

Oui, tu lis bien ce que je te montre en haut du sommaire à gauche un article tout à fait essentiel sur "La pipe, ciment du couple"

Même pas un doute, un titre du genre "la fellation améliore-t-elle vos relations de couple" ? Non. Une affirmation. 

Mets-toi à genoux et suce, ma fille, tu garderas ton homme.

Puisque tu ne cuisines plus, il faut bien compenser par autre chose.

J'aime assez à penser que les rédactrices du journal qui ont commis ceci savent assez peu de quoi elles parlent, pénurie de ciment oblige.

Regarde leurs têtes, tu vas comprendre.

Ce qui m'exaspère le plus est le discours offusqué et néo-féministe tenu par la rédaction, qui organise volontiers des séminaires sur le sujet (notamment lors de la campagne présidentielle), alors que le journal se contente de caser un vague article féministe de temps à autres au milieu d'une avalanche d'articles de plus en plus putassiers et racoleurs

Hélène Lazareff, la fondatrice, doit se retourner dans sa tombe. 

Je garde un vague espoir que ceci est lié à la pression du chiffre des ventes du journal. Et des consignes du groupe propriétaire. Mais j'ai comme un doute à ce sujet.

En attendant l'article sur la pipe est l'érection qui fait déborder le coït.

Après ce sera quoi ? "La sodomie au bureau, mode d'emploi, un sujet de fond" ? 

Je vais me dispenser de lire ELLE désormais. Sans regret, et sans me retourner. Ainsi que le reste de la presse féminine d'ailleurs.

Pour tout te dire je préfère d'ailleurs désormais lire la presse masculine.

Ouvre GQ par exemple,  tu vas voir, c'est plutôt bien fichu et agréable à lire. 

Je signale d'ailleurs à la rédaction que j'attends le pendant de l'article de ELLE pour rétablir l'équilibre : "fais plaisir à ta meuf, descend à la cave"

Allez les garçons, on se motive.

06:00 Publié dans Actualités, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (35) | Tags : elle, article, presse féminine, gq | |  Facebook | |  Imprimer | |

05/08/2011

Ce qui les fait craquer...

... Ou pas.

 

Les féminins j'ai arrêté de les lire. Les articles de fond du style "belle avant l'été ou tu te mets un sac sur la tête" "comment garder son homme" "mon shorty je le choisis jaune ou bleu" ou "le string, je le porte devant ou derrière ?" étaient trop difficiles à comprendre psychiquement parlant au niveau de mon vécu et mon moral s'en ressentait.

 

Mais de temps à autres je daigne jeter un cil à un magazine qui m'échoit gratuitement.

Je suis bloggeuse, ce n'est pas pour PAYER des trucs, Lucien.

 

Donc, pendant que mon boy philippin m'éventait, je feuilletais, mollement alanguie dans mon canapé sur mesure un exemplaire récent du journal ELLE.

 

Au milieu des habituels marronniers estivaux et des pages de pubs (ou l'inverse on ne sait plus)  je tombe sur un article "Témoignages - ce qu'ils aiment vraiment".

 

Censé recenser les goûts et couleurs en matière de séduction de huit représentants de la testostérone en folie.


Et là, ma machoire a fait un double huit, j'ai viré mon boy philippin à coup de stilletto et déchiré le journal en petits morceaux devant un affligeant catalogue de banalités.

 

En 2011 on en serait encore là ? L'échantillon représentatif, je me porte volontaire pour le rencontrer et lui expliquer ma façon de voir.

Sans résumer l'intégralité de l'article voici ce qui les ferait craquer nos huit hommes (hem). Avec mes commentaires dessous.

 

Le chemisier déboutonné.

Dans l'explication on te dit "la nudité nue n'attire guère les hommes, ils préfèrent la suggestion". Ca c'est du déclaratif Germaine. Tu expliques comment que ton gars il se transforme en loup à moitié barjo si tu lui mets une strip-teaseuse nue sur un barre de pole dance sous le nez. Le chemisier déboutonné, Marcel, il n'aura qu'une idée, l'enlever complètement crois-moi. Essaye en plus de te trimballer en chemisier déboutonné sur la ligne 13 du métro parisien, tu m'en diras des nouvelles.

 

Le look beach babe.

Kessé ? Déjà même moi je ne sais pas ce que c'est alors un go qui s'habille en adidas, tu parles. Le look beach babe, il n'y a qu'une rédac de mode pour visualiser.

 

String ou pas string.

Alors on arrête TOUSSSUITE, le string c'est MOCHE. Pour la plupart d'entre nous qui ne sont pas taillées comme une danseuse du lido c'est l'effet ficelle de saucisson assuré. Celle qui a pécho en string, je lui paye une tablette de chocolat immédiatement. Et je la déteste immédiatement aussi car elle doit être super bien fichue.

 

Culottée ou pas culottée. 

Et bé, on est pas sorties des ronces mesdames

 

Minauder

Minauder à 20 ans c'est déjà agaçant. A 30 c'est pathétique. Passé 40 ça vaut une noyade dans la piscine la plus proche. Une femme qui minaude c'est juste aaaaarghhh. Personnellement j'ai immédiatement envie de lui enfoncer son slip sur la tête. Voir point précédent

 

Le sous-entendu

Mouahahahahh. Alors là je me glousse dessus. Un homme normal et lambda ne COMPREND pas le sous-entendu, son cerveau n'est PAS FAIT pour ça. Toute femme connait ce postulat basique.  Faites ce test simple : laissez traîner un magazine avec une bague que vous réveriez d'avoir et votre compagnon vous dira immanquablement "tu peux pas ranger tes journaux, tu les laisses toujours traîner partout". L'homme ne comprendra que si vous lui dites JE VEUX cette bague. Sinon rien. Preuve que l'article est bidon et rédigé par une femme.

 

Aguicher les autres mecs

Oui, bien sur. Si tu aimes déclencher des bagarres et ramasser les dents de ton mec, tu peux aguicher les autres, vas-y. Si tu aguiches, c'est le meilleur moyen pour voir ton chéri se transformer en Hulk. Pas en prince charmant transi d'amour.

 

Oublier des vêtements chez lui

"pour qu'il puisse respirer ton odeur" dixit le papier. N'importe quoi. Où tu as vu un gars qui aime qu'on envahisse son territoire, toi ? Laisse tomber. Si tu oublies intentionnellement tes collants Chantal Thomass à deux patates chez ton gars, ils finiront au mieux dans une enveloppe à ton attention au pire en chiffon destiné à nettoyer les pare-chocs de sa voiture au polish.

 

Sur ce je vous laisse, je retourne à mon magazine favori "tatouages et musculation".

Tchuuuuss

thumb-le-petit-echo-de-la-mode---le-premier-magazine-feminin-1851.gif

 

 

 

06:00 Publié dans Humour, Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : elle, article, séduction, hommes, femmes | |  Facebook | |  Imprimer | |

06/03/2011

La blogosphère féminine terra incognita

 

Disons le sans précautions ni préambule : je suis énervée.


(et là j'entends autour de moi : planque tout et surtout enferme bien mémé dans sa chambre)

 

Je constate amèrement et une fois de plus que

 

1/ certains (j'ai bien dit certains) journalistes travaillent comme des charcutiers : à la découpe

2/ la blogosphère féminine est encore un pays inconnu - voire dangereux - vu la façon dont certains évitent soigneusement d'y pénétrer 

 

Prenez l'article dans Stratégies, journal destiné au professionnels de la profession des gens qui vendent des trucs à d'autres gens.

 

En clair, pour les blondes, les marketeurs et les communicateurs.


Dont on se dit a priori "tiens s'il y a des gens qui doivent connaitre un peu la blogosphère c'est eux, non"

Et bien non.

Dès le chapeau de l'article "la blogosphère à tire d'elles" (humour, le rédacteur doit faire des piges au canard enchaîné à ses heures perdues) on est dans l'ambiance.

Je cite 


"Les blogs féminins se multiplient sur la toile. Souvent indépendants des sites d'information (nooooon pas possible), ils s'aventurent encore peu hors des sujets concernant spécifiquement le beau sexe"

 

Yalla !

 

S'empilent ensuite une série de clichés dont je vous passe le détail qui laissent à penser que les filles font uniquement des blogs consacrés à la mode. Et encore des filles. Le seul blog mode connu étant celui de Garance Doré, bien sur...

 

Et que les quelques aventurières qui osent sortir de ces sentiers balisés n'ont pas une audience à la proportion de leur talent.

Comme d'habitude.

 

Et bien Anne Saurat-Dubois, quand tu veux je t'amène faire une promenade dans une contrée que visiblement tu n'explores pas très souvent.

Tu pourras constater avec tes petits yeux que les filles ne rentrent pas forcément dans tes cases pré-formatées.

Et qu'il y a plein de blogueuses high-tech, politique, actu, cinéma, sport, voire en cherchant bien muscu ou tuning qui s'en sortent parfaitement bien. Avec un lectorat fourni et intéressé par AUSSI autre chose que la it-couleur printemps-été à venir.

Il y a même certaines bloggeuses  qui font de l'humour pouet pouet couilles bite foufoune (horreur !) et du n'importe quoi. Qui s'en sortent très bien aussi. Suivez mon regard

Sans Stratégies pour les soutenir.

Ni les mettre dans des cases pré-formatées des filles-qui-se-font-les-ongles-avec-un-seul-neurone-disponible.

C'est ballot, les cases c'est tellement pratique pour, comme on dit, segmenter les cibles pour mieux les pénétrer (langage marketing, je n'invente rien). 

 

Je ne peux vous proposer en téléchargement cet article de fond (de culotte) pour des soucis de droits de reproduction. Tout ça.

Oh et puis, on s'en fout, des droits de reproduction. Si ça se trouve il y aura bien une BLOGGEUSE AVOCATE experte en droits d'auteurs pour me défendre, non ?

Enjoy.

 

Et allez voir aussi le billet de Klaire sur le même sujet !!

 

Pour aller néanmoins (un peu) dans le sens de l'article ci-dessus, roulons nous dans la futilité et le maquillage ensemble

Les 5 gagnant(s) de la matinée de rêve chez Shiseido sont

La Parisienne - Carole - Lhaurenzo (pour sa douce) - Miss Coco Style et Julhya

Envoyez moi vite par mail les éléments suivants

adresse postale 

adresse mail pour e-mail de confirmation 

numéro de téléphone portable car appel 2 jours avant pour confirmer définitivement ! 

 

Et rendons à César ce qui est à Philippe, j'avais oublié de mentionner que j'avais eu connaissance de cet article grâce à Philippe Caillet


 

 

06:01 Publié dans Actualités, Blog | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : stratégies, article, blogosphère | |  Facebook | |  Imprimer | |

14/10/2008

Crise de Mégalo

Après l'article de Lecteur publié hier, ou il m'a jeté une pelletée de pétales de roses, ma notoriété continue aujourd'hui à se répandre dans la blogosphère.

En effet, je donne mon avis sur la question de la DANSE chez Julie la spécialiste intergalactique du sujet, elle-même danseuse et prof émérite.

Je la déteste, elle m'a volé ma vie...

Enfant, je rêvais d'être danseuse étoile. Avec un physique de basset artesien (jambes courtes et popotin rebondi) et une coordination à la limite du handicap lourd, j'ai du très vite renoncer à me produire en public, à part devant des gens totalement ivres.

Je me suis vengée plus tard en devenant la reine du dancefloor. Sur une piste de danse, vous pouvez faire quasi n'importe quoi, de toutes façons, personne n'y prête la moindre attention.

Enfin, bref, c'est bon LA GLOIRE...

Je suis la reine du MONDE.

Tiens bonjour, le monsieur en blouse blanche, ... Non pas les cachets, je veux pas les prendre... Gniiiiii...

 

16:07 Publié dans Les chroniques à Manu | Lien permanent | Commentaires (16) | Tags : blog, danse, participation, article | |  Facebook | |  Imprimer | |